Rejoignez-nous

Culture

Le millésime genevois 2017: une cuvée "magnifique"

Publié

,

le

Le millésime genevois 2017 est arrivé. Il a été présenté mercredi et les avis sont unanimes, c’est une cuvée magnifique! 

Le jeune et talentueux Mathurin Ramu était l'invité du Journal de Radio Lac Soir. Ecoutez son interview complète:

Mathurin Ramu

@GhufranBron

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

L'actrice, qui incarne Renuka dans "Shameless", primée à Cannes

Publié

le

La conseillère fédérale Elisabeth Baume-Schneider parle avec l'actrice Anasuya Sengupta après la projection du film "Shameless" à Cannes vendredi dernier. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La comédienne Anasuya Sengupta se voit décerner le prix de la meilleure actrice vendredi soir à Cannes dans la catégorie "Un certain regard". Elle incarne Renuka, dans le film suisse "The Shameless" du réalisateur Konstantin Bojanov.

"The Shameless", une coproduction suisse présentée en première mondiale au Festival de Cannes vendredi dernier en présence de la conseillère fédérale Elisabeth Baume-Schneider, ne laisse pas indifférent. Renuka, interprétée par la comédienne Anasuya Sengupta, s'échappe d'un bordel de New Delhi après avoir tué un policier.

Elle trouve refuge dans une communauté de prostituées du nord de l'Inde où elle rencontre Devika (Omara Shetty), une jeune fille condamnée à une vie de prostitution dans le cadre du système devadasi, une tradition hindoue désormais interdite, qui "marie" les femmes à une divinité. Un lien fort se tisse entre Renuka et Devika, qui débouche sur un amour interdit.

Un film suisse en hindi

"Officiellement, c'est un film suisse, même s'il est en hindi", a dit M. Bojanov à Keystone-ATS. "The Shameless" est une coproduction de cinq pays: la Suisse, la France, la Bulgarie, Taïwan et l'Inde.

Du côté suisse, majoritaire, il a été coproduit par la société genevoise Akka Films et la RTS. La Suisse a été le premier pays à soutenir et à financer le film, souligne M. Bojanov.

"Le procès du chien" toujours en course

"Le procès du chien" de Laetitia Dosch, l'autre film suisse en lice, repart bredouille vendredi. Mais rien n'est encore joué, car ce premier long métrage de la réalisatrice franco-suisse est éligible samedi pour la Caméra d’Or: cette dernière récompense chaque année le meilleur premier film issu de la Sélection officielle et des deux sections indépendantes que sont la Semaine de la Critique et la Quinzaine des Cinéastes.

Sans oublier que Kodi, le griffon croisé, qui joue dans "Le procès du chien", a reçu vendredi la Palm Dog. Ce prix récompense le chien avec le plus de mordant vu dans les films au Festival de Cannes.

Dix-huit films sélectionnés

Dix-huit films concouraient dans cette catégorie "Un certain regard" vendredi soir à Cannes, en marge de la Palme d’or, son prix le plus prestigieux, qui sera remis samedi soir. Les vainqueurs sont "Black Dog" du réalisateur chinois Guan Hu, qui remporte Prix "Un Certain Regard" et "L'histoire de Souleymane" du réalisateur français Boris Lojkine, avec le prix du jury.

Quant à "Les Damnés" (Italie, Etats-Unis, Belgique) de Roberto Minervini et à "On Becoming a Guinea Fowl" (Zambie, Royaume-Uni, Irlande) de Rungano Nyoni, ils gagnent ex aequo le prix du meilleur réalisateur.

Cette compétition parallèle a révélé de nombreux talents. Une étape qui mène parfois vers le haut du tapis rouge, à l’image du Suédois Ruben Östlund qui a remporté la Palme pour "Triangle of Sadness" en 2022, huit ans après sa victoire dans la catégorie "Un certain regard". .

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Cinéma & Séries TV

Nicole, la championne incontestée des autographes

Publié

le

Nicole de la Drôme, la championne incontestée des autographes, à vécu un moment spécial avec Tom Cruise sur le tapis rouge (photo d'illustration). (©Eva Rinaldi)

Je la vois tous les jours, assise avec des amis qu’elle s’est faits au fil des années.

Elle, c’est Nicole de la Drôme, la championne incontestée des autographes et selfies avec les stars. De 10h00 du matin à minuit, elle est fidèle au poste, prête à capturer des moments magiques.

Cela fait plus de 30 ans qu’elle arpente les festivals. Elle est bien rodée : glacière, parasol, tabouret pour l’attente, et direction le tapis rouge où son escabeau est enchaîné à la barrière. Sa technique ? Elle ne crie pas, elle cherche le contact avec les yeux.

Son meilleur souvenir :

"Il y a deux ans, Tom Cruise est venu jusqu’à moi, il m’a tenu la main, les yeux dans les yeux. J’ai failli tomber dans les pommes ! C’est vrai ce que je vous dis. C’était comme un coup de foudre. J’ai 79 ans, j’ai connu des hommes dans ma vie, mais lui, c’est spécial."

Et cette année, votre coup de cœur ?

"Non, pas cette année. J’adore Richard Gere. Il ne m’a pas regardée dans les yeux, mais il a quand même signé un autographe.

Malheureusement, je n’ai eu ni photo ni autographe de Kevin Costner, que j’attendais avec impatience.

Aujourd’hui, c’est vite, vite, timing, timing. Il n’y a que ça qui compte ici."

Donc, vous ne voyez jamais les films ?

"Non, on ne peut pas tout faire. Il faut choisir : faire acte de présence sur l’escabeau ou voir les films."

Mais cela reste des souvenirs très émouvants.

Merci Nicole 79 ans de la Drôme.

Continuer la lecture

Culture

Le cinéaste iranien Rasoulof ovationné debout

Publié

le

Le cinéaste iranien Mohammad Rasoulof a brandi à Cannes les photos de deux de ses acteurs principaux, Missagh Zareh et Soheila Golestani. (© KEYSTONE/EPA/ANDRE PAIN)

Le cinéaste Mohammad Rasoulof, qui vient de fuir l'Iran, a reçu vendredi une ovation debout à son arrivée dans la salle de gala du Festival de Cannes, où est projeté son film, "Les graines du figuier sauvage", en lice pour la Palme d'or.

La présence à Cannes du cinéaste, poursuivi par le régime iranien qui l'a privé de son passeport et condamné à de la prison, est un symbole pour la liberté d'expression.

Seule une partie de l'équipe du film a pu quitter l'Iran. Sur le tapis rouge puis dans la salle, Mohammad Rasoulof a brandi les photos de deux de ses acteurs principaux, Missagh Zareh et Soheila Golestani.

Il a monté les marches aux côtés de l'actrice iranienne Golshifteh Farahani, qui vit en exil en France depuis une quinzaine d'années.

Il était aussi accompagné de sa fille Baran, un passage de témoin symbolique puisque c'est cette dernière qui avait reçu l'Ours d'or à Berlin au nom de son père, interdit de quitter son pays, il y a quatre ans.

Rasoulof présente à Cannes "Les graines du figuier sauvage", un film tourné clandestinement, qui raconte l'histoire d'un magistrat, de son épouse et de ses deux filles, dans un Iran en proie aux manifestations.

Le film fait un écho direct au mouvement "Femme, vie, liberté" qui secoue la République islamique depuis la mort de Mahsa Amini, en septembre 2022.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Palm Dog pour Kodi, star à quatre pattes du "Procès du chien"

Publié

le

Kodi avec Laetitia Dosch et la conseillère fédérale Elisabeth Baume-Schneider à Cannes (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Kodi, Griffon croisé qui joue dans "Le procès du chien" de la réalisatrice franco-suisse Laetitia Dosch, a reçu vendredi la Palm Dog. Ce prix récompense le chien avec le plus de mordant vu dans les films au Festival de Cannes.

Kodi, 9 ans, succède à Messi, Border Collie qui brillait dans "Anatomie d'une chute", Palme d'Or l'an dernier. Ce doublé ne risque pas d'arriver cette fois car "Le procès du chien" est programmé dans la section Un certain regard.

"Je suis tombée amoureuse de Kodi. La Palm Dog, pour moi, c'est génial, ça permet de considérer les chiens comme des acteurs. Kodi est d'ailleurs dans les crédits du film comme un acteur et il est sur l'affiche", a commenté au micro Laetitia Dosch, présente au côté de l'animal lors de la remise du prix sur une plage.

80 à 100 actions

Kodi, dans la vraie vie, est un ancien chien des rues de Narbonne (sud de la France) passé par un refuge. "Laetitia Dosch nous avait dit 'Kodi n'aura pas grand-chose à faire', mais en recevant le scénario j'ai quand même listé 80 à 100 actions", s'était souvenue pour l'AFP Juliette Roux-Merveille, coach d'une compagnie d'animaux de spectacles basée en Vendée.

"Kodi ne savait pas hurler, on a enregistré un miaulement de chaton affamé et ça l'a fait hurler, ça a marché. Il ne montrait jamais les crocs, on a travaillé un aboiement où on les voit", détaillait-elle encore.

Chien errant

Le grand prix du jury, soit le deuxième trophée le plus important, a été remis à l'autre prétendante, Xin, femelle Jack Russell croisée lévrier de "Black Dog", du Chinois Guan Hu, également dans la section Un certain regard.

L'animal, qui figure un chien errant dans le film chinois, a été adopté à la fin du tournage par l'acteur principal Eddie Peng. Lui aussi était présent, au côté de l'animal. "C'est elle la star du film", a commenté le comédien, qui a parlé "d'amour inconditionnel" avec sa chienne.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Albert Rösti préoccupé par la situation des médias

Publié

le

Le gouvernement examine la nécessité de règles en matière d'intelligence artificielle (IA), spécifiquement pour le secteur des médias, a indiqué vendredi au Swiss Media Forum le conseiller fédéral Albert Rösti. (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Invité du Swiss Media Forum, le conseiller fédéral Albert Rösti s'est montré préoccupé de la situation des médias, qui sont sous pression. Il a assuré que le gouvernement s'employait à créer de bonnes conditions cadres, sachant qu'il n'y a pas de solutions miracles.

Le ministre en charge des médias a cité la baisse de plus de 20% du nombre de titres dans le pays depuis 2009, la réduction de moitié des tirages ces quinze dernières années et les milliards de francs de recettes publicitaires siphonnées par les géants de l'internet comme google ou Facebook.

Il a rappelé le projet du Conseil fédéral d'édicter des règles pour les grandes plateformes, afin de créer plus de transparence et protéger les droits des utilisateurs. Le gouvernement examine aussi la nécessité de règles en matière d'intelligence artificielle (IA), spécifiquement pour le secteur des médias.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture