Rejoignez-nous

Genève

Un projet de zone plus naturelle dans un cimetière genevois

Publié

,

le

Le cimetière de Saint-Georges à Genève (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

La Ville de Genève lance un projet de cimetière "naturel". Une zone sur le site de Châtelaine sera réservée à des inhumations respectant des principes plus écologiques. L'inauguration est prévue au printemps 2025.

Les corps se décomposent mal dans les cimetières genevois. Le constat n’est pas nouveau, un article paru en 1876 dans le Journal de Genève faisait déjà état de la mauvaise qualité des sous-sols du cimetière de Saint-Georges.

Quasiment 150 ans plus tard, la Ville de Genève a mandaté deux études pour analyser la qualité des sous-sols dans les cimetières municipaux. Résultat: la texture des sols, saturés en eau notamment, empêchent une bonne décomposition des corps dans certains cimetières. La texture des sols, la pollution, mais aussi la transformation des corps liés aux progrès de la manière peuvent aussi expliquer cette mauvaise décomposition.

Plusieurs recommandations ont été proposées pour améliorer la situation et prises en compte par la municipalité. Un projet de quartier naturel va aussi voir le jour dans le cimetière de Châtelaine. Les personnes qui souhaitent y reposer ou leur famille s’engagerait ainsi sur des principes à respecter. Anne Humbert-Droz, Cheffe du Service des pompes funèbres, cimetières et crématoire. 

Anne Humbert-DrozCheffe du Service des pompes funèbres, cimetières et crématoire

Pour Christina Kitsos, conseillère administrative de la Ville de Genève, en charge du Département de la cohésion sociale et de la solidarité", ce projet-pilote se veut plus respectueux de l'environnement et du cycle de la vie". Le quartier "naturel" pourra accueillir plus d'une cinquantaine d'emplacements.

Christina KitsosConseillère administrative de la Ville de Genève en charge du Département de la cohésion sociale et de la solidarité

Dans cette zone réservée, les personnes qui souhaitent y reposer ou leur famille devront s'engager à respecter certains principes. Parmi ceux-ci: le port de vêtements biodégradable et l'utilisation de fournitures funéraires écologiques (cercueils en bois indigène non vernis). Les ornementations végétales des surfaces devront être réalisées avec des plantes indigènes et vivaces.

Les pierres tombales devront provenir de Suisse ou des pays voisins et seront de tailles réduites pour éviter notamment la compaction excessive du sol. Enfin, la profondeur d'inhumation passera de 1,7 mètre à 1,2 mètre afin de favoriser le processus l'altération des corps. Une dérogation a été accordée par le canton sur ce point.

Ce projet-pilote a été élaboré dans la foulée des résultats de deux études mandatées par la Ville de Genève sur la qualité des sous-sols de trois cimetières (Saint-Georges, Châtelaine et Petit-Saconnex). Constatant que les conditions n'étaient pas toujours réunies pour une bonne décomposition des corps, la Municipalité cherchait des solutions pour y remédier.

Moins profond

Un crédit de plus de 262'000 francs voté par le Conseil municipal a permis de réaliser des analyses pédologiques, liées aux strates du sous-sol, et taphonomique, liées aux facteurs qui influencent la dégradation des corps. Premier constat: les résultats n'ont révélé aucune pollution inquiétante dans les trois cimetières.

Ces études ont montré que les couches les plus profondes (de 60 cm à 170 cm) sont les moins favorables à l'altération des corps, car leur teneur en limon et en argile y est importante. "Il y a aussi un appauvrissement de l'écologie nécrophage", a relevé Vincent Varlet, responsable de l'unité de taphonomie au Centre universitaire romand de médecine légale.

Les résultats ont également mis en évidence le fait que la nappe phréatique à Saint-Georges est trop proche de la profondeur d'ensevelissement des corps, ce qui peut ralentir leur dégradation. Pour les experts, il faudrait donc faire passer cette profondeur de 1,7 mètre à 1 mètre, voire même 60 centimètres. Un tel changement nécessite une modification législative, qui dépend du canton.

Aérer les sous-sols

Les spécialistes ont émis des recommandations pour améliorer la santé des cimetières. Le Conseil administratif, qui y adhère, a pris des mesures.

Anne Humbert-DrozCheffe du Service des pompes funèbres, cimetières et crématoire

Il favorisera l'aération des sous-sols en intégrant des matériaux plus propices à la décomposition des corps et étendra l'interdiction de pesticide à l'entretien des tombes. La Ville privilégiera aussi la pose de monuments funéraires verticaux.

En 2023, 2817 incinérations ont été effectuées en Ville de Genève contre 480 inhumations. La Municipalité restera également attentive aux techniques alternatives de décomposition des corps, comme l'"humusation" qui consiste à métamorphoser les dépouilles humaines en terreau fertile. Cette pratique, qui nécessite encore une réflexion scientifique et éthique, est actuellement interdite en Suisse.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

La gratuité des transports publics pour les jeunes dès janvier 2025

Publié

le

La prise en charge par l'Etat de Genève du prix des abonnements UNIRESO pour les personnes de moins de 25 ans sera effective dès le 1er janvier prochain (image d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, la prise en charge par l'Etat de l'intégralité du prix des abonnements des transports publics (UNIRESO) pour les jeunes de moins de 25 ans sera effective dès le 1er janvier 2025. Cette mesure avait été votée par le Grand Conseil le 30 mai dernier.

Pour les abonnements achetés avant le 1er janvier prochain, le remboursement se fera sur la base du "prorata temporis", indique lundi le département de la santé et des mobilités (DSM) dans un communiqué. Le même système s'appliquera aux personnes à l'AVS, dont l'abonnement UNIRESO sera pris en charge à 50% par l'Etat.

Le DSM rappelle que toute personne qui voyage dans les transports en commun doit posséder un titre de transport valable, même si celle-ci bénéficie d'une prise en charge totale ou partielle du montant de l'abonnement. La personne qui voyage sans titre de transport s'expose à une amende.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

De nouveaux bains au voisinage du Jet d'eau de Genève

Publié

le

L'entrée aux nouveaux bains du Jet d'eau coûtera la modique somme de 2 francs. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Il est désormais possible de nager en toute sécurité dans les eaux du lac Léman en faisant face au Jet d'eau de Genève. C'est au pied du symbole du canton que les autorités ont inauguré lundi de nouveaux bains clôturés, agrémentés d'une buvette pour se détendre.

L'inauguration coïncide avec l’arrivée de l’été à Genève. Les bains au pied du jet d’eau ouvrent mardi. La population va pouvoir y faire bronzette et piquer une tête dans deux bassins de 27 mètres de long, l’un sans fond, l’autre avec un fond d’1 mètre 40 pour les familles, notamment. Un plancher en bois entoure les bassins et on peut y étendre sa serviette de bain pour prendre le soleil.

Un projet plus généreux pour la baignade à terme

Ces bains sont provisoires pour l’instant, ils sont là pour cinq ans en attendant un projet définitif plus grand. Marie Barbey-Chappuis, conseillère administrative en charge de la sécurité et des sports en Ville de Genève.

Marie Barbey-ChappuisConseillère administrative en charge du Département de la sécurité et des sports à la Ville de Genève

Les bains du Jet d'eau seront ouverts jusqu'au 30 septembre, 7 jours sur 7, de 07h00 à 21h00, pour la modique somme de 2 francs dès 16 ans et de 1 franc pour les enfants de 6 à 16 ans. L'entrée est gratuite pour les tout petits.

Le projet a coûté 2,16 millions de francs. Il faut compter également entre 300'000 et 400'000 francs par année pour les frais de fonctionnement, a expliqué devant les médias la conseillère administrative de la Ville de Genève Marie Barbey-Chappuis, responsable du département de la sécurité et des sports.

La sécurisation des lieux a été un aspect important, a relevé, de son côté, la conseillère d'Etat Carole-Anne Kast. La nage en eau vive peut en effet s'avérer dangereuse. Dans le cas des bains du Jet d'eau, outre la barrière entourant les bassins du reste du lac, des maîtres-nageurs veilleront au grain.

Carole-Anne Kast Conseillère d'Etat chargée du Département des Institutions et du numérique

Ce nouveau point d'accès au lac fera office de test, a indiqué Mme Kast. Il pourrait être un avant-goût de la façon dont le secteur autour du Jet d'eau est appelé à évoluer dans les années qui viennent.

Laurie Selli avec Source ATS

Continuer la lecture

Genève

Geneuro dépose une requête de sursis concordataire

Publié

le

Geneuro ne s'est pas relevé de l'échec du programme clinique de témélimab contre les syndromes neuropsychiatriques découlant d'une infection au Covid-19 (image d'illustration). (© KEYSTONE/EPA/TERESA SUAREZ)

Le laboratoire en difficultés Geneuro a déposé une demande de sursis concordataire devant le Tribunal de première instance de Genève. La manoeuvre doit permettre à la firme basée à Plan-les-Ouates (GE) de restructurer ses dettes et évaluer des pistes pour faire progresser ou monétiser ses actifs en développement.

La demande de sursis concordataire ne concerne que la maison-mère genevoise. La filiale de recherche et de développement en France poursuit à ce jour ses activités, précise le conseil d'administration dans un communiqué diffusé lundi.

La direction de Geneuro avait jeté l'éponge fin juin, dans le sillage de l'échec du programme clinique évaluant le témélimab contre les syndromes neuropsychiatriques consécutifs d'une infection au Covid-19.

L'entreprise avait alors annoncé se séparer de sept de ses neuf employés, dont les cinq membres de sa direction générale.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Genève

A 11 heures, une battue pour retrouver Olivier P.

Publié

le

Photo prétexte (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Une battue a été organisée ce lundi matin pour tenter de retrouver Olivier P. L'homme né en 1960 n’a plus donné de nouvelles à ses proches depuis mercredi dernier. Un avis de disparition a été émis par la police vendredi, mais aucune information n’a encore permis de le localiser.

Pour participer à la battue, le rendez-vous est fixé à 11h, avenue de Gennecy à Avully. Les enquêteurs de la Brigade des délits contre la personne (BDP) sollicitent l’aide de la communauté pour diffuser l’avis de disparition. Toute personne ayant des informations est priée de contacter la police judiciaire de Genève au +41 22 427 75 10 ou le poste de police le plus proche.

Depuis mercredi

Monsieur Olivier P. n'a plus donné de nouvelles à ses proches depuis le 10 juillet vers 7h. Il ne se trouve plus à son domicile d'Avully, où ses effets personnels ainsi que son véhicule ont été retrouvés. Les autorités exhortent toute personne ayant vu cet homme ou ayant des informations sur sa disparition à prendre contact immédiatement. Votre aide est précieuse pour retrouver Olivier P. sain et sauf.

Continuer la lecture

Genève

Voici les chantiers TPG qui vont impacter votre été

Publié

le

Photo d'illustration (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

De nombreux travaux de construction sur les réseaux de transports publics viennent perturber la circulation cet été à Genève.

Destinés à moderniser et améliorer l'infrastructure existante, ces projets visent à offrir aux habitants et visiteurs une mobilité plus fluide et efficace. Les TPG se veulent rassurant en précisant quant au réseau du tram, avec "un impact limité et des solutions de substitution qui seront organisées".

Du 15 au 18 juillet, sur la rue de Coutance

  • La ligne 18 sera aussi déviée dans les deux sens entre les arrêts « Pont-d’Arve » et « Gare Cornavin ». Elle empruntera le parcours de la ligne 15 par le boulevard Georges-Favon et le pont de la Coulouvrenière. Les arrêts « Place de Neuve », « Bel-Air » et « Coutance » ne seront pas desservis. L’arrêt « Plainpalais » sera déplacé dans les deux sens sur l’arrêt de la ligne 15.

  • Des solutions de substitution seront proposées via les lignes 2, 3, 5, 10, 12, 19 et 20.

  • Il est à relever que l’arrêt « Coutance », desservi également par les lignes 3, 5, 10, 19, 20, sera simplement déplacé de quelques mètres, la desserte demeurera assurée par les lignes de bus.

Du 22 au 26 juillet sur le boulevard Georges-Favon

  • La ligne 15 sera déviée en effet en direction de « Palettes » entre les arrêts « Gare Cornavin » et « Plainpalais » via le parcours de la ligne 18. Les arrêts « Mercier », « Stand » et « Cirque » ne seront pas desservis.

  • Par ailleurs, le parcours de la ligne 1 en direction de « Hôpital Trois-Chêne » sera maintenu. L’arrêt « Stand » ne sera cependant pas desservi durant cette période.

  • Des solutions seront proposées via les lignes 1 et 14.

Du 29 juillet au 18 août 2024 à la passerelle de Trèfle-Blanc

Eu égard aux travaux liés à la réfection de la passerelle de Trèfle-Blanc, prévus du lundi 29 juillet au dimanche 18 août, le terminus de la ligne 18 s’effectuera à l’arrêt « Lancy-Bachet, gare » en lieu et place de « Palettes ». Les lignes 22 et 23 permettront toutefois de rejoindre les arrêts « Pontets » et « Palettes ». L’arrêt « Trèfle-Blanc » ne pourra pas être desservi. De plus, un service de bus sera organisé pour la desserte nocturne du vendredi et du samedi durant cette période entre Bachet-de-Pesay et Palettes via Pontets. Pour ces services nocturnes l’arrêt « Palettes » se situera à la hauteur du supermarché Migros.

Plus d'infos sur tpg.ch et l'appli. tpg+

Continuer la lecture