Rejoignez-nous

Genève

Dernière visite de l'ancien quartier des Allières

Publié

,

le

C'est un quartier genevois en mutation. La petite dizaine de maisons qui constituaient les Allières sont en pleine destruction, pour laisser leurs places à des immeubles et une centaine de logements. Dimanche, les vents forts ont soufflé les barrières qui encerclent le site et plusieurs habitant en ont profité pour le visiter une dernière fois. 

Avant les travaux, un chemin pittoresque permettait d'aller à pied depuis le quartier de Grange-Canal jusqu'à l'école primaire des Allières. Celui-ci a été obstrué par des barrières pour le besoin de travaux, que la pluie et le vent ont fait tombé dimanche. Ce qui a permis à plusieurs habitants de se rapprocher des travaux et d'entrer dans les habitations encore debout.

Sur la petite dizaine de maisons que comptait le secteur avant les travaux, plusieurs ont déjà été détruites. C'est le cas de la Maison du Jeu de l’arc, qui a été défendue - sans succès - par plusieurs associations, notamment "Sauvegarde Genève" et "SOS Patrimoine contre l’enlaidissement de Genève". Le secteur des Allières, qui jouxte les Eaux-Vives, est au centre d’un Plan localisé de quartier (PLQ): en tout cent logements sont prévus dans un série d’immeubles. Précisions que l'on est ici à quelque pas de la future gare des Eaux-vives, qui doit ouvrir ses portes le 15 décembre avec le lancement du Léman Express.

Exploration urbaine 

C'est une forme d’urbex, à laquelle se sont prêtés les personnes présentes ce dimanche. Contraction "d’exploration urbaine", l'urbex est une activité à la mode qui consiste à redécouvrir d’anciens bâtiments ou des surfaces laissées à l’abandon. Sur les quatre maisons encore en bon état, nous en avons visité deux, puisque les deux autres avaient déjà été entamées par la pelleteuse. La première, une grande maison occupée par plusieurs familles, abritait cinq petits appartements, de deux à quatre pièces. Une habitation qui ressemblait un peu à la maison de la famille Adams, avec une petite tourelle sur le toit. Depuis cette petite tourelle, la vue était imprenables sur tout le quartier, entre l’école primaire des Allières et la synagogue juive libérale de Beit GIL.

La seconde était une maison basse, sur deux étages. Sur un mur, était inscrit « bienvenu à la collocation », ce qui laisse imaginer qu’ici, des générations d’étudiants se sont succédées. Dans cette maison, nous avons découvert une dizaine de chambres, un joli jardin, le tout entouré par de nombreux arbres.

Plongeon dans la vie des gens 

Cette visite a permis une véritable immersion dans le quotidien des habitants qui vivaient là. "Merci si belle maison ! Pour les génération que tu as hébergées, pour le chant des oiseaux, pour le bruit des écureuils qui souriaient sur les branches, pour les regards des renards du jardin". C’est ce type de messages qui ont été écrits sur les murs des bâtisses, dont les fenêtres ont été enlevées pour éviter les tentative d'éventuels squateurs.

Arbres centenaires abattus

Il y encore quelque semaines, le quartier des Allières était un véritable îlot de verdure. En tout, une vingtaine d’arbres - pour certains centenaires - doivent être coupés pour les travaux, la plupart le sont déjà. Et c’est justement pour cela qu’un moratoire avait été lancé par l’Association « Sauvegarde Genève ». Il y a deux mois, son président Jean Hertzschuch estimait sur notre antenne que cet abattage était "inacceptable". Pour lui, ces arbres étaient d'une valeur "inestimable". De son coté le Conseiller d'Etat Antonio Hodgers, affirmait alors "comprendre la tristesse" mais rappelait que sa volonté était de "construire la Ville en Ville".

 

 

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Le Festival des Bastions propose cet été huit concerts gratuits

Publié

le

Le Festival des Bastions qui avait accueilli en 2021 le violoncelliste français Gautier Capuçon, ici à l'image, revient cet été avec huit concerts gratuits (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Lancé en pleine crise sanitaire, le Festival des Bastions revient cet été pour une troisième édition. Huit concerts gratuits réunissant 45 musiciens sont à savourer entre le 12 juin et le 6 septembre au Kiosque des Bastions qui vient d'être entièrement rénové.

La programmation variée et éclectique mélange les genres et les styles. Elle met en scène aussi bien des jeunes talents que de grands artistes de musique classique, de musique traditionnelle arménienne, de musique baroque, de jazz et de chant lyrique s'inspirant de comédies musicales.

Le concert d'ouverture du 12 juin sera assuré par les élèves de l'école de musique Violinissimo, emmenés par Fabrizio Von Arx et Hong Anh Shapiro. A découvrir le 23 août, le pianiste Joseph-Maurice Weder qui interprétera un concerto de Chopin.

Le Quatuor Aviv (violoncelle, alto, violon) sera sur scène le 31 août. Enfin, la soirée de clôture du 6 septembre réunira le pianiste Kit Armstrong, le violoniste Fabrizio Von Arx et des musiciens genevois.

https://bastions.ch//

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Une conférence publique avec Jacques Dubochet et Antoine Flahault

Publié

le

Le professeur Jacque Dubochet sera à l'Université de Genève le 23 mai pour débattre des liens entre la santé et l'environnement (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le lauréat du Prix Nobel de chimie Jacques Dubochet et l'épidémiologiste Antoine Flahault débattront de l'impact des systèmes de santé sur l'environnement lors d'une conférence publique à l'Université de Genève lundi 23 mai. Cet événement s'inscrit dans le cadre d'un nouveau cursus en santé planétaire.

Les deux professeurs s'interrogeront sur la façon de modifier les comportements individuels et sociétaux pour parvenir à une santé durable. La conférence sera suivie d'une table ronde réunissant des scientifiques, dont Arnaud Perrier, directeur médical des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et Julia Steinberger, spécialiste des impacts du dérèglement climatique à l'UNIL.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La Nuit des musées genevois a attiré plus de 7000 visiteurs

Publié

le

Le musée de l'Ariana a ouvert ses portes lors de la Nuit des musées de Genève. Au programme notamment, des performances de modelage ainsi qu'un atelier de verre soufflé (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Après deux ans d'absence en raison de la pandémie, la Nuit des musées à Genève a connu samedi soir une belle affluence en attirant 7019 personnes. Les visiteurs ont profité des 115 activités proposées par les 25 institutions culturelles et scientifiques qui avaient ouvert leurs portes.

"Avec 16'543 visites, soit entre deux et trois lieux visités par les participants, c'est un retour réussi pour la Nuit des musées", indique dimanche la Ville de Genève dans un communiqué. Ces chiffres sont toutefois loin du record de 2019 où la manifestation avait attiré plus de 12'000 personnes pour un total de 30'000 visites.

Après deux ans de pause culturelle forcée, le public doit donc retrouver ses marques. Moins fréquentée, cette 8e édition a pu être savourée sereinement par les participants. Le public a notamment pu découvrir les locaux de Association pour le patrimoine industriel où le ver à soie était à l'honneur. Cette activité collait parfaitement au thème de cette édition qui était la transformation.

Le Pôle de recherche en biologie chimique de l'Université de Genève, qui participait pour la première fois à la Nuit des musées, a ouvert ses laboratoires. Encadré par les chercheurs, le public a pu réaliser des expériences. Lors de cette nuit quasi estivale, les visiteurs se sont déplacés entre les musées avec des navettes mises à disposition pour l'occasion.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Ruud signe le doublé au Parc des Eaux-Vives

Publié

le

La joie de Casper Ruud, désormais double tenant du titre à Genève (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Casper Ruud (ATP 8) a fait le plein de confiance avant Roland-Garros.

Le Norvégien de 23 ans a remporté pour la deuxième année consécutive le Geneva Open, s'imposant 7-6 (7/3) 4-6 7-6 (7/1) après 3h01' de jeu en finale devant le Portugais Joao Sousa (ATP 79).

Demi-finaliste à Rome la semaine passée, Casper Ruud retrouve donc ses meilleures sensations au moment idéal. Il avait connu quelques difficultés au début de la saison sur terre battue, ne gagnant que quatre matches dans ses quatre premiers tournois alors qu'il venait de jouer sa première finale en Masters 1000 à Miami.

Deuxième joueur après Stan Wawrinka (2016, 2017) à signer le doublé depuis que l'ATP Tour a fait son retour au Parc des Eaux-Vives en 2015, le Norvégien doit maintenant passer un cap à Roland-Garros, où il n'a jamais dépassé le 3e tour, et en Grand Chelem en général. Sa meilleure performance est un 8e de finale à Melbourne en 2021.

Sousa manque le coche

Casper Ruud, qui a remporté sept de ses huit titres ATP sur terre battue, est cependant revenu de loin avant de vaincre la résistance de Joao Sousa (33 ans). Celui-ci a en effet servi pour le titre à 5-4 dans la troisième manche. Mais il n'est pas parvenu à se relâcher au moment de conclure.

Victime d'une grosse baisse de régime à l'entame du deuxième set, Casper Ruud n'en demandait pas tant. Le Norvégien a manqué deux balles de match à 6-5 sur le service adverse dans la troisième manche, puis une troisième à 6/0 dans le deuxième tie-break. Un service gagnant lui a permis de plier l'affaire sur la quatrième.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le PS genevois choisit Thierry Apothéloz et Carole-Anne Kast

Publié

le

La gauche genevoise partira unie dès le premier tour pour l'élection au Conseil d'Etat en 2023 avec de gauche à droite Carole-Anne Kast (PS), Antonio Hodgers (Les Verts), Fabienne Fischer (Les Verts) et Thierry Apothéloz (PS). Objectif: conserver la majorité à l'exécutif. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Réuni samedi en congrès à Plainpalais, le PS genevois a désigné le sortant Thierry Apothéloz et l'élue expérimentée Carole-Anne Kast pour la course au Conseil d'Etat en 2023. Le parti, qui avait décidé de partir avec deux candidats, a évincé Caroline Marti.

Le conseiller d'Etat Thierry Apothéloz a obtenu 236 voix sur 302 et la conseillère administrative d'Onex Carole-Anne Kast 166. La députée Caroline Marti arrive pas loin derrière, avec 151 voix.

"Je suis un fils d'ouvrier et je n'oublie rien de ce que je dois au socialisme", a relevé le conseiller d'Etat Thierry Apothéloz, 51 ans. Défendant un "bilan solide" avec une hausse significative des prestations sociales, il a rappelé qu'il est resté un homme de terrain proche de la population. Son discours a été très applaudi.

Déception

Carole-Anne Kast, 47 ans, a mis en avant sa longue expérience. Elle a notamment passé 14 ans à l'exécutif d'Onex. Cette spécialiste des questions du logement, vice-présidente de l'ASLOCA, veut lutter contre les discriminations et pour la justice sociale. Elle est prête "à prendre le risque de déplaire, mais jamais de décevoir". Cette forte personnalité qui se dit combative accède pour la première fois à la candidature après deux échecs.

La perdante du jour, Caroline Marti, 32 ans, s'est déclarée déçue de son score, même si elle n'est qu'à quinze voix de Carole-Anne Kast. Elle n'avait déjà pas été retenue comme candidate pour l'élection au conseil administratif de la Ville de Genève. La députée, qui est aussi cheffe de groupe, avait plaidé devant le congrès pour une justice fiscale redistributive. "Je ne suis pas naïve, je connais la réalité politique", avait-elle relevé.

Liste commune

"L'objectif est de conserver la majorité au Conseil d'Etat et de se renforcer au Grand Conseil afin que la gauche atteigne la majorité", a déclaré Thomas Wenger, président du PS genevois. Le choix de partir avec deux candidats avait été approuvé par le congrès à la quasi-unanimité. "On ne veut pas que le peuple arbitre le surnuméraire", ont relevé les candidats.

La gauche partira unie dès le premier tour, les socialistes et les Verts ayant décidé de se présenter sur une liste commune en laissant la porte ouverte à Ensemble à Gauche. Les écologistes étaient également réunis en congrès samedi du côté du Grand-Saconnex pour désigner leurs candidats. Sans suspense, car ils étaient les seuls candidats, les deux conseillers d'Etat sortant, Antonio Hodgers, 46 ans, et Fabienne Fischer, 60 ans, ont été désignés.

En revanche, la surprise est venue des scores. Elue en cours de législature au Conseil d'Etat, Fabienne Fischer termine pourtant devant Antonio Hodgers. Elle a obtenu 121 voix sur 128 contre 100 pour Antonio Hodgers. Ce dernier brigue ainsi un troisième mandat.

A noter encore que les socialistes ont également désigné samedi leurs 68 candidats pour le Grand Conseil. Les deux candidats au Conseil d'Etat seront en tête de liste.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture