Rejoignez-nous

Culture

Maison du dessin de presse: rétrospective 2022 et guerre en Ukraine

Publié

,

le

Les co-lauréats du prix Freedom Cartoonistes Foundation Gábor Pápai (gauche) et Vladimir Kazanevsky sont les invités de la nouvelle exposition de la Maison du dessin de presse à Morges, qui porte un regard sur la guerre en Ukraine (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La Maison du dessin de presse à Morges opte pour une double exposition pour retracer l'année: une rétrospective forte de 140 dessins de 30 dessinateurs de presse suisses dans la rue et une exposition portant plusieurs regards sur la guerre en Ukraine en intérieur.

A découvrir dès vendredi et jusqu'au 5 février 2023, la rétrospective se déroule en plein air, dans la Grand-Rue piétonne. Mise en place durant la période de Covid, cette installation a eu tellement de succès qu’elle est réclamée tant par la ville que par les habitants et les commerçants, relèvent les organisateurs dans leur communiqué.

Sur 1500 dessins reçus, 140 ont été sélectionnés et imprimés sur des bâches, un chiffre lié au nombre de candélabres à disposition. Ils ont ensuite été montés sur des structures réutilisables et réutilisées. De quoi admirer entre autres les coups de griffes d'Alex, Caro, Pitch ou Vincent L'Epée.

Le dessin comme acte de résistance

La Maison du dessin de presse, dont l'entrée est également libre, propose en parallèle l’accrochage de dessins de presse plus difficiles d’accès, et destiné à un public plus averti que celui passant dans la rue.

Cette année, l’actualité impose de porter le regard sur la guerre en Ukraine et de proposer des dessins des co-lauréats du prix de la "Freedom Cartoonists Foundation", fondée et présidée par Chappatte. Il s’agit du Hongrois Gábor Pápai qui travaille dans le seul quotidien d'opposition encore publié à Budapest et de l’Ukrainien Vladimir Kazanevsky, 71 ans, en exil forcé suite à l'agression russe.

Outre une cinquantaine de dessins d'auteurs suisses, cet accrochage sur la guerre en Ukraine compte également une sélection des associations France Cartoons (France) et Cagle Cartoons (Etats-Unis). En tout, plus de 100 dessins dressent le portrait de Vladimir Poutine face à l’Ukraine et face au monde.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Des films sur l'au-delà au festival "il est une foi"

Publié

le

Le festival "Il est une foi", qui aura lieu à Genève de 1er au 5 mai propose une sélection de films sur l'au-delà (image d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La 9e édition du festival "Il est une foi", qui aura lieu à Genève du 1er au 5 mai, s'intéressera à la thématique de l'au-delà. Au programme de ce rendez-vous cinéma de l'Eglise catholique romaine (ECR) ouvert à tous: 22 films et dix débats.

Où allons-nous quand nous mourons? Y a-t-il une vie après la mort? Et si c'est le cas, à quoi ressemble-t-elle? Ces quelques questions fondamentales sous-tendent la programmation du festival. Les films et les conférences vont explorer les dimensions multiples de l'invisible en variant les visions de l'au-delà au cinéma.

La question des revenants et des fantômes occupera une place importante dans la sélection, avec des films comme "The Others" d'Alejandro Amenabar. La réincarnation trouvera aussi un large écho avec notamment "Oncle Boonmee" d'Apichatpong Weerasethakul.

Les expériences de mort imminente, intrigantes et mystérieuses, ont été largement exploitées au cinéma. Le festival propose de redécouvrir "Au-delà" de Clint Eastwood et "Et Après" de Gilles Bourdos avec Romain Duris et John Malkovich.

Parmi les intervenants qui s'exprimeront après les projections, le psychiatre Jacques Besson, l'anthropologe Aurélie Netz ou encore le Père Patrice Gourrier qui a vécu une expérience de mort imminente qui a influencé en profondeur sa vocation. Le festival, qui se veut un lieu de rencontre ouvert à tous, catholiques ou pas, croyants ou non-croyants, investira les cinémas du Grütli.

Accueil

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Festivals

Le 21e Festival Electron plonge dans les origines de l'électro

Publié

le

Image pretexte (archives © Keystone/VALENTIN FLAURAUD)

A Genève, le premier volet de la 21e édition du Festival Electron plongera, jusqu'au 12 mai, dans les origines de la musique électronique à Détroit, au début des années 1980. Au programme, des soirées clubbing, une exposition de photos et des conférences.

Le festival des cultures électroniques se décline désormais en deux temps, au printemps et à l'automne. La première partie de la manifestation a été lancée le 18 avril avec le vernissage de l'exposition d'une quarantaine de photographies tirées du livre "Electronic Landscapes: Music, Space and Resistance in Detroit".

Les photographes new-yorkais Isaac Diggs et Edward Hillel ont cherché à mettre en lumière des figures cruciales de Détroit, comme Mad "Mike" Banks, Theo Parrish, Stacey Hotwaxx Hale, Rick Wilhite ou Amp Fiddler. Ils se sont autant intéressés à ceux qui font la musique qu'au contexte politique, social et urbain dans lequel la musique jaillit, explique le festival.

Le lendemain, les deux photographes donne une conférence sur le projet de leur livre en compagnie de John Collins, une légende de la scène techno de Détroit. Ils évoqueront la naissance de ce qui deviendra un des plus grands bouleversements musicaux du 20e siècle.

Des pionniers

John Collins, un des premiers DJ à intégrer la house, la techno et le proto-hip-hop dans ses sets, sera aux platines pour une soirée clubbing underground le 20 avril. La Genevoise Puma et le Lausannois Matthieu Benjamin complèteront le line-up.

Et le 10 mai, le Festival Electron investira pour la troisième fois le Grand Théâtre de Genève pour une Late Night, faisant résonner les beats à tous les étages de l'institution. Là aussi, des pionniers de la Motor City seront de la partie: Jeff Mills et Stacey Hotwaxx Hale, première femme à passer de la house à la radio à la fin des années 1980. Ils seront accompagnés par des artistes locaux.

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

la journée finit bien

Ecoutez le nouvel album de Taylor Swift, promis à tous les records

Publié

le

Taylor Swift en janvier 2024 (AP Photo/Jeffrey T. Barnes)

La reine de la pop Taylor Swift a sorti vendredi un nouvel album. C'est le onzième opus de la chanteuse américaine de country devenue mégastar mondiale, fracassant les records les uns après les autres.

"Tout est juste dans l'amour et la poésie... Le nouvel album THE TORTURED POETS DEPARTMENT (Le cercle des poètes torturés, ndlr) est disponible maintenant", a-t-elle écrit sur Instagram. Surprise, il s'agit d'un double album que Radio Lac vous propose de découvrir.

La star avait annoncé sa sortie en février lors de la cérémonie de remise des Grammy Awards, les prestigieuses récompenses américaines de la musique où elle a remporté pour la quatrième fois le trophée du meilleur album de l'année. Depuis, celle qui est aussi la reine de la communication a annoncé pas moins de 4 éditions différentes que ses millions de fans peuvent acheter, chacune avec un titre bonus différent, avant de surprendre son audience dans la nuit: THE TORTURED POETS DEPARTMENT est en fait un double album. Pas de quoi échauder fans qui ont déjà commandé chaque version promise par l'artiste.

Un album doux, qui revient sur sa dernière rupture, analysé par Viviane, notre stagiaire canadienne.

En amont de la sortie, les "Swifties" ont tenté de déceler dans chaque publication de la star des indices sur ce qui les attend. Parmi les éléments connus: l'album contient des collaborations avec le groupe de rock britannique Florence + The Machine et le rappeur américain Post Malone, qui l'accompagne sur le premier morceau "Fortnight" (deux semaines).

"Je suis une très grande admiratrice de Post (Malone) de par sa qualité d'auteur, ses expérimentations musicales et ces mélodies qu'il compose et qui restent dans votre tête pour toujours", a écrit jeudi la chanteuse sur Instagram. "J'ai eu l'occasion de voir cette magie prendre vie quand nous avons travaillé ensemble sur +Fortnight+", a-t-elle ajouté, annonçant la sortie d'un clip vidéo tard vendredi.

A 34 ans, Taylor Swift est devenue en début d'année la première artiste à devenir milliardaire grâce aux seuls revenus tirés de sa musique.

Un ex, du rap et du rock

Parmi les théories circulant sur ce nouvel album: "The Tortured Poets Department" s'épancherait sur l'ex de la chanteuse, l'acteur britannique Joe Alwyn. Le nom de l'opus serait d'ailleurs tiré d'une discussion de groupe nommée "The tortured man club" ("Le club de l'homme torturé", en français) que le comédien tenait avec Paul Mescal et Andrew Scott, deux autres acteurs.

La liste des morceaux, 16 dans la première mouture annoncée, donne déjà quelques indices: "So Long, London" (Au revoir Londres), "I Can Fix Him (No Really I Can)" (Je peux le changer, non vraiment je peux) et "The Smallest Man Who Ever Lived" (L'homme le plus petit qui n'ait jamais existé) - un homme anglais semble effectivement impliqué dans l'affaire.

Revenir, sans prendre de gants, sur ses anciens compagnons est d'ailleurs devenue une tradition pour Taylor Swift, chanson après chanson.nL'actuel élu est la star du football américain Travis Kelce, récent victorieux du Super Bowl. Et pour lui, le nouvel album "est incroyable".

Avec sa nouvelle victoire aux Grammy en février, Taylor Swift a fait mieux que des légendes américaines de la musique comme Frank Sinatra, Paul Simon ou Stevie Wonder.

Près de 20 ans après s'être lancée, rien ne semble devoir l'arrêter.

Sa tournée mondiale, "Eras Tour", devrait engranger un total de deux milliards de dollars de recettes après avoir déjà brisé l'année dernière le plafond symbolique du milliard, une première dans l'histoire de la musique.

Trois semaines après Beyoncé

La native de Pennsylvanie écrit des chansons dès son adolescence et fait ses débuts dans la capitale de la country, Nashville avant de s'éloigner progressivement de ce style si américain et de grimper dans les classements. En 2018, elle quitte le label Big Machine et rejoint Universal, sans les droits de ses précédents albums. En réenregistrant ses premiers disques pour en reprendre le contrôle, elle réussit à convaincre ses fans et l'industrie musicale, un tour de force de plus pour cette artiste incontournable de la culture populaire américaine.

Avec notamment 283 millions d'abonnés sur Instagram, elle est si influente au sein de la jeunesse américaine que le monde politique se prend à imaginer l'impact qu'elle pourrait avoir sur l'élection présidentielle de novembre, même si elle prend rarement la parole à ce sujet.

Son nouvel album a atterri sur les plateformes trois semaines après celui d'une autre icône américaine: Beyoncé et son "Cowboy Carter." Le nouvel opus de la chanteuse, aux riches influences country, pourrait se glisser comme concurrent pour les prochains Grammy. Avec peut-être, aussi, le nouvel album d'une autre star: Billie Eilish sort "Hit Me Hard and Soft" le 17 mai.

Mais toutes ces artistes si riches et influentes insistent à chaque occasion: c'est la musique qui compte. Ce dernier album, a récemment déclaré Taylor Swift, "m'a rappelé qu'écrire la musique, c'est ce qui me fait tenir debout".

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Culture

Netflix dépasse encore les attentes de bénéfice trimestriel

Publié

le

Netflix annonce un nouveau gain d'abonnés. (© KEYSTONE/AP/Richard Drew)

Netflix a annoncé jeudi gagner 9,3 millions d'abonnés supplémentaires au cours du premier trimestre 2024, alors que le marché s'attendait à un ralentissement de la croissance du géant du streaming. Il porte son total d'abonnés à près de 270 millions.

L'entreprise américaine a réalisé 9,37 milliards de dollars de revenus (8,55 milliards de francs au cours actuel) et 2,3 milliards de dollars de bénéfice net au premier trimestre, d'après son communiqué. Les résultats sont en hausse sur un an et supérieurs aux prévisions.

"Nous avons construit une formule gagnante difficile à reproduire", s'est félicité le groupe californien, citant "une offre solide, un système de recommandations supérieur et une base de fans divers et passionnés".

La plateforme avait déjà démarré 2024 en grande pompe avec 13 millions d'abonnés supplémentaires gagnés pendant la saison des fêtes, grâce notamment à sa politique plus stricte en matière de partage des comptes entre utilisateurs et à son abonnement moins cher avec de la publicité.

"Esprit d'innovation"

"Netflix continue de faire la nique à ses concurrents. Il a gagné plus d'abonnés que ne le prévoyaient de nombreux analystes, dont moi-même", a réagi Ross Benes, d'Emarketer.

"Cela indique que le partage de mots de passe était encore plus courant qu'on ne le pensait, car Netflix continue de convertir les spectateurs parasites en utilisateurs payants", a-t-il ajouté.

L'analyste avertit cependant que le service de streaming "risque de perdre son esprit d'innovation" s'il devient plus sélectif dans la production de contenus, afin de faire des économies.

Netflix ne doit plus seulement se battre pour attirer et retenir l'attention des spectateurs, il doit aussi séduire les annonceurs, note Mike Proulx, vice-président de Forrester.

En janvier, l'entreprise a passé un accord de diffusion sur dix ans avec la ligue professionnelle américaine de catch WWE, moyennant 5 milliards de dollars. En mars, elle a annoncé un partenariat avec Most Valuable Promotions pour un match entre le YouTubeur et apprenti boxeur Jake Paul et la légende des rings Mike Tyson, qui sera diffusé en direct sur la plateforme à la fin juillet.

"Les événements de ce type attirent les annonceurs, car ils suscitent beaucoup d'attention et permettent aux marques de s'associer avec des formats publicitaires plus personnalisés", explique Mike Proulx.

A Wall Street, le titre de Netflix perdait plus de 4% lors des échanges électroniques après la clôture de la bourse jeudi, une baisse attribuée à une prévision de chiffre d'affaires moins haute qu'escompté pour le trimestre en cours.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Le Conservatoire botanique dévoile ses secrets pour son bicentenaire

Publié

le

Le Conservatoire botanique de Genève fête ses 200 ans. Un riche programme d’animations commence ce jeudi pour encourager les Genevois à venir le découvrir.

C’est un lieu que l’on connaît trop peu mais sa mémoire est indispensable.

Le Conservatoire botanique de Genève fête ses 200 ans.

Les festivités commencent ce jeudi et se poursuivent jusqu’en novembre. Au programme, plus de 80 activités, des visites, des animations, des conférences, des marchés aux plantes et des ateliers pour le public. Par exemple, l’art et la botanique se mélangent dans l’exposition “la gravure botanique sort du jardin” qui met en scène des illustrations sur de grandes voiles accrochées à des portiques en bois. 

Les botanistes illustres sont aussi mis à l’honneur. On vous expliquera comment on nomme les espèces et il sera possible de découvrir les collections d’herbiers, de graines ou les archives. Ce qui montre que le Conservatoire est indispensable au Jardin botanique. 

Anouchka Maeder, chargée de communication:

Lors des visites, le public aura accès aux bibliothèques et à des livres anciens:

Les herbiers ou autres collections constituent des bases de données précieuses pour les scientifiques du Conservatoire. Justement, quelles sont leurs missions? Anouchka Maeder:

Les scientifiques genevois travaillent en Suisse mais aussi partout dans le monde. Ce sont des témoins de premier plan du changement climatique:

Enfin, le Conservatoire profite de cet anniversaire pour mettre en avant ses métiers, Anouchka Maeder:

Le programme de Collector à retrouver ici

Continuer la lecture