Rejoignez-nous

Genève

La DGEO couverte d'affiches contre le masque à l'école à Onex

Publié

,

le

La Direction générale de l’enseignement obligatoire à Genève a vu ses façades placardées d’affiches anti-masques la nuit de la rentréeLes fronts se durcissent selon le Collectif Parents.

A Genève, la direction générale de l’enseignement obligatoire a été victime de vandalisme. Dans la nuit de dimanche à lundi, des militants opposés aux masques à l’école primaire ont couvert les façades et l’entrée de la DGEO à Onex. Une soixantaine d’affiches assorties de l’inscription: « vos décisions détruisent la santé des enfants ». Elles étaient collées à même les vitres du bâtiment. L’action a été relayée auprès de l’association Collectifs Parents suisses dès lundi matin. Cette dernière déplore le manque de dialogue entre le Département de l’instruction publique et les parents opposés au masque dès 8 ans. Ecoutez ce papa, membre du Collectif Parents Suisses.

membre du collectif

Du côté du DIP, on rappelle que coller des affiches sur une façade d’un bâtiment sans autorisation est illégal. L’obligation du port du masque dès 8 ans a été introduite en décembre. Elle doit durer jusqu’au 24 janvier. Le Collectif estime que les fronts se durcissent. Les actions vont se multiplier.

membre du collectif

Selon le Collectif Parents suisses, de nombreuses familles n’auraient pas envoyé leurs enfants à l’école. Les témoignages de mécontents affluent.

membre du collectif

Depuis deux ans, le collectif affirme avoir envoyé de nombreux courriers au DIP, sans succès. Lors de leur manifestation en décembre, ils ont néanmoins été reçus par la Conseillère d’Etat, Anne Emery-Torracinta.

Affiches à Saint-jean

Des affiches ont également été collées sur la porte principale de l'école de Saint-Jean, qui abrite la Fédération des associations de parents d'élèves (FAPEO). Elles ont été retirées avant la rentrée des classes par les concierges.

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

L'humoriste Dieudonné voit sa condamnation confirmée en appel

Publié

le

L'humoriste Dieudonné, défendu par l'avocat Pascal Junod, voit sa condamnation à une peine pécuniaire de 180 jours amende à 170 francs le jour pour discrimination raciale, injure et diffamation confirmée par la Chambre pénale d'appel et de révision de la Cour de justice de Genève (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

L'humoriste Dieudonné voit sa condamnation pour discrimination raciale, injure et diffamation confirmée en appel par la justice genevoise. Sa peine est maintenue à 180 jours-amende à 170 francs le jour.

Dans un arrêt daté du 28 avril, que Keystone-ATS a obtenu, la Chambre pénale d'appel et de révision de la Cour de justice de Genève rejette l'appel de Dieudonné contre le jugement du Tribunal de police, comme l'a révélé dimanche la Tribune de Genève. En seconde instance, la justice confirme l'intégralité du verdict de juillet 2021.

Dieudonné M'bala M'bala, 56 ans, était poursuivi pour avoir proféré des propos négationnistes lors de son spectacle "En vérité", qu'il avait présenté à Nyon (VD) et à Genève, en 2019. A la fin d'un sketch, un des personnages de l'humoriste franco-camerounais avait crié que "les chambres à gaz n'ont jamais existé".

La Chambre pénale d'appel et de révision est convaincue que "c'est avec conscience et volonté que l'appelant a tenu des propos négationnistes et discriminants envers les victimes de la Shoah de manière à porter atteinte à leur dignité humaine", écrit-elle. Dieudonné est donc reconnu coupable de discrimination raciale.

Griefs confirmés

L'humoriste était aussi jugé pour avoir injurié sur scène la Communauté intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation (CICAD), lui disant "d'aller se faire enculer", ainsi que d'avoir porté atteinte à l'honneur de son secrétaire-général Johanne Gurfinkiel, le traitant notamment de raciste. Dans une interview à la radio, il l'avait comparé à un "négrier juif".

En seconde instance, la justice genevoise confirme que "ces propos, qui constituent assurément une injure, ont manifestement été proférés dans le dessein de dire du mal de l'association en question". De même, elle estime que "c'est sans fondement que l'appelant affirme être critiqué parce qu'il est noir". Les griefs de M. Gurfinkiel reposent "sur le contenu de ses spectacles".

"Propos minimisés"

Au vu de la mauvaise collaboration de Dieudonné à la procédure et de son absence de prise de conscience, la Chambre pénale d'appel et de révision confirme la peine du Tribunal de police. Elle relève qu'il "n'a cessé d'occulter le but recherché par ses attaques et de minimiser la portée de ses propos, dont il a d'abord attribué la responsabilité à son co-auteur, avant de se cacher derrière le personnage de son sketch".

La CICAD salue la décision en appel qui confirme l'intégralité du dispositif de jugement de première instance. "C'est une victoire", a déclaré son secrétaire-général, interrogé par Keystone-ATS. De son côté, l’avocat de Dieudonné, Pascal Junod, a indiqué envisager de faire recours devant le Tribunal fédéral.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Medvedev revient avec une grande motivation

Publié

le

Daniil Medvedev s'est confié à la presse dimanche à Genève (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

C'est un Daniil Medvedev serein et motivé qui s'est confié à la presse dimanche avant son retour à la compétition prévu au Geneva Open, dont il est la tête de série no 1.

Sa pause forcée due à une opération à une hernie lui a permis de retrouver un certain relâchement. "Je suis très motivé", a lâché le no 2 mondial, dont le dernier match date du 31 mars.

"Même si j'avais bien joué à l'Open d'Australie", où il ne s'était incliné qu'au terme d'une finale épique face à Rafael Nadal, "j'ai senti à Acapulco, à Indian Wells et à Miami que je ne parvenais pas à élever mon niveau de jeu", a-t-il souligné.

"La saison 2022 a été très intense", a rappelé le Russe, vainqueur notamment de l'US Open et de la Coupe Davis l'an dernier. "Elle s'était terminée tard (réd: le 5 décembre pour lui), et je n'avais bénéficié que d'une à deux semaines de pré-saison. J'ai senti que ça a joué sur mon moral", explique-t-il.

"Maintenant, j'ai pu récupérer sur le plan mental. Je reprends les habitudes que j'apprécie, je peux m'entraîner fort. Je me sens bien après trois bonnes semaines d'entrainement. Je me sens à nouveau heureux sur le court", a poursuivi Daniil Medvedev, qui doit maintenant retrouver au plus vite le rythme de la compétition.

Besoin d'enchaîner les matches

"J'ai décidé qu'il était plus judicieux de jouer quelques matches, enfin j'espère en tout cas plus qu'un, avant Roland-Garros. On jouera au meilleur des cinq sets à Paris, et ça n'a jamais été facile pour moi sur terre battue", a rappelé celui qui avait tout de même atteint les quarts de finale l'an dernier à Roland-Garros.

Daniil Medvedev a confié ne pas avoir pleinement savouré son accession à la 1re place mondiale. "Ca n'a duré que deux semaines (réd: trois en fait, entre le 28 février et le 20 mars), et je ne jouais par ailleurs pas bien", a expliqué le Moscovite, qui avait été éliminé dès les 16es de finale à Indian Wells à la mi-mars.

"Mais je suis heureux d'avoir réussi cela. Il y a des légendes du tennis qui n'ont jamais atteint la 1re place. J'espère pouvoir récupérer cette place et y passer d'autres semaines, mais à 70 ans je pourrai toujours dire que j'ai été no 1 mondial. On ne pourra jamais m'enlever cela", a-t-il lâché.

"Je peux comprendre cette décision"

L'exclusion des Russes et des Bélarusses de Wimbledon l'a-t-elle par ailleurs perturbé? "Je ne jouais pas lorsque la décision a été prise. J'avais donc l'occasion de m'informer plus que d'habitude. Mais il n'y a rien que je puisse faire. Je ne donnerai mon opinion qu'en privé", a répondu Daniil Medvedev.

"Je peux comprendre cette décision, même si un Russe peut toujours travailler en Grande-Bretagne. Et en même temps cela devrait rester du sport. Ca va être compliqué pour les autres tournois et les autres sports de savoir où se situe la limite pour une telle décision", a-t-il encore déclaré.

"J'essaie de respecter chaque opinion, car chaque être humain est différent. Si vous demandez leur avis à 100 joueurs, vous aurez peut-être 100 opinions différentes. Mais ne pas jouer Wimbledon est, bien sûr, un immense regret. C'est un tournoi que j'adore", a conclu le Russe de 26 ans.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Victoires du Tanzanien Gisamoda et de l'Ethiopienne Meseret

Publié

le

Tadesse Abraham a pris la 2e place du semi-marathon. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Coup d'essai, coup de maître! Pour sa première sortie sur la distance, le Tanzanien Emanuel Gisamoda a remporté à 33 ans le Marathon de Genève en 2h10'39, matant l'armada kényane.

La température était d'environ 23 degrés à l'arrivée sur le Pont du Mont-Blanc, trop chaud pour un marathon. Dans ces conditions, le chrono de Gisamoda, qui est resté à quelque 4' du record, est de bonne facture. Ce spécialiste de la piste et du cross a précédé les Kényans Sila Kiptoo (2e en 2h11'31) et Stanley Bett, 3e en (2h12'01), qu'il a progressivement lâchés après le 25e km.

Chez les dames, la favorite éthiopienne Dinke Meseret s'est imposée dans l'excellent temps de 2h26'22. Malgré la température élevée, elle n'est restée qu'à 1'10'' de son record et a signé le 9e chrono "scratch" (hommes et femmes confondus). La Kényane Marion Kibor a terminé 2e en 2h28'30.

Très attendu en raison de la présence de la star locale Tadesse Abraham, le semi-marathon a débouché sur un nouveau record du parcours. Le Sud-Soudanais réfugié en Suisse orientale Dominic Lobalu a filé en 1h01'39, améliorant de plus de 2 minutes l'ancienne marque d'Abraham.

Ce dernier n'a pas démérité. Cinq semaines après avoir établi un record de Suisse du marathon à Zurich (2h06'38), il a pris la 2e place, en 1h03'05. La Kényane Cynthia Kosgei, lauréate des 20 km de Lausanne, a survolé l'épreuve féminine en 1h09'49.

Toutes épreuves confondues, celles de samedi y compris sur des distances inférieures, quelque 14'000 concurrents s'étaient inscrits.

uelque

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Nikles passe l'écueil des qualifs à Genève

Publié

le

Johan Nikles s'est qualifié pour le tableau final à Genève (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Johan Nikles (ATP 294) figure pour la troisième fois de sa carrière dans le tableau final d'un tournoi ATP.

Le Genevois de 25 ans a battu Lukas Rosol (ATP 249) 6-4 6-4 dimanche au 2e et dernier tour des qualifications du Geneva Open.

C'est même la première fois que Johan Nikles décroche par ses propres moyens son ticket pour un tableau final ATP. Il avait en effet été repêché en tant que "lucky loser" en 2016 à Genève, après avoir été battu au 2e tour des qualifications, et avait bénéficié d'une invitation l'été dernier à Gstaad.

Battu sèchement les deux fois au 1er tour du tableau final, le Genevois peut rêver de fêter enfin un premier succès sur la grande scène. Il retrouvera au 1er tour l'invité zurichois Leandro Riedi (ATP 331/20 ans), seul autre Suisse présent dans le grand tableau sur la terre battue du Parc des Eaux-Vives.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Genève refuse la nouvelle réforme du cycle d'orientation

Publié

le

La réforme du cycle d'orientation genevois n'a pas convaincu. Elle a été refusée dimanche en votation. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, les opposants à la réforme du cycle d'orientation (CO22) ont remporté leur pari dimanche: le projet est refusé par 50,83% des votants. Le taux de participation s'est élevé à 40,81%.

C'est un tout petit non à la réforme du cycle d'orientation genevois. Le projet a été refusé ce dimanche par 50,83% des votants. Le scrutin s'est joué à 1731 voix d’écart. Le taux de participation, lui, s'est élevé à 40,81%. Face à un score aussi serré, les opposants ont poussé un ouf de soulagement. Pierre Nicollier, député PLR, membre de la commission d'enseignement du Grand Conseil.

Pierre NicollierMembre de la commission d'enseignement du Grand Conseil

Du côté des partisans, la déception s'est fait sentir. Patricia Bidaux députée du Centre et auteure du rapport de majorité de la Commission de l’enseignement du Grand Conseil.

Patricia BidauxDéputée du Centre et auteure du rapport de majorité de la Commission de l’enseignement du Grand Conseil

Mixité refusée

La majorité des partis admet que le système actuel, introduit en 2011, ne donne pas entière satisfaction. Le PLR, l'UDC et les Vert'libéraux ont toutefois lancé un référendum contre cette nouvelle réforme du Conseil d'Etat considérée comme "inaboutie et inapplicable". CO22 était soutenue par la gauche, le PDC et le MCG, mais la réforme divisait les enseignants du cycle d'orientation. À l'origine du projet, Anne Emery-Torracinta, conseillère d'Etat en charge de l'instruction est apparue déçue mais pas abattue à l'issu du scrutin.

Anne Emery-TorracintaConseillère d'état en charge de l'instruction publique

"Mon sentiment est que c'est le principe même du mélange des élèves qui a été refusé", a déclaré dimanche devant les médias la cheffe du Département de l'instruction publique, Anne Emery-Torracinta, commentant ce résultat très serré. Selon la conseillère d'Etat, Genève, où les sujets scolaires font toujours débat, a refusé "ce qui se fait partout ailleurs".

Autre enseignement de la votation: la division entre la Ville de Genève et les autres communes du canton qui se sont opposée au projet. Hormis Vernier et le Grand-Saconnex qui ont voté oui avec la Ville de Genève, le reste des communes à voté non. Comment expliquer un tel clivage? La réponse d'Anne Emery-Torracinta.

Anne Emery-TorracintaConseillère d'état en charge de l'instruction publique

"Mixité intégrée"

Initialement prévue pour la rentrée 2022 et reporté à 2023, CO22 visait à remplacer les regroupements par niveau par des classes mixtes en 9e et 10e année. Les enseignements et les évaluations auraient été différenciés au sein d'une même classe en math et en allemand en 9e ainsi qu'en français et en anglais en 10e. Les effectifs moyens se seraient alors limités à 18 élèves, contre 19,5 actuellement.

L'objectif de cette "mixité intégrée" était de stimuler les moins bons élèves sans pour autant porter préjudice aux meilleurs. D'après les recherches les plus récentes en éducation, une organisation sans filières est profitable à tous.

Deux voies séparées étaient toutefois prévues en 11e et dernière année du cycle d'orientation, l'une menant à la maturité gymnasiale ou professionnelle et l'autre, à l'apprentissage dual ou à l'école de culture générale, en fonction des notes obtenues à la fin de la 10e année. Les élèves les plus doués auraient bénéficié d'un parcours accéléré en sautant la 10e.

Propositions attendues

Suite à ce non dans les urnes, Les partisans de la réforme attendent désormais que les opposants présentent des solutions au plus vite comme l'explique Patricia Bidaux.

Patricia BidauxDéputée du Centre et auteure du rapport de majorité de la Commission de l’enseignement du Grand Conseil

Du côté des opposants des propositions seront faites d'ici le mois de septembre. Aucun mystère quant au contenu puisqu'elles seront identiques à celles qui ont été faites ces dernières semaines par les référendaires. Un exemple avec Pierre Nicollier.

Pierre NicollierDéputé PLR, membre de la commission d'enseignement du Grand Conseil

A un an de la fin de la législature, le Conseil d'Etat voit mal comment mettre en place une autre réforme, selon son président Serge Dal Busco. "Nous allons continuer à oeuvrer pour que l'école soit la meilleure possible", a souligné Anne Emery-Torracinta.

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture