Rejoignez-nous

Mobilité

Développement routier entre Genève et Nyon approuvé

Publié

,

le

Le trafic doit être rendu plus fluide sur l'axe vers et depuis Genève (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

L'axe routier Le Vengeron (GE) - Coppet (VD) - Nyon (VD) doit être développé. Le Conseil fédéral a approuvé mercredi le projet général pour la suppression du goulet d'étranglement sur ce tronçon. Les travaux doivent commencer en 2033 pour une mise en service en 2041.

Les travaux ont pour but de fluidifier le trafic autant sur la route cantonale, sur l'autoroute et que sur les jonctions autoroutières. L'autoroute doit être notamment élargie à deux fois trois voies sur une distance d'environ 19 km et l'axe autoroutier décalé sur quelque 2,8 km pour préserver un site de reproduction des batraciens.

Sur la route cantonale, des voies réservées aux bus seront planifiées, de même que des aménagements sécurisés pour la mobilité douce. Le montant total des coûts s'élève à quelque 956 millions de francs.

Cette enveloppe fait partie de presque cinq milliards prévus pour les projets d'extension de l'étape d'aménagement des routes nationales 2023. Diverses organisations contre le lobby automobile, soutenues par la gauche, ont lancé un référendum.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Washington dit avoir "détruit" deux sites houthis au Yémen

Publié

le

Des cadets de l'armée des Houthis en exercice. (© KEYSTONE/EPA/YAHYA ARHAB)

L'armée américaine a annoncé mercredi soir avoir frappé au Yémen deux sites houthis, dont un centre de commandement, après une série d'attaques ces derniers jours de ces rebelles yéménites contre des navires circulant en mer Rouge et dans le golfe d'Aden.

Outre un centre de commandement, l'armée américaine a "détruit" une station de contrôle située elle aussi dans des zones contrôlées par les Houthis au Yémen, ainsi que deux embarcations sans pilote des Houthis en mer Rouge, a indiqué sur X le Commandement central de l'armée américaine pour le Moyen-Orient (Centcom).

La veille, le Centcom avait indiqué avoir abattu huit drones des Houthis qui mènent depuis des mois des attaques au large du Yémen contre les navires qui desservent, selon eux, Israël, disant agir ainsi en soutien à la bande de Gaza bombardée par l'armée israélienne.

L'agence de sécurité maritime britannique (UKMTO) avait par ailleurs indiqué qu'un cargo attaqué la semaine dernière par les Houthis et abandonné au large du Yémen "semble avoir coulé" en mer Rouge.

Le M/V Tutor, un navire grec battant pavillon libérien, avait été frappé le 12 juin par un drone maritime et un missile, provoquant la mort d'un membre d'équipage philippin et de graves dégâts, selon les Etats-Unis, qui dirigent une coalition contre ces rebelles soutenus par l'Iran.

Les forces maritimes déployées dans la zone ont fait état "de débris maritimes et d'hydrocarbures aperçus au dernier endroit signalé", a affirmé mardi soir l'UKMTO.

Le cargo avait été abandonné par son équipage en raison d'une importante voie d'eau causée par un missile tiré depuis les environs de la ville yéménite de Hodeida, contrôlée par les Houthis, selon l'UKMTO.

Quelques jours après le M/V Tutor, un autre cargo touché par des missiles tirés depuis le Yémen par les rebelles, le M/V Verbena, avait été abandonné dans le golfe d'Aden par son équipage.

Les attaques en mer Rouge et dans le golfe d'Aden, zones maritimes clés pour le commerce mondial, ont fait grimper en flèche les coûts d'assurance et ont incité de nombreuses entreprises de transport maritime à naviguer par la pointe sud de l'Afrique, un chemin beaucoup plus long.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Genève

3,2 millions de passagers attendus cet été à l’aéroport de Genève

Publié

le

Cet été, l'aéroport de Genève va desservir 124 destinations (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L’été s’annonce très chargé à l’aéroport de Genève. Avec un contexte international qui pourrait influer sur les vols et d'éventuels retards. 

3,2 millions de passagers sont attendus cet été à l’aéroport de Genève. La fréquentation de Cointrin va ainsi retrouver des chiffres proches de ceux d'avant la pandémie. Selon les estimations de Genève Aéroport, le trafic passagers pendant ces deux mois devrait se situer respectivement 1,6% et 1,8% en dessous du niveau de 2019.

Au total, 124 destinations estivales seront proposées au départ de Genève par 45 compagnies aériennes. Avec toutefois quelques inconnues liées au contexte géopolitique et aux évènements sportifs de l'été. André Schneider, le directeur Général de Genève Aéroport.

André SchneiderDirecteur Général de Genève Aéroport

Parmi les compagnies aériennes, Easy Jet confirme sa place de numéro un sur le tarmac genevois avec sept nouvelles liaisons estivales sur les 86 proposées au total. Avec le Sud et le pourtour méditerranéen, parmi les destinations privilégiées.  Jean-Marc Thévenaz, directeur général d'Easy Jet Suisse.

Jean-Marc ThévenazDirecteur général d'Easy Jet Suisse

Parmi les défis cet été: la réduction des nuisances sonores liées aux vols en retard après 22h. Chez Easy Jet, on assure que des progrès significatifs ont déjà été enregistrés.

Jean-Marc ThévenazDirecteur général Easy Jet Suisse

Avec l'ambition de réduire encore les retards de vols à l'avenir, via l'introduction dès l'an prochain d'un nouveau système de redevance à payer pour les compagnies qui accumulent trop de retards.

André SchneiderDirecteur Général de Genève Aéroport

Continuer la lecture

International

Le patron de Boeing admet la "gravité" de la situation

Publié

le

Sous les yeux de manifestants, le PDG de Boeing, Dave Calhoun, arrive pour témoigner devant la sous-commission d'enquête du Sénat sur la sécurité intérieure et les affaires gouvernementales afin de répondre aux législateurs sur les problèmes rencontrés par le constructeur aéronautique. (© KEYSTONE/AP/J. Scott Applewhite)

Le patron de Boeing, Dave Calhoun, a reconnu mardi devant une commission d'enquête du Sénat américain la "gravité" de la situation au sein du groupe, en termes de qualité et de sécurité de la production. Il a promis que des progrès avaient d'ores et déjà été effectués.

"Notre culture est loin d'être parfaite, mais nous prenons des mesures et nous progressons", a-t-il déclaré. "Nous comprenons la gravité, et nous nous engageons à aller de l'avant en toute transparence et prise de responsabilité, tout en augmentant l'investissement des employés".

M.Calhoun répondait aux législateurs sur les problèmes rencontrés par le constructeur aéronautique depuis qu'un panneau a explosé sur un Boeing 737 Max lors d'un vol d'Alaska Airlines en janvier, au Capitole, à Washington,

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Une collision de trains en Inde a fait au moins huit morts

Publié

le

Une collision entre un train de passagers et un convoi de marchandises a fait plusieurs morts lundi dans l'est de l'Inde. Photo prétexte : gare à New Delhi. (© Keystone/AP/TSERING TOPGYAL)

Au moins huit personnes ont été tuées lundi en Inde lorsque le conducteur d'un convoi de marchandises a ignoré un signal et a percuté un train de passagers par l'arrière dans l'État du Bengale occidental (est), ont annoncé la police et les autorités ferroviaires.

Une cinquantaine de personnes ont été blessées et transportées à l'hôpital, a déclaré Jaya Varma Sinha, présidente du Conseil des chemins de fer indiens, dans un communiqué où il est précisé que le convoi de marchandises "a ignoré le signal et a heurté le train par l'arrière".

Parmi les morts se trouvent le conducteur et son second qui n'ont pas respecté le signal, ainsi qu'un garde-barrière et cinq passagers, a ajouté Mme Sinha.

La présidente du Conseil des chemins de fer indiens a également déclaré que le bilan humain aurait pu être plus lourd car certains des derniers wagons du train, heurtés les plus violemment par le convoi de marchandises, transportaient du matériel et non des passagers.

Des images diffusées par des médias indiens montrent des épaves enchevêtrées de wagons renversés sur le côté, et l'un d'entre eux propulsé vers le ciel, reposant en équilibre précaire sur un autre.

Le bilan pourrait s'alourdir

Un officier de la police locale, Iftikar-Ul-Hassan, a déclaré à l'AFP qu'il avait vu plusieurs personnes gravement blessées extraites des décombres. "Le bilan pourrait encore s'alourdir car quatre personnes ont été admises (à l'hôpital) dans un état grave", a-t-il affirmé.

Le chef de la police du district de Darjeeling, Praween Prakash, a déclaré à l'AFP que les opérations de sauvetage étaient terminées. "Nous travaillons maintenant au déblaiement des débris", a-t-il dit.

Le Premier ministre Narendra Modi a présenté ses condoléances à "ceux qui ont perdu leurs proches", dans un message sur les réseaux sociaux, ajoutant que "les opérations de secours sont en cours".

La ministre en chef de cet Etat situé dans l'est de l'Inde, Mamata Banerjee, a qualifié cet accident de "tragique" dans un message publié sur les réseaux sociaux.

Plus haut pont ferroviaire du monde

"Des médecins, des ambulances et des équipes de secours ont été dépêchés sur place", a écrit Mme Banerjee sur les réseaux sociaux, en qualifiant l'accident de "tragique", mais sans fournir de bilan.

L'accident s'est produit à Phansidewa, dans le district de Darjeeling, lorsque le train Kanchenjunga Express a été heurté par un train de marchandises. Le ministre des Chemins de fer, Ashwini Vaishnaw, a indiqué que les "blessés sont transférés à l'hôpital".

L'Inde, qui possède l'un des réseaux ferroviaires les plus vastes du monde, a connu un grand nombre d'accidents de train meurtriers dans son histoire.

La sécurité de ce réseau, emprunté chaque jour par des millions de passagers, s'est toutefois améliorée ces dernières années à la faveur d'investissements pour le moderniser en le dotant de gares modernes et de systèmes de signalisation électroniques.

L'accident le plus meurtrier de l'histoire du pays reste celui du 6 juin 1981 quand, dans l'État de Bihar (est), sept wagons d'un train qui traversait un pont étaient tombés dans le fleuve Bagmati, faisant entre 800 et 1000 morts. En juin de l'année dernière, près de 300 personnes ont péri dans une collision entre trois trains dans l'Etat d'Odisha (est).

Dimanche, un train a traversé pour la première fois le pont ferroviaire le plus haut du monde - 359 mètres au-dessus d'une rivière - dans une région himalayenne de l'Inde, a annoncé le ministre des Chemins de fer.

Cette structure métallique, qui enjambe la rivière Chenab, relie des parties du nord de l'État du Jammu-et-Cachemire, territoire à majorité musulmane administré par l'Inde, au reste du pays.

Les travaux sur cette voie ferrée sont en cours depuis près de 30 ans et l'ouverture officielle de cette liaison est prévue dans les prochaines semaines.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Mobilité

Les coûts de l'infrastructure ferroviaire sont couverts, dit l'OFT

Publié

le

Le fonds d'infrastructure ferroviaire est financé très solidement, selon le directeur de l'Office fédéral des transports (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le directeur de l'Office fédéral des transports (OFT) rejette dimanche les critiques sur l'extension de l'infrastructure ferroviaire. "En 2040, les coûts d'exploitation et d'entretien, y compris les coûts dus aux investissements, seront couverts", assure-t-il.

Les coûts d'entretien concerneront les deux tiers des moyens du fonds d'infrastructure ferroviaire, précise Peter Füglistaler dans un entretien diffusé par la NZZ am Sonntag. Le reste sera à disposition pour l'aménagement, ajoute-t-il. "Personne ne veut réduire ces moyens. Le fonds est très solidement financé".

Des restrictions existent toutefois pour les nouveaux projets en dehors de l'extension adoptée par le Parlement dans le cadre du concept d'offre 2035, reconnaît M. Füglistaler. "D'autres souhaits concernant de nouveaux projets qui n'ont pas encore été adoptés ne sont pas réalisables jusqu'en 2033. Ce n'est qu'après cette date que des moyens financiers seront disponibles pour d'autres projets d'extension".

Manque de personnel qualifié

Ce n'est pas l'argent qui manque en premier lieu, mais le personnel qualifié, poursuit-il. "Le réseau ferroviaire ne peut en outre pas supporter davantage de chantiers, sinon la ponctualité en souffrira encore plus. En revanche, tous les projets d'extension déjà décidés au Parlement sont importants".

Le directeur de l'OFT ne pense pas qu'un moratoire sur les aménagements, demandé notamment par l'ancien chef des CFF Benedikt Weibel, soit nécessaire. "Si nous faisons cela, les transports publics prétéritent leur avenir. Aujourd'hui déjà, les trains sont pleins", remarque M. Füglistaler. L'extension permettra de disposer de 20% de places assises en plus et de densifier l'horaire, note-t-il.

Selon lui, le fait que les trajets soient parfois un peu plus lents n'est pas pertinent au vu des liaisons supplémentaires et des trains plus modernes. "Les transports publics ont augmenté leur part de marché à chaque fois que nous avons élargi l'offre".

L'augmentation d'un quart de la capacité ferroviaire proposée par le groupe d'experts de M. Weibel, sans aménagement, ignore le trafic de marchandises, relève M. Füglistaler. Cette capacité supplémentaire "résulte de la suppression du trafic de marchandises qui ne circule qu'en Suisse", ajoute-t-il.

Route trop bon marché

Pour parvenir à un transfert de la route vers le rail, il faut s'attaquer au rapport des prix, estime M. Füglistaler. "En matière de coûts, la route est très attractive. Si l'on n'aborde pas ce point, la part de marché des transports publics ne pourra croître que de manière limitée". Une solution pourrait être un système de tarification des embouteillages, qui n'a cependant aucune chance sur le plan politique, reconnaît-il.

Le responsable préconise par ailleurs une vente des billets de train "massivement" simplifiée. Il manque pour cela des offres plus flexibles et plus avantageuses pour ceux qui n'utilisent le train que sporadiquement, relève-t-il, car les billets individuels sont devenus "prohibitifs".

Il rejette toutefois la gratuité des transports publics: "La mobilité est aujourd'hui trop bon marché dans tous les modes de transport. Si nous voulons maîtriser la croissance du trafic tout en protégeant le climat, tous les modes de transport doivent devenir plus chers".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture