Rejoignez-nous

Genève

Premier rapport sexuel à 16 ans: les genevois réagissent

Publié

,

le

L'âge médian du premier rapport sexuel à Genève est de seize ans et dix mois. C'est ce que révèle l'Office cantonal genevois de la statistique (OCSTAT) dans une étude qui décortique les pratiques sexuelles des genevois. 

Un âge qui ne change presque pas depuis des décennies. L'âge médian auquel les Genevois s'essaient pour la première fois au sexe est de seize ans et dix mois d'après l'Office cantonal de la statistique. Malgré le développement des applications de rencontre ou encore de la pornographie, cet âge ne change pas depuis des décennies.

Mais justement, qu'en pensent les jeunes? Nous sommes allés à leur rencontre de bon matin. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les avis sont contrastés:

Micro-trottoir

La plupart des jeunes interrogés estiment que les réseaux sociaux jouent un rôle important dans la sexualité d'aujourd'hui. Pour eux, il s'agit d'un changement, pas toujours souhaitable:

Micro-trottoir

Du coté des adultes, on se montre plus critique. D'aucuns estiment que cet âge de 16 ans est trop jeune.

Micro-trottoir

Les conseils d'une sexologue

Y a-t-il un âge recommandé pour avoir son premier rapport sexuel? Quel comportement adopter? Et lorsqu'on est parent, comment en parler avec son enfant? Ce sont les questions que nous avons posées à Patricia Fisch, sexologue à Genève et à Lausanne. Pour elle, s'il n'y a pas d'âge, tout est une question d'écoute et de "connexion" avec son partenaire. Mais également d'apprentissage:

Patricia FischSexologue à Genève et à Lausanne

Patricia Fisch donne aussi des conseils aux parents, notamment pour aborder ces sujets liés à la sexualité - souvent tabous - avec ses enfants:

Patricia FischSexologue à Genève et à Lausanne

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Les zones humides célébrées à Genève dimanche 30 janvier

Publié

le

La roselière de la Plage des Eaux-Vives abrite de nombreuses espèces végétales et animales. Des castors y ont été observés (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Genève organise dimanche 30 janvier, à l'occasion de la journée mondiale des zones humides, une série de visites de ces espaces naturels aquatiques guidées par des spécialistes. La nouvelle lagune des Eaux-Vives sera une des vedettes de la manifestation.

Cet espace de biodiversité est un refuge pour de nombreuses plantes, comme la littorelle, une rare fleur amphibie, et de nombreux animaux comme le martin-pêcheur ou même le castor, qui y fait des incursions. Des ornithologues apprendront au public à reconnaître les principaux oiseaux d'eau. Des ateliers de découverte sont aussi organisés à la Pointe-à-la-Bise et au Pavillon Plantamour.

Victimes des activités humaines, les zones humides sont désormais mieux protégées. Leur valeur est pleinement reconnue et des efforts de conservation et de renaturation rétablissent progressivement leur rôle vital pour le territoire. A Genève, la rade et le Rhône font ainsi partie des sites d'importance internationale protégés par une convention internationale.

La Journée mondiale des zones humides commémore la signature de cette Convention de Ramsar (Iran) qui a eu lieu en 1971. Le traité a été ratifié par 172 Etats, dont la Suisse, qui se sont engagés à assurer la conservation de leurs zones humides les plus importantes. Grâce à cet instrument, plus de 2400 sites dans le monde sont désormais protégés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Un appartement détruit aux Eaux-Vives: deux blessés graves

Publié

le

Les pompiers du Service d'incendie et de secours (SIS) sont intervenus aux Eaux-Vives pour un gros feu d'appartement (image prétexte). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Un appartement situé à la rue du 31-Décembre à Genève a été ravagé samedi matin par un important incendie. Les deux occupants du logement ont été grièvement blessés. Leur pronostic vital est engagé.

L'alarme a été donnée à 9h23, a indiqué le lieutenant Nicolas Millot, porte-parole du Service d'incendie et de secours (SIS). A l'arrivée des pompiers, deux minutes plus tard, le feu qui avait pris dans un appartement du rez-de-chaussée était violent. La porte palière du logement d'en face commençait à s'enflammer.

Les pompiers ont pu extraire les deux personnes du logement en feu. Les autres résidents de l'immeuble de six étages sont restés calfeutrés chez eux. En plus des occupants de l'appartement en feu, deux personnes ont dû être transférées à l'hôpital, a ajouté le lieutenant Millot sans pouvoir donner d'autres précisions.

Cette intervention a mobilisé 21 pompiers professionnels du SIS et cinq volontaires. Cinq engins ont été envoyés sur place ainsi que quatre ambulances et le Service Mobile d'Urgence et de Réanimation. Une enquête est en cours pour déterminer l'origine du sinistre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le Musée d'art et d'histoire de Genève lance le libre tarif d'accès

Publié

le

A chaque visiteur de déterminer le prix de son billet d'entrée pour les expositions du Musée d'art et d'histoire de Genève (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Musée d'art et d'histoire (MAH) de Genève innove en lançant un nouveau projet pilote: le libre tarif d'accès. Avec "Paie ce qu'il te plaît", le public pourra déterminer le montant qu'il est prêt à débourser pour visiter les expositions du MAH.

Cette nouvelle politique vise à abolir les tarifs traditionnels d’entrée au profit d’une libre appréciation par le public du prix qu’il souhaite donner à sa visite, souligne le MAH. Si cette approche est relativement nouvelle en Europe, elle est en revanche plus répandue dans certains musées anglo-saxons.

Selon Marc-Olivier Wahler, directeur du MAH cité dans le communiqué, l’idée est de garantir l’accès au musée, quel que soit son revenu. Le public "n’est pas forcément prêt à payer sans savoir ce qui l’attend et ce qu’il va voir. Il est donc important de l’inciter à venir et de lui laisser déterminer le prix de son billet en fonction de sa satisfaction et de son budget", relève le directeur.

Chaque visiteur aura le choix de payer au début ou à la fin de sa visite. Il recevra un billet indiquant le montant versé. Ce projet sera lancé avec l’inauguration de l’exposition "Pas besoin d’un dessin", qui ouvre au public le 27 janvier. Un bilan sera tiré dans les premiers mois pour estimer comment cette innovation est perçue par les visiteurs du musée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Intempéries: Genève soufflée par une forte bise

Publié

le

Photo d'illustration © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Les pompiers genevois n’ont pas chômé ce vendredi avec la forte bise qui a soufflé toute la journée. 

Depuis 8 heures, le Service d'incendie et de secours (SIS) a dû intervenir une quinzaine de fois ce vendredi à cause de la forte bise.

L’intervention la plus conséquente a eu lieu à la Jonction, suite à la chute d’un peuplier qui a endommagé une dizaine de voitures stationnées dans un parking privé des Transports publics genevois. Heureusement, aucun blessé n'est à déplorer, nous a indiqué le lieutenant Nicolas Millot, porte-parole du SIS.

Une autre intervention s’est déroulée au chemin de l’Etang à Vernier, où une partie de l’isolation d’une façade a été arrachée.

Plusieurs autres interventions du SIS pour des tuiles, des bâches arrachées et des branches cassées.

 

Continuer la lecture

Genève

Aglaé Tardin: "des signes de détente mais la prudence reste de mise"

Publié

le

(KEYSTONE/Martial Trezzini)

Sur le front du Covid, 2500 à 3000 contaminations sont enregistrées chaque jour à Genève. Malgré ce chiffre stratosphérique, la situation reste sous contrôle dans les hôpitaux. Des signes de détente s'observent selon la Médecin cantonale Aglaé Tardin, même elle reste prudente. 

Les contaminations Covid se poursuivent au même rythme à raison de 2500 à 3000 cas par jour. Du côté des hospitalisations, plus de 460 personnes sont hospitalisées. 35 sont aux soins intensifs ou intermédiaires. 262 sont aux soins aigus. La moitié des patients ont plus de 75 ans.  Une morbidité moindre est constatée avec le variant omicron qu’avec le delta. Pour les autorités sanitaires, des signes de détente s’observent mais il faut attendre encore de 10 jours à deux semaines avant de relâcher la pression. Aglaé Tardin est au micro de Judith Monfrini

Dr Aglaé TardinMédecin cantonale genevoise

Du côté des vaccinations, la demande du booster poursuit sa baisse. Avec 150 personnes qui se désinscrivent chaque jour, soit parce qu'elles ont été contaminées, soit parce qu'elles ne l'estiment plus nécessaire. Les risques de contracter le virus sont réduits de 33% avec le booster et de 70% de finir aux soins intensifs, selon la Doctoresse Tardin. La charge virale est moindre et le risque de contaminer d'autres personnes est aussi fortement diminué.

Continuer la lecture