Rejoignez-nous

Economie

La Poste émet un timbre spécial à l’occasion des 125 ans du TCS

Publié

,

le

Le timbre spécial commémorant le 125e anniversaire du Touring Club Suisse (TCS) montre une route en perspective avec un passage pour piétons au milieu. (© Die Schweizerische Post)

À l’occasion du 125e anniversaire du Touring Club Suisse (TCS), La Poste émet jeudi un timbre spécial. Sur celui-ci, figurera en perspective une rue avec au centre un passage pour piétons jaune vif.

Ce timbre vise à symboliser l’engagement du club en faveur de la sécurité routière, depuis sa fondation en 1896 par 205 cyclistes, a indiqué le TCS lundi. Le club souligne dans un communiqué que la sécurité routière est une préoccupation essentielle et que son engagement à cet égard est étroitement lié à la mission du club.

En 1908, par exemple, le TCS a demandé au Conseil fédéral de rendre l’éducation routière obligatoire dans les écoles. Le club s’est aussi emparé du thème de la visibilité. En 1975, le club a encouragé l’introduction des premières bandes réfléchissantes pour une meilleure visibilité dans le trafic routier. Aujourd’hui, le TCS dit distribuer gratuitement 80’000 gilets fluorescents chaque année aux enfants des classes primaires de première et deuxième année.

Le Touring Club Suisse fête cette année son 125e anniversaire. Avec 1,5 million de membres, il est le plus grand club de mobilité de Suisse et s’occupe principalement du transport motorisé. Le TCS compte 1700 collaborateurs.

Il célèbre son anniversaire jusqu’en octobre avec une installation qui circulera à travers douze villes suisses. Les visiteurs pourront notamment découvrir l’histoire et les activités du TCS.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Swiss Life règle un litige aux USA, paie 77 millions de dollars

Publié

le

Swiss Life a conclu un accord avec les autorités américaines dans le cadre d'une affaire d'aide à l'évasion fiscale et va payer 77,3 millions de dollars au Trésor américain (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN MERZ)

L’assureur-vie Swiss Life a conclu un accord avec les autorités américaines dans le cadre d’une affaire d’aide à l’évasion fiscale et va payer 77,3 millions de dollars au Trésor américain pour clore ce dossier.

La justice américaine a estimé que plusieurs filiales de Swiss Life s’étaient rendues coupables d’avoir aidé des contribuables américains à dissimuler plus de 1,5 milliard de dollars (1,4 milliard de francs) d’assurances-vie au fisc des Etats-Unis (Internal Revenue Service, IRS), a annoncé vendredi le Département américaine de la Justice (DOJ).

Les faits reprochés remontent à la période de 2005 à 2014, selon un communiqué.

Quelque 1600 manteaux d’assurance (« wrapper ») sont également concernés. Il s’agit de produits d’assurance par lesquels un assureur détient un dépôt auprès d’une banque dans le but de conserver les valeurs mobilières d’un client dans le cadre d’un contrat d’assurance-vie.

Les entités concernées sont Swiss Life Holding AG, Swiss Life (Liechtenstein) AG, Swiss Life (Singapore) Pte Ltd et Swiss Life (Luxembourg).

Une « opportunité »

« Comme ils l’ont admis, Swiss Life et ses filiales ont cherché et proposé leurs services aux contribuables américains pour les aider à échapper au fisc des Etats-Unis », a précisé Audrey Strauss, procureure du district sud de New York. Selon cette dernière, l’assureur a perçu les efforts de lutte contre l’évasion fiscale comme une « opportunité » pour se présenter comme une « alternative aux banques suisses », elles-mêmes dans le collimateur de la justice américaine.

Les établissements helvétiques ont payé ces dernières années de lourdes amendes pour solder les dossiers d’aide à l’évasion fiscale.

Le procureur adjoint Stuart Goldberg a souligné que le groupe zurichois « est tenu pénalement responsable pour avoir créé et vendu des produits d’assurance spécialement destinés aux fraudeurs fiscaux américains cherchant de nouvelles opportunités pour cacher leurs actifs offshore ».

Outre l’amende, Swiss Life s’est engagé à coopérer avec les autorités américaines pour identifier les fraudeurs.

La justice américaine a néanmoins pris en compte que Swiss Life avait coopéré avec les autorités en fournissant notamment des données de sa clientèle et en menant une « solide enquête interne ».

Contacté par AWP, Swiss Life n’avait pas encore réagi.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Le bénéfice net de Visana chute de plus que moitié en 2020

Publié

le

Le rapport de gestion du groupe, paru vendredi, montre que le volume des primes est resté stable à 3,56 milliards de francs, mais le résultat des activités d'assurance s'est contracté de 144,0 millions à 137,4 millions, alors qu'il se situait encore à 162,1 millions en 2018 (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Le groupe Visana a accusé un recul de 51,1% de son bénéfice net à 110,8 millions de francs au terme de l’exercice 2020 par comparaison avec 2019. Le résultat des placements financiers notamment est passé de 119,3 millions en 2019, à 3,5 millions à fin 2020.

Le rapport de gestion du groupe, paru vendredi, montre que le volume des primes est resté stable à 3,56 milliards de francs, mais le résultat des activités d’assurance s’est contracté de 144,0 millions à 137,4 millions, alors qu’il se situait encore à 162,1 millions en 2018. 52,8 millions sont issus de l’assurance de base et 84,6 millions des assurances complémentaires, contre respectivement 40,2 millions et 103,8 millions un an plus tôt.

L’entreprise bernoise reversera à ses assurés un total 25 millions de francs, prélevés sur les réserves du groupe.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Stadler Rail entend rattraper le retard accumulé en 2021

Publié

le

Les perturbations induites par la crise sanitaire avaient généré l'an dernier des soucis aussi bien pour l'approvisionnement, que dans les procédures d'approvisionnement ou encore des appropriations de commandes par les clients (archives). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Le constructeur de matériel roulant Stadler Rail aura d’ici la fin de l’année gommé le retard accumulé en raison de la pandémie de coronavirus.

Les perturbations induites par la crise sanitaire avaient généré l’an dernier des soucis aussi bien pour l’approvisionnement, que dans les procédures d’approvisionnement ou encore des appropriations de commandes par les clients. Les hangars de l’entreprise ont conséquemment abrité jusqu’à une centaine de locomotives et de rames en attente d’enlèvement.

« Nous avons déjà rattrapé beaucoup de terrain sur le plan des livraisons et les activités dans les services se normalisent avec le solide regain de demande pour les transports publics », explique l’ancien conseiller national UDC thurgovien.

Nonobstant des entrées de commandes pour plus de 16 milliards de francs depuis le début de l’année, Stadler Rail dispose encore de capacités de production disponible en cas d’attribution d’un ou deux appels d’offres additionnels. Le délai entre la passation de commande et la génération de recettes afférente est en effet d’au moins deux ans et un quart des contrats conclus porte sur des prestations de service sur le long terme.

« Notre fief de Bussnang en particulier pourrait à moyen terme gérer une commande d’envergure, mais c’est aussi le cas pour notre usine en Pologne », a détaillé l’entrepreneur. Les sites de Berlin, Valence et Salt Lake City par contre affichent complets.

La récente coentreprise établie en Indonésie avec PT Inkas fait par contre face pour son tout premier contrat à des difficultés liées tant à la pandémie qu’à des soucis de financement.

L’omnipotent patron se donne par ailleurs du temps pour confier les rennes de la direction générale à un successeur attitré. Le conseil d’administration a certes débuté le processus de recrutement, mais Peter Spühler n’a pas prévu de lâcher les commandes avant que Stadler ait « retrouvé son ancienne altitude de croisière ».

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

L’hôtellerie-restauration a perdu plus de 40’000 emplois en 2020

Publié

le

Le secteur de l'hôtellerie-restauration a perdu des milliers d'emplois l'année dernière, selon le président de GastroSuisse Casimir Platzer (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le secteur de l’hôtellerie et de la restauration suisse a perdu plus de 40’000 emplois l’année dernière en raison de la fermeture d’entreprises suite à la pandémie. Les restaurants qui dépendent du tourisme d’affaires ont été particulièrement touchés.

Les effets du second confinement ne sont pas encore inclus dans le nombre d’emplois perdus calculé par le Seco, souligne Casimir Platzer, président de GastroSuisse, dans une interview publiée vendredi dans les journaux alémaniques de Tamedia. Selon lui, au moins 10’000 emplois supplémentaires ont été perdus depuis.

M. Platzer rappelle qu’un sondage mené début mars par GastroSuisse avait montré que deux tiers des quelque 3500 membres interrogés avaient des problèmes financiers et que 20% avaient déclaré être fermés indéfiniment. Selon un second sondage réalisé en avril, le nombre d’établissements touchés a diminué.

Cela peut être lié aux fonds pour les cas de rigueur, qui ont entretemps été versés, avance M. Platzer. Et d’ajouter: « Nous nous attendions à une baisse de 10 à 15% de la masse salariale. Notre estimation n’était pas trop mauvaise ».

Les entreprises du secteur de l’hôtellerie et de la restauration qui dépendent du tourisme d’affaires ou des événements et manifestations ont le plus souffert de la crise. Il en va de même pour les destinations axées sur les marchés éloignés. Certaines destinations de montagne, ainsi que les zones lacustres et rurales, s’en sont mieux sorties, note le directeur de GastroSuisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Bouchon de 12 kilomètres au portail nord du Gothard

Publié

le

Les bouchons attendus ne devraient pas être aussi importants qu'avant la pandémie (archives). (© KEYSTONE/ALEXANDRA WEY)

Un bouchon de douze kilomètres s’est formé mercredi en début d’après-midi au portail nord du Gothard, à la veille du week-end prolongé de l’Ascension. En cause: un véhicule en panne a provoqué la fermeture temporaire du tunnel.

La fermeture a duré une heure et demie, jusqu’à 12h00, a indiqué la police cantonale uranaise à Keystone-ATS. Cependant, les voyageurs entre Erstfeld (UR) et Göschenen (UR) devaient encore compter avec un retard d’environ deux heures à 14h00. Au portail sud, entre Quinto (TI) et Airolo (TI), le retard était de dix minutes à 13h00.

Viasuisse et l’Office fédéral des routes (OFROU) ne s’attendaient à des bouchons qu’à partir de mercredi après-midi. Un trafic plus intense est attendu dès jeudi matin, même si les prévisions indiquent des files d’attente moins longues qu’avant la pandémie. Viasuisse souligne dans un communiqué que certains cols alpins devraient par ailleurs déjà être ouverts.

Malgré des assouplissements dans les restrictions anti-coronavirus, de nombreux Suisses pourraient préférer visiter des endroits proches de chez eux, selon Viasuisse. Qui s’attend donc à une augmentation du trafic sur les routes en direction de lacs et de montagnes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture