Rejoignez-nous

Economie

Remettre l'ouvrage sur le métier - place financière dans le viseur

Publié

,

le

La loi sur le CO2 n'a pas été du goût des Suisses (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les partisans de la loi sur le CO2 ont appelé dimanche à remettre l'ouvrage sur le métier pour respecter l'accord de Paris. La place financière est notamment dans le viseur. Pour les opposants, la loi était soit superflue soit allait dans la mauvaise direction.

Les arguments des coûts pour les ménages et des interdictions concernant notamment les chauffages à mazout et au gaz ont à l'évidence pesé dans la balance, constate avec regret Cristina Gaggini, directrice romande d'economiesuisse, engagée pour le oui.

Pour l'UDC, qui avait lancé le référendum avec la Grève du climat, les arguments selon lesquels un "oui" entraînerait une hausse des prix pour les automobilistes, le chauffage et les vacances ont été décisifs. "Ce qui est déjà prévu suffira pour que la Suisse respecte ses engagements internationaux", a assuré le conseiller national Pierre-André Page (FR).

"Cette loi allait dans la mauvaise direction: elle ciblait les individus et laissait de côté les grands pollueurs", a estimé pour sa part Franziska Meinherz, du comité référendaire pour une écologie sociale.

Exempter certaines entreprises

Du côté des partisans du oui, economiesuisse demande désormais que soient incluses dans le prochain texte discuté au Parlement les réserves émises par la population, et donc qu'on mise davantage sur les incitations positives au lieu d'augmenter la taxe sur le CO2.

Elle insiste sur le fait que doit être gardée la possibilité pour certaines entreprises d'être exemptées de la taxe en question et qu'il faut élargir la possibilité de réduire les émissions de gaz à effet de serre à l'étranger.

Place financière

Le WWF, dans le comité pour le oui, entend de son côté s'engager pour des mesures dans différents secteurs, comme la place financière, le trafic aérien ou l'agriculture. Elle évoque aussi l'élaboration d'un "plan d'urgence pour lutter contre la crise climatique".

La large alliance qui soutenait la loi "constitue une base solide pour former une coalition volontaire associant une grande partie de la population", pense l'ONG. Sa mission sera de "faire avancer la cause d'un abandon rapide du pétrole et du gaz".

Les Verts, pour qui les compagnies pétrolières et gazières et leur lobby au sein de l'UDC et du PLR ont empêché un oui, et le PS ont aussi dans le viseur la place financière suisse. Selon la coprésidente du PS, Mattea Meyer, qui s'exprimait sur Blick TV, ce secteur est "la principale cause de la crise climatique".

Le PS et les Verts espèrent que le PLR et le Centre offriront leur soutien pour rendre cette place plus verte. Les Verts et l'Alliance climatique comptent lancer une initiative commune en ce sens.

La place financière suisse est aussi dans le viseur de la Grève du climat, pour qui une politique écologiste doit impérativement aller de pair avec une politique sociale.

En attendant, le résultat de dimanche ralentit massivement la protection du climat, déplorent les Verts, comme l'Union syndicale suisse (USS). Le Centre, pour qui le vote le même jour sur les deux initiatives anti-pesticides a peut-être été fatal à la loi sur le CO2, reconnaît aussi la nécessité d'agir.

PLR pointé du doigt

Un parti, le PLR, qui avait annoncé un tournant vers plus d'écologie et défendait le oui, est montré du doigt. Pour sa présidente Petra Gössi, le projet de compromis élaboré avec les partis bourgeois est probablement allé trop loin pour la population. Aux yeux du PLR, c'est aux Verts de "prendre leurs responsabilités et proposer des solutions qui puissent convaincre une majorité."

Pour la conseillère nationale verte Delphine Klopfenstein Broggini (GE), qui s'exprimait sur la RTS, le résultat de dimanche montre au contraire clairement que "le PLR n'a pas réussi à convaincre son propre électorat". Pour le politologue Claude Longchamp, la question va se poser pour le PLR de savoir quelle direction il devra prendre à l'avenir, a-t-il déclaré sur Blick TV.

Mesures repoussées

"Très déçue", l'ATE fustige le lobby du pétrole et ses "acolytes de l'UDC", qui sont "parvenus à discréditer une loi pourtant très équilibrée par une campagne honteuse, fondée sur la peur".

Elle regrette particulièrement que des mesures en matière de politique des transports ne puissent être appliquées immédiatement, notamment la taxe sur les billets d'avion ou le financement du développement des trains de nuit.

L'USS souligne que les conséquences du réchauffement frapperont avant tout les personnes à bas et moyens revenus. Elle relève le "rôle central de la question sociale". Pour elle, la transition vers une économie plus respectueuse de l'environnement devra mieux tenir compte du pouvoir d'achat. "Toute taxe incitative doit ainsi être autant que possible redistribuée", estime-t-elle.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

La BNS signe un premier semestre avec une forte hausse du bénéfice

Publié

le

L'institut d'émission a empoché un gain de 44,5 milliards sur ses positions en monnaies étrangères. En revanche, il a perdu 1,4 milliard sur son stock d'or. (archives) (© KEYSTONE/MARCEL BIERI)

La Banque nationale suisse (BNS) est parvenue à fortement accroître son bénéfice sur les six premiers mois de l'année, tirant son épingle du jeu dans ses positions en francs et en devises étrangères, selon un communiqué paru vendredi.

A 43,5 milliards de francs, le bénéfice de la BNS s'est envolé de 55,6% sur un an. L'institut d'émission a dégagé un bénéfice de 0,6 milliard sur ses positions en francs et a également réussi à empocher un gain de 44,5 milliards sur ses positions en monnaies étrangères. En revanche, il a perdu 1,4 milliard sur son stock d'or.

Une analyse plus détaillée montre que le produit des intérêts et celui des dividendes se sont établis à 3,8 milliards et 2 milliards respectivement.

La BNS signale qu'une perte de cours de 11,8 milliards de francs a résulté des titres porteurs d'intérêt et des instruments sur taux d'intérêt, tandis qu'un gain de cours de 23,2 milliards de francs a lui découlé des titres de participation et des instruments de participation. Quant aux gains sur les changes, ils ont atteint 27,3 milliards.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Glencore prend du retard dans l'extraction de charbon et de nickel

Publié

le

La multinationale rabote ses prévisions d'extraction pour le charbon, le nickel et le zinc sur l'ensemble de l'exercice. (archives) (© KEYSTONE/SIGI TISCHLER)

Le béhémoth zougois des matières premières Glencore reconnaît vendredi avoir pris du retard sur ses objectifs annuels d'extraction de charbon et de nickel à mi-parcours. La production de cuivre et de zinc en revanche a suivi la feuille de route.

Le nouveau directeur général Gary Nagle confirme pour son premier exercice présentatoire l'objectif d'excédent d'exploitation pour les activités de négoce en 2021, dans le haut du couloir stratégique de 2,3 à 3,2 milliards de dollars.

L'extraction de charbon dans son ensemble s'est étiolée de 16% sur un an à 48,7 mégatonnes, sous l'effet notamment de travaux de maintenance sur le site de Prodeco en Colombie, d'une érosion de la demande pour la production australienne et de limitations des capacités ferroviaires d'exportation en Afrique du Sud, énumère le compte-rendu d'activité à mi-parcours.

La production de nickel, en recul de 14% à 47'700 tonnes, reflète les travaux de maintenance dans la mine de Murrin en Australie, ainsi que de perturbations à Koniambo, en Nouvelle-Calédonie.

La multinationale rabote ses prévisions d'extraction pour le charbon, le nickel et le zinc sur l'ensemble de l'exercice, invoquant une montée en puissance moindre qu'escompté de la nouvelle mine kazakhe de Zhairem, un entretien prolongé sur celle de Koniambo, ainsi que des limitations persistantes pour le charbon australien et sud-africain.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Swiss Re renoue avec les profits au 1er semestre

Publié

le

Le bénéfice net de Swiss Re a largement dépassé les attentes des analystes, lesquels attendaient un résultat net de 761 millions de dollars en moyenne. (archives) (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Après avoir plongé l'an passé dans le rouge du fait de charges liées à la pandémie de coronavirus, Swiss Re a comme attendu renoué avec les profits au premier semestre 2021.

Encaissant des primes nettes en hausse, le réassureur zurichois a dégagé un bénéfice net de 1 milliard de dollars (900 millions de francs), contre une perte nette de 1,13 milliard à fin juin 2020.

En excluant les charges liées à la pandémie de Covid-19, le bénéfice net du groupe s'est inscrit à 1,7 milliard de dollars, écrit vendredi le numéro deux mondial de la réassurance. Les affaires de couverture dommages ont affiché un résultat net de 1,2 milliard, alors que celles de l'assurance vie et santé ont essuyé une perte de 119 millions.

Les primes nettes acquises et les honoraires du groupe ont augmenté de 7,6% en glissement annuel pour atteindre 20,8 milliards de dollars. Cette augmentation est due à la croissance dans l'assurance dommages. A taux de change constants, les primes et honoraires ont augmenté de 3,2%.

Le bénéfice net de Swiss Re a largement dépassé les attentes des analystes, lesquels attendaient un résultat net de 761 millions de dollars en moyenne.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Holcim en reconstruction sur les six premiers mois de l'année

Publié

le

La direction relève dans la foulée ses ambitions pour l'ensemble de l'exercice. L'Ebit récurrent doit désormais progresser à périmètre et changes constants d'au moins 18%, contre 10% au dernier pointage. (archives) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le géant des matériaux de construction Holcim affiche au premier semestre un rétablissement marqué de ses affaires, après avoir été affecté sur la période de comparaison par l'éclatement de la pandémie de coronavirus.

La multinationale désormais zougoise a généré un chiffre d'affaires de 12,56 milliards de francs, en hausse de 17,4% sur un an. La rentabilité opérationnelle s'est envolée de deux tiers, avec un Ebit récurrent de 1,98 milliard. Le bénéfice net a été multiplié par près de deux et demi à 839 millions, énumère le compte-rendu à mi-parcours diffusé vendredi.

La performance s'inscrit dans le haut de la fourchette des prévisions glanées par AWP, dont le consensus pour le chiffre d'affaires s'établissait à 12,42 milliards et l'Ebit récurrent à 1,85 milliard.

La direction relève dans la foulée ses ambitions pour l'ensemble de l'exercice. L'Ebit récurrent doit désormais progresser à périmètre et changes constants d'au moins 18%, contre 10% au dernier pointage.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Croissance pour Sunrise UPC au 2e trimestre, rentabilité écornée

Publié

le

L'entreprise fusionnée affirme que le programme d'intégration des deux entités Sunrise et UPC suit son cours, comme escompté. En tout, 650 suppressions d'emplois sont prévues cette année et la prochaine. (archives) (© KEYSTONE/ALEXANDRA WEY)

Le câblo-opérateur Sunrise UPC, fraîchement fusionné, a généré une croissance marquée dans les affaires avec les entreprises au deuxième trimestre, tandis que les autres sources de revenus ont stagné.

Malgré une progression des recettes, le résultat opérationnel brut (Ebitda) s'est inscrit en recul de 3,1% sur un an à 271,8 millions de francs.

La société zurichoise, fruit du rachat en novembre 2020 entre l'opérateur Sunrise et UPC, détenu par le groupe britannique Liberty Global, a réalisé un chiffre d'affaires de 751,7 millions de francs, en hausse de 1,3%, indique un communiqué diffusé vendredi.

L'activité entreprises (B2B) a vu ses recettes gonfler de 6,1% à 151,2 millions de francs. Côté clients privés, une stagnation est constatée pour le réseau fixe (+0,2%) à 316,6 millions et pour l'activité mobile (+0,4%) à 277,8 millions.

Le flux de trésorerie opérationnelle disponible a atteint 158,9 millions de francs, ce qui représente une légère progression de 0,6%.

Le directeur général André Krause affirme que le câblo-opérateur zurichois a gagné des parts de marché lors de la période sous revue. "Malgré un marché de plus en plus concurrentiel, Sunrise UPC a enregistré de solides résultats au deuxième trimestre et a poursuivi la croissance significative de notre marché depuis le premier trimestre", souligne-t-il, cité dans le communiqué.

Sunrise UPC revendique une croissance nette des clients mobile et internet à haut débit, pour un total respectif de 40'500 et 6100 abonnements. Une progression est également perçue dans l'activités télévision, représentant 57'800 abonnements.

Dans son communiqué, l'entreprise fusionnée affirme que le programme d'intégration des deux entités Sunrise et UPC suit son cours, comme escompté. En tout, 650 suppressions d'emplois sont prévues cette année et la prochaine.

Au premier semestre, les recettes ont grappillé 0,5% sur un an à 1,51 milliard de francs, malgré un recul de 1,1% dans le segment réseau fixe pour la clientèle privée, à 636,4 millions de francs. Les recettes tirées de l'activité mobile ont atteint 601,5 millions, en hausse de 2,2%. Le chiffre d'affaires B2B est resté stable (+0,5%) à 261,6 millions.

L'Ebitda a reculé de 5,2% à 526,5 millions de francs, tandis que le flux de trésorerie disponible s'est replié de 2,7% à 274,5 millions.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture