Rejoignez-nous

Politique

Trente millions de francs pour le dossier électronique du patient

Publié

,

le

Le dossier électronique du patient doit aller de l'avant, a décidé le National (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le dossier électronique du patient (DEP) doit aller de l'avant et il faut assurer son financement. Au grand dam de l'UDC et des Vert-e-s, le National a accepté jeudi l'enveloppe gouvernementale de 30 millions de francs.

A l'avenir, tous les professionnels de la santé devront utiliser le dossier électronique du patient, aussi bien à l'hôpital que dans les cabinets médicaux ou les pharmacies. Mais cette révision complète de la loi durera plusieurs années. Un soutien financier transitoire doit donc entrer en vigueur fin 2024 afin d'encourager la diffusion du DEP.

"La numérisation de notre système de santé est urgente", a déclaré pour la commission Benjamin Roduit (Centre/VS). "Nous utilisons déjà nos smartphones tous les jours pour gérer notre quotidien", a relevé son co-rapporteur Andri Silberschmidt (PLR/ZH).

Malgré des finances fédérales tendues, l'enveloppe doit être approuvée "au vu de sa contribution importante à la réduction des coûts de la santé", a encore avancé M. Roduit. Le budget est sous pression, a contré Thomas de Courten (UDC/BL).

Et d'estimer que "rien n'est clair" encore sur le projet. "Le DEP est un patient aux soins intensifs à qui on va mettre une perfusion de 30 millions alors qu'on ne sait toujours pas de quoi il souffre", a-t-il illustré. Seul son parti était fondamentalement opposé. Les Vert-e-s critiquent le système actuel et demandent une uniformisation.

Aller plus loin

La Chambre du peuple est allée plus loin que le gouvernement, afin de favoriser la diffusion du DEP. Les fournisseurs de prestations doivent être obligés de s’affilier à une communauté ou à une communauté de référence certifiée.

Les fournisseurs de prestations qui ne s’y soumettraient pas s’exposeraient à des sanctions. Benjamin Roduit a critiqué toute "présence passive si on veut avancer". Un délai transitoire d’un an est prévu, à compter de l’entrée en vigueur de la révision.

Le National a en outre décidé que la liberté des patients de choisir une communauté de référence soit inscrite dans la disposition relative au consentement. Les aides financières de la Confédération et des cantons doivent être allouées indépendamment de la communauté de référence choisie.

De plus, des aides financières doivent être allouées pour améliorer l’utilisation des dossiers existants et promouvoir l’intégration des fournisseurs de prestations. Le ministre de la santé Alain Berset a demandé de ne pas compliquer les critères d'octroi des aides financières. Sans succès.

En revanche, la durée de validité des dispositions relatives au financement transitoire doit être limitée à cinq ans. Le dossier passe au Conseil des Etats.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

International

La popularité du premier ministre français en baisse, Macron stable

Publié

le

Gabriel Attal (à gauche sur le cliché), en baisse dans les sondages, reste plus populaire auprès des Français qu'Emmanuel Macron (à droite) (archives). (© KEYSTONE/EPA AFP POOL/LUDOVIC MARIN / POOL)

La popularité du premier ministre français Gabriel Attal accuse une forte baisse en avril, selon des sondages Ipsos et Ifop. Celle du président français Emmanuel Macron est stable, mais avec une cote inférieure à celle du chef du gouvernement.

Selon Ipsos, M. Attal perd 4 points par rapport à mars, à 34% de jugements favorables sur son action. L'Ifop enregistre de son côté un recul de 5 points, avec 40% des sondés se disant satisfaits. Parallèlement, les deux instituts notent une hausse de 5 points chez les mécontents.

La cote du chef de l'Etat ne bouge pas, avec 29% de satisfaits chez Ipsos, 28% à l'Ifop. Tous deux relèvent toutefois une dégradation de l'image de M. Macron chez les sympathisants Les Républicains.

Quant au ministre français de l'économie, Bruno Le Maire, il rétrograde parmi les membres du gouvernement les plus appréciés, dans un contexte de dégradation des finances publiques, cédant la première place au ministre de l'intérieur Gérald Darmanin, selon Ipsos.

Edouard Philippe chute

En vue de la présidentielle de 2027, les Français interrogés par ce même institut se diraient davantage satisfaits si Marine Le Pen (33%) ou le patron du Rassemblement national Jordan Bardella (32%) accédaient au pouvoir, qu'Edouard Philippe (28%), qui cède 8 points.

Et parmi les préoccupations des Français, le pouvoir d'achat tient toujours la tête du classement (43%), mais en net recul par rapport à mars. Inversement, le niveau de la délinquance inquiète 35% des sondés, soit 7 points de plus qu'en mars.

Le sondage Ipsos a été réalisé en ligne du 17 au 18 avril selon la méthode des quotas auprès d'un échantillon de 1000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La marge d'erreur est comprise entre 0,6 et 3,4 points.

Le sondage Ifop a également été réalisé en ligne, du 10 au 18 avril selon la méthode des quotas auprès d'un échantillon de 1986 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La marge d'erreur est comprise entre 1 et 2,2 points.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Une aide très attendue pour l'Ukraine franchit une étape clé au Congrès américain

Publié

le

La Chambre des représentants a accepté une aide de plus de 60 milliards de dollars en faveur de l'Ukraine (archives) (© KEYSTONE/EPA/MICHAEL REYNOLDS)

Après de longues et difficiles tractations, la Chambre américaine des représentants a adopté samedi un grand plan d'aide à l'Ukraine. Les élus ont adopté la très attendue enveloppe de 61 milliards pour venir en aide à ce pays en guerre contre la Russie.

Dans l'hémicycle, des parlementaires ont agité des drapeaux ukrainiens en signe de soutien à Kiev, sous les huées d'élus trumpistes.

Une fois toutes les mesures adoptées, elles devraient être rapidement examinées par le Sénat, qui pourrait se pencher sur les textes dès mardi, a indiqué le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer.

Ces mesures sont le fruit de mois de tractations acrimonieuses, d'allées et venues du président ukrainien Volodymyr Zelensky à Washington et de pressions d'alliés à travers le monde.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Erdogan rencontre le chef du Hamas et appelle "à l'unité"

Publié

le

Erdogan a appelé les Palestiniens à l'unité (archives) (© KEYSTONE/AP/FRANCISCO SECO)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé samedi les Palestiniens "à l'unité" face à Israël, au terme de sa rencontre avec le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh à Istanbul.

"Il est vital que les Palestiniens agissent dans l'unité dans ce processus; la réponse la plus forte à Israël et le chemin vers la victoire passent par l'unité et l'intégrité", a déclaré le chef de l'Etat selon un communiqué de la présidence turque.

Après les tensions récentes entre Israël et l'Iran, M. Erdogan a souligné que "ce qui s'est passé ne devait pas faire gagner du terrain à Israël et qu'il est important d'agir de façon à conserver l'attention sur Gaza", poursuit le texte.

Enfin, toujours selon le communiqué, le chef de l'Etat a également assuré que la Turquie "poursuivrait son aide humanitaire à la Palestine afin de soulager autant que possible les souffrances" de la population de Gaza.

La Turquie est l'un des principaux pays à envoyer de l'aide à la population du territoire palestinien. M. Erdogan a également rappelé que son pays avait pris "un certain nombre de sanctions contre Israël, y compris des restrictions commerciales", ces dernières depuis le 9 avril.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Mobilité

Parade à vélo festive et politique à Lausanne

Publié

le

Le cortège de quelque 300 personnes était emmené par le "DJ à vélo" britannique Dom Whiting à travers les avenues du sud de Lausanne. (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Une parade à vélo réunissant quelque 300 personnes a eu lieu samedi à Lausanne. Organisée par l'ATE Vaud, elle visait à marquer à sa façon les 60 ans d'existence de l'autoroute A1 entre Genève et Lausanne. L'événement a mêlé aspects festifs et politiques.

Sous la bannière "L'autoroute A1 fête ses 60 ans... Bientôt la retraite?", le cortège cycliste est parti vers 14h00 du parc de Milan sous-gare pour traverser le sud de la capitale vaudoise le long du lac par les quais d'Ouchy avant de rejoindre le grand giratoire de la Maladière puis la Vallée de la Jeunesse, non loin. Il était emmené par le célèbre "DJ à vélo" britannique Dom Whiting et ses platines aux musiques électroniques.

Toutes les formes de mobilités douces étaient associées aux côtés des vélos: à pied, en patins ou en trottinette. L'ensemble du parcours sur la route avait été autorisé par la police municipale, avec une circulation réduite voire stoppée par endroits.

L'événement à la fois festif et politique organisé par la section vaudoise de l'Association transports et environnement (ATE) s'est ensuite prolongé au coeur du giratoire de la Maladière et à la Vallée de la Jeunesse, avec des discours prévus des conseillères nationales Brenda Tuosto (PS/VD) et Léonore Porchet (Verte/VD), de politiciens locaux ainsi que de représentants d'associations, tous centrés sur les enjeux de la mobilité et plus spécifiquement des autoroutes.

Révolution vs contrainte

L'ATE comptait sur cet anniversaire de l'A1 pour "évoquer les sujets d'actualité importants": le référendum contre les extensions autoroutières sur lequel le peuple pourrait voter cet automne, la possibilité de requalifier le tronçon autoroutier Ecublens-Maladière (A1a) en boulevard urbain ainsi que les enjeux généraux du report modal, a expliqué à Keystone-ATS Romain Pilloud, secrétaire général de l'ATE Vaud.

"C'est l'occasion d'un moment de mobilisation, de regrouper les forces et d'informer sur ces sujets", résume-t-il. L'opportunité aussi de récolter des soutiens financiers pour les futures campagnes de votation, ajoute-t-il.

Ce qui était une révolution à l'époque est devenu une contrainte, selon l'ATE: "des coûts d'entretien se comptant en dizaines de milliards, une génération importante de trafic automobile, des nuisances sonores impactant la santé, l'émission de gaz à effet de serre et de particules fines, de même que le mitage du territoire sont certains des problèmes qui sont causés par ce tronçon".

Hormis de nombreuses activités familiales, la manifestation a aussi inclu deux expositions sur le thème de l'autoroute en collaboration avec l'EPFL et le festival BDFIL ainsi que des stands associatifs et la présentation de visuels contre les extensions autoroutières.

La doyenne des autoroutes

L'autoroute A1 entre Lausanne et Genève fêtera ses 60 ans exactement le 23 avril. Elle avait été programmée pour l'Exposition nationale de 1964. Les 60 km reliant les deux villes ont été construits en un temps record de quatre ans et un coût estimé à 400 millions de francs.

Premier tronçon autoroutier reliant deux villes en Suisse, cette infrastructure a été conçue pour accueillir 20'000 véhicules par jour. Soixante ans plus tard, cinq fois plus de véhicules l'empruntent quotidiennement, soit près de 100'000.

Pour rappel, le Conseil fédéral a approuvé en octobre dernier le projet général de la suppression du goulet d'étranglement entre l'échangeur du Vengeron et la jonction de Nyon sur l'A1. Sur une longueur de 19 km, l'autoroute sera élargie à trois voies par sens de marche à l'horizon 2041 pour un coût de 950 millions de francs.

Ce projet fait partie de six projets d'extension autoroutière avalisée fin 2023 par les Chambres fédérales. Ils sont combattus par un référendum, mené par l'alliance "Stop à la folie autoroutière" (près de 30 organisations, dont l'ATE, et partis de gauche).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Cisjordanie: Israël dit avoir tué dix "terroristes" dans un raid

Publié

le

L'armée israélieme affirme que ses incursions en Cisjordanie occupée visent des groupes armés, mais des civils font souvent partie des victimes. (© KEYSTONE/AP/Nasser Nasser)

L'armée israélienne a dit samedi avoir tué 10 personnes et en avoir arrêté 8 lors d'un raid dans le camp de Nour Shams, près de Tulkarem en Cisjordanie occupée. Elle affirme que ces incursions visent des groupes armés, mais des civils font souvent partie des victimes.

Un correspondant de l'AFP sur place a rapporté avoir entendu des explosions et des tirs samedi matin, et avoir vu une maison exploser ainsi que des drones survoler le camp. Sur des images de l'AFPTV, on peut voir des véhicules militaires et des soldats parcourir les ruelles du camp.

"Les forces de sécurité ont éliminé dix terroristes pendant des affrontements" a indiqué l'armée dans un communiqué, ajoutant mener cette opération "depuis plus de 40 heures".

L'armée empêche l'aide aux blessés

Le ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne de son côté fait état de "plusieurs personnes tuées et blessées à l'intérieur du camp, mais l'armée empêche les équipes médicales de porter secours aux blessés". Un secouriste a été blessé par balles, a ajouté la même source dans un communiqué.

Selon des habitants joints par l'AFP, il n'y a plus d'électricité, la nourriture commence à manquer, et personne ne peut entrer ni sortir du camp.

Camp assiégé depuis 2 jours

"Le siège du camp Nour-Shams se poursuit depuis plus de 42 heures", a indiqué à l'AFP Muayad Shaaban, chef de la Commission de résistance à la colonisation et au mur.

"Cette incursion est sans précédent (...), il y a des tireurs sur les toits et des forces spéciales déployées" dans le camp, a ajouté M. Shaaban.

Parmi les victimes, Qais Fathi Nasrallah, 16 ans, est mort après avoir été "touché à la tête par des tirs israéliens" dans le camp de déplacés de Tulkarem, avaient indiqué vendredi le ministère palestinien de la Santé et l'agence de presse palestinienne Wafa.

Salim Faisal Ghanem, 30 ans, a été "tué par les troupes israéliennes" vendredi dans le camp voisin de Nour-Shams, selon Wafa.

Commerçants en grève

Les commerçants étaient en grève samedi à Tulkarem pour protester contre ce raid, d'après cette même source.

Le raid de Nour-Shams s'inscrit dans un contexte d'intensification de la violence en Cisjordanie occupée depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza, déclenchée par l'attaque du Hamas du 7 octobre contre Israël.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, au moins 479 Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes ou des colons en Cisjordanie. Ce territoire est occupé par Israël depuis 1967 en violation du droit international.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture