Rejoignez-nous

Radio Lac Matin

Une semaine intense qui commence pour les Nations Unies à Genève

Publié

,

le

Des chefs d’Etat et de gouvernements, ainsi que des ministres de plus d’une centaine de pays vont défiler à Genève cette semaine. Il y aura aussi notre Secrétaire général António Guterres, et la Présidente de l’Assemblée générale de l’ONU, Maria Fernanda Espinosa. Ils vont participer au Conseil des droits de l’homme qui débute dans une dizaine de minutes au Palais des Nations. Il y a trois sessions du Conseil pendant l’année. La première, en février-mars, est la plus longue ; elle va durer quatre semaines mais c’est aussi la plus importante en termes diplomatiques.

Pourquoi les représentants des gouvernements viennent au Conseil cette semaine ?

Ils viennent présenter les avancées de leur pays et leurs priorités en matière des droits de l’homme. C’est aussi l’occasion de s’exprimer sur les grands enjeux de l’actualité et les conflits dans le monde. Aujourd’hui par exemple, une quarantaine de représentants de gouvernement vont s’exprimer. On peut citer notamment le président tunisien ou le Premier ministre du Yémen. Juste avant eux, à l’ouverture de la session, Antonio Guterres, et Michelle Bachelet, la Haute-Commissaire aux droits de l’homme, feront un discours introductif. Juste après, le Conseil aura aussi l’occasion d’entendre une déclaration d’Ignazio Cassis, le Chef du département fédéral des affaires étrangères de la Suisse.

Alexandre, quel est le programme de cette session ?

Vous allez voir, il est extrêmement chargé. Durant ces quatre semaines, le Conseil va examiner plus de cent vingt rapports présentés par des experts des droits de l’homme. Au total, le Conseil tiendra plus de trente-cinq débats sur des thématiques très diverses. Par exemple, demain, il y aura un débat sur la peine de mort, la semaine prochaine sur les enfants handicapés. Plus globalement, le Conseil va discuter de rapports sur la dette extérieure, le droit à l’alimentation, les défenseurs des droits de l’homme, sur le respect de la vie privée, les droits culturels et la lutte contre le terrorisme.

Le Conseil va aussi discuter de la situation des droits de l’homme dans toute une série de pays…

Oui, plusieurs pays vont être examinés à partir de la troisième semaine de session. Il s’agit de pays pour lesquels le Conseil a précédemment demandé à un expert de réaliser un rapport dans le cadre d’un conflit ou de violations des droits de l’homme. Par exemple, les 47 membres du Conseil vont discuter de la situation en Syrie, au Burundi, en Iran ou au Myanmar.

A la fin de la session, le Conseil adoptera une série de résolutions. Par exemple en septembre dernier, le Conseil avait adopté des résolutions sur le Yémen et le Venezuela. Il avait aussi adopté une résolution sur la sécurité des journalistes. Le Conseil peut ainsi adopter plus d’une vingtaine de résolutions au cours d’une session.

A noter Philippe que ces résolutions ne sont pas contraignantes… Elles ont cependant une haute valeur symbolique et les Etats n’aiment jamais se retrouver pointé du doigt pour d’éventuels manquement surtout dans le domaine des droits de l’homme.

Le Secrétaire général de l’ONU sera également là demain, mais pour traiter d’un autre sujet…

Oui, il va lancer un appel à contributions pour la situation humanitaire au Yémen, actuellement la pire dans le monde. Cet événement, co-présidé par la Suède et la Suisse, vise à collecter 4,2 milliards de dollars pour venir en aide à 19 millions de Yéménites. Il faut dire que les Nations Unies sont au cœur des négociations de paix qui ont pris depuis quelques semaines un nouvel élan. L’espoir est que l’aide humanitaire puisse arriver de nouveau dans le pays grâce à l’accès à trois ports qui étaient jusque-là pris d’assaut par les combattants.

Radio Lac Matin

Mardi c’est Casile: l’architecture genevoise

Publié

le

Xavier Casile est de retour ce mardi dans Radio Lac Matin avec sa chronique Made in Geneva pour nous parler de l’architecture genevoise.

Promenez-vous à Genève…

Commençons avec l’immeuble Clarté, aussi appelé la maison de verre. Cet immeuble réalisé par l’architecte franco-suisse Le Corbusier, fut érigé en 1931-1932, dans l’esprit du mouvement moderne. Il s’agit d’un immeuble locatif de 45 appartements aux tailles et formes variées, situé dans le quartier des Eaux-Vives. Cet ensemble de verre et d’acier fut inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2016.

Un peu plus loin en plein cœur de la Vieille-Ville, se trouve la Maison Tavel, la plus ancienne demeure privée genevoise. Elle fut classée monument historique en 1923 et représente à ce jour l’édifice le plus important de la période médiévale conservé en Suisse. Elle abrite le Musée d’histoire urbaine et de la vie quotidienne depuis 1986.

Le Muséum d’histoire naturelle de Genève est le plus grand musée d’histoire naturelle de Suisse. L’établissement de recherche scientifique et de conservation du patrimoine naturel réunit sur 8000 m2, la faune régionale, la minéralogie, les mammifères et oiseaux du monde, les batraciens et insectes, l’aventure de la Terre et même l’évolution de l’Homme.

Le musée d’Art et d’Histoire mérite également le détour pour contenir la plus grande collection mondiale d’œuvres du célèbre peintre suisse Ferdinand Hodler, certainement le plus commenté de son temps.

C’est dans le quartier des Grottes que se trouvent les bâtiments les plus surprenants de Genève. Communément appelés les immeubles des « Schtroumpfs » en référence aux champignons colorés dans lesquels vivaient les personnages de la bande dessinée de Peyo, ils ont été construits entre 1982 et 1984.

De l’autre coté du lac, la Fondation Martin Bodmer, elle aussi inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO, est l’une des plus importantes bibliothèques privées au monde et conserve une prestigieuse collection de manuscrits, des premières traces de l’écriture jusqu’à nos jours.

Comment ne pas citer, L’Usine, ce centre culturel autogéré qui a établi son siège dans l’ancienne usine genevoise de dégrossissage d’or mis à disposition par la Ville de Genève pour y réaliser des activités artistiques et socioculturelles.

Enfin, le Musée Patek Philippe, situé dans le quartier de Plainpalais, présente une belle collection de montres de la marque Patek,  installé dans un magnifique bâtiment industriel érigé au début du XXe siècle.

 

Le mardi c’est Casile
L’architecture genevoise
Le mardi c’est CasileL’architecture genevoise

 

Continuer la lecture

L'invité

Patrick Eperon, délégué énergie du centre Patronal

Publié

le

La loi sur le CO2 déchire les milieux patronaux. 200 associations et entreprises, dont EconomieSuisse et la FER, la soutiennent. A l'inverse, le Centre Patronal, mais aussi GastroSuisse la combattent. Une "loi coûteuse et inefficace" selon Patrick Eperon, délégué énergie du centre Patronal, et en charge de la campagne contre la loi sur le CO2, qui repose sur un mythe "celui de la taxe magique qui fait que par miracle, à la fin, tout le monde devrait toucher davantage d'argent que ce qu'il a payé au début".

Patrick Eperon rappelle également que la Suisse fait déjà beaucoup d'efforts pour la planète. "Au 31 décembre 2020, chaque Suisse était soumis à une taxe CO2 de 96 francs, par tonne, alors que les Allemands ne payaient rien (...) avec une réduction de CO2 d'un quart par habitant, en dix ans, alors même que le pays a gagné deux millions d'habitants"

Patrick Eperon, délégué énergie du centre Patronal était invité de Béatrice Rul, à 7h35, dans Radio Lac Matin.

 

Continuer la lecture

Radio Lac Matin

Mardi c’est Casile: Servette FC & Genève-Servette HC

Publié

le

Xavier Casile est de retour ce mardi dans Radio Lac Matin avec sa chronique Made in Geneva pour parler sport cette fois, et plus précisément des clubs vedettes de la ville.

Allez Genève! Allez les Grenats!

A Genève, football et hockey font bon ménage... mais stade à part! Deux kilomètres séparent le stade de Genève de la patinoire des Vernets. Les Grenats et les Aiglons défendent les couleurs de la ville dans toute la Suisse et sur le continent depuis plus d'un siècle.

Commençons par la section football. "Le Football Club de la Servette fut fondé le 20 mars 1890, lorsqu'un jeune britannique reçut le ballon ovale et voulut monter une équipe. On jouait alors au football-rugby sur le terrain du Pré Wendt puis sur la Plaine de Plainpalais." Dix ans plus tard, Servette rejoint l'Association Suisse de Football (ASF).

C'est au stade des Charmilles que le Club évoluera pendant plus de septante ans, jusqu'à devenir l'équipe la plus titrée de Suisse romande avec 17 championnats et 7 coupes de Suisses remportés à son actif. Il y jouera son dernier match en 2002 avant d'élire son nouveau domicile au stade de Genève.

Passons à la section hockey. C'est il y a plus de 100 ans, en 1905, qu'a été créée la section hockey sur glace du Servette... sans la moindre patinoire! Il a fallu attendre 1958 pour prendre possession de la patinoire des Vernets et 1959 pour y remporter sa première Coupe Suisse. 2028 verra naître l'aboutissement du projet d’une nouvelle patinoire à Genève, sur le site du Trèfle-Blanc, et par la même occasion le déménagement du Genève-Servette Hockey Club.

Continuer la lecture

Radio Lac Matin

Mardi c’est Casile: les bières genevoises se font mousser

Publié

le

Le mardi, c'est Casile ! Et cette semaine, Xavier nous emmène faire un petit tour du côté des bières Made in Geneva. Brunes, blondes, rousses, blanches: il y en a pour tous les goûts.

A Genève, la bière est une histoire de tradition et de terroir.

Bière du Lac, Bière du Niton, Brasserie des Murailles, Brasserie de la Pièce, Brasserie du Père Jakob, Brasserie du Virage, Brasserie Glouglou, Brasserie l'Apaisée, Brasserie des Barbus, Ferme du Lignon, Ferme de Budé... Les brasseries sont légions dans la ville de la Calvinus.

En effet, le terroir a de l'avenir avec la marque de garantie GRTA, pour Genève Région - Terre Avenir. Créée en 2004 par l'Etat de Genève et fondée sur les valeurs de qualité, proximité, traçabilité et équité, elle permet d’identifier les produits de l’agriculture de la région genevoise.

Huit micro-brasseries ont décidé de s'unir au sein de l'Association des brasseries indépendantes de Genève (ABIG), afin de défendre les intérêts des brasseries artisanales, professionnelles et indépendantes du canton de Genève, et de mieux faire face aux marques nationales et internationales.

Il y a même une malterie à Satigny qui permet aux brasseurs du canton de produire des bières 100% terroir, une première en Suisse! Et coté bars, on ne compte plus les lieux où découvrir ou redécouvrir cette boisson multi-millénaire, en bouteille ou à la pression.

Les brasseurs mettent également tout en oeuvre pour nous divertir, tant au niveau des étiquettes que des formes de bouteilles et des noms. Avec par exemple la Sorcière, la Meurtrière, la Catapulte, la Trux Orcus, la Rouste, la Torgnole, la Daisy Tutti Frutti ou la Suicide Blonde, le choix est vaste. A boire avec modération bien sûr!

Continuer la lecture

Radio Lac Matin

Mardi c’est Casile: Bains des Pâquis, bains de foule et de soleil

Publié

le

Comme tous les mardis sur Radio Lac, Xavier Casile nous présente Made In Geneva. Et à l'approche de l'été et de ses baignades, on prend la direction des Bains des Pâquis cette semaine!

Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés...

Les bains des Pâquis existent depuis 1872 mais c'est en 1890 qu'ils deviennent publics et municipaux. D'abord construits en bois, puis agrandis sur pilotis, ils furent reconstruits en dur en 1932. Les baraques de bois sont alors détruites pour laisser la place à un aménagement complet de la jetée en béton armé.

Le projet choisi fut celui de l'ingénieur Louis Archinard et de l'architecte Henry Roche, qui offrait une parfaite égalité de surface entre les hommes et les femmes et une superficie de 6500 m2. Le succès est total : les Genevois en font leur lieu estival préféré! A quelques mètres du Jet d'eau, social et socialisant, les Bains allient restauration, calme, sports, santé et loisirs.

Mais à la fin des années 80, un projet prévoit la reconstruction des Bains. Or qui dit reconstruction, dit démolition. Pourquoi un tel projet alors que la rénovation permettrait de garder l'esprit des Bains ? Une mobilisation générale donne naissance à l'Association des usagers des Bains et, le 25 septembre 1988, 72% des Genevois votent NON à sa disparition.

Aujourd'hui, avec les Bains, Genève est peut-être la seule grande ville touristique offrant la possibilité de se baigner en toute confiance dans une eau cristalline, été comme hiver!

Continuer la lecture