Rejoignez-nous

Emissions

Propriétaires : il est temps de rénover votre immeuble !

Publié

,

le

Locataires, réjouissez-vous, l’année 2019 sera propice aux rénovations d’immeubles. Les propriétaires d’immeubles auront en effet fiscalement intérêt à réaliser cette année des travaux d’entretien importants. Cédric Lenoir, avocat spécialisé en droit immobilier, nous explique tout.

Il faut en effet savoir que les propriétaires d’immeubles détenus par une société immobilière, une société anonyme ou une coopérative avaient jusqu’à cette année intérêt à mettre de côté tous les ans un certain montant pour de futurs travaux d’entretien.

Ces sommes étaient en effet déductibles des revenus locatifs, quand bien même il ne s’agissait que d’une forme de provision théorique pour travaux. Ces réserves permettaient donc jusqu’ici de diminuer le bénéfice imposable.

L’administration fiscale a toutefois changé sa pratique et n’admet plus cette déduction. Ainsi, dès l’année prochaine, ces réserves accumulées seront taxées comme un bénéfice imposable, ce qui peut représenter des montants conséquents pour les propriétaires qui ont constitué des réserves importantes.

Compte tenu de ce changement de pratique, les propriétaires auront tout intérêt à dépenser cet argent cette année.

Quels types de travaux peuvent être réalisés pour utiliser ces réserves ?

D’une part les travaux d’entretien, qui visent à maintenir la valeur de l’immeuble et non à l’augmenter. Dans ce cas, il s’agirait de travaux à plus-values qui ne sont pas déductibles.
On peut penser également aux investissements destinés à améliorer le rendement énergétique des immeubles, pour lesquels les propriétaires peuvent percevoir des subventions, comme j’ai pu l’indiquer dans ma chronique du 8 février dernier.

L’administration peut-elle faire preuve d’une certaine souplesse pour les propriétaires qui n’arriveraient pas à dépenser leurs réserves dans le courant de cette année ?

Oui dans une certaine mesure, si les propriétaires démontrent qu’ils ont signé un contrat ferme pour la réalisation de travaux en 2020, voir en 2021, et pour autant que l’autorisation de construire afférente ait été obtenue avant la fin 2019, si une telle autorisation est nécessaire.

Il sera également possible de maintenir la provision jusqu’en 2023 si le contribuable s’engage formellement à réaliser des travaux d’ici-là, en expliquant la nature de ces travaux. Dans cette hypothèse, le propriétaire devra dissoudre les réserves chaque année à mesure que sont réalisés les travaux, et la taxation sera suspendue jusqu’en 2023 au plus tard. Si les travaux ne sont pas réalisés conformément à l’engagement du propriétaire, l’administration fiscale reprendra la taxation des années concernées et rajoutera comme bénéfice les réserves non dissoutes.

Pourquoi un tel changement de pratique cette année ?

Officiellement, pour adapter l’ancienne pratique à la réalité juridique selon laquelle des réserves théoriques pour des travaux hypothétiques dont le besoin n’est pas réellement démontré ne suffisent pas pour être qualifiées de provisions d’un point de vue fiscal. Juridiquement parlant, ces réserves ne devraient donc pas pouvoir être déduites du bénéfice.

Officieusement, et cela n’engage que moi, on peut soupçonner que l’administration souhaite augmenter ses recettes fiscales, sachant que devrait entrer en vigueur l’an prochain la réforme de la fiscalité des entreprises qui conduira à une baisse importante des recettes de l’Etat.

Merci Cédric Lenoir, avocat spécialisé en droit immobilier au sein de l’Etude LENOIR DELGADO & Associés.

Parlons économie

Qu’en est-il du sport d’élite à Genève ?

Publié

le

Cette semaine dans Parlons Economie, votre rendez-vous en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, nous nous intéressons au sport genevois, avec Jérôme Godeau, responsable relève, élite et mesures d'accès à l'Office cantonal de la culture et du sport.

A l’instar de tant d’activités, le sport a aussi été victime de la crise sanitaire survenue au printemps 2020. Le canton de Genève est riche de sportives et de sportifs de grand talent, il se doit dès lors de leur apporter son soutien. C'est tout l'objectif du programme cantonal de soutien aux athlètes Team Genève.

Être sélectionné dans le Team Genève signifie obtenir une aide financière annuelle du canton de 8000 CHF, une visibilité médiatique et un support médical, rendus possibles grâce au soutien indispensable de partenaires privés.

Parlons Economie

 

 

Créé en 2012, avant les Jeux olympiques de Londres, le programme était alors composé de 8 athlètes, il en regroupe aujourd’hui 32. Pour faire partie du Team Genève, un athlète doit répondre à plusieurs critères de sélection dont une Swiss Olympic Card Or, Argent ou Bronze.

Le prochain rendez-vous marquant est annoncé pour le Team Genève et ses athlètes: les Jeux olympiques de Pékin en février prochain, et le nom des curleurs qui représenteront la Suisse est déjà connu, il s'agira du CC Genève composé de Peter De Cruz, Valentin Tanner, Benoît Schwarz et Sven Michel.

Parlons Economie

 

Continuer la lecture

Actualité

Une Marche de l'espoir pour Haïti en format digital cette année

Publié

le

CREDIT: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Elle est organisée chaque année en octobre durant une journée. Cette fois la Marche de l’espoir est étalée sur un mois, depuis le 17 octobre et jusqu'au 20 novembre en format digital, pandémie de covid-19 oblige ! L'objectif reste le même : récolter de l'argent pour financer des programmes en faveur d’enfants défavorisés dans une région du monde. cette année la Marche compte récolter environ 150'000 francs pour les enfants de Haïti. Hélène Stadelmann, chargée des évènements et du sponsoring à terre des hommes suisses était l'invité de Benjamin Smadja et Laurie Selli pour en parler. Elle nous donne le détail du programme.

 

Hélène Stadelmann Chargée de la Marche de l'espoir

Cette 30e édition est la deuxième à être en bonne partie numérique. Les participants - personnel d'entreprises, enfants et familles - peuvent parcourir leurs kilomètres où et quand ils le désirent et faire valoir leur balade sportive et humanitaire via une application ad hoc.

Hélène Stadelmann en charge de la Marche de l’espoir

Une vingtaine de personnes, sur les quelque 1500 enfants qui participent cette année, étaient cependant présentes physiquement dimanche près de la Rotonde du Mont-Blanc, au bord du lac, pour accomplir a minima le traditionnel parcours de 6 km jusqu'au Jardin botanique et retour.

D'ordinaire, hors période Covid, la manifestation attire bon an mal an quelque 12'000 participants. Mais un tel rassemblement n'était pas possible cette année, pas plus qu'en 2020, à cause des restrictions sanitaires, a expliqué la porte-parole de Tdh Suisse Sandrine Maillard à Keystone-ATS.

Entreprises engagées

Qu'à cela ne tienne, le Covid incite l'organisation humanitaire à développer la numérisation, ce qui permettra à l'avenir de combiner l'option "Marche connectée" avec la participation effective sur le parcours traditionnel, le jour J. Avec, toujours, un volet familial et un autre ouvert aux entreprises, qui jouent le jeu au-delà des espérances.

La Marche dure jusqu'au 20 novembre. Chaque participant a un parrain ou une marraine s'engageant à verser une certaine somme d'argent par kilomètre effectué, en marchant ou en courant. Cette année, les fonds récoltés seront notamment destinés à améliorer les conditions de vie des enfants en Haïti. Parallèlement, une campagne de sensibilisation a été menée auprès de 30'000 écoliers du Grand Genève.

Laurie Selli avec ATS

Continuer la lecture

Parlons économie

Quelles tendances pour le secteur de l'immobilier à Genève ?

Publié

le

Cette semaine dans Parlons Economie, votre rendez-vous en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, nous nous intéressons au marché immobilier genevois, avec Yves-Marie Maître, Directeur de l'agence immobilière Vaud-Genève Brolliet.

 

Le Conseil d'Etat promulgue la pénurie de logements lorsque le taux de vacance est inférieur à 2%. Le seuil s'est fixé à 0,51% à Genève en 2021, il était à 0,15% en 2002. "Le critère de sélection est assez serré, effectivement. A Genève, nous avons cette problématique d'une offre qui manque un peu de soutenu et d'une demande qui ne cesse de croître", confirme Yves-Marie Maître. La surélévation n'a pas suffit, il faut bel et bien construire des logements, selon le Directeur de l'agence immobilière.

Parlons Economie

 

La pandémie a accéléré la digitalisation des régies. En effet, le secteur de l’immobilier a un peu traîné mais le Groupe Brolliet s'y met. En mettant à disposition des plateformes pour les propriétaires, leur permettant de dématérialiser un certain nombre de documents, mais aussi pour les locataires, qui sont vivement invités à déclarer leurs sinistres en ligne.

Autre émergence liée à la crise sanitaire: le télétravail et les digital nomads. La demande pour des biens immobiliers proches de la montagne est montée en flèche et pourrait encore gagner du terrain si les axes de mobilité reliant montagne et ville étaient enrichis. Inutile de spécifier que les restrictions de voyages ont également eu leur impact sur le marché de montagne.

Parlons Economie

Continuer la lecture

Actualité

Un hackaton pour lutter contre le changement climatique à Genève

Publié

le

(KEYSTONE/Martin Ruetschi)

Nous sommes plus forts ensemble pour réfléchir aux solutions de demain! Voilà comment on pourrait résumer le but du hackaton qui se tient du vendredi 15 au samedi 16 octobre à Genève. Ce hackathon dure 24 heures, il est organisé par Open Geneva et vise à imaginer des projets concrets pour transformer les données microclimatiques du Grand Genève en actions citoyennes et ainsi lutter contre le changement climatique.

Pour mesurer ces conditions climatiques, les participants vont pouvoir utiliser les données collectées par Climatcity, SABRA, ATSF, LogAir, Météoswiss, ATMO Rhone-Alpe/Auvergne et également Terrasses Sans Frontières. Les citoyens et citoyennes de tous âges sont invités à participer comme le rappelle Julia Dallest, directrice exécutive de Open Geneva à Benjamin Smadja et Laurie Selli.

Précisons que cet événement se tient dans le cadre du festival EXPLORE la ville de demain. Un festival qui a lieu du 13 au 23 novembre et qui propose plus de 30 événements pour inviter la population à explorer la transition écologique.

 

Continuer la lecture

Actualité

Vaccin de Johnson & Johnson: quelle différence avec les autres ?

Publié

le

Le vaccin Janssen de Johnson & Johnson est disponible à Genève. Il donne accès à un certificat Covid valable dès le 22e jour après son unique injection. Que peut-on penser de ce vaccin? Le Docteur Alessandro Diana, expert à infovac, trie le vrai du faux avec Benjamin Smadja et Laurie Selli.

Quelque 7200 doses sont disponibles à Genève. En raison de ce nombre limité, ce vaccin sans ARNm et à dose unique sera accessible uniquement aux personnes qui résident dans le canton.
Le vaccin Janssen sera administré dans le centre m3 Sanitrade-Chêne, aux Eaux-Vives, sur rendez-vous au moyen de la plateforme d'inscription à la vaccination ge.covid-vaccin.ch, a indiqué mardi le Département de la sécurité, de la population et de la santé. Délivré après l'injection, le certificat Covid-19 ne sera valable que 22 jours plus tard.

Le vaccin Janssen, à vecteur adénoviral, a été approuvé par Swissmedic en mars. La Confédération en a acquis récemment 150’000 doses. S'il protège contre les risques d'hospitalisation et évite les infections légères et asymptomatiques, il est globalement moins efficace que les vaccins à ARNm de Pfizer/BioNtech et de Moderna, rappelle le canton.

Janssen est recommandé aux personnes âgées de plus de 18 ans qui ne peuvent pas se faire vacciner avec un vaccin à ARNm pour des raisons médicales ou qui ne le veulent pas. Il est toutefois déconseillé aux personnes immunosupprimées, aux femmes enceintes ou allaitantes, en cas de maladie aiguë ou de quarantaine ainsi que pour ceux qui ont une réaction allergique à un de ses composants.

Laurie Selli avec ATS.

Continuer la lecture