Rejoignez-nous

Genève

La liberté d'expression est attaquée déplore le recteur de l'UNIGE

Publié

,

le

Dans une interview accordée mardi au Temps, le recteur de l'Université de Genève (UNIGE) Yves Flückiger déplore qu'au sein de l'alma mater la liberté d'expression soit "malmenée". Deux conférencières jugées transphobes par des militants ont, par exemple, été récemment empêchées de s'exprimer.

Cette action "va à l'encontre de notre charte éthique qui rappelle l'importance d'une présentation d'opinions et d'écoles de pensée différentes", souligne M.Flückiger. Selon le recteur, l'Université ne doit pas donner l'impression de fléchir face aux personnes qui refusent le dialogue. "Il faut être intransigeant là-dessus".

L'Université a toujours été traversée par des courants militants, mais aujourd'hui, avec les réseaux sociaux, les revendications et les polémiques sont amplifiées. "Beaucoup d'entre elles nous viennent directement des campus anglo-saxons", où la réalité et le contexte sont autres, note M.Flückiger.

Par ailleurs, le recteur n'entre pas en matière concernant la création d'une salle de prières, comme le réclament des étudiants musulmans. "Nous ne pouvons accepter les pratiques religieuses au sein de l'Université en vertu de la Constitution genevoise et de la loi sur la laïcité". Sur ce sujet, toute dérogation est exclue.

D'autres polémiques de la même veine agitent l'université. Il est ainsi question de déboulonner la statue de Carl Vogt et de changer le nom du bâtiment universitaire qui porte son nom. "Nous allons consulter les instances de l'université puis prendre une décision", relève M.Flückiger.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Les pro et anti-avortement se mobilisent en Suisse

Publié

le

Des catholiques ont prié au centre-ville de Genève contre l'avortement en Suisse. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les soutiens et les opposants au droit à l'avortement s'activent en Suisse après la récente décision aux Etats-Unis. Après un rassemblement pro-choix vendredi soir à Berne, des dizaines de catholiques ont dénoncé samedi à Genève "la pensée unique" politique.

Réunis à l'appel de "oui à l'enfant", les participants se sont retrouvés au centre-ville. "Interruption d'une vie gênante" ou "l'avortement est un crime", affirmaient certaines pancartes.

Les organisateurs déplorent le large soutien en Suisse pour le droit à l'avortement. "Depuis l'extrême gauche jusqu'aux rangs de quelques élus UDC", selon eux.

Ils saluent l'ancien président américain Donald Trump qui avait affiché son opposition. Celui-ci a surtout nommé des juges conservateurs à la Cour suprême, initiative qui a abouti à la décision de révoquer le droit à l'avortement.

"Ce qui se passe aux Etats-Unis peut se passer en Europe, en Suisse", a dit l'un des trois prêtres présents qui a animé une prière pendant des dizaines de minutes. En revanche, parmi les badauds, certains étaient surpris, d'autres en colère face aux manifestants. "Honte à vous", a glissé une personne, ajoutant que "c'est dégueulasse".

Pro-avortement plus nombreux

Le camp des opposants semble moins attirer que celui des défenseurs de l'avortement. Vendredi soir à Berne, près de 500 personnes, selon les jeunes socialistes (JS), ont manifesté sur la Place fédérale contre les attaques visant ce droit. Ce rassemblement était notamment organisé par les JS, le collectif Grève féministe et les Femmes socialistes.

Les JS s'opposent de toutes leurs forces à toutes les initiatives populaires annoncées ou lancées, expliquent-ils samedi dans un communiqué. Les avancées obtenues par la lutte doivent être préservées.

En même temps, la Suisse doit aller de l'avant. Le tabou entourant les interruptions de grossesse doit être levé et le sujet doit être abordé dès l'école. Enfin, les centres de consultation reconnus par la Confédération doivent davantage être soutenus financièrement.

Charte établie récemment

Le débat actuel porte notamment autour du Code pénal. Les manifestants à Genève estiment que "la situation de détresse" permet des avortements au-delà de 12 semaines, 5% du total des interruptions volontaires de grossesse selon eux.

Il y a quelques semaines, Santé sexuelle Suisse (SSCH) avait, elle, lancé une Charte pour que "l'avortement soit avant tout considéré comme une question de santé et non plus comme une affaire pénale". Une initiative parlementaire pour la suppression de celui-ci dans le Code pénal doit encore être discutée.

Mardi, plusieurs centaines de personnes avaient déjà appelé à Genève à défendre le droit à l'avortement après la décision de la Cour suprême américaine de le démanteler. Des pancartes comme "Vous n'arrêterez pas l'avortement, mais l'avortement sécurisé" ou "Interdire l'avortement est un meurtre" avaient pu être observées. Plusieurs rassemblements avaient eu lieu en Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Un marronnier du Jardin anglais a dû être abattu à cause du vent

Publié

le

Une branche charpentière d'un marronnier est tombée à cause du vent jeudi soir au Jardin anglais. Elle a entraîné la chute d'un autre arbre et fait quatre blessés légers. 

Un marronnier plus que centenaire a dû être abattu dans le Jardin anglais à Genève ce vendredi. A 18 h 30, jeudi soir, un fort coup de vent a cassé une de ses branches charpentière, qui en tombant, a provoqué la chute d’un autre arbre. Quatre personnes ont été légèrement blessées et choquées. Une personne de 60 ans a été conduite à l’hôpital pour des blessures sans gravité, elle en est sortie peu après. Trois jeunes filles étaient sur le choc.

La branche était atteinte par un champignon invisible à l’œil nu mais qui ronge l’intérieur de l’arbre. En perdant cette branche, l’arbre a subi un déséquilibre irrémédiable selon le Service des espaces verts de la Ville de Genève, ce qui a justifié sa coupe.

De grosses bourrasques de vent ont été enregistrées jeudi soir à Genève avec des pointes à 60 km/h à Cointrin.

Le service des espaces verts indique que les deux arbres ont été coupés, le marronnier et celui que la branche charpentière a entraîné dans sa chute. Un plan de plantation va être établi pour remettre trois ou quatre arbres et faire de l'ombre à cet endroit.

Continuer la lecture

Genève

Uber annonce avoir payé ses chauffeurs via sa société partenaire

Publié

le

Uber Genève annonce avoir payé ses chauffeurs ou être en passe de le faire pour la période allant du 4 au 17 juin. Une compensation financière versée via la société partenaire MITC Mobility SA. Elle a été calculée sur la base de l’activité moyenne des chauffeurs sur l’application Uber au cours des 12 derniers mois.

La rémunération correspond au salaire horaire minimum du canton qui est de 23 francs 27 auquel sont ajoutés les congés payés. Selon Uber, plusieurs centaines de chauffeurs ont déjà reçu leur versement hier jeudi, les autres le recevront ce vendredi. La compagnie américaine invite les chauffeurs qui n’auraient pas reçu leur salaire ce lundi à répondre aux mails de MITC et à communiquer leurs coordonnées bancaires.

Les montants reçus sont dérisoires selon ce chauffeur Uber.

Le chauffeur souligne qu'Uber possède toutes les coordonnées bancaires des personnes travaillant avec l'application.

Continuer la lecture

Genève

Le Padel fait son show à Palexpo

Publié

le

Deux terrains de padel ont été inaugurés jeudi soir à Palexpo.  Ils sont installés tout l'été. Objectif: rendre la pratique plus accessible.

Sortez vos raquettes de padel. Deux terrains sont installés pour l’été dans les halles de Palexpo. Ils ont été inaugurés jeudi soir, en présence de deux joueurs professionnels espagnols qui sont présents jusqu’à ce soir pour des masterclass.

L’objectif : proposer un club dédié uniquement au padel, pour rendre ce sport un peu plus accessible à Genève.

Matthieu AmgwerdInitiateur du projet

Ce projet provisoire a pour but de développer ce sport, en plein essor dans beaucoup de pays latins, mais encore à ses débuts en Suisse. Pour Matthieu Amgwerd, responsable du projet, il faut répondre à la demande.

Matthieu AmgwerdInitiateur du projet

Des propos recueillis par Yann Rossier. A notez que des cours seront proposés pour les débutants. Et des tournois auront lieu les vendredis.

Continuer la lecture

Genève

Un premier couple de femmes passe devant la maire de Genève

Publié

le

Laure et Aline ont célébré leur mariage le 1er juillet, date de l'entrée en vigueur du mariage pour tous au niveau suisse, au Palais Eynard à Genève. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Aline et Laure sont passées vendredi matin devant la maire de la Ville de Genève au Palais Eynard. Le mariage pour tous est entré en vigueur en Suisse ce 1er juillet, permettant à ce couple de femmes de convertir son partenariat enregistré en un mariage.

Aline et Laurepremières mariées du Canton de Genève

"Je crois qu'on peut le dire, vous êtes officiellement mariées", a déclaré la maire Marie Barbey-Chappuis à l'issue de la cérémonie qui s'est déroulée en présence d'une trentaine d'invités. Aline, 46 ans, et Laure, 45 ans, sont en couple depuis 21 ans. Elles sont mamans d'un petit garçon de 4 ans. Elles ont déjà conclu un partenariat enregistré au niveau cantonal en 2003 puis au niveau fédéral en 2014.

C'était non sans émotions pour la Maire de la Ville, qui a eu l'honneur d'officier cette union :

Marie Barbey-ChappuisMaire de la Ville de Genève

Sur demande de Dialogai, qui souhaitait marquer le succès de l'engagement militant de manière indélébile, elles ont accepté de "donner une visibilité" à leur union. "C'est symbolique et c'est une normalisation des couples de même sexe", ont-elles déclaré à Keystone-ATS avant la cérémonie.

Aline et Laure avaient déjà entrepris les démarches pour "sécuriser leur famille" en concluant un partenariat enregistré. Mais avec le mariage pour tous, elles peuvent désormais bénéficier de la rente de veuve en cas de besoin, relèvent-elles. Les deux femmes se souviennent avec émotion du dimanche 26 septembre 2021 quand les Suisses ont largement accepté le mariage pour tous après des années d'attente.

Date symbolique

Xavier, 54 ans, et Daniel, 51 ans, ont aussi choisi la date symbolique du 1er juillet pour célébrer leur mariage au Palais Eynard. Les deux hommes, ensemble depuis quinze ans, se sont dit oui et ont échangé leurs alliances en début d'après-midi devant leurs invités.

En Ville de Genève, l'entrée en vigueur du mariage pour tous a a été précédée de formations spécifiques pour le personnel de l'état civil sur les diversités d'orientations sexuelles. La Municipalité revendique une longue tradition d'engagement pour les droits des personnes LGBTIQ+.

Charles, membre investi de l'antenne genevoise de l'Association fédérale pour le Mariage pour tous, n'aurait loupé la cérémonie de ce matin pour rien au monde :

Charlesmembre de l'Association Fédérale pour le Mariage pour tous

Au total, 21 demandes de mariage de couples de même sexe ont été faites ainsi que sept demandes de conversion de partenariat enregistré en mariage. Dans 18 cas, les couples ont déjà fait un partenariat, mais n'ont pas encore décidé s'ils optaient pour une conversion ou s'ils souhaitent recommencer une procédure préparatoire de mariage.

Léna Ailloud avec ATS.

Continuer la lecture