Rejoignez-nous

International

Pandémies: le chef de l'OMS dit un accord toujours possible en mai

Publié

,

le

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus estime "faisable" un consensus dans neuf semaines sur un accord contre les pandémies. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus estime un accord sur les pandémies toujours possible en mai prochain. "C'est faisable", a-t-il affirmé lundi à Genève au début de deux semaines de négociations entre Etats membres.

Ceux-ci ont ouvert une neuvième série de discussions, censée être la dernière. Mais des divisions importantes subsistent notamment entre pays riches, dont la Suisse, et pays en développement sur des questions de propriété intellectuelle.

"Il y a encore du temps pour finaliser vos négociations" avant l'Assemblée mondiale de la santé, a affirmé le chef de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Il a relevé qu'un consensus existait sur l'objectif général, soit des financements prévisibles, un système d'accès équitable aux vaccins et autres technologies, de même que le dialogue avec le secteur privé.

"Maintenant, vous devez trouver un accord sur comment atteindre" celui-ci, a ajouté M. Tedros. L'organisation souhaite notamment éviter l'inégalité d'accès aux vaccins observée pendant le coronavirus. Un dispositif Covax avait été lancé pour tenter de compenser ces disparités, mais des retards et des problèmes de distribution avaient été subis.

La Suisse et d'autres pays avec d'importants acteurs pharmaceutiques avaient ensuite accepté en juin 2022 à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) une levée provisoire des brevets sur les vaccins. Une fois seulement que l'offre dépassait largement la demande.

Part de vaccins et technologies

Depuis, les pays riches se sont opposés à un élargissement de ce dispositif aux autres technologies contre le coronavirus. Mais les discussions sont aussi intenses à l'OMS.

Selon le dernier projet de texte d'accord contre les pandémies dévoilé il y a une dizaine de jours, l'organisation devrait conclure des accords contraignants avec des entreprises pharmaceutiques pour obtenir 10% de la production de vaccins ou technologies contre une urgence sanitaire de portée internationale gratuitement. De même, une autre part de 10% serait achetée à prix coûtant.

Une approche "largement insuffisante", ajoutent des ONG, dont Médecins Sans Frontières (MSF) qui souhaitent davantage de partage de technologies. Les pays riches ne feraient eux que promettre de faciliter celui-ci.

MSF redoute aussi un arrangement aseptisé sur le partage des pathogènes. Dans le projet d'accord, si un système multilatéral (PABS) serait établi, les Etats ne prendraient qu'un engagement de relayer rapidement ceux-ci avec des laboratoires comme le dépôt international d'échantillons prévu à Spiez (BE). Ou avec l'organisation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Girac revient sur sa version d'un suicide simulé, affaire classée

Publié

le

Le chanteur français Kendji Girac avait été hospitalisé le 22 avril près de Bordeaux pour une grave blessure par balle au thorax. (Archives) (© KEYSTONE/EPA/SEBASTIEN NOGIER)

Blessé par balle fin avril à Biscarrosse (sud-ouest de la France), Kendji Girac affirmait avoir voulu "simuler un suicide" après une dispute conjugale. Le chanteur a cependant changé de version et la procédure a été classée sans suite, a annoncé le parquet lundi.

Le chanteur de 27 ans "est revenu sur ses premières déclarations, indiquant qu'au vu de son alcoolisation et de sa prise de cocaïne, il n'avait pas conscience de ce qu'il faisait avec cette arme et qu'il n'avait pas voulu faire pression sur sa compagne", a détaillé dans un communiqué le procureur de la République à Mont-de-Marsan Olivier Janson.

Sa compagne, également entendue, a indiqué "qu'elle ne s'estimait pas victime de violences psychologiques", a-t-il ajouté, concluant que l'infraction de violences à caractère psychologique, "insuffisamment caractérisée", avait donc fait l'objet d'un classement sans suite.

Dans ses premières déclarations, le vainqueur de l'édition 2014 de "The Voice" avait expliqué avoir eu très peur d'entendre sa compagne parler de départ et que dans un moment de panique, il avait voulu à son tour lui faire peur en simulant un suicide.

Les investigations ont par ailleurs mis en évidence "la commission de deux infractions délictuelles": acquisition et détention d'arme de catégorie B et usage illicite de stupéfiants, selon la même source.

"Comme M. Girac ne présente aucun antécédent judiciaire et qu'il a par ailleurs pu mesurer la gravité de ces infractions (...), il lui a été demandé, à titre de mesure alternative aux poursuites, de s'acquitter de deux contributions citoyennes", a précisé M. Janson, évoquant le versement d'une somme au profit d'une association d'aide aux victimes. L'artiste a dû justifier aussi d'une prise en charge sanitaire pendant six mois en vue d'obtenir le classement de ces procédures.

Kendji Girac avait été hospitalisé le 22 avril près de Bordeaux pour une grave blessure par balle au thorax. Selon des analyses, il était fortement alcoolisé, à plus de 2,5 grammes par litre de sang, et avait consommé de la cocaïne pendant une soirée et une nuit de fête, lors de laquelle il était notamment allé au casino avec des amis.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

Culture

L'Unesco veut placer Stonehenge sur la liste du patrimoine en péril

Publié

le

Le célèbre monument mégalithique préhistorique de Stonehenge est aligné sur l'axe du soleil lors des solstices d'été et d'hiver. Comme chaque année lors du solstice d'été, de nombreux curieux s'y sont rendus vendredi dernier pour assister au lever du soleil. (© KEYSTONE/AP/Andrew Matthews)

L'Unesco veut placer Stonehenge, dans le sud-ouest de l'Angleterre, sur sa liste du patrimoine mondial en péril, a-t-on appris lundi auprès de l'organisation onusienne. La décision est liée à un projet contesté de tunnel routier passant près du site préhistorique.

Le Comité du patrimoine mondial, dans une décision écrite vue par l'AFP, recommande l'inscription de Stonehenge sur cette liste "en vue de mobiliser le soutien international".

L'inscription doit toutefois encore être votée par les Etats membres du Comité du patrimoine mondial, qui se réuniront à New Delhi à partir du 21 juillet. Selon un diplomate interrogé par l'AFP, les chances sont très grandes qu'ils valident cette décision.

Construit par étapes entre environ 3000 et 2300 ans avant Jésus Christ, Stonehenge est l'un des monuments mégalithiques préhistoriques les plus importants du monde par sa taille, son plan sophistiqué et sa précision architecturale.

Le célèbre ensemble est aligné sur l'axe du soleil lors des solstices d'été et d'hiver. Ses pierres dressées en mystérieux cercles attirent chaque année, le 21 juin, des milliers de personnes - curieux, adorateurs du soleil et néo-druides - au lever du soleil pour les fêtes païennes du solstice.

Projet de tunnel près du site

Stonehenge est le "cercle de pierres préhistorique le plus sophistiqué au monde d'un point de vue architectural" selon l'Unesco, qui l'a classé au patrimoine mondial en 1986.

Le gouvernement britannique a pourtant donné son feu vert en juillet dernier à un projet de tunnel routier près du site. La justice avait bloqué une première version du projet en juillet 2021, faisant part de ses craintes concernant son impact environnemental.

Le gestionnaire du réseau routier National Highways explique que ce projet de rénovation de l'A303, un axe routier très fréquenté, permettra de fluidifier la circulation et que le tunnel d'environ trois kilomètres de long réduira les désagréments liés au trafic routier à proximité du site.

Projet à risque, selon des experts

Mais un panel de spécialistes avait estimé que cela risquait de lui causer un "préjudice permanent et irréversible".

Le tunnel serait creusé dans le périmètre du site, a indiqué le diplomate. Londres a décidé de valider ce projet "malgré des alertes répétées du Comité du patrimoine mondial depuis 2017 et les avertissements répétés de ses experts", a-t-il poursuivi.

Fait rare, en 2021, l'Unesco avait décidé de retirer le port marchand de Liverpool de sa liste du patrimoine mondial après des travaux de rénovation qui avaient, selon l'organisation onusienne, "porté atteinte à l'authenticité et à l'intégrité du site".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Euro 2024

Le soleil brille pour l'équipe de Suisse

Publié

le

Pierluigi Tami, directeur des équipes nationales, est un homme comblé après la phase de groupes réussie par la Nati à l'Euro. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le soleil brille dans le ciel de l’équipe de Suisse. Au lendemain du nul (1-1) face à l’Allemagne, le directeur des équipes nationales Pierluigi Tami tenait bien le discours d’un homme comblé.

Même la différence de 500'000 euros dans le barème des primes de l’UEFA provoquée par la tête victorieuse de Niclas Füllkrug à la 92e minute (1 million d'euros pour une victoire, 500'000 pour un nul) ne chagrine pas le Tessinois. "Je ne nourris aucun regret sur le match de dimanche. L’objectif a été atteint avec cette qualification pour les huitièmes de finale, explique-t-il. Mais à mes yeux, c’est la manière qui importe le plus. L’équipe a témoigné d’une très grande force de caractère dans les moments difficiles. Elle a été solidaire. Unie aussi. Ces résultats ne sont pas le fruit du hasard. Le travail entrepris depuis le premier jour du rassemblement le 27 mai à St. Gall a été déterminant. Depuis un mois, il se dégage autour de cette équipe une énergie positive."

"Nous livrerons une grande performance"

S’ils ont fêté comme il se devait dimanche soir cette qualification avec leurs familles, le staff et les joueurs vont très vite basculer vers le huitième de finale de samedi à Berlin. "Je vais sans doute passer pour quelqu’un de présomptueux. Mais l’adversaire pour ce huitième de finale importe peu, lâche Pierluigi Tami. Nous devons nous concentrer sur nos forces. Le match contre l’Allemagne a souligné combien elles pouvaient être vives. Pour samedi, il est bien sûr impossible de promettre à nos fans la victoire. Mais je suis convaincu d’une chose: nous livrerons une grande performance."

Pierluigi Tami a souligné le rôle déterminant de Manuel Akanji et de Granit Xhaxa dans cette qualification. "Manu est une véritable machine. Quant à Granit, son langage corporel dit tout sur son implication, sur l’exemple qu’il donne à ses coéquipiers", glisse-t-il. Le directeur des équipes nationales tire aussi un grand coup de chapeau à Murat Yakin. "Une feuille de route a été établie cet hiver à l’occasion des nombreuses discussions qui étaient nécessaires après les vents contraires essuyés lors du tour préliminaire. Je me réjouis de voir Murat s’y tenir aussi parfaitement, poursuit Pierluigi Tami. La présence à ses côtés de Giorgio Contini est précieuse. Son apport est essentiel. Je note surtout que nous avons livré sept matches en 2024. A chaque fois, on a pu noter des progrès dans notre jeu défensif qui avait tant souffert à l’automne. Le nouveau système en 3-4-3 s’avère être vraiment le bon."

Murat Yakin se fait désirer

On le sait, le contrat de Murat Yakin ne court que jusqu’à la fin de cet Euro 2024. Si l’on peint le diable sur la muraille, la Suisse risque de se retrouver sans sélectionneur dès ce samedi à 20h00. "Le plan A est et reste Murat Yakin, lance avec force Pierluigi Tami. Nous n’avons pas abordé à nouveau le sujet d’une prolongation de contrat ces derniers jours. Seul compte aujourd’hui l’Euro. Mais pour prolonger l’aventure, il faut que les deux parties soient partantes." Cette dernière phrase laisse bien entendre que le choix de Murat Yakin n’est pas encore arrêté. Comme s’il était parti pour ne pas rester...

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Biogaran: le fonds BC Partners dépose une offre d'achat

Publié

le

Dans cette proposition conjointe de rachat remise à la banque Lazard, BC Partners a accepté "un certain nombre de contraintes" dictées par le gouvernement telles que le maintien en France du siège social et d'"une grande majorité de la production" de médicaments, détaille-t-on. (KEYSTONE/G. Bally) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le fonds d'investissement britannique BC Partners a déposé une offre pour racheter Biogaran, le champion des génériques en France qui appartient au laboratoire pharmaceutique Servier, a appris l'AFP lundi auprès d'une source proche du dossier.

"L'offre a été déposée mercredi soir aux côtés de la banque publique d'investissement Bpifrance" qui intervient en tant qu'investisseur minoritaire dans cette opération, selon cette source.

Dans la mesure où Biogaran est une entité française qui réalise plus de 30% du marché des génériques, le soutien de Bpifrance donne à cette offre une référence tricolore alors que le Royaume-Uni ne fait plus partie de la zone euro.

Dans cette proposition conjointe de rachat remise à la banque Lazard, BC Partners a accepté "un certain nombre de contraintes" dictées par le gouvernement telles que le maintien en France du siège social et d'"une grande majorité de la production" de médicaments, détaille-t-on à l'AFP.

Créé par deux Français, un Néerlandais et un Britannique, BC Partners a un bureau à Paris depuis 1986. Son patron est le Français Raymond Svider.

La société financière, qui a réalisé une kyrielle d'opérations en France, a été notamment propriétaire de Picard Surgelés.

L'une de ses dernières transactions a été le rachat en 2022 du vendéen Havea, un acteur majeur dans les compléments alimentaires.

Le secteur de la santé représente un gros tiers des investissements de BC Partners. Le groupe a investi dans des cliniques, des cliniques dentaires et vétérinaires, des maisons de retraite, des laboratoires d'analyses médicales à travers l'Europe.

Deux entreprises pharmaceutiques indiennes, Torrent Pharmaceuticals et Aurobindo Pharma, ont été identifiées comme candidates au rachat de Biogaran.

La crainte d'une délocalisation a fait réagir le gouvernement qui se réserve la possibilité d'activer le contrôle des investissements étrangers en France (IEF).

Mi-juin, la société pharmaceutique française Benta Lyon a déposé une offre comprise "entre 800 et 900 millions d'euros"pour reprendre Biogaran, selon un expert du secteur.

Aucune décision n'est attendue avant les résultats des élections législatives le 7 juillet.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

UE: l'Italie réclame une vice-présidence de la Commission européenne

Publié

le

"Je crois que l'Italie ne peut pas ne pas avoir un poste de vice-président de la Commission et ne pas avoir un commissaire avec un portefeuille important, c'est le minimum auquel notre pays peut prétendre", a déclaré Antonio Tajani, ministre italien des affaires étrangères. (© KEYSTONE/EPA/OLIVIER HOSLET)

L'Italie réclame "au minimum" une vice-présidence de la Commission européenne, a indiqué lundi à Luxembourg son ministre des Affaires étrangères Antonio Tajani. Cela à quelques jours d'un nouveau sommet européen devant décider des postes-clés de l'UE.

"Je crois que l'Italie ne peut pas ne pas avoir un poste de vice-président de la Commission et ne pas avoir un commissaire avec un portefeuille important, c'est le minimum auquel notre pays peut prétendre", a déclaré M. Tajani devant la presse, à son arrivée à une réunion des ministres des Affaires étrangères des Vingt-Sept.

"Nous voulons avoir une vice-présidence, un commissaire fort pour avoir une bonne politique européenne en faveur de l'industrie et de l'agriculture, bien sûr engagée sur le changement climatique, mais pas d'une façon fondamentaliste", avait-il déjà expliqué ce week-end à des médias français.

Première discussion sans accord

Une première discussion sur les postes clés au sein de l'Union européenne a eu lieu entre les dirigeants des 27 le 17 juin à Bruxelles. Aucun accord n'avait été trouvé, et l'Italie avait manifesté son agacement après avoir été tenue à l'écart de ces négociations, en dépit du bon résultat obtenu par l'extrême droite après les élections européennes du 9 juin.

La cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni est aussi la cheffe du parti Fratelli d'Italia, principale composante du groupe des Conservateurs et réformistes (ECR), qui rassemble une partie de l'extrême droite eurosceptique au Parlement européen.

Situation "surréaliste"

Le groupe ECR est en passe de ravir aux centristes de Renew Europe la place de troisième force politique au sein du Parlement de Strasbourg.

Or, les négociations au sommet de lundi dernier ont exclusivement eu lieu entre les dirigeants du PPE (droite), première force représentée au Parlement européen, les socio-démocrates de S&D, deuxième groupe le plus important à Strasbourg et les représentants de Renw (centristes, libéraux).

Une situation "surréaliste" avait alors dénoncé Mme Meloni en rappelant la poussée de l'extrême droite après le 9 juin.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture