Rejoignez-nous

L'invité

Thierry Apothéloz, conseiller d’Etat chargé de la Cohésion Sociale

Publié

,

le

Le confinement décidé pour lutter contre la propagation du Covid-19 est difficile à vivre pour tous, mais encore plus pour les personnes déjà isolées. Le département de la Cohésion Sociale, en collaboration, avec les communes a mis en place un dispositif pour casser cet isolement. Le conseiller d’Etat, Thierry Apothéloz, chargé de la Cohésion sociale était l’invité de Béatrice Rul, à 7h20, dans Radio Lac Matin, pour en présenter les grandes lignes.

 

1 commentaire

1 commentaire

  1. Petrovic

    25 mars 2020 à 16 h 09 min

    Pour garantir la cohésion, il faut aussi une contrepartie. La décision de la confédération concernant les horaires de travail du personnel médical, du fait que leurs heures supplémentaires seront ignorées et oubliées n’est pas un juste retour des choses, ni porteur de cohésion. Que les soignants doivent encore payer leurs places de parking entre deux urgences, et que les policiers continuent à faire des rondes pour mettre des contraventions, à une période où l’on exhorte tout le monde à rester aussi longtemps que possible enfermé n’est pas cohérent. Le manque de bruit du peuple n’est pas un signe d’acceptation, mais d’incompréhension.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'invité

Nicolas Walder, Conseiller national Vert

Publié

le

L’initiative de limitation est un couperet. Pour le Conseiller national Vert, Nicolas Walder, l’enjeu est clair lors des votations du 27 septembre prochain. Il était l’invité de Béatrice Rul, à 7h35, dans Radio Lac Matin.

 

Continuer la lecture

L'invité

Philippe Clément, journaliste spécialiste automobile

Publié

le

Philippe Clément

Quel avenir pour le salon international de l’auto de Genève? Après l’annulation de l’édition de 2020 pour cause de Covid-19, la plus grande incertitude plane au-dessus de la grand’messe genevoise. Eclairage avec Philippe Clément, journaliste spécialiste de l’automobile, qui était l’invité de Benoît Rouchaleau, ce vendredi à 7H35, dans Radio Lac Matin.

Philippe Clément Journaliste automobile

Continuer la lecture

L'invité

Felipe Ortiz, vice-président du Servette FC

Publié

le

Felipe Ortiz, vice-président du Servette FC

Retour gagnant pour le Servette FC en coupe d’Europe. 8 ans après son dernier match européen, les grenat se sont imposés 3-0 jeudi soir contre les slovaques de Ruzomberok au premier tour qualificatif pour l’Europa League. Retour sur le match et les ambitions du club avec Felipe Ortiz, le vice-président du SFC, qui était l’invité de Benoît Rouchaleau, à 7h35, dans Radio Lac Matin.

Felipe Ortiz  Vice-président du Servette FC

Continuer la lecture

L'invité

Serge Dal Busco, Conseiller d’Etat chargé des transports

Publié

le

Un vendredi sous le signe de la manifestation, ce vendredi, à Genève. Pas moins de deux, dont une qui s’attaque aux bandes cyclables, qui viennent d’être prolongées de trois mois, par le Conseil d’Etat. Serge Dal Busco, le magistrat en charge des transports, était l’invité de Béatrice Rul, à 7h20, dans Radio Lac Matin.

 

Continuer la lecture

L'invité

Christina Kitsos, conseillère administrative Ville de Genève, chargée de la Cohésion Sociale

Publié

le

La rentrée des classes sera un peu particulière à Champel. La hausse des effectifs a entraîné un transfert d’élèves de Le Corbusier aux Crêts de Champel, avec des fratries qui ont même dues être séparées. La Conseillère administrative, Christina Kitsos, réfute un manque d’anticipation et souligne la lenteur des réalisations, en Ville. Elle était l’invitée de Béatrice Rul, à 7h20, dans Radio Lac Matin.

 

 

Continuer la lecture

Thierry Apothéloz, conseiller d’Etat, chargé de la cohésion sociale

Publié

,

le

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Genève à la rescousse de ses clubs

Publié

le

Peut-être une bouffée d’air frais pour les clubs genevois ! Un protocole d’accord a été signé entre l’Etat et les représentants des établissements, qui ont dû fermer leurs portes le 31 juillet pour freiner la propagation du coronavirus. Une aide d’urgence qui prévoit la participation financière des pouvoirs publics pour les charges qui ne peuvent pas être réduites par les enseignes, comme leurs loyers, les assurances liées à leur activité commerciale, leurs abonnements de télécommunication mais aussi leurs factures SIG.

L’aide de l’Etat concerne également les charges fixes de type cotisations sociales et LPP, contrats de location sur le matériel et les machines, frais fiduciaires et stocks périmés.

Le montant maximum prévu par l’Etat? Deux millions de francs par mois, ce qui correspond à environ 30 000, 40 000 francs par mois par établissement. 

En contrepartie, les établissements  s’engagent sur l’honneur à ne pas licencier leur personnel pour des motifs liés à la crise économique et sanitaire.

Le Grand Conseil genevois devra se prononcer les 1er et 2 octobre prochains sur  ce projet de loi.

Pour Jean-Marc Humberset,  le propriétaire du Moulin Rouge et du Point Bar, cette aide d’urgence est une « belle lumière au bout du tunnel »

 

Jean-Marc Humberset  Gérant du Moulin Rouge et du Point Bar

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Une start-up sécurise les téléphones portables grâce à une puce quantique

Publié

le

L’entreprise genevoise ID Quantique a crée une puce pour téléphone qui utilise la cryptographie quantique pour les protéger. Samsung l’a utilisé dans son dernier téléphone qualifié par la presse de « plus sûr du monde ». La technologie pourrait à l’avenir se développer à d’autres objets que les téléphones. 

Une puce quantique qui rend votre téléphone inviolable. C’est le produit de l’entreprise genevoise ID Quantique. La start-up a crée une puce pour téléphone qui utilise la cryptographie quantique pour les protéger. Ce système a été adopté par Samsung qui en a doté son dernier appareil sorti en mai dernier. Il a été baptisé par la presse de « téléphone le plus sûr du monde ». La puce utilise le cryptage quantique pour générer des nombres aléatoires qui servent de clés inviolables pour permettre notamment une communication sécurisée entre les appareils. Ce système peut être utilisé pour plusieurs applications comme les services bancaires. Les précisions de Grégoire Ribordy directeur et fondateur d’ID Quantique.

Grégoire Ribordy Directeur et fondateur d'ID Quantique

 

Sécuriser les systèmes

De nos jours le piratage est devenu monnaie courante. On ne compte plus les milliers de personnes qui se sont fait pirater leur téléphone ou leur ordinateur. Si la digitalisation apporte de nombreuses choses positives à notre quotidien, elle comporte également de nombreux risques. Et bien souvent nos systèmes de sécurité ne sont pas au point. Les explications de Grégoire Ribordy.

Grégoire Ribordy Directeur et fondateur d'ID Quantique

Selon Grégoire Ribordy, en matière de cybersécurité, la Suisse ne se démarque pas des autres pays. Elle prend assez peu d’initiatives pour améliorer la sécurité alors qu’il y aurait une carte à jouer pour les industries locales.

Objets connectés

Si pour le moment cette technologie se limite aux téléphones, à l’avenir elle pourrait se développer dans de nombreux domaines. Aujourd’hui, quasiment tous les objets ou systèmes sont connectés. Un potentiel que la start-up basée à Genève entend exploiter. Le détail avec Grégoire Ribordy.

Grégoire Ribordy Directeur et fondateur d'ID Quantique

La sécurité de nos systèmes connectés est un enjeu crucial de nos sociétés. Avec l’arrivée de la 5G, ce sont 46 milliards de téléphones qui devraient être connectés au réseau à l’horizon 2026.

Continuer la lecture

Actualité

Le projet de budget 2021 de la Ville de Genève plombé par RFFA

Publié

le

Conseil administratif ville GE@Judith Monfrini

La réforme de la fiscalité des entreprises, RFFA, affecte le résultat du projet de budget 2021 de la Ville de Genève. Un déficit de 49,3 millions de francs est prévu, le maximum que permet la Loi sur les communes genevoises. 

Sans surprise la réforme de la fiscalité des entreprises plombe le projet de budget 2021 de la ville de Genève. Le déficit prévu est de 49,3 millions de francs. La perte sur les impôts des personnes morales est de 27,3 millions. Et elle n’est pas compensée par les impôts sur les personnes physiques qui augmentent  pourtant de 17, 4 millions. Le conseil administratif maintient néanmoins ses priorités, notamment  la transition écologique. En assainissant son patrimoine administratif, musée, école et équipement sportif, ainsi que son patrimoine financier, comprenez ses immeubles locatifs. Les prestations à la population sont aussi maintenues. Ecoutez le Conseiller administratif chargé des finances, Alfonso Gomez.

Alfonso Gomez Conseiller administratif chargé des finances - Ville de Genève

L’assainissement des immeubles est nécessaire, non seulement c’est une obligation légale mais ils en ont bien besoin. Alfonso Gomez.

Alfonso Gomez Conseiller administratif chargé des finances - Ville de Genève

L’enveloppe pour le parascolaire augmente de 2,1 millions qui seront versés au GIAPP. 300’000 supplémentaires sont accordés au sport.  En octobre, des réajustements pourraient avoir lieu parce que ce budget ne tient pas compte de la crise sanitaire. Alfonso Gomez.

Alfonso Gomez Conseiller administratif chargé des finances - Ville de Genève

Quant aux charges, elles augmentent de 3, 8 millions pour un total de 504.7 millions. Une augmentation de 23,5 postes est prévue l’an prochain. En revanche, les annuités des fonctionnaires seront bloquées.

Continuer la lecture

Actualité

Le contrat de travail comme élément essentiel pour prévenir la précarité

Publié

le

L’université de Genève a présenté ce mardi une étude sur la population en grande précarité en période de Covid 19. Réalisée sur un échantillon de personnes fréquentant les Vernets durant la crise, elle révèle que l’absence de contrat de travail ou de papiers pousse les personnes dans la précarité. La formation ne ferait pas la différence.

Un questionnaire en 4 langues a été soumis à 223 personnes qui venaient chercher un colis du cœur aux Vernets, entre le 15 mai et le 7 juin. Une grande partie de ces personnes sont sans permis de séjour et gagnaient avant la crise moins de 2000 par mois. Le 95 % d’entre elles ne peuvent pas supporter une facture imprévue de 1500 francs. Certaines ont dû recourir à l’emprunt durant cette période avec des taux usuraires qui frisaient parfois les 20% par mois. Certains résultats ont surpris les auteurs de l’étude, comme l’explique le Professeur en sociologie et socio-économie à l’UNIGE, Jean-Michel Bonvin.

Jean-Michel Bonvin Professeur en sociologie et socio-économie à l'UNIGE

Notez que près de moitié des personnes sans contrat de travail n’ont pas non plus d’assurances maladies. Elles ont aussi trois fois plus de risque de perdre leur emploi. Un résultat qui n’étonne par le Conseiller d’Etat chargé de la cohésion sociale, Thierry Apothéloz.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat chargé du Département de la cohésion sociale

Le 90% des personnes interrogées ont dû effectivement diminuer la diversité de leur nourriture pendant la crise et le deux tiers d’entre elles, la quantité. Les auteurs édictent plusieurs recommandations, ils estiment qu’il faut améliorer l’information concernant l’accès aux prestations sociales. 70% des personnes n’y ont pas recours. La Conseillère administrative chargée des affaires sociales, Christina Kitsos.

Christina Kitzos Conseillère administrative chargée de la cohésion sociale et de la solidarité

Les auteurs de l’étude émettent six recommandations, comme lutter contre l’insécurité alimentaire, valoriser la formation en accordant des équivalences ou encore prendre des mesures structurelles pour les sans-papiers.

L’étude de l’Université de Genève (UNIGE) a été réalisée à la demande de la fondation Colis du Cœur et avec la collaboration de l’Etat et de la Ville de Genève, du Centre social protestant et du CAPAS.

Continuer la lecture

Actualité

Malgré une période difficile à gérer, le GSHC veut viser le top 6

Publié

le

Marc Gautschi est le nouveau directeur sportif de Genève-Servette. (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Surprenant quatrième à deux points seulement de la première place la saison dernière en National League, Genève-Servette doit confirmer. Rien ne sera facile pour les Genevois.

Mais ils disposeront d’un contingent qualitativement encore jamais vu.

L’expression « faire mieux avec moins » peut parfaitement s’accoler aux desseins genevois. Le club des Vernets a réussi à bien diminuer sa masse salariale grâce à différents échanges et départs, comme ceux de Robert Mayer ou Eliot Antonietti.

Mais l’entraîneur Patrick Emond, en place pour sa deuxième saison, a finalement un problème de riche à gérer: il doit composer deux lignes offensives en pouvant compter sur des joueurs de la trempe de Damien Riat, Eric Fehr, Daniel Winnik, Linus Omark, Tanner Richard, Joël Vermin, Tyler Moy et Noah Rod !

« Ce n’est pas un vrai tourment pour moi, explique Emond. C’est aux joueurs de montrer qu’ils veulent et méritent de la glace. » Alors, trop de chefs et pas assez d’Indiens ? « Nous avons bien étudié les joueurs que nous avons engagés. Ils ne doivent pas seulement être bons sur la glace mais surtout bien s’insérer dans le vestiaire. Je ne veux pas que les egos troublent la bonne marche de l’équipe. »

L’entraîneur voit arriver la question sur Joël Vermin, affublé d’une mauvaise (usurpée ?) réputation à Lausanne. « Tous les renseignements que nous avons pris sur lui étaient à son avantage. Je ne crois pas que ce soit un risque de l’avoir engagé. » C’est surtout un sérieux renfort, même si le Bernois doit rattraper le temps perdu: il n’a pu s’entraîner qu’une semaine sur la glace à Lausanne, début août, avant de la retrouver aux Vernets cinq semaines plus tard.

Un club formateur

Toute trace de Chris McSorley avait disparu pour la première fois dans une conférence de presse d’avant-saison, Marc Gautschi ayant pris sa place de directeur sportif. « Nous restons un club formateur. Nous possédons l’une des équipes les plus jeunes de la Ligue. Non seulement nous incorporons les jeunes, mais surtout nous les faisons jouer. L’an dernier, Patry ou Miranda ont même évolué avec les étrangers », plaide le Bernois, ex-défenseur des Vernets et d’Ambri-Piotta.

Sur le plan économique, Genève-Servette souffre comme les autres de la situation engendrée par le Covid-19. Le président Laurent Strawson a pu toutefois donner des nouvelles rassurantes. Plusieurs sponsors se sont montrés plus généreux que prévu. Avec la baisse des salaires acceptée par les joueurs, le club ne se porte pas trop mal. D’autant que les autorités sanitaires genevoises vont sans doute accepter un plan où les Vernets pourront accueillir deux-tiers de leur capacité en spectateurs. Ainsi, 4100 fans pourront être présents dès le 2 octobre pour la venue de Davos.

Continuer la lecture