Rejoignez-nous

Culture

L’angiographie utile en médecine légale

Publié

,

le

L'angiographie post-mortem combinée aux autopsies "classiques" pourrait améliorer les résultats des enquêtes criminelles. Des chercheurs lémaniques montrent qu'elle permet d’identifier jusqu'à 90% des constatations effectuées sur un corps, contre 61% pour l'autopsie.

Une analyse post-mortem de haute qualité est essentielle pour de nombreuses raisons. Lors d’enquêtes criminelles, le corps détient la preuve principale d’un crime. Et dans les hôpitaux, c’est un très bon moyen de contrôler la qualité des interventions chirurgicales et des traitements médicaux réalisés avant le décès.

Les techniques d’imagerie moderne telles que la tomodensitométrie (CT) ou l’imagerie par résonance magnétique (IRM) sont de plus en plus utilisées en médecine légale. Cependant, l’utilisation des scanners sur des cadavres est limitée par des contrastes insuffisants dans les tissus mous et une mauvaise visualisation du système vasculaire.

La technique de l'angiographie - ou imagerie des vaisseaux sanguins - post-mortem par CT (PMCTA en anglais) a été développée dans le but de résoudre ces limitations en introduisant un agent de contraste dans le corps, ont indiqué mardi dans un communiqué commun les hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et Lausanne (CHUV).

500 cadavres analysés

"L’idée de la PMCTA est de créer une circulation sanguine artificielle en appliquant une perfusion post-mortem au système vasculaire", explique Silke Grabherr, professeure au Centre universitaire romand de médecine légale et auteure principale de l’étude. Le cœur est remplacé par un dispositif similaire aux machines cœur-poumon utilisées lors d‘une opération chirurgicale à cœur ouvert.

Afin d’évaluer les performances de la PMCTA, la Pre Grabherr ainsi que des confrères de neuf autres centres européens ont réalisé des autopsies conventionnelles sur 500 corps humains également soumis à la PMCTA afin de comparer les résultats.

Tous les scans réalisés ont été interprétés par une équipe expérimentée constituée d'un médecin légal et d'un radiologue qui n'avaient pas connaissance des résultats de l'autopsie. Les autopsies ont été réalisées le jour même de la PMCTA ou le lendemain.

Alternative aux autopsies invasives

Résultats: après l’examen des 500 corps, 18'654 constatations ont été enregistrées. Sur ce total, 90% ont été effectuées grâce à la PMCTA, contre 61% pour les autopsies. La PMCTA n’a manqué que 10% des lésions juridiquement essentielles, tandis que l’autopsie est passée à côté de 23% d’entre elles.

"Cette méthode pourrait être une alternative aux autopsies invasives, lorsque l’ouverture du corps n’est pas possible", explique la Pre Grabherr. "Cela offre de nouvelles possibilités de recherche, par exemple dans les pays où une autopsie conventionnelle n’est pas admise ou dans le cas où la famille refuse l’autopsie".

Les résultats de la PMCTA se sont avérés significativement supérieurs à ceux de l’autopsie pour l’identification de lésions squelettiques et vasculaires ou de parties endommagées dans les os et les vaisseaux sanguins. La méthode a permis d’identifier 96% des lésions squelettiques et 94% des lésions vasculaires alors que l’autopsie n’a permis d’en identifier que 65%.

Morts violentes

Or ces lésions peuvent fournir d’importantes informations. "La combinaison de lésions osseuses et de lésions vasculaires est principalement observée pour des morts violentes comme lors de chutes, d’accidents de la route, de traumatismes balistiques ou par arme blanche en cas d’homicides et de suicides", précise la spécialiste.

"Cela veut dire que la PMCTA est un excellent choix et peut être utilisée avec ou sans autopsie conventionnelle pour enquêter sur ce genre de cas", selon elle. Les meilleurs résultats sont en effet obtenus en combinant les deux méthodes, écrivent les scientifiques dans leurs conclusions.

Dans le futur, le groupe de recherche prévoit d’étudier la combinaison de la PMCTA et de l’IRM dans le but d’augmenter la précision des résultats pour les organes tels que le cerveau et le foie. Ces travaux sont publiés dans la revue Radiology.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Morges: carton plein pour le Diabolo Festival

Publié

le

Le site de Beuasobre a accueilli le festival (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Pour sa dixième édition, le Diabolo Festival a affiché complet samedi et dimanche à Morges. Le festival pour enfants a accueilli quelque 7000 personnes.

En ouvrant ses portes, le festival proposait encore quelques places, mais elles ont vite trouvé preneur, dès 13h00 samedi et dès 11h00 dimanche, ont annoncé les organisateurs. Des spectacles de qualité et une météo idéale: tout était réuni pour séduire petits et grands.

Comme à son habitude, le programme a fait la part belle aux spectacles de magie, de théâtre et de marionnettes ainsi qu’aux activités et ateliers ludiques, créatifs et sportifs. La prochaine édition aura lieu les 24 et 25 juin 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Deux nouvelles oeuvres lumineuses sur les toits de Plainpalais

Publié

le

L'oeuvre de Ann Veronica Janssens "L'ODRRE N'A PAS D'IPMROTNCAE" fait partie du projet artistique Neon Parallax qui se trouve sur les toits des immeubles le long de la plaine de Plainpalais (archives). (© KEYSTONE/PIERRE ALBOUY)

Deux nouvelles installations lumineuses accrochées sur les toits d'immeubles le long de la plaine de Plainpalais à Genève sont visibles depuis lundi. Ces oeuvres font partie du projet d'art public Neon Parallax démarré en 2006.

Les Fonds d'art contemporain de la Ville et du canton de Genève à l'origine de cette initiative ont choisi une oeuvre de l'artiste allemand Olaf Nicolai "ALDEZBF? IMAGINATION SUBLIME". Il a mis en lumière un message aux caractères énigmatiques qui proviendrait de la planète Mars.

L'autre oeuvre, qui suscite également la curiosité des passants, a été réalisée par l'artiste française Nathalie Du Pasquier. Cette composition abstraite et colorée est produite par plusieurs caissons lumineux apportant un nouveau paramètre esthétique à l'ensemble des enseignes lumineuses déjà en place sur le pourtour de la plaine.

Le projet Neon Parallax a été pensé comme un contrepoint artistique aux enseignes publicitaires installées sur les quais bordant la rade. Sept oeuvres lumineuses sont déjà accrochées sur les toits des immeubles autour de la plaine de Plainpalais, dont celle réalisée par Ann Veronica Janssens aux lettres bien connues des Genevois "L’ODRRE N'A PAS D'IPMROTNCAE".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Lausanne: une nouvelle directrice pour le festival de la Cité

Publié

le

Le festival de la Cité aura une nouvelle directrice dès le mois de septembre en la personne de Martine Chalverat (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Martine Chalverat est la nouvelle directrice du festival de la Cité à Lausanne. Elle entrera en fonction le 1er septembre à la place de Myriam Kridi, en poste depuis sept ans.

Née en 1981 et formée entre Lausanne et Genève, Martine Chalverat est actuellement codirectrice de Visions du Réel à Nyon. Elle a auparavant travaillé pour le festival Images à Vevey, la salle de concerts Fri-Son à Fribourg, le Cully Jazz, mais encore pour l'Office fédéral de la culture (OFC). Elle préside également depuis 2018 le conseil de fondation du Sinfonietta de Lausanne.

"Au-delà de son solide parcours professionnel dans le domaine culturel et de sa grande aptitude de conduite d'équipe, Martine Chalverat est une personne passionnée et engagée", se réjouit vendredi le festival de la Cité dans son communiqué.

La prochaine édition, la dernière sous la direction de Myriam Kridi, est programmée du 5 au 10 juillet. Pour son 50e anniversaire, la manifestation dévoilera 100 propositions artistiques, soit 60 concerts et 40 spectacles d'arts vivants. Elle investira 18 lieux de la capitale vaudoise, essentiellement à la Cité, mais aussi le site muséal de Plateforme 10.

Lors de sa dernière édition normale en 2019, soit avant l'arrivée du Covid-19, le festival avait accueilli quelque 100'000 personnes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

"Succès" pour la cuvée 2022 de Morges-sous-Rire

Publié

le

Marie-Thérèse Porchet était de la partie à Morges (archive). (© KEYSTONE/PATRICK HUERLIMANN)

La 34e édition de Morges-sous-Rire a été un "succès". Le taux de remplissage du festival d'humour, qui s'est tenu du 10 au 18 juin dans des espaces entièrement rénovés, a dépassé 80%, avec plus de 6000 spectateurs.

"A l'heure du bilan, Beausobre a le sourire", ont communiqué dimanche les organisateurs. Une trentaine d'humoristes suisses et internationaux ont animé treize représentations réparties sur huit soirées dans les deux salles du festival.

Marie-Thérèse Porchet, Yann Lambiel, Charles Nouveau, Blaise Bersinger, Bérengère Krief, Nathalie Devantay ou encore Jérémy Ferrari se sont produits sur la scène du Théâtre de Beausobre. Tony Saint Laurent, Cartman, Capucine Lhemanne et Le Cas Pucine ont baptisé celle du Cube.

La manifestation s'est terminée dans une ambiance festive au bord du Léman sur la scène de la Presque avec un spectacle décalé proposé par quatre artistes québécois. Un bar et des stands de nourriture attendaient les festivaliers.

La 35e édition de Morges-sous-Rire se tiendra du 9 au 18 juin 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Plus de 30'000 personnes ont afflué aux portes ouvertes à Lausanne

Publié

le

Des performances et spectacles ont animé ce week-end portes ouvertes caniculaire. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Plus de 30'000 personnes ont afflué samedi et dimanche aux portes ouvertes de Plateforme 10 à Lausanne. Les curieux ont pu découvrir le nouveau bâtiment de Photo Elysée et du mudac, à côté du Musée cantonal des Beaux-Arts (MCBA), ainsi que les expositions inaugurales.

Le public venu "de toute la Suisse" s'est rendu "en masse dès les premières heures dans le nouveau bâtiment", ouvert deux ans et demi après le MCBA, a communiqué dimanche Plateforme 10. "Cette affluence s'est maintenue sans discontinuer durant tout le week-end grâce à un riche programme d'événements et d'animations", poursuit le texte. "L'ambiance était particulièrement festive lors des nocturnes exceptionnelles du samedi."

"Nous sommes particulièrement fiers et heureux d'avoir pu réussir le formidable pari d'ouvrir Plateforme 10 après deux années très difficiles marquées par la pandémie et tous les retards qu'elle a causés", a déclaré le directeur Patrick Gyger, cité dans le communiqué. "Nos équipes ont été incroyables, de professionnalisme et de passion", a-t-il ajouté. "De voir tant de public déambuler dans nos musées, c'est la plus belle des récompenses."

Mesures rafraichissantes

Les températures élevées ont donné des sueurs froides aux organisateurs, Plateforme 10 étant pour l'instant surtout constitué de béton et d'asphalte nu. L'esplanade sera végétalisée ultérieurement. Une série de mesures a été prise pour assurer le bien-être des visiteurs, a expliqué à Keystone-ATS le porte-parole Olivier Müller.

Les terrasses ont été déplacées le long des façades du MCBA, afin de profiter de l'ombre créée par l'imposant bâtiment. Des fontaines à eau ont été distillées sur le site et de l'eau a été distribuée. Un grand brumisateur sous lequel jouaient les enfants a été installé à l'extérieur. A l'intérieur des musées, la température était maintenue à 21 degrés. Aucun incident dû à la chaleur n'a été signalé.

Programme estival

Ces portes ouvertes marquent la fin des festivités d'inauguration du quartier des arts lausannois, qui se sont déroulées toute la semaine. Les trois expositions inaugurales "Train Zug Treno Tren" resteront en place jusqu'au 25 septembre 2022 et seront accessibles tout l'été à un tarif préférentiel de 15 francs. Un programme d'été, entièrement gratuit, a aussi été concocté en collaboration notamment avec le Festival de la Cité et le Festival du film de Locarno.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture