Rejoignez-nous

Cinéma & Séries TV

Le cinéaste Alain Tanner est décédé

Publié

,

le

CREDIT: KEYSTONE/STR
Le cinéaste genevois Alain Tanner est décédé dimanche dans sa 93e année. Reconnu internationalement, Alain Tanner, un "monument" de son art en Suisse, est à l’origine du nouveau cinéma suisse dans les années 1970.

L'annonce a été faite par l'Association Alain Tanner, en concertation avec la famille du défunt. L'oeuvre de ce pionnier du Nouveau cinéma suisse sert toujours de référence aux nouvelles générations de cinéastes.

En 1968, Alain Tanner se réunit avec quatre réalisateurs - Michel Soutter, Jean-Louis Roy, Jean-Jacques Lagrange (remplacé par Yves Yersin en 1971) et Claude Goretta - pour fonder le "Groupe des 5". Ils sont tous à l'origine de ce renouveau cinématographique suisse, un cinéma à contre-courant.

Le premier long métrage d'Alain Tanner, "Charles mort ou vif" (1969), marque le début du cinéma d'auteur engagé en Suisse. Il est aussi lauréat du Léopard d'Or au Festival du film de Locarno.

Il sera suivi en 1971 par "La Salamandre", un film aux accents libertaires, qui devient un film culte. Ensuite, Alain Tanner est influencé par Jean-Luc Godard.

Dans sa filmographie très dense, on retrouve "Jonas qui aura vingt-cinq ans en l'an 2000" (1976), "Les Années lumière" (1981), Grand Prix au festival de Cannes, ou encore "Dans la ville blanche" (1983), César du meilleur film francophone.

Il a tourné sans relâche de la fin des années 1960 jusqu'en 2004. Le Genevois a reçu de nombreux prix pour ses films à Locarno, Venise, Cannes et aux Etats-Unis. En 2014, les archives d'Alain Tanner sont entrées à la Cinémathèque suisse.

Acte politique

Alain Tanner a étudié à l'Université de Genève où il a fondé un ciné-club en compagnie de Claude Goretta. Les deux Genevois sont ensuite partis à Londres. Ils ont réalisé ensemble leur premier film, "Nice Time" (1957), un court métrage remarqué sur la vie des noctambules dans le Picadilly Circus londonien.

Alain Tanner a toujours considéré que faire du cinéma est un acte politique. Il a aussi prolongé son engagement au-delà du cinéma en s'impliquant notamment en faveur de la population palestinienne de Gaza.

"Une violence suisse"

Son complice genevois du "Groupe des 5" Jean-Jacques Lagrange salue en Alain Tanner "une forte personnalité et un homme très indépendant". Un avis partagé par Lionel Baier qui relève sa notoriété à l'étranger et sa capacité à filmer "une violence suisse".

"C'est une triste nouvelle", a dit à Keystone-ATS M. Lagrange. "Je reste seul", dit celui, né en 1929, qui est désormais le dernier des fondateurs du Groupe des 5 encore vivant. Il retient de Tanner sa contribution "essentielle" comme artisan de la loi sur le cinéma.

Le Vaudois Lionel Baier salue l'humilité du cinéaste qui a su arrêter de faire des films quand il ne se sentait plus en phase avec son temps.

S'il affirme ne pas l'avoir considéré comme une inspiration pour lui, il ajoute très rapidement se rendre compte avec l'âge qu'Alain Tanner l'influence sur certains points.

Cinéaste de "cohérence"

A l'étranger, Alain Tanner "est sans doute le cinéaste suisse le plus connu" dont le nom revenait le plus dans les discussions lors de tournages, ajoute le cinéaste vaudois. "Son écriture cinématographique était la plus reconnaissable", dotée de "cohérence" pour un homme de "conviction".

Au Portugal, certains considèrent même "Dans la ville blanche" comme le plus beau film sur Lisbonne, ajoute également M. Baier. Mais son cinéma portait également beaucoup sur la scène suisse. "Personne n'a été aussi précis" sur ce pays, alors même qu'il considérait la Suisse comme "trop belle et trop spectaculaire" pour être filmée, ajoute le Vaudois.

"Il est allé chercher le drame dans un pays qui ne le prévoyait pas" et "il savait montrer une violence suisse", dit-il. Aujourd'hui, Ursula Meier, qui a été son assistante, s'en rapproche probablement le plus, affirme-t-il.

Un monument

La Suisse perd un "monument de son cinéma" avec le décès du Genevois Alain Tanner, selon le directeur de la Cinémathèque suisse Frédéric Maire. Il salue la "rigueur" de son travail et un "activiste" qui a fait avancer le soutien public au film dans ce pays.

"C'était le Nouveau cinéma suisse et pourtant ses films restent d'une modernité aujourd'hui encore", a affirmé à Keystone-ATS M.Maire. Ses oeuvres "résonnent auprès des jeunes qui les voient pour la première fois".

Les thématiques abordées par celui qui avait aussi filmé mai 68 pour la télévision, du capitalisme à l'environnement, sont plus que jamais celles du 21e siècle. "Il a gardé dans son cinéma une actualité", ajoute le directeur de la Cinémathèque, regrettant presque son choix d'arrêter à un moment donné de faire des films.

Précision, rigueur, approche claire sont autant de qualificatifs qui collent aussi bien au cinéaste qu'à l'homme, dont l'oeuvre était très connue à l'étranger, confirme M. Maire.

La Cinémathèque diffuse régulièrement ses oeuvres qui sont numérisées avec le soutien de l'Association Alain Tanner. "Bien sûr que nous lui rendrons hommage", dit le directeur.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Guillaume Canet "On lègue tellement de valeurs à travers Astérix"

Publié

le

Astérix & Obélix : L'Empire du Milieu

Astérix est de retour au cinéma, par Toutatis ! Cette fois, c'est Guillaume Canet qui en est aux manettes, à la fois réalisateur et interprète du petit Gaulois blond et parfois revêche. Face à lui, une kyrielle de comédiens, dont certains ont un jeu haut en couleurs. Interview, qui sent bon le poisson frais, au micro de Benjamin Smadja et Elsa Duperray et à retrouver ici en version longue.

 

Pas facile d'endosser le rôle d'Astérix, ni non plus celui de réalisateur, même vingt ans après Alain Chabat et sa Mission : Cléopâtre. C'est pourtant ce double défi qu'a relevé le Français Guillaume Canet, et contre lequel n'aurait pas rechignée les irréductibles Gaulois. Si le réalisateur des Petits Mouchoirs et Ne le dis à Personne n'était pas le premier choix retenu pour tourner le film - le nom de Michel Hazanavicius était un temps pressenti, Guillaume Canet hérite d'un tournage qui s'annoncera compliqué : nous sommes fin 2019 et Astérix et Obélix : L'Empire du Milieu doit se tourner en Chine en 2020...  On connaît la suite.

Au final, ces nouvelles aventures, dont l'héritière Anne Goscinny a exigé un scénario original, mettent l'accent sur la relation entre Astérix et Obélix, que l'on découvre sous un nouveau jour. Le duo Guillaume Canet (Astérix) et Gilles Lellouche (Obélix) fonctionne à merveille et dévoile tour à tour tendresse, tensions, engueulades, réconciliations comme rarement.

Vincent Cassel est Jules César, dans Astérix et Obélix : l'Empire du Milieu . Photo Christophe Brachet

Si quelques scènes tournent au simple enchaînement de gags, ces nouvelles aventures présentent des personnages attachants et un casting haut en couleur, assez large, allant de Big Flow et Oli à Philippe Katerine, en passant par Jonathan Cohen, Pierre Richard ou encore Ramzi Bedia.

Le film est notamment dédié à ses deux enfants, que le comédien a eu avec sa compagne Marion Cotillard, qui joue Cléopâtre à l'écran (face à un Jules César/Vincent Cassel fameux). "J'aime ces aventures transgénérationnelles, confie Guillaume Canet. Ces personnages touchent toutes les générations et transmettent certaines valeurs qui me touchent : ils luttent contre l'envahisseur, s'engueulent, mais sont toujours là pour aider les autres. Ce sont des bons vivants. "

 

Continuer la lecture

Cinéma & Séries TV

Raconter la vie de Cartigny à travers ses fêtes traditionnelles

Publié

le

Un Genevois veut faire un film sur les fêtes traditionnelles de son village, il a lancé une campagne de financement participatif.

A la base du projet, il y a Juan Manuel Vegas, étudiant à la HEAD, documentariste et ingénieur du son.

Ce Genevois a pour objectif de créer un portrait documentaire de Cartigny, petite commune genevoise qui vit rythme des saisons et de ses traditions. Il veut mettre en lumière les fêtes des Failles et du Feuillu qui marquent l’arrivée du printemps. Des fêtes qu’il a vécues depuis son arrivée dans la commune en 2001. Il nous dit pourquoi il a voulu parler de ces événements:

Juan Manuel VegasEtudiant à la HEAD, documentariste et ingénieur du son

Juan Manuel Vegas filmera avec une caméra en pellicule 16mm, ce qui coûte cher.  Il nous explique pourquoi ce choix de technologie: 

Juan Manuel VegasEtudiant à la HEAD, documentariste et ingénieur du son

Pour acheter la pellicule, il a donc lancé une campagne de crowdfunding.

Comment les habitants ont-ils accueilli ce projet de film?

Juan Manuel VegasEtudiant à la HEAD, documentariste et ingénieur du son

Le tournage est prévu lors des prochaines fêtes, les Failles le 26 février, et lu feuillu, le 6 mai.

Le film s'appelle “Rue du Pré de la Reine”.

Toutes les infos sont à retrouver ici

Continuer la lecture

Cinéma & Séries TV

Les cinémas du Grütli ont battu un record de fréquentation en 2022

Publié

le

Credit KEYSTONE Source DPA-Zentralbild Byline ROBERT MICHAEL

Les cinémas du Grütli commencent très bien l’année 2023!

Ils ont dévoilé les chiffres de fréquentation pour l’année 2022, résultats:  60 260 spectateurs, hors festivals, sont venus entre le 1er janvier et le 31 décembre dernier.

C'est leur meilleur résultat depuis leur création en 2010. De bons chiffres qui arrivent dans une période compliquée pour les salles de cinéma, qui souffrent de l’après Covid et de la concurrence avec les différentes plateformes de streaming.

Et encore plus réjouissant, le public jeune est grandissant: les billets réservés aux jeunes et aux étudiants ont enregistré une augmentation de près de 50%, (et les billets achetés avec la carte “20ans 20francs” pour les moins de 21 ans ont augmenté de +115,8%, par rapport à 2019). 

La réaction de Paolo Moretti, directeur des Cinémas du Grütli:

Paolo MorettiDirecteur des Cinémas du Grütli

Un exemple des films qui a bien marché l’année passée:

Paolo MorettiDirecteur des Cinémas du Grütli

Rappelons que les Cinémas du Grütli proposent du cinéma d'auteur national et international de toute époque.

Alors qu’aujourd’hui, ce sont les globsters américains qui remplissent la plupart des salles de cinéma. C’est le cas avec Avatar qui ne cesse de battre des records. La réaction de Paolo Moretti:

Paolo MorettiDirecteur des Cinémas du Grütli

Continuer la lecture

Cinéma & Séries TV

Alexandre Astier: "J'essaye de faire en sorte que Kaamelott progresse"

Publié

le

© GIFF 2022, Kenza Wadimoff

Alexandre Astier, le créateur à succès de la série Kaamelott était à Genève ce week-end. Il reçu un prix d’honneur au GIFF.

“Le gras c’est la vie” ou encore “c’est pas faux”, les fans de la série Kaamelott connaissent pas cœur ces répliques cultes.

Son créateur Alexandre Astier a reçu samedi le prix Film & Beyond Award au GIFF, le Festival international de cinéma de Genève pour l’ensemble de sa carrière. 

Une carrière déjà bien remplie avec les six saisons de la série Kaamelott, un premier long métrage, des films d’animation sur la saga Astérix et la liste est encore longue. Alexandre Astier est touche-à-tout: réalisateur, acteur, auteur, compositeur, scénariste, producteur ou musicien. 

Alors qu’est-ce que cela lui fait d’être distingué par un festival de cinéma?

Alexandre Astier Créateur de la série Kaamelott, récompensé au GIFF

Le premier long-métrage tiré de la série Kaamelott est sorti l’année passée. Quand sortira le deuxième volet?

Alexandre Astier Créateur de la série Kaamelott, récompensé au GIFF

Kaamelott est un véritable univers qui n’a cessé d’évoluer en deux décennies comme nous l’explique Alexandre Astier:

Alexandre Astier Créateur de la série Kaamelott, récompensé au GIFF

Une évolution qui n'a pas toujours fait l'unanimité chez les fans, pour autant Alexandre Astier assume ses choix:

Alexandre Astier Créateur de la série Kaamelott, récompensé au GIFF

Retrouvez l’intégralité de l’interview d'Alexandre Astier ci-dessous:

Alexandre Astier Créateur de la série Kaamelott, récompensé au GIFF

Continuer la lecture

Arts

« La baleine », le premier film de Tom Tirabosco

Publié

le

Tom Tirabosco

Le dessinateur genevois Tom Tirabosco présente son premier film, "La baleine", il sera projeté pour la première fois ce week-end à Genève

Tom Tirabosco se lance dans le film d’animation.

Le dessinateur genevois a imaginé un court métrage de 11 minutes. 

Il sortira en première suisse au festival Animatou de Genève ce samedi. 

Tom Tirabosco a travaillé avec le réalisateur Leandro Basso qui a donné vie à ses personnages. 

Mais de quoi parle cette histoire? La réponse de Leandro Basso et Tom Tirabosco:

Un film de Tom Tirabosco et Leandro Basso

Comment ont-ils fait pour donner vie aux personnages dessinés? La réponse de Tom Tirabosco:

Tom Tirabosco

"La baleine" est un animal cher au dessinateur genevois qui avait donné un spectacle sur ce même thème:

Tom Tirabosco

Quel effet cela lui a fait de voir ses personnages prendre vie?

Tom Tirabosco

Ce projet date d'il y a plusieurs années:

Tom Tirabosco

Pour découvrir "La baleine", rdv ce samedi 8 octobre au festival Animatou à Genève.

Continuer la lecture