Rejoignez-nous

Culture

Rupperswil : Pas d’internement à vie envisagé

Publié

,

le

Le procès du quadruple meurtrier de Rupperswil (AG) s'est ouvert mardi. Selon les experts, le prévenu est responsable de ses actes et peut être soigné, ce qui exclut un internement à vie. Il a évoqué sa pédophilie, ses mensonges et sa situation d'étudiant en échec.

Agé de 34 ans, l'homme a répondu d'une voix claire et la mine figée aux questions du président du tribunal de district de Lenzburg, qui siège à Schafisheim (AG) pour l'occasion. Il admet les faits. Vêtu d'une chemise grise et d'un jean, il porte une barbe de trois jours.

Le 21 décembre 2015 à Rupperswil, le prévenu a égorgé une mère de famille de 48 ans, ses deux fils de 19 et 13 ans ainsi que la petite amie (21 ans) de l'aîné après avoir réussi, sous un prétexte, à pénétrer dans leur maison. Avant de tuer le cadet, il en a abusé sexuellement. L'homme a ensuite bouté le feu à la maison. Selon l'acte d'accusation, le prévenu préparait un coup similaire lorsqu'il a été arrêté.

Un crime horrible pour tout cacher

L'assassinat sordide que l'accusé a commis froidement devait servir à cacher sa vie intérieure réelle et ses échecs sur le plan de son statut social. Pédophile, il venait de réaliser un fantasme tout en éliminant des témoins. Sans le sou, il pouvait, en extorquant 11'000 francs à ses victimes, continuer à faire croire à son entourage le mensonge d'une vie équilibrée et réussie.

"Malade, inhumain", tels sont les mots utilisés par le prévenu pour qualifier ses actes. A l'en croire, s'introduire chez des gens et les forcer à retirer de l'argent sous la menace était une idée qui remontait au printemps 2015. L'abus sexuel serait venu s'y greffer lorsqu'il a vu l'adolescent de 13 ans, quelque temps avant le crime.

Les déclarations de l'accusé peinent parfois à convaincre l'audience. Il confie avoir ressenti de manière "très pesante" les mois qui ont séparé son crime du moment de son arrestation, en mai 2016. Pourtant, ses recherches sur Internet, son espionnage de deux familles bernoise et soleuroise et les objets trouvés dans son sac à dos laissent entendre qu'il s'apprêtait à repasser à l'acte. "Il ne s'agissait que d'un mécanisme dans ma tête, pas d'une réalité", répond-il.

Pédophilie: peur et honte

Interrogé sur sa sexualité, il réplique après une hésitation: "Je suis pédophile". Si les experts estiment que ce penchant n'est pas guérissable, il dit tout de même espérer qu'une guérison soit possible. En parler avec un psychologue lui a fait du bien.

Le trentenaire reconnaît en outre avoir été conscient que le fait de ressentir du désir pour des enfants était "mal". S'il a pensé à demander de l'aide, il a toutefois renoncé par peur et par honte. Entraîneur d'une équipe de footballeurs juniors, il affirme n'avoir jamais eu de pensées pédophiles dans cette fonction. C'est le football qui l'intéressait, pas les jeunes, déclare-t-il.

L'accusé n'est pas réfractaire à un traitement, constatent les deux experts psychiatriques interrogés par la Cour. Selon eux, une thérapie n'est pas sans espoir et des résultats favorables sont possibles dans 5 à 10 ans au plus tôt.

Les conditions légales pour un internement à vie ne sont donc pas remplies. Pour qu'une telle peine puisse être prononcée, il faut que deux rapports d'experts concluent que le prévenu n'est durablement pas soignable. Les deux psychiatres ont réalisé leurs rapports sans se consulter.

Minutieux, narcissique, dans une bulle

Tous deux observent un risque important de récidive. Autre convergence, le prévenu restera pédophile toute sa vie. Une thérapie ne peut que lui permettre de gérer ce penchant sans passer à l'acte.

Du point de vue psychiatrique, les experts ne voient aucune diminution de la responsabilité du prévenu. Lorsqu'il a commis les crimes qui lui sont reprochés, il était parfaitement conscient de ses actes.

Il a mis en oeuvre et respecté le plan qu'il avait préparé. Il a agi de manière réfléchie, même lorsqu'un imprévu s'est produit, par exemple quand une voisine est venue sonner à la porte.

Le prévenu souffre en outre d'un trouble narcissique de la personnalité. Il est incapable de faire preuve d'empathie et vit comme dans une bulle. Il se présentait comme quelqu'un qui a réussi alors qu'il a systématiquement échoué dans ses études. Par ailleurs, les autres personnes ne l'intéressent pas. Enfin, l'accusé a des tendances sexuelles sadiques et s'est enfermé dans un monde de fantasmes.

Faire des études en prison

Face aux juges, le trentenaire a déclaré qu'il souhaiterait, un jour, pouvoir réintégrer la société. Il veut entreprendre des études d'économie en prison afin d'être en mesure, plus tard, de soutenir financièrement sa mère, sa "seule personne de référence".

Le procès se poursuit mercredi. Pour des raisons de place et de sécurité, il se tient dans un bâtiment de la police argovienne. Quelque 65 représentants des médias et quelques dizaines de particuliers y assistent. D'importantes mesures de sécurité ont été prises. Le jugement est attendu vendredi.

(Source ATS)

Illustration : ©KEYSTONE/WALTER BIERI

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Céline Dion se confie sur ses excès médicamenteux

Publié

le

Celine Dion s'est confiée dimanche soir à la télévision française sur ses "excès médicamenteux" (Archives). (© KEYSTONE/AP The Canadian Press/JACQUES BOISSINOT)

La chanteuse Céline Dion s'est confiée dimanche, lors d'un entretien avec TF1, sur ses excès avec "des médicaments très dangereux", avant la diffusion d'un documentaire évoquant la maladie qui l'éloigne de la scène.

La Canadienne de 56 ans se bat depuis des années contre le syndrome de la personne raide (SPR), une maladie auto-immune, sans remède connu, qui provoque douleurs aiguës, difficultés à se mouvoir et spasmes. Elle n'a pas pu donner de concert depuis 2020.

Amazon Prime Video diffusera à partir du 25 juin ce documentaire intitulé "Je suis: Céline Dion".

Quand la douleur est devenue trop forte, pour une raison qu'elle ignorait jusque fin 2022, a raconté la Québecoise à la chaîne de télévision française, "j'ai annulé beaucoup de spectacles, je me suis retrouvée à mentir, à prendre des médicaments... Peut-être je vais essayer un anti-inflammatoire, un antispasmodique ou quelque chose".

"J'ai commencé avec des petites choses, jusqu'à me rendre... avec des médicaments très dangereux, pour continuer", a-t-elle expliqué lors de cet entretien enregistré en mai à Las Vegas (Etats-Unis).

À la journaliste Anne-Claire Coudray qui lui demandait si elle avait pris "du Valium" (du diazépam, un benzodiazépine), Céline Dion a répondu: "Oui, entre autres".

"Ne souffrez pas seuls"

"Sans avoir de diagnostic. Donc, au début, ça aidait un peu. Mais très rapidement, il fallait que les doses montent", a-t-elle poursuivi. "Et quand on est rendu dans un niveau de médication dangereux et que ça ne fonctionne plus, on a deux choix: on continue ou on arrête de respirer et c'est terminé".

"Ne vivez pas des douleurs seul. (...) Acceptez d'en parler mais aussi de consulter. Ne souffrez pas seul", a exhorté la chanteuse.

Céline Dion, dont le nom a été avancé début juin par Le Canard enchaîné pour faire partie des artistes devant se produire à l'occasion de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Paris le 26 juillet, a redit sa certitude de redonner des concerts un jour. "Je ne sais pas quand. Mais je vais revenir sur scène", a-t-elle affirmé.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Festi'neuch: bon bilan sécuritaire et musical

Publié

le

Le chanteur Etienne Daho a dédié son concert de vendredi soir à Françoise Hardy, décédée quelques jours auparavant (archives). (© KEYSTONE/EPA/HUGO MARIE)

Festi'neuch, qui a commencé jeudi et se termine dimanche soir, a vécu une 23e édition réussie. Le Neuchâtel Open Air Festival n'a pas connu de problèmes sécuritaires majeurs, malgré une affluence record de 57'000 personnes.

La nouvelle scène du Cargo a permis d'augmenter de 2000 le nombre de festivaliers le jeudi soir, a déclaré dimanche Antonin Rousseau, directeur de Festi'neuch. "L'espace était plus grand et plus aéré et la qualité du son était bien meilleure. Les artistes ont aussi apprécié et relevé que les conditions techniques étaient à la hauteur", a-t-il ajouté.

Malgré les travaux de réaménagement des Jeunes-Rives, le site est resté fluide et agréable, a précisé le directeur. Festi'neuch a conservé la même superficie. Il a gagné de l'espace au bord du lac mais en a perdu un peu ailleurs.

Les moments forts musicaux ont été les concerts de la nouvelle révélation de la chanson française Zaho de Sagazan et d'Etienne Daho. Le concert de Bigflo et Oli de dimanche soir est très attendu.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

A Morges, les petits ont rendez-vous au Diabolo Festival

Publié

le

Les enfants auront de quoi s'amuser le week-end prochain au festival Diabolo à Morges (photo d'illustration). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA BELLA)

Le Diabolo Festival animera le week-end prochain le théâtre et l'esplanade de Beausobre, à Morges (VD). Le rendez-vous culturel des enfants de 2 à 10 ans a concocté un menu foisonnant, avec 14 spectacles et 28 ateliers créatifs ou sportifs. Le chanteur Gaëtan y présentera un projet spécial avec l'Orchestre de chambre de Genève.

Cette douzième édition accueillera les familles sur un espace de près de 30'000 m2, comprenant onze scènes et deux petits chapiteaux. Plusieurs spectacles et animations affichent d'ores et déjà complet.

Au programme, des activités "incontournables plébiscitées par les festivaliers, comme le chantier, les jeux en bois ou la rencontre avec les trois ânes mascottes", note un communiqué. Mais le festival promet aussi des nouveautés, comme une ludothèque géante ou un manège qui fonctionne grâce aux parents qui pédalent sur un vélo.

Pierre et le loup

Gaëtan, tête d'affiche du festival, propose un projet inédit, qui se décline en deux parties. Il se muera en conteur pour raconter l'histoire de "Pierre et le loup" de Prokofiev accompagné par les 18 musiciens de l'Orchestre de chambre de Genève. Puis les familles pourront entonner les plus grands tubes de l'artiste dans des versions réorchestrées pour l'occasion.

Le festival annonce une ribambelle d'activités et de spectacles, comme du cirque, du théâtre de papier, de la magie, des marionnettes ou du théâtre d'objets. Un mur de grimpe et une slackline seront à disposition des plus sportifs. Il est recommandé de réserver ses places sur le site de la manifestation.

Billets offerts

Conscient que toutes les familles ne peuvent pas s'offrir des activités culturelles, le festival donne depuis plusieurs années des entrées gratuites aux services sociaux de la ville et à des foyers de la région. En 2024, près de 500 entrées ont ainsi été offertes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Un écran géant en plein air pour découvrir "Maria de Buenos Aires"

Publié

le

Le parc des Eaux-Vives servira de décor naturel à la projection sur grand écran de l'opéra "Maria de Buenos Aires" le vendredi 21 juin) (image d'illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Grand Théâtre de Genève organise le vendredi 21 juin une soirée de clôture de saison dans le cadre verdoyant du Parc des Eaux-Vives. L'opéra-tango "Maria de Buenos Aires" d'Astor Piazolla sera diffusé sur un écran géant. Une projection gratuite, à savourer dès 21h00 sous les étoiles.

L'oeuvre mise en scène par le Tessinois Daniele Finzi Pasca a été l'un des plus grands succès de la saison écoulée. Cette ode à la femme, à la fois libre et mystique, s'inscrit dans un univers poétique où évoluent des acrobates, des danseurs et des funambules. Le public pourra louer des transats sur place.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Dix concerts au lever du jour sur les rives du Léman à Lausanne

Publié

le

Durant dix semaines cet été, la Jetée de la Compagnie à Bellerive, Lausanne, accueille le festival "Musique à l'aube" et ses dix concerts matinaux (archives). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

L'association Thelonica propose pour la 8e année consécutive des concerts matinaux au bord du lac à Lausanne. Avec le festival "Musique à l'aube", les lève-tôt amateurs de jazz, classique, pop et de musiques improvisées pourront écouter dix concerts à la Jetée de la Compagnie à Bellerive, tous les samedis à 06h00, du 22 juin au 24 août.

L'idée de ces concerts matinaux est née en 2017, avec deux prestations. Les "Musiques à l'aube" se sont ensuite déroulées tous les étés, avec cinq concerts. Depuis 2021, le format est passé à dix rendez-vous et s'est élargi à de nouveaux styles musicaux, comme le classique ou la musique contemporaine, rappelle Thelonica. En cas de pluie, le concert est reporté au lendemain matin. Le prix est libre.

Cette année, en ouverture du festival le 22 juin, le public pourra venir écouter les souffles méditerranéens du nord de l'Afrique de l'auteur-compositeur algérien Anouar Kaddour Chérif et sa mandole. A voir ensuite le quartet suisse de jazz KUMA (29 juin), le guitariste, claviériste et producteur barcelonais Raül Refree (6 juillet), la soprano britannique Juliet Fraser et son acolyte Newton Armstrong (13 juillet) et le R'n'B suisse de Lakna (20 juillet).

L'été musico-matinal se poursuivra ensuite avec le violoncelle de la Franco-américaine Sonia Wieder-Atherton (27 juillet), le concert multi-instrumentiste des Suisses Sara Oswald et Robin Girod (3 août), le jazz-rock et les sonorités du Far West de Roman Nowka quartet (10 août), les chansons accompagnées à l'accordéon du groupe helvétique OXEON (17 août) et, enfin, les trompette et contrebasse jazz du duo suisse Matthieu Michel et Patrice Moret (24 août).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture