Rejoignez-nous

L'invité

Serge Dal Busco, Conseiller d’Etat chargé des transports

Publié

,

le

Un vendredi sous le signe de la manifestation, ce vendredi, à Genève. Pas moins de deux, dont une qui s’attaque aux bandes cyclables, qui viennent d’être prolongées de trois mois, par le Conseil d’Etat. Serge Dal Busco, le magistrat en charge des transports, était l’invité de Béatrice Rul, à 7h20, dans Radio Lac Matin.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'invité

Nicolas Walder, Conseiller national Vert

Publié

le

L’initiative de limitation est un couperet. Pour le Conseiller national Vert, Nicolas Walder, l’enjeu est clair lors des votations du 27 septembre prochain. Il était l’invité de Béatrice Rul, à 7h35, dans Radio Lac Matin.

 

Continuer la lecture

L'invité

Philippe Clément, journaliste spécialiste automobile

Publié

le

Philippe Clément

Quel avenir pour le salon international de l’auto de Genève? Après l’annulation de l’édition de 2020 pour cause de Covid-19, la plus grande incertitude plane au-dessus de la grand’messe genevoise. Eclairage avec Philippe Clément, journaliste spécialiste de l’automobile, qui était l’invité de Benoît Rouchaleau, ce vendredi à 7H35, dans Radio Lac Matin.

Philippe Clément Journaliste automobile

Continuer la lecture

L'invité

Felipe Ortiz, vice-président du Servette FC

Publié

le

Felipe Ortiz, vice-président du Servette FC

Retour gagnant pour le Servette FC en coupe d’Europe. 8 ans après son dernier match européen, les grenat se sont imposés 3-0 jeudi soir contre les slovaques de Ruzomberok au premier tour qualificatif pour l’Europa League. Retour sur le match et les ambitions du club avec Felipe Ortiz, le vice-président du SFC, qui était l’invité de Benoît Rouchaleau, à 7h35, dans Radio Lac Matin.

Felipe Ortiz  Vice-président du Servette FC

Continuer la lecture

L'invité

Christina Kitsos, conseillère administrative Ville de Genève, chargée de la Cohésion Sociale

Publié

le

La rentrée des classes sera un peu particulière à Champel. La hausse des effectifs a entraîné un transfert d’élèves de Le Corbusier aux Crêts de Champel, avec des fratries qui ont même dues être séparées. La Conseillère administrative, Christina Kitsos, réfute un manque d’anticipation et souligne la lenteur des réalisations, en Ville. Elle était l’invitée de Béatrice Rul, à 7h20, dans Radio Lac Matin.

 

 

Continuer la lecture

L'invité

Malcolm M’Baye, porte parole de la pétition pour des transports publics gratuits

Publié

le

Les transports gratuits à Genève. C’est ce que demandent les Jeunes POP. Ils déposent, mercredi, une pétition en ce sens. Une mesure qui serait financée par une hausse des impôts des entreprises et sur le capital. Malcolm M’Baye, le porte-parole de la campagne, était l’invité de Béatrice Rul, à 7h20, dans Radio Lac Matin.

 

 

Continuer la lecture

Serge Dal Busco, Conseiller d’Etat chargé des transports

Publié

,

le

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Port du masque imposé dans tous les espaces publics clos de Suisse

Publié

le

Face à la 2e vague d'infections au Covid-19, la Suisse rend le masque obligatoire dans tous les espaces publics clos. Les réunions publiques spontanées sont limitées à 15 personnes, ont annoncé dimanche a présidente de la Confédération Simonetta Somm (©KEYSTONE/MARCEL BIERI)

Le port du masque sera obligatoire dans tous les espaces publics clos de Suisse dès lundi pour lutter contre le coronavirus, a annoncé le Conseil fédéral dimanche. Les réunions publiques spontanées sont limitées à 15 personnes et le télétravail est recommandé.

Le Conseil fédéral réagit à la forte hausse des infections constatées ces derniers jours. La Suisse comptait 3105 nouveaux cas vendredi contre 1487 une semaine auparavant.

Suite à la demande des cantons et après avoir tenu une séance extraordinaire dimanche, le Conseil fédéral impose le port du masque sur les quais et dans les gares, mais aussi dans les aéroports ou aux arrêts de bus. Tous les espaces publics clos sont concernés.

Lors d’une conférence de presse, le gouvernement a précisé que l’obligation vaut par exemple dans les magasins, les banques, les musées, les restaurants, les discothèques, les églises ou les vestiaires des salles de sport. Idem pour les parties de l’administration publique accessibles au public. Dans les écoles, les crèches et les zones d’entraînement des fitness, le port du masque n’est obligatoire que s’il fait partie du concept de protection desdits établissements.

Dans la modification de l’ordonnance, le Conseil fédéral précise que « toute infraction à l’obligation de porter un masque est passible d’une amende jusqu’à 10’000 francs », en vertu de la loi sur les épidémies. Les infractions « par négligence » sont punissables d’une amende pouvant aller jusqu’à 5000 francs.

Les autorités cantonales se chargent d’évaluer l’infraction. Un propriétaire de magasin peut par exemple décider s’il souhaite procéder à une dénonciation. La police est elle tenue de communiquer aux autorités de poursuite toute infraction présumée à l’obligation du port du masque.

« Eviter les réunions de famille »

Le ministre de la santé Alain Berset a lancé un appel urgent à reporter les fêtes de famille « à des temps meilleurs ». Pour les événements privés qui réunissent plus de 15 personnes, les convives ne peuvent boire ou manger qu’assis. Une fois debout, le port du masque devient obligatoire. Les données personnelles doivent être récoltées.

Les événements privés de plus de 100 personnes doivent avoir un concept de protection similaire à celui des événements publics et ils ne peuvent être organisés que dans des installations accessibles au public.

Le Conseil fédéral n’entend pas empêcher la vie économique et sociale, mais appelle à la prudence. La grande différence par rapport au printemps est que, actuellement, aucune entreprise ne doit fermer ses portes. Mais « chaque jour compte », a averti la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga.

Maximum 15 personnes

Les rassemblements spontanés de plus de 15 personnes sont interdits dans les lieux publics, sur les sentiers et dans les parcs. Ceci afin d’empêcher que les événements privés ne se déplacent dans l’espace public.

Les événements organisés dans l’espace public, tels que rassemblements politiques ou manifestations, sont toujours autorisés. Mais uniquement avec des mesures de protection appropriées.

Pas de changement concernant les manifestations publiques comme les concerts. Seule nouveauté: pour les lieux où des secteurs sont délimités, comme dans les discothèques, leur taille est réduite de 300 à 100 personnes.

Consommation assise

Dans les restaurants, les bars ou les boîtes de nuit, boire ou manger ne sera possible qu’en position assise, à l’intérieur comme à l’extérieur.

Dans son ordonnance, le gouvernement recommande en outre à nouveau le télétravail. « C’est un élément important pour limiter le déplacement de personnes aux heures de pointes », a précisé Alain Berset. Simonetta Sommaruga a elle souligné qu’il est important que les employeurs de ceux qui ne peuvent travailler depuis chez eux les protègent.

« La deuxième vague est là »

Le nombre d’hospitalisations a commencé à augmenter et les effets des infections d’aujourd’hui se verront dans deux à quatre semaines, a précisé Alain Berset. « La deuxième vague est là, plus tôt et plus forte que prévu, mais nous y sommes préparés », a-t-il déclaré.

Le ministre de la santé juge la situation inquiétante, il ne faut toutefois « pas avoir peur mais du respect devant cette évolution ». ll faudra l’aide de la population pour ne pas avoir à prendre des mesures « plus drastiques ». « C’est un test pour l’ensemble de notre société. »

Le Conseil fédéral a par ailleurs rappelé que les cantons peuvent imposer des règles plus strictes. Ce sont aussi les cantons qui sont en charge du traçage des contacts, mais la Confédération peut leur apporter son aide en cas de besoin.

Continuer la lecture

Football

Servette souffre, puis se libère face aux Young Boys

Publié

le

Steve Rouiller et la défense servettienne ont su résister aux Young Boys de l'ex-attaquant grenat Jean-Pierre NSame (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

Servette a mieux joué à dix qu’à onze face aux champions de Suisse dans un match riche en rebondissements, mais sans but (0-0). A part Fofana côté servettien, Sierro a également été expulsé chez les « jaunes et noirs ». Plus de cinq milles spectateurs – dont certains très enthousiastes – ont assisté au match.

Plusieurs milliers de supporters (5240, chiffre officiel) beaucoup plus chaud que le climat qui ne l’était vraiment pas ont poussé leurs favoris vers une performance qui paraissait inimaginable après les vingt premières minutes: à savoir obtenir un résultat positif face aux Young Boys qui – de l’aveu même d’Alain Geiger – ont joué à niveau européen. Le résultat peut paraître flatteur aux observateurs neutres et aux amateurs de statistiques, les visiteurs ayant eu beaucoup plus de tirs totaux (vingt-sept), notamment cadrés, les Servettiens sont allés chercher ce point. Dominés dans tous les compartiments du jeu, ils faisaient figure d’équipe de ligue inferieure, ils ont eu le mérite de non seulement refaire surface petit à petit, mais dominer leurs adversaires alors qu’ils étaient à dix contre onze. Dans ces conditions, la satisfaction de leur entraîneur à l’issue de la partie était  des plus compréhensibles.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Jeremy Frick: « le public nous a poussé à nous dépasser! »

Quant au public, son appui a clairement été ressenti par les joueurs en grenat, notamment le gardien Jeremy Frick, très bien placé pour entendre le supporters dans son dos en première mi-temps.

Jeremy Frick Gardien du Servette FC

 

Si les joueurs d’Alain Geiger ont fait preuve de caractère, leur performance reste cependant bien en deçà de celles de la saison dernière. Sixièmes du classement avec quatre points en autant de matches, ils n’ont marqué que deux buts et à chaque fois sur penalty. Le mentor valaisan de la Praille n’est surpris pour autant…

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

Continuer la lecture

Football

Double défi pour Servette face aux Young Boys et au coronavirus

Publié

le

Anthony Sauthier et Servette défient les Young Boys de Christian Fasnacht dans un contexte très particulier (© Keystone/Martial Trezzini/archives).

Plus mille spectateurs pourront assister au match Servette – Young Boys samedi (19h) au Stade de la Praille. C’est la première fois depuis huit mois. De quoi réjouir le capitaine genevois Anthony Sauthier et ses coéquipiers.

La fête pourrait être tellement belle. Pour la première fois depuis l’hiver dernier (victoire sur le FC Zurich 4-1 le 16.02.20), plus de mille spectateurs du SFC peuvent assister à un match de leurs favoris au Stade de Genève. Mais ces retrouvailles se déroulent dans un contexte particulier.
L’ouverture des grandes manifestations sportives coïncide avec une recrudescence des cas de coronavirus (plus de trois mille nouveaux cas annoncés vendredi) qui frappe de plein fouet le championnat de Suisse de hockey sur glace, deux équipes en quarantaine (Fribourg Gotteron), et de basketball (les trois premiers rencontres des joueuses de Genève Elite et le match des Lions de Genève contre les Tigres de Lugano (agendé samedi en fin d’après-midi) ont dû être renvoyés.
Du côté des footballeurs servettiens, la joie de pouvoir retrouver des supporters en grand nombre est tempérée par la nécessité d’appliquer à la lettre les consignes de sécurité sanitaire. Une situation paradoxale – et inquiétante – qui ne peut qu’interpeller le capitaine « grenat ».

Anthony Sauthier Capitaine du Servette FC

 

Sur un plan strictement sportif, Servette défie les champions de Suisse en titre. Sur le gazon de la Praille, les « grenats » défient les champions de Suisse en titre.
Le défi face aux « jaunes et noirs » de la capitale fédérale est d’autant plus grand qu’iles possèdent l’une des attaques les plus redoutables. Auteur de trente-deux buts la saison dernière en championnat, le meilleur buteur « jaune et noir » est un ancien Servettien que l’arrière latéral droit genevois connaît particulièrement bien.

Anthony Sauthier Capitaine du Servette FC

Pour les Servettiens, il s’agit également de tirer les leçons des trois premiers matches de championnat joués avant la pause de l’équipe nationale, car s’ils éprouvent des regrets par rapport aux occasions de but ratées, ils ont également travaillé certaines phases de jeu spécifiques sur le plan défensif pour éviter d’encaisser des buts sur des ballons arrêtés comme lors de la courte défaite à Saint-Gall (0-1).

Anthony Sauthier Capitaine du Servette FC

 

Pour les joueurs d’Alain Geiger, il s’agit notamment de bien entrer dans la partie. Anthony Sauthier sera mis à contribution en phase défensive. Mais le numéro deux grenat qui n’a plus marqué depuis longtemps est aussi prêt à apporter sa pierre à l’édifice en attaque également.

Anthony Sauthier Capitaine du Servette FC

 

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Un professeur d’histoire décapité en région parisienne

Publié

le

Un périmètre de sécurité a été installé et le service de déminage appelé, en raison d'une suspicion de gilet explosif (archives). (©KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON)

Un enseignant français qui avait montré des caricatures de Mahomet à ses élèves a été décapité vendredi près de Paris, et son assaillant a été tué par la police. Le président Emmanuel Macron a qualifié l’attaque d' »attentat terroriste islamiste caractérisé ».

Le professeur d’histoire a été tué sur la voie publique non loin de son collège du Bois d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), en région parisienne. Il avait montré récemment à ses élèves des dessins faisant la satire de Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression, selon une source policière.

Le parquet national antiterroriste a annoncé à l’AFP s’être immédiatement saisi de l’enquête, ouverte pour « assassinat en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle ».

Quatre personnes, dont un mineur, ont été placées en garde à vue dans la nuit de vendredi à samedi, a appris l’AFP de source judiciaire. Ces personnes sont issues de l’entourage familial de l’assaillant, selon une source proche de l’enquête.

Macron sur place

Le président Emmanuel Macron s’est rendu dans la soirée sur les lieux de l’attaque. Après avoir rencontré le personnel du collège, M. Macron a appelé « la nation toute entière » à s’unir aux côtés des enseignants pour « les protéger et les défendre ». « Toutes et tous nous feront bloc. Ils ne passeront pas. L’obscurantisme et la violence qui l’accompagne ne gagneront pas », a-t-il dit, visiblement ému.

L’agresseur a crié « Allah Akbar » avant d’être abattu par les forces de l’ordre. Selon une source judiciaire, une pièce d’identité a été retrouvée sur l’assaillant indiquant qu’il est né en 2002 à Moscou. Mais les enquêteurs attendent une identification formelle.

Message Twitter

Les enquêteurs s’intéressent à un message posté sur Twitter par un compte désormais fermé et qui montre notamment une photo de la tête de la victime. Ils cherchent à savoir si elle a été postée par l’agresseur ou une autre personne.

Sous cette photo, un message menace Emmanuel Macron, « le dirigeant des infidèles », et son auteur assure vouloir venger celui « qui a osé rabaisser Muhammad » (nom du prophète Mahomet en anglais).

Les policiers de la brigade anticriminalité de Conflans-Saint-Honorine, à environ 50 km au nord-ouest de Paris, ont été appelés vers 17h00 pour un individu suspect, rôdant autour d’un établissement scolaire, selon la police.

Sur place, les policiers ont découvert la victime, et à 200 mètres de là, sur la commune d’Eragny (Val-d’Oise), ils ont tenté d’interpeller un homme qui les menaçait avec une arme blanche et ont fait feu, le blessant grièvement, avant qu’il ne succombe à ses blessures.

Choc et incompréhension

L’incompréhension dominait vendredi chez les riverains rencontrés par l’AFP dans ce quartier pavillonnaire, qu’ils décrivent comme calme et sans histoire. « Il ne passe jamais rien ici », lance, interloqué, Mohand Amara, un habitant de 45 ans sorti, comme d’habitude, promener son chien, le long de l’enceinte du collège.

Rodrigo Arenas, coprésident de la FCPE, la première association de parents d’élèves, dit avoir reçu un signalement il y a une semaine qui faisait état « d’un père extrêmement énervé » après la publication en classe d’une caricature de Mahomet.

Auparavant, l’enseignant aurait, selon M. Arenas, « invité les élèves musulmans à sortir de la classe » avant de montrer une caricature du prophète accroupi avec une étoile dessiné sur ses fesses et l’inscription « une étoile est née ».

Selon le père d’un élève qui se trouvait dans cette classe de 4ème et qui a compris la volonté du professeur de ne pas choquer certains enfants, la séquence a suscité une vive polémique auprès d’autres parents.

« Abominable attentat »

L’attentat a soulevé une vague d’indignation dans la classe politique. A l’Assemblée nationale, les députés se sont levés pour « saluer la mémoire » du professeur et dénoncer un « abominable attentat ».

Cette attaque survient trois semaines jour pour jour après l’attentat au hachoir perpétré par un jeune Pakistanais de 25 ans devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, qui avait fait deux blessés graves.

L’hebdomadaire a exprimé sur Twitter « son sentiment d’horreur et de révolte après qu’un enseignant dans l’exercice de son métier a été assassiné par un fanatique religieux ».

Continuer la lecture

Actualité

Mauro Poggia: « je suis alarmé parce que la situation est alarmante »

Publié

le

A Genève, la situation sur le front de la Covid-19 est alarmante selon les autorités. 94 personnes sont hospitalisées ce vendredi midi, dont 76 en unité de soins, 12 en soins intermédiaires et 6 en soins intensifs. Chaque jour cette semaine, entre 250 et 300 personnes ont été diagnostiquées positives. L’isolement et le traçage sont renforcés.

«Nous n’y arriverons pas sans vous Mesdames et Messieurs» a lancé le Conseiller d’Etat chargé de la santé Mauro Poggia lors du point sanitaire cet après-midi à Genève. Les cas de Covid-19 positifs s’accélèrent, tout comme les hospitalisations. 94 Personnes sont hospitalisées aux HUG de midi dont 18 aux soins aigus. Chaque jour cette semaine, entre 250 et 300 personnes ont été diagnostiquées positives. Le service du médecin Cantonal va se concentrer sur le traçage des cas et la mise en isolement. L’effectif va être augmenté de moitié d’ici trois jours. Grâce à la protection civile et aux étudiants de la haute école de santé notamment. La situation est alarmante selon Mauro Poggia, même s’il n’y a pas de décès cette semaine.

Mauro Poggia Conseiller d'Etat chargé de la santé

Le Conseiller d’Etat a rappelé que, comme au printemps, 10% des personnes hospitalisées terminent aux soins aigus. A nouveau, il a fait appel à la responsabilité individuelle pour ne pas devoir prendre des mesures beaucoup plus liberticides, comme dans les pays voisins de la Suisse.

Mauro Poggia Conseiller d'Etat chargé de la santé

Règles en cas de symptômes et de test

La Médecin cantonale Aglaé Tardin a rappelé les règles en matière d’isolement et de quarantaine. Une fois le test effectué il faut s’isoler en attendant le résultat. Aglaé Tardin

Aglaé Tardin Médecin cantonale genevoise

Le résultat du test prend environ 24 heures.

La situation se dégrade alors que la population genevoise semble tout de même très raisonnable, elle respecte les distances sociales, la désinfection des mains et pourtant les contaminations progressent fortement. Que faut-il faire? Ecoutez la réponse de la médecin Cantonale.

Aglaé Tardin Médecin cantonale genevoise

Dès lundi un numéro vert va être mis à nouveau à la disposition du public pour toutes questions.

Le numéro: 0800 909 404

 

Continuer la lecture