Rejoignez-nous

Culture

Elisabeth Baume-Schneider sur le tapis rouge à Cannes

Publié

,

le

La conseillère fédérale Elisabeth Baume-Schneider, en robe indigo, s'est arrêtée quelques minutes sur le tapis rouge avec la délégation suisse, avant de voir le film "Megalopolis" de Francis Ford Coppola au Festival de Cannes jeudi soir. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La conseillère fédérale Elisabeth Baume-Schneider, accompagnée d'une délégation suisse, a foulé jeudi soir le tapis rouge du Festival de Cannes. Cet honneur est dû au fait que le Marché du Film, qui se tient en marge de l'événement, est dédié cette année à la Suisse.

Mme Baume-Schneider, portant une longue robe indigo ornée de strass, une tenue élégante comme l'exige le "dress code" du Festival de Cannes, a monté les marches recouvertes d'un tapis rouge menant au Palais des Festivals. Elle était accompagnée, entre autres, de la directrice de l'Office fédéral de la culture (OFC) Carine Bachmann et du directeur général de la SSR Gilles Marchand.

La délégation de dix personnes comptait aussi parmi elle la comédienne zurichoise Deleila Piasko, qui joue dans le court-métrage allemand "Immaculata" de Kim Lêa Sakkal, projeté dans la Quinzaine des Cinéastes.

"Le cinéma suisse cartonne"

Après avoir visité le marché du film, la conseillère fédérale s'est exprimée sur le réseau social X : "Cette année, le Festival de Cannes n’est pas une édition comme les autres pour la Suisse. Invité d’honneur du Marché du film, notre pays a l’occasion de faire connaître toute la variété de sa création cinématographique. Le cinéma suisse cartonne et nous en sommes fiers!".

Dès 19h00, la délégation suisse a assisté à la première projection du dernier film de Francis Ford Coppola, "Megalopolis", au Grand Théâtre Lumière. Le réalisateur américain, aujourd'hui âgé de 85 ans, et les acteurs du film, parmi lesquels Adam Driver et Dustin Hoffman, étaient également présents.

Le théâtre affichait complet dès l'ouverture des réservations il y a quelques jours.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Culture

Le retrait de Biden était la seule issue possible pour la presse

Publié

le

Joe Biden, 81 ans, est le plus vieux président américain en exercice (archives). (© KEYSTONE/AP/Christopher Furlong)

Au lendemain de l'annonce du retrait de la course à la Maison-Blanche du président américain sortant Joe Biden, la presse suisse estime qu'il n'avait plus le choix. Elle pointe cependant une décision bien trop tardive du démocrate de 81 ans.

"La pression était trop forte" pour que Joe Biden maintienne sa candidature à la présidentielle américaine de novembre, estime la Tribune de Genève. "Après un premier débat calamiteux, où l'octogénaire était sujet à des absences, et une quarantaine pour cause de Covid, Joe Biden était chancelant".

A cela s'est ajouté "le miracle de Pennsylvanie [...] qui l'a mis à terre", lorsque, le 13 juillet en pleine réunion électorale, une balle "frôle la tête" de son adversaire républicain, l'ex-président américain Donald Trump, lui transperçant une oreille, ajoute le journal genevois. Joe Biden "n'était plus que le faible vieillard face au héros sans âge. Cruel pour un président qui termine son mandat avec un bilan économique qui rendrait jaloux bien de ses prédécesseurs".

Temps compté pour les démocrates

Mais même si le bilan économique est bon, il est incompréhensible que l'octogénaire n'ait pas compris plus tôt qu'il devait laisser sa place, lance le commentateur des journaux du groupe de presse CH Media. Joe Biden "ne pouvait tout simplement pas lâcher prise. S'il l'a fait, ce n'est peut-être pas tant parce qu'il veut 'le meilleur pour le pays', comme il l'écrit [...] mais plutôt pour sauver son propre héritage et sa propre réputation".

De plus, cette annonce de retrait tardif place le parti démocrate dans une position délicate, remarque le Tages-Anzeiger. "Au lieu de construire une succession qui aurait assuré son héritage et sa mémoire, [Joe Biden] a étouffé le débat lors des primaires afin de s'assurer un nouveau mandat [...] Il laisse désormais aux démocrates la situation difficile de lancer une nouvelle candidature à moins de quatre mois de l'élection" présidentielle.

La convention des démocrates débutant à la mi-août, "il ne faut pas chercher midi à quatorze heures pour trouver la candidate", relève le journal 24 Heures. La vice-présidente Kamala Harris a déclaré être prête à "battre Trump". Elle n'est peut-être pas la personne "idéale", poursuit le commentateur, "mais elle seule a les soutiens, financiers (elle est la seule à pouvoir hériter de la cagnotte des donateurs) et politiques (Obama, Clinton)".

"C'est Trump le vieux"

Et, remarque le quoditien vaudois, "c'est désormais Trump le vieux de l'autre", l'ex-procureur général de Californie affichant 59 ans, contre 78 pour le milliardaire républicain. "Face à une adversaire jeune et multiculturelle, qui aura la liberté de porter plus fort certaines valeurs (avortement, justice raciale, démocratie), le républicain ne pourra plus taper sur 'les capacités cognitives de l'homme qui occupe le bureau ovale'".

Abondant dans le même sens, la NZZ note que la quinquagénaire pourrait offrir aux Américains le changement de génération qu'ils souhaitent. "Surtout si elle se fait épauler par un homme encore plus jeune, modéré et blanc, comme le gouverneur de Pennsylvanie Josh Shapiro, elle pourrait séduire une large couche d'électeurs". Elle n'est peut-être pas la candidate la plus forte, mais cela pourrait suffire pour battre Trump, ajoute le quotidien zurichois.

Il est cependant à craindre qu'une candidature de Kamala Harris "n'élargisse le fossé entre ces deux Amériques qui se haïssent", avertit La Liberté. "Son probable duel face à l'homme d'affaires milliardaire est une allégorie des Etats-Unis d'aujourd'hui. Femme, Afro-Africaine, progressiste, elle devra affronter un machiste démagogue et conservateur, champion du repli sur soi".

Dans tous les cas, le retrait de Joe Biden, "qui ne pouvait pas être évité", devrait déclencher de vives discussions au sein des démocrates, prédit le Blick. "Il faut comprendre pourquoi le parti a accepté [Joe] Biden comme candidat et pourquoi personne n'a réussi à le convaincre, avant même les primaires, de passer le relais à sa vice-présidente".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

La Lake Parade de Genève a attiré plus de 100'000 personnes samedi

Publié

le

A Genève, 100'000 à 120'000 personnes ont participé à la Lake Parade samedi après-midi et à la Lake Sensation en soirée. La manifestation n'a pas connu d'incident important (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Par un temps estival, 100'000 à 120'000 personnes ont participé à la 22e Lake Parade samedi après-midi à Genève et à la Lake Sensation en soirée. La manifestation n'a pas connu d'incident important, et la fête est restée bon enfant.

Le cortège autour de la rade a attiré environ 70'000 personnes, tandis que 30'000 fêtards ont participé à la soirée qui a suivi, a estimé la police. Fondateur et organisateur de la manifestation, Christian Kupferschmid a avancé dimanche des chiffres un peu plus élevés: jusqu'à 85'000 personnes dans l'après-midi et 35'000 en soirée. "Les chiffres sont plus réalistes que par le passé", a-t-il relevé.

Satisfait de cette participation, M. Kupferschmid l'est aussi au niveau sanitaire, puisque moins de personnes ont eu besoin de soins. Samedi, 69 fêtards, contre 150 lors des éditions avant le Covid, ont été pris en charge, essentiellement en soirée pour des malaises liés à des abus d'alcool ou de substances et pour des plaies aux pieds, a noté Anthony Giannasi, porte-parole des samaritains.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Lausanne: dès vendredi, des films en plein air au parc de Milan

Publié

le

Le Jardin botanique servira de cadre à une partie des projections (image d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le cinéma en plein air "Les Toiles de Milan" revient dès vendredi pour une nouvelle édition au coeur de Lausanne. Les trois premières soirées se dérouleront au parc de Milan, les trois suivantes au Jardin botanique voisin.

Du 26 au 28 juillet, les cinéphiles ont rendez-vous au parc de Milan pour trois soirées combinant courts et longs-métrages inédits en salles en Suisse romande. Vendredi, "Hundreds of Beavers" ouvrira les feux, une comédie déjantée - en hommage au cinéma muet - où un trappeur doit affronter une armée de castors.

Du 29 au 31 juillet, le Jardin botanique servira de cadre aux projections, elles aussi précédées d'un court-métrage. Le lundi 29, un film d'animation documentaire est à l'affiche: "They Shot the Piano Player" raconte la vie d'une figure de proue de la bossa nova brésilienne dans les années 60 - le pianiste Francisco Tenório Jr. - puis sa disparition sous la dictature argentine.

En clôture, le 31 juillet, les organisateurs proposent "We are the Guardians" un documentaire sur les gardiens de la forêt amazonienne et leur lutte pour protéger leur terre et leur culture. La projection sera précédée d'une visite guidée du Jardin botanique.

Les projections débutent à 21h45. Le nombre de places est limité, mais la réservation n'est pas possible. L'entrée est libre. En cas de pluie, les films sont montrés à la Maison de quartier Sous-Gare.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

La 22e Lake Parade fait vibrer la rade de Genève

Publié

le

La Lake Parade a été gâtée par la météo. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La Lake Parade a fait vibrer la rade de Genève samedi après-midi. Seize Lake Mobiles ont formé un cortège musical de la rive droite à la rive gauche, entraînant dans leur sillage quelque 70'000 personnes.

Du soleil et une chaleur atténuée par une légère bise: cette 22e édition a bénéficié samedi d'une météo clémente. Roulant au pas, les 16 Lake Mobiles et leurs DJs ont déversé leurs décibels sur les quais. Pour la première fois, deux chars aux sonorités latino- tropicales ont participé au cortège.

Les camions se sont attardés sur la rive droite, où une foule de plus en plus dense était rassemblée à l'ombre des bâtiments. Le public, majoritairement jeune et vêtu légèrement voire déguisé, a participé à la fête dans une ambiance bon enfant.

Point culminant de la Lake Parade: les chars ont commencé à traverser le pont du Mont-Blanc à 17h30, faisant davantage trembler l'ouvrage que le trafic routier.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

CinéTransat se poursuit pendant un mois

Publié

le

La 15e édition de CinéTransat se poursuit à la Perle du Lac, à Genève, jusqu'au 18 août, avec 18 soirées de gratuites et en plein air. Les projections ont lieu à la tombée de la nuit, du jeudi au dimanche soir (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La manifestation CinéTransat a retrouvé le parc de la Perle du Lac, à Genève, le 11 juillet. Cette 15e édition propose encore 18 soirées de gratuites et en plein air, jusqu'au 18 août. Les projections ont lieu à la tombée de la nuit, du jeudi au dimanche soir.

Alors que la Lake Parade fera danser les amateurs de musiques électroniques sur la rive gauche, CinéTransat programme samedi une soirée "choréoké" avec des vidéoclips. Et pour clore cette deuxième semaine, "Chef", de Jon Favreau, sera à l'affiche.

Jeudi, le film "Hit the Road" emmènera le public en voyage en Iran. Suivront notamment "Le Cinquième élément", de Luc Besson, une soirée courts-métrages, "Melancholia", de Lars von Trier, ou encore "La Mort aux trousses", d'Alfred Hitchcock. La manifestation estivale se terminera en musique avec "Mamma Mia", de Phyllida Lloyd.

Les spectateurs commencent souvent leur soirée de cinéma en pique-niquant sur l'herbe. Les projections sont annulées en cas de pluie ou de fort vent. Une soirée permettant de voir un des films annulés en raison de la météo aura lieu le 15 août.

www.cinetransat.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture