Rejoignez-nous

Genève

Difficulté à récolter des signatures: des référendaires en colère

Publié

,

le

A Genève, les référendaires contre la réforme du cycle d'orientation ont de la peine à récolter des signatures en raison des restrictions sanitaires en vigueur (image prétexte). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Confrontés à la difficulté à récolter des signatures en temps de pandémie, les référendaires contre la réforme du cycle d'orientation en veulent au Conseil d'Etat genevois. Le délai supplémentaire qu'ils avaient demandé leur a été refusé.

Ces référendaires, soit le PLR, l'UDC et les Vert'libéraux, dénoncent jeudi dans un communiqué commun "le double langage du Conseil d'Etat". D'un côté la situation est considérée comme grave quand il s'agit d'imposer des mesures sanitaires, mais elle ne l'est pas quand il s'agit de permettre la contestation démocratique, constatent ces partis.

Le PLR, l'UDC et les Vert'libéraux ont lancé fin novembre un référendum contre la réforme du cycle d'orientation qu'ils qualifient de "bricolage". Ils avaient initialement jusqu'au 10 janvier pour récolter les 5395 signatures nécessaires. "Nous avons récolté environ 4000 signatures alors qu'il en faudrait environ 6000 compte tenu de la marge d'erreur", a indiqué le président du PLR Betrand Reich.

Télétravail

Fin décembre, le Conseil d'Etat a prolongé le délai jusqu'au 19 janvier en raison des restrictions sanitaires en place. Mais compte tenu du prolongement des restrictions, les référendaires ont sollicité un nouveau délai au 15 février.

Les référendaires estimaient que les mesures allaient empêcher le contact avec la population et entraver notablement la récolte de signatures. Leurs craintes se sont avérées fondées, relèvent les trois partis. Tant le télétravail que les restrictions sanitaires affectent la récolte de signatures. Les trois partis comptent mettre les bouchées doubles pour atteindre l'objectif.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Des photos de la Genevoise Dany Gignoux pour une immersion musicale

Publié

le

La photographe Dany Gignoux a immortalisé le pianiste Sammy Price au Montreux Jazz Festival en 1976. Ses clichés sont à découvrir à la Bibliothèque de Genève (archives). (© KEYSTONE/DANY GIGNOUX)

La Bibliothèque de Genève propose jusqu'en juillet "Pure Gignoux!", une exposition qui rassemble une soixantaine d'images de la Genevoise Dany Gignoux. Cette photographe a immortalisé les plus grandes légendes de la musique sur scène ou dans les coulisses de leurs tournées.

Une soixantaine d’images composent cette exposition. Dany Gignoux a photographié de grandes stars: Ella Fitzgerald, Leonard Cohen, Nina Simone ou Tina Turner à Montreux, Chuck Berry, Chet Baker ou Elvis Costello à Genève mais aussi The Cure, Joan Baez, Joe Cocker ou Bob Dylan à Nyon.

Née en 1944 à Genève, Dany Gignoux achète son premier appareil à 23 ans. Très vite, elle apprend à développer ses images. Elle travaille comme pigiste pour des agences de presse. Dans les années 1980, elle part en mission pour le CICR. En parallèle, elle s’intéresse à sa ville et y documente les mouvements sociaux.

Mais elle est avant tout passionnée de musique. En 1976, elle est la photographe attitrée du premier Nyon Folk Festival, qui deviendra le Paléo Festival. Elle poursuit à Genève avec le Festival de la Bâtie, des Cropettes, la Jazz Parade du Grand-Lancy, le Jazz Estival. Habituée des scènes musicales, elle devient proche des artistes.

L'exposition à la Bibliothèque de Genève propose une sélection d’images parmi les plus caractéristiques de son style. Ces photographies ont été choisies dans les quelque 15'000 tirages se trouvant au Centre d’iconographie de la Bibliothèque de Genève. Une playlist est disponible pour accompagner la visite.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Les zones humides célébrées à Genève dimanche 30 janvier

Publié

le

La roselière de la Plage des Eaux-Vives abrite de nombreuses espèces végétales et animales. Des castors y ont été observés (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Genève organise dimanche 30 janvier, à l'occasion de la journée mondiale des zones humides, une série de visites de ces espaces naturels aquatiques guidées par des spécialistes. La nouvelle lagune des Eaux-Vives sera une des vedettes de la manifestation.

Cet espace de biodiversité est un refuge pour de nombreuses plantes, comme la littorelle, une rare fleur amphibie, et de nombreux animaux comme le martin-pêcheur ou même le castor, qui y fait des incursions. Des ornithologues apprendront au public à reconnaître les principaux oiseaux d'eau. Des ateliers de découverte sont aussi organisés à la Pointe-à-la-Bise et au Pavillon Plantamour.

Victimes des activités humaines, les zones humides sont désormais mieux protégées. Leur valeur est pleinement reconnue et des efforts de conservation et de renaturation rétablissent progressivement leur rôle vital pour le territoire. A Genève, la rade et le Rhône font ainsi partie des sites d'importance internationale protégés par une convention internationale.

La Journée mondiale des zones humides commémore la signature de cette Convention de Ramsar (Iran) qui a eu lieu en 1971. Le traité a été ratifié par 172 Etats, dont la Suisse, qui se sont engagés à assurer la conservation de leurs zones humides les plus importantes. Grâce à cet instrument, plus de 2400 sites dans le monde sont désormais protégés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Un appartement détruit aux Eaux-Vives: deux blessés graves

Publié

le

Les pompiers du Service d'incendie et de secours (SIS) sont intervenus aux Eaux-Vives pour un gros feu d'appartement (image prétexte). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Un appartement situé à la rue du 31-Décembre à Genève a été ravagé samedi matin par un important incendie. Les deux occupants du logement ont été grièvement blessés. Leur pronostic vital est engagé.

L'alarme a été donnée à 9h23, a indiqué le lieutenant Nicolas Millot, porte-parole du Service d'incendie et de secours (SIS). A l'arrivée des pompiers, deux minutes plus tard, le feu qui avait pris dans un appartement du rez-de-chaussée était violent. La porte palière du logement d'en face commençait à s'enflammer.

Les pompiers ont pu extraire les deux personnes du logement en feu. Les autres résidents de l'immeuble de six étages sont restés calfeutrés chez eux. En plus des occupants de l'appartement en feu, deux personnes ont dû être transférées à l'hôpital, a ajouté le lieutenant Millot sans pouvoir donner d'autres précisions.

Cette intervention a mobilisé 21 pompiers professionnels du SIS et cinq volontaires. Cinq engins ont été envoyés sur place ainsi que quatre ambulances et le Service Mobile d'Urgence et de Réanimation. Une enquête est en cours pour déterminer l'origine du sinistre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le Musée d'art et d'histoire de Genève lance le libre tarif d'accès

Publié

le

A chaque visiteur de déterminer le prix de son billet d'entrée pour les expositions du Musée d'art et d'histoire de Genève (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Musée d'art et d'histoire (MAH) de Genève innove en lançant un nouveau projet pilote: le libre tarif d'accès. Avec "Paie ce qu'il te plaît", le public pourra déterminer le montant qu'il est prêt à débourser pour visiter les expositions du MAH.

Cette nouvelle politique vise à abolir les tarifs traditionnels d’entrée au profit d’une libre appréciation par le public du prix qu’il souhaite donner à sa visite, souligne le MAH. Si cette approche est relativement nouvelle en Europe, elle est en revanche plus répandue dans certains musées anglo-saxons.

Selon Marc-Olivier Wahler, directeur du MAH cité dans le communiqué, l’idée est de garantir l’accès au musée, quel que soit son revenu. Le public "n’est pas forcément prêt à payer sans savoir ce qui l’attend et ce qu’il va voir. Il est donc important de l’inciter à venir et de lui laisser déterminer le prix de son billet en fonction de sa satisfaction et de son budget", relève le directeur.

Chaque visiteur aura le choix de payer au début ou à la fin de sa visite. Il recevra un billet indiquant le montant versé. Ce projet sera lancé avec l’inauguration de l’exposition "Pas besoin d’un dessin", qui ouvre au public le 27 janvier. Un bilan sera tiré dans les premiers mois pour estimer comment cette innovation est perçue par les visiteurs du musée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Intempéries: Genève soufflée par une forte bise

Publié

le

Photo d'illustration © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Les pompiers genevois n’ont pas chômé ce vendredi avec la forte bise qui a soufflé toute la journée. 

Depuis 8 heures, le Service d'incendie et de secours (SIS) a dû intervenir une quinzaine de fois ce vendredi à cause de la forte bise.

L’intervention la plus conséquente a eu lieu à la Jonction, suite à la chute d’un peuplier qui a endommagé une dizaine de voitures stationnées dans un parking privé des Transports publics genevois. Heureusement, aucun blessé n'est à déplorer, nous a indiqué le lieutenant Nicolas Millot, porte-parole du SIS.

Une autre intervention s’est déroulée au chemin de l’Etang à Vernier, où une partie de l’isolation d’une façade a été arrachée.

Plusieurs autres interventions du SIS pour des tuiles, des bâches arrachées et des branches cassées.

 

Continuer la lecture