Rejoignez-nous

Politique

Moins de retraits de parlementaires fédéraux qu'en 2019

Publié

,

le

Olivier Français et Adèle Thorens Goumaz sont les seuls conseillers aux Etats romands à ne pas briguer un nouveau mandat (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Alors que l'année électorale 2023 est sur le point de s'ouvrir, les élus fédéraux souhaitent rempiler. Ils sont moins nombreux à avoir annoncé leur retrait qu'il y a quatre ans. Pour l'heure, huit sénateurs et une vingtaine de conseillers nationaux sont partants.

Au Conseil des Etats, seul le groupe du Centre - le plus grand de la chambre - n'annonce aucun départ parmi ses 14 sortants, selon une recherche de Keystone-ATS. Seul le Zougois Peter Hegglin n'a pas encore dévoilé ses intentions. Les autres groupes devront chercher des remplaçants. Comme en 2019, c'est le Parti socialiste qui enregistre le plus de départs.

Le PS comptait huit élus à la Chambre des cantons jusqu'au départ du St-Gallois Paul Rechsteiner à la fin de la session d'hiver. Il devra défendre son siège en mars lors d'une élection complémentaire. L'ancien maire de Bienne Hans Stöckli (BE) et Roberto Zanetti (SO) quitteront la chambre à la fin de la législature.

Le groupe socialiste pourrait également enregistrer un quatrième départ si Marina Carobbio Guscetti est élue au gouvernement tessinois en avril prochain. L'ancienne présidente du Conseil national avait ravi le siège du PDC Filippo Lombardi en 2019.

Départ du duo vaudois

L'UDC enregistre lui aussi un nombre important de départs proportionnellement à son nombre de sièges. Deux de ses six sénateurs ne se représentent pas: l'ancien président du Conseil des Etats Alex Kuprecht (SZ) et Hansjörg Knecht (AG), qui s'était emparé d'un siège socialiste il y a trois ans.

Au PLR, trois sénateurs sur douze s'en iront: le Vaudois Olivier Français, le Glaronais Thomas Hefti et le Zurichois Ruedi Noser. Le Nidwaldien Hans Wicki n'a pas encore dévoilé ses cartes. Le Neuchâtelois Philippe Bauer n'a pas non plus clairement annoncé ses intentions.

Chez les Verts, enfin, la Vaudoise Adèle Thorens Goumaz est la seule des cinq élus à ne pas souhaiter se représenter. Le canton de Vaud est d'ailleurs le seul qui devra complètement renouveler sa représentation au Conseil des Etats.

Le coup de sac de 2019

Le renouvellement à la Chambre des cantons devrait ainsi être moins important qu'en 2019. Pas moins de 19 sortants sur 46 ne s'étaient pas représentés et trois autres n'avaient pas été réélus.

Un renouvellement qui ne s'était encore jamais vu, avait alors souligné Hans Stöckli, élu président du Conseil des Etats en décembre 2019. La chambre était devenue plus verte, plus jeune et plus féminine.

Toutes les cartes ne sont pas dévoilées

La situation est encore moins claire au National où les partis n'ont pas encore dévoilé toutes leurs cartes. Pour l'heure, 21 départs ont été annoncés dans les partis gouvernementaux, mais aucun chez les Verts et les Vert'libéraux. Les deux formations écologistes avaient profité des vagues verte et féminine de 2019. Leurs représentants siègent donc depuis moins longtemps à Berne.

Dans les cantons romands, aucun départ n'est actuellement annoncé parmi les conseillers nationaux neuchâtelois et valaisans.

Premier groupe à la Chambre du peuple, avec 55 représentants, l'UDC enregistre le plus de départs. Huit de ses élus, dont deux romands, ne se représenteront pas: Yves Nidegger (GE), Jean-Pierre Grin (VD), Walter Wobmann (SO) et Verena Herzog (TG).

Trois UDC bernois doivent aussi laisser la place en raison des règles internes de limitation des mandats (Andreas Aebi, Andrea Geissbühler, Erich von Siebenthal). Quant à Pirmin Schwander (SZ), il est candidat au Conseil des Etats.

Le PLR enregistre cinq départs parmi ses 29 députés: Jacques Bourgeois (FR), Christian Lüscher (GE), Christa Markwalder (BE), Kurt Fluri (SO) et Doris Fiala (ZH). Au PS, quatre femmes parmi les 39 sortants ne se représentent pas. Il s'agit de la Vaudoise Ada Marra et d'Yvonne Feri (AG), Prisca Birrer-Heimo (LU) et Edith Graf-Litscher (TG).

Enfin, le Centre voit cinq de ses 31 conseillers nationaux partir. Jean-Paul Gschwind (JU), Martin Landolt (GL), Ida Glanzmann (LU) et Alois Gmür (SZ) se retirent à la fin de la législature, Ruth Humbel (AG) s'en va déjà la fin février.

En 2019, 29 élus du Conseil national n'avaient pas brigué un nouveau mandat et 31 n'avaient pas été réélus.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Le chef de l'OTAN menace Pékin et veut plus d'armes pour l'Ukraine

Publié

le

Jens Stoltenberg (à gauche sur l'image) a été reçu dans le bureau ovale par le président américain Joe Biden. (© KEYSTONE/EPA/Chris Kleponis / POOL)

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, en visite à Washington, a appelé lundi à faire payer à la Chine le prix de son soutien à la Russie pour sa guerre en Ukraine. Il a salué la plus forte hausse des dépenses militaires de l'alliance depuis des décennies.

S'exprimant dans le bureau ovale avant un entretien avec le président américain Joe Biden, M. Stoltenberg a affirmé que "23 [pays] alliés allaient cette année dépenser 2% ou plus de leur PIB pour la défense", soit le seuil minimal fixé par l'alliance militaire occidentale qui compte 32 membres.

Il a indiqué que les pays membres de l'OTAN "augmentaient cette année leurs dépenses militaires de 18%. C'est la plus forte augmentation depuis des décennies", liée largement à l'invasion russe de l'Ukraine en février 2022."Un record", a salué pour sa part Joe Biden.

M. Stoltenberg, qui cédera en octobre sa place de secrétaire général de l'OTAN, effectue une visite à Washington pour préparer le sommet de l'alliance atlantique qui se tiendra du 9 au 11 juillet dans la capitale fédérale américaine, à l'occasion du 75e anniversaire de sa création.

Des "conséquences"

Dans un discours devant le Wilson Center, un centre de réflexion à Washington, il s'en est pris à la Chine, tout en encourageant l'alliance militaire occidentale à fournir davantage d'armes à l'Ukraine. "Cela peut paraître comme étant un paradoxe, mais le chemin vers la paix passe par plus d'armes à l'Ukraine", a-t-il déclaré.

Il a relevé que le président Xi Jinping s'efforce "de donner l'impression qu'il se tient en retrait dans ce conflit, afin d'éviter les sanctions et de maintenir les flux commerciaux". "Mais la réalité est que la Chine alimente le plus grand conflit armé en Europe depuis la seconde guerre mondiale et qu'en même temps, elle veut maintenir de bonnes relations avec l'Occident", a-t-il dit.

"À un moment donné, et à moins que la Chine ne change de cap, les alliés doivent imposer un coût. Il devrait y avoir des conséquences", a plaidé le chef de l'OTAN.

L'OTAN, avec les Etats-Unis en tête, critique de manière de plus en plus virulente l'aide à l'effort de guerre russe apportée par la Chine et ses entreprises, qui fournissent des composants et des équipements soutenant le secteur de l'armement russe, avec un impact sur le champ de bataille en Ukraine. La Chine dément fournir directement des armes à la Russie.

Washington a déjà pris des sanctions contre des entreprises chinoises et le porte-parole du département d'Etat, Matthew Miller, a dit lundi s'attendre "à d'autres mesures" si la Chine ne fait pas marche arrière.

Le secrétaire général de l'alliance a aussi mis en exergue le fait que l'OTAN prendra en main le soutien militaire occidental à l'Ukraine, jusqu'à présent piloté par Washington, pour mieux l'ancrer dans la durée. Selon des diplomates de l'OTAN, il vise à s'assurer que le flot de l'aide militaire vers l'Ukraine ne puisse être interrompu par une décision de la Maison-Blanche en cas de victoire de Donald Trump à la présidentielle de novembre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

La Maison-Blanche dénonce la diffusion de vidéos tronquées de Biden

Publié

le

L'âge du président américain Joe Biden est une préoccupation majeure des électeurs et un angle d'attaque récurrent de son grand rival à la présidentielle Donald Trump (archives). (© KEYSTONE/AP/Alex Brandon)

Des "faux au rabais": la Maison-Blanche a dénoncé lundi la diffusion par le camp conservateur de vidéos censées prouver un déclin mental et physique du président américain Joe Biden. Elle a assuré que les images avaient été tronquées et manipulées.

"Cela vous montre à quel point les républicains sont désespérés", a dit la porte-parole de l'exécutif américain, Karine Jean-Pierre. Elle réagissait à la diffusion ces derniers jours sur les réseaux sociaux, par des médias conservateurs, notamment le New York Post, ou par un compte officiel du parti républicain, de courtes vidéos à première vue accablantes pour le président américain.

Sur l'une de ces vidéos, le démocrate de 81 ans apparaît complètement désorienté alors qu'il assiste à un spectacle de parachutisme avec d'autres dirigeants du G7, pendant un sommet la semaine dernière en Italie.

Karine Jean-Pierre a indiqué que Joe Biden s'était sciemment écarté du groupe pour féliciter l'un des parachutistes, ce dont on se rend compte "en laissant la vidéo se poursuivre un peu plus longtemps".

Age du président

Autre séquence très commentée: un plan serré sur Joe Biden complètement figé pendant un concert donné récemment à la Maison-Blanche et décrit par les adversaires de l'octogénaire comme un épisode de confusion mentale.

"Le président était là à écouter la musique et il ne dansait pas. Vous m'excuserez. Je ne savais pas que ne pas danser était révélateur d'un problème de santé", a ironisé Karine Jean-Pierre.

Enfin la Maison-Blanche s'était indignée ce week-end après la diffusion dans la sphère conservatrice et trumpiste d'une vidéo extraite d'une réunion politique à Los Angeles. On y voit Joe Biden paraissant égaré sur la scène, avant que son prédécesseur Barack Obama ne lui prenne le poignet et ne le guide vers la sortie.

Le porte-parole a assuré que le président américain s'était seulement attardé sur la scène pour savourer les applaudissements de ses partisans.

L'âge du président américain est une préoccupation majeure des électeurs, à en croire les sondages, et un angle d'attaque récurrent de son grand rival à la présidentielle Donald Trump.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Les 27 débattent des postes clés de l'UE, von der Leyen bien partie

Publié

le

Ursula von der Leyen devait participer à la première partie de la rencontre informelle. (© Keystone/AP/GEERT VANDEN WIJNGAERT)

Les dirigeants européens ont multiplié lundi soir les marques de soutien pour une reconduction d'Ursula von der Leyen à la tête de la Commission européenne. Ils étaient réunis à Bruxelles pour un sommet informel consacré à la répartition des plus hauts postes de l'UE.

Cette réunion est un premier rendez-vous pour les chefs d'Etat et de gouvernement des pays de l'UE après le scrutin des 6-9 juin qui a été marqué par une poussée de l'extrême droite dans plusieurs pays, dont la France et l'Allemagne. Un nouveau sommet est prévu les 27 et 28 juin pour entériner le choix des dirigeants européens, mais un consensus paraît déjà émerger sur les quatre principaux postes de l'UE.

"Je suis sûr que nous pourrons trouver un accord le plus rapidement possible", a déclaré le chancelier allemand Olaf Scholz à son arrivée. Comme lui, le président français Emmanuel Macron avait exprimé sa volonté d'"avancer efficacement" lors du sommet du G7 la semaine dernière en Italie.

"Il semble y avoir un consensus de plus en plus large" sur la présidence de la Commission en particulier, a déclaré le Premier ministre néerlandais Mark Rutte. "Il est clair" que Mme von der Leyen a "de très bonnes chances", a-t-il estimé. Le chef de gouvernement irlandais Simon Harris lui a fait écho: "Je n'ai pas entendu d'autres noms suggérés à ce stade", a-t-il commenté.

Présente en début de soirée

La présidente de la Commission européenne doit participer au début des discussions des dirigeants mais s'éclipser au moment du dîner, où sera abordée la question des "top jobs", dont le sien.

L'Allemande de 65 ans est bien placée pour se succéder à elle-même, en tant que candidate du Parti populaire européen (PPE, droite), la famille politique arrivée en tête des élections avec 190 sièges (+14) dans le nouveau Parlement, selon des résultats encore provisoires.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Politique

La Tour-de-Peilz (VD): démission du municipal Alain Grangier

Publié

le

Le conseil municipal de La Tour-de-Peilz fonctionne actuellement à trois au lieu de cinq (image d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'ancien syndic de La Tour-de-Peilz, Alain Grangier, actuellement conseiller municipal en charge des Domaines et bâtiments, démissionnera au 30 juin pour des raisons de santé. Il était hospitalisé depuis novembre dernier des suites d'une hémorragie cérébrale. Une élection complémentaire se tiendra le 22 septembre.

M. Grangier était entré au Conseil communal en 1993. Dans un communiqué publié lundi, la Municipalité a tenu à "saluer l’engagement sans faille au profit la collectivité boélande dont M. Grangier a fait la preuve tout au long de son long parcours politique".

Depuis le 6 juin, La Tour-de-Peilz fonctionne avec trois conseillers municipaux au lieu de cinq. La vice-syndique, en charge de l'Urbanisme et des travaux publics, Elise Kaiser, a en effet annoncé devoir cesser toute activité pour trois mois au minimum, également pour des raisons de santé.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

La PCi vaudoise doit être réorganisée

Publié

le

La protection civile vaudoise doit se réorganiser (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Conseil d'Etat vaudois et les faitières de communes ouvrent "une phase de négociations" pour repenser la protection civile (PCi). Objectif: lui permettre de continuer à assurer ses missions alors que les effectifs dégringolent. Les dix organisations régionales saluent la démarche, tout en rappelant leur opposition à une cantonalisation.

Le nombre d'astreints à la PCi vaudoise a presque diminué de moitié entre 2020 et 2024, passant de 7500 à 4000. En cause notamment, l'entrée en vigueur de la nouvelle loi fédérale sur la protection de la population et la protection civile, qui avait déjà fait chuter les effectifs de 35% entre 2020 et 2021.

Selon l'Etat de Vaud, cette réduction des forces "affecte la capacité et la disponibilité opérationnelles" de la PCi vaudoise. Et d'autant plus que les événements où elle est appelée à intervenir, liés par exemple au dérèglement climatique, vont s'accélérer à l'avenir, relève lundi le canton dans son communiqué.

Le Conseil d'Etat et les deux faîtières de communes, l'UCV et l'AdCV, vont discuter de "la capacité de la protection civile à assumer ses missions". Ils vont aussi aborder la question d'une révision de la loi sur la protection de la population, "notamment pour répondre à l'augmentation des risques". L'objectif consiste à aboutir à un accord d'ici fin 2024.

Cantonalisation contestée

Si rien n'a encore été décidé en matière de réorganisation, le Conseil d'Etat indique déjà qu'il souhaiterait "une ligne de commandement unique" à la PCi. La clarification des rôles et responsabilités, ainsi que les aspects financiers de cette nouvelle organisation, seront "au coeur des négociations", continue le communiqué.

Actuellement, la PCi vaudoise est composée de dix organisations régionales. Chacune est chapeautée par un comité de direction dans lequel siègent des représentants des communes.

Plutôt des synergies

Les présidents de ces dix comités ont réagi dans leur propre communiqué, disant "saluer" l'ouverture de ces discussions canton-communes. Toutefois, ils affirment s'opposer à une ligne de commandement unique, préférant "des synergies renforcées entre organisations régionales."

Selon eux, la "cantonalisation" de la PCi ne tient pas compte des situations concrètes de crises, "très majoritairement localisées". Ils appellent aussi à ne pas prendre de "décisions précipitées", soulignant que la mise en oeuvre de la loi fédérale, prévue pour 2026, allait "renforcer significativement les effectifs."

Ils appellent ainsi à "une évolution agile" et non à une "révolution" de l’organisation de la PCi vaudoise.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture