Rejoignez-nous

Economie

Les jeunes doivent être mieux protégés du porno en ligne

Publié

,

le

Le National veut restreindre l'accès des jeunes de moins de 16 ans au porno en ligne. Il a accepté une motion lundi pour renforcer l'identification sur Internet (illustration). (© KEYSTONE/CHRISTOF SCHUERPF)

Berne devrait prendre des mesures pour restreindre l'accès des moins de 16 ans au porno en ligne. Le Conseil national a adopté lundi une motion pour obliger les fournisseurs Internet à bloquer les sites qui ne prennent pas de précautions.

Le code pénal punit d'une peine de prison ou d'une amende quiconque offre, montre ou rend accessibles des contenus pornographiques à une personne de moins de 16 ans. Cette règle s'applique aussi à la diffusion via Internet.

Problème, selon le motionnaire Niklaus-Samuel Gugger (PEV/ZH), les fournisseurs concernés contournent la loi en se contentant de demander aux utilisateurs de confirmer qu'ils ont l'âge requis. Mais un simple clic n'est pas suffisant.

La prévention ne peut pas remplacer la protection de la jeunesse, fait-il encore valoir. L'industrie pornographique brasse des sommes colossales et met tout en oeuvre pour que les entreprises contournent la protection de la jeunesse. On pourrait par exemple prévoir une identification de l'âge efficace, au moyen d'une carte de crédit, selon M. Gugger.

Rester réaliste

Il faut rester réaliste, a plaidé la ministre des télécommunications Simonetta Sommaruga. Un blocage de l'accès peut être facilement contourné. Seuls les pays qui réglementent strictement le trafic Internet peuvent le mettre en place.

Depuis début 2021, les fournisseurs d'accès Internet doivent en outre obligatoirement conseiller leurs clients sur les possibilités de protéger les enfants et les jeunes. La plateforme nationale "Jeunes et médias" a également été créée dans le but d'accroître les compétences des parents, des enfants et des jeunes dans le domaine des médias.

Mais le National l'a entendu autrement. Il a soutenu la motion par 109 voix contre 66 et 11 abstentions. Le Conseil des Etats devra se prononcer.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

"II fera plus frais cet hiver dans les commerces" (faîtière)

Publié

le

Il faudra bien s'habiller pour faire ses courses cet hiver (image d'illustration). (© KEYSTONE/DPA/FEDERICO GAMBARINI)

L'association des commerces de détail Swiss Retail Federation recommande à ses membres d'abaisser la température des magasins à 18 ou19 degrés. "Dans les grands magasins, comme chez les bouchers et les drogueries, il fera plus frais cet hiver", prévient-elle.

Pour éviter la pénurie d'énergie, il faut se préparer à ce que les achats se fassent cet hiver "dans une autre ambiance", avertit Swiss Retail Federation vendredi dans un communiqué. L'organisation propose à ses membres d'appliquer pas moins de 37 mesures d'économie d'énergie, allant de la ventilation aux températures en passant par les vitrines.

La clientèle ne devrait guère s'en ressentir, mais le personnel, oui, écrit l'association: "Nous sommes certains que nos clientes et clients auront de la compréhension s'ils voient le personnel du magasin habillé un peu plus chaudement et si l'identité visuelle de l'enseigne peut éventuellement en souffrir", explique Dagmar Jenni, directrice de Swiss Retail.

Eteindre les vitrines

Dans le détail, parmi les différentes mesures, Swiss Retail demande l'extinction des vitrines en dehors des heures d'ouverture, le renoncement aux décorations de Noël à commande électrique ou encore la réduction de la luminosité à l'intérieur. Cela "dans le respect, bien sûr, des prescriptions sanitaires pour le personnel", prend-elle le soin de préciser.

Le commerce de détail veut également tirer parti "des potentiels en matière de réduction d'eau chaude (...) et d'économies d'énergie pour les infrastructures non critiques".

L'organisation précise ainsi vouloir "contribuer à ce qu'il n'y ait ni restrictions de consommation ni contingentement cet hiver, deux mesures qui toucheraient durement les entreprises, tout comme la population".

Swiss Retail Federation représente 6000 magasins employant 58'000 personnes, pour un chiffre d'affaires annuel total de plus de 23 milliards de francs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

L'égalité salariale est garantie dans l'administration fédérale

Publié

le

L'égalité salariale est garantie dans l'administration fédérale, selon un rapport dont le Conseil fédéral a pris connaissance vendredi (image symbolique). (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

L'administration fédérale fait preuve d'exemplarité en matière d'égalité salariale. Celle-ci est garantie, selon un rapport dont le Conseil fédéral a pris acte vendredi.

Depuis le 1er juillet 2020, les employeurs qui comptent plus de 100 collaborateurs sont tenus d'effectuer une analyse de l'égalité des salaires entre hommes et femmes. Cette analyse doit être vérifiée par un organe indépendant.

Au sein de l'administration ont été examinés les salaires pratiqués dans toutes les unités qui comptent au moins 50 collaborateurs. L'outil utilisé a calculé l'influence de divers paramètres sur le salaire, comme la formation, l'âge, le niveau d'exigence, la fonction et le sexe de la personne. Si ce dernier critère n'avait aucun effet sur la rémunération, c'est qu'il n'y avait pas de signe de discrimination, explique le gouvernement.

Il se félicite de ce constat "positif" et "réjouissant", alors qu'un seuil de tolérance de 5% était accepté. Un bilan négatif a été relevé au sein d'une petite entité chargée de l'informatique au sein du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche. Des mesures ont déjà été prises, assure le Conseil fédéral.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Swissgrid se prépare à faire face aux pénuries d'électricité

Publié

le

Le Conseil fédéral a confié par voie d'ordonnance à Swissgrid la gestion opérationnelle de la réserve d'énergie hydraulique. (Archives) (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'exploitant du réseau suisse d'électricité Swissgrid se prépare aux défis particuliers de l'hiver prochain. En raison du risque de pénuries d'électricité, l'opérateur s'est vu confier de nouvelles tâches.

"Nous partageons l'avis de la Confédération selon lequel il existe des incertitudes quant à la sécurité de l'approvisionnement en électricité durant l'hiver 2022/2023", écrit Swissgrid. L'opérateur travaille par conséquent avec ses partenaires en Suisse et à l'étranger "afin d'assurer un approvisionnent en électricité sûr et fiable en Suisse".

Afin d'éviter des pénuries d'électricité, le Conseil fédéral a décidé de mettre en place une réserve d'énergie hydraulique pour l'hiver 2022/2023. Cette mesure, qui entre en vigueur au 1er octobre, prévoit que les exploitants de centrales à accumulation retiennent, contre rétribution, une certaine quantité d'énergie, qui peut être sollicitée en cas de besoin, notamment vers la fin de l'hiver, lorsque les possibilités d'importation sont réduites et la disponibilité de la production nationale est traditionnellement moindre.

Insuffisant à moyen terme

Le Conseil fédéral a donc confié par voie d'ordonnance à Swissgrid la gestion opérationnelle de la réserve d'énergie hydraulique. Swissgrid assume ainsi un nouveau rôle, qui va au-delà de son mandat légal actuel.

La réserve est utilisée lorsque l'offre sur le marché ne peut plus couvrir la demande la veille de la fourniture. L'acteur du marché dont la demande ne peut être satisfaite annonce ses besoins à Swissgrid, qui appelle alors l'énergie de réserve nécessaire auprès des fournisseurs.

"Dans le contexte de la situation géopolitique actuelle, de l'absence d'accord sur l'électricité avec l'UE et de la lenteur des procédures d'autorisation pour la construction d'infrastructures pour la sécurité d'approvisionnement en électricité, la réserve d'énergie hydraulique est une mesure compréhensible et réalisable", écrit Swissgrid.

Mais à moyen et long terme, d'autres mesures seront nécessaires pour faire face efficacement à une pénurie d'électricité. "Il s'agit notamment d'augmenter la capacité de production nationale, d'accélérer les procédures pour l'extension des installations de production, ainsi que de conclure un accord sur l'électricité avec l'UE", énumère Swissgrid.

Davantage d'importations en provenance du nord

En cas d'urgence, Swissgrid pourra en outre augmenter temporairement la capacité de transport du réseau à très haute tension et, si nécessaire, importer davantage d'électricité du nord. En août 2022, le Conseil fédéral avait informé de l'option d'une surtension temporaire des lignes à très haute tension Bickigen-Chippis et Bassecourt-Mühleberg. Ces deux lignes pourront alors être exploitées à 380 kilovolts au lieu de 220 kilovolts.

D'un point de vue technique, Swissgrid se prépare à exploiter temporairement la ligne Bickigen-Chippis à 380 kilovolts en cas de situation d'approvisionnement critique. Un test d'exploitation doit d'ailleurs avoir lieu en décembre prochain. Le passage permanent de la tension à 380 kilovolts nécessitera des adaptations de lignes, qui sont prévues et actuellement en cours de procédure d'autorisation.

Swissgrid a déjà testé temporairement la ligne Bassecourt-Mühleberg à l'automne 2021 avec une tension de 380 kilovolts. L'opérateur est donc prêt en cas de situation critique. La conversion permanente de la tension à 380 kilovolts nécessitera là aussi une adaptation, qui sera réalisée à partir de septembre 2022.

Quarante et une lignes transfrontalières

Swissgrid est responsable du réseau interconnecté qui comprend 6700 kilomètres de lignes, 12'000 pylônes, 125 sous-stations avec 146 postes de couplage ainsi que 41 liaisons avec l'étranger.

Les lignes électriques de 380 kilovolts sont en grande partie utilisées pour l'importation et l'exportation d'électricité; la haute tension est nécessaire pour transporter l'énergie sur de longues distances avec le moins de pertes possible. Les grandes centrales électriques injectent majoritairement leur énergie dans le réseau de 220 kilovolts.

Swissgrid a notamment pour tâche de veiller à ce que le réseau de transport soit stable à tout moment, c'est-à-dire que la production et la consommation soient toujours en équilibre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Les perspectives demeurent modérées pour l'économie suisse

Publié

le

Le KOF anticipe un ralentissement de l'activité économique en Suisse vers la fin de l'année. (Archives) (© KEYSTONE/PPR/OBS/DEBRUNNER ACIFER AG/ZVG)

Les perspectives demeurent modestes pour l'économie suisse, estime le Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich.

A l'aune de leur baromètre conjoncturel stable en septembre après quatre replis d'affilée, les chercheurs zurichois anticipent un ralentissement de l'activité économique en cette fin d'année.

Affichant en septembre une infime progression de 0,3 point, le baromètre conjoncturel du KOF s'est ainsi établi à 93,8 points, contre une valeur révisée en nette hausse à 93,5 points en août et calculée initialement à 86,5 points, indique vendredi l'institut de l'EPFZ. Largement supérieur à la fourchette des attentes des économistes sondés par AWP, laquelle se situe entre 83 et 87,4 points, l'indicateur reste toutefois inférieur à sa moyenne à long terme.

Les prévisionnistes zurichois attribuent la légère embellie de septembre aux indicateurs de l'industrie manufacturière et du secteur des autres services. Ceux des branches de la finance et des assurances ainsi que pour la demande étrangère font par contre part de signaux négatifs. Le KOF a ainsi observé des évolutions favorables, bien que modérées, dans les industries métallurgique et textile, suivies par la construction de machines et de véhicules.

En revanche, les indicateurs de l'industrie électrique enregistrent un léger recul. Les ensembles d'indicateurs des autres branches - dont le secteur de la chimie, de la pharmacie et des matières plastiques ainsi que de l'agroalimentaire - affichent des changement mineurs au regard du mois précédent.

Dans le secteur de la production (industrie manufacturière et construction), les indicateurs relatifs à l'évaluation de l'évolution de la production et des stocks pointent dans une direction positive. En revanche, ceux portant sur les perspectives d'emploi et la situation des affaires prennent la direction inverse. Au final, les tendances favorables l'emportent, le solde des indices pour le secteur manufacturier se révélant positif.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Les recettes du commerce de détail progressent de 5,4% en août

Publié

le

Le commerce de détail a continué à s'étoffer, notamment grâce à la hausse des prix. (Archives) (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Les chiffres d'affaires du commerce de détail ont avancé de 5,4% en août en comparaison annuelle, grâce aux hausses de prix, indique vendredi l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans un communiqué.

En termes réels, c'est-à-dire en tenant compte du renchérissement, et corrigé de l'effet des jours ouvrables et des jours fériés, les recettes du commerce de détail ont avancé de 3,0% sur un an au cours du mois dernier.

Par rapport au mois précédent, le commerce de détail a pris 1,5%, une fois corrigé des variations saisonnières tandis qu'en termes réels, l'avancée est de 1,2%.

Corrigés de l'effet des jours ouvrables et des jours fériés, les chiffres d'affaires du commerce de détail, les stations-service mises à part, ont gagné 4,6% sur un an en termes nominaux et 2,6% en termes réels.

Les recettes concernant le commerce de détail de denrées alimentaires, boissons et tabac se sont améliorées de 2,6% au niveau nominal et 0,4% en tenant compte du renchérissement. Les secteurs non alimentaires se sont étoffés de 6,4% en termes nominaux et 4,6% en termes réels.

Corrigé des variations saisonnières, le chiffre d'affaires du commerce de détail, les stations-services mises à part, a grignoté 1,6% en termes nominaux et 1,3% en termes réels, par rapport au mois de juillet.

Les recettes du commerce de détail de denrées alimentaires, boissons et tabac ont augmenté de 2,2% en termes nominaux (+1,2% en termes réels) et ceux du secteur non alimentaire 1,6% en termes nominaux (+1,5% en termes réels).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture