Rejoignez-nous

Culture

Cinéma: Vision du Réel prépare 2 scénarii en fonction des annonces du Conseil Fédéral

Publié

,

le

Ouvrira, ouvrira pas? Quelque ce soit la teneur des annonces du Conseil Fédéral le 14 avril prochain, les organisateurs du festival cinématographique Vision du Réel sont parés aux deux options pour leur 52e édition qui doit avoir lieu du 15 au 25 avril prochain.

 

Comme bon nombre de secteur, la culture, et dans le cas présent le 7e Art, fait face à une crise inédite à cause de la pandémie de coronavirus qui interrompt ou retarde non seulement la plupart des tournages mais surtout, ferme les salles de cinéma. C’est d’ailleurs sur cette situation exceptionnelle que le Président de la Fondation Vision du Réel Raymond Loretan a introduit son propos avec la phrase désormais célèbre: « No culture, no future » lors de la conférence de presse annonçant le programme de la 52e édition du festival nyonnais. Mais pour contrer cette attente interminable, les organisateurs ont décidé de prendre le taureau par les cornes et de concevoir deux scénarii en fonction des annonces du Conseil Fédéral, qui tomberont la veille de l’ouverture du rendez-vous de cinéma. Une version hybride qui permettrait de « switcher » d’une version en virtuelle à une version en présentielle en fonction de la teneur des annonces. Les explications de Raymond Loretan, le Président de la Fondation Vision du Réel:

Raymond Loretan
Président de la Fondation Vision du Réel
Raymond LoretanPrésident de la Fondation Vision du Réel

 

3000 films

Au milieu des mauvaises nouvelles, des attentes et des appréhensions surgit une annonce réconfortante pour les organisateurs. Pas moins de 3000 films ont été inscrits au festival, c’est autant que l’an dernier. « Un signal fort compte tenu des restrictions sanitaires et des difficultés que connait le cinéma aujourd’hui » se rassurait la directrice artistique du festival Emilie Bujès. Pourtant, la conjoncture actuelle ne pousse pas à l’optimisme. Depuis la création du festival cinématographique en 1969, seule l’édition 2020 fait tâche avec 10 jours de festival en virtuel. Cette année, pas question de revivre cela selon les organisateurs qui tiennent à garder une partie en présentiel. Raymond Loretan, le Président de la Fondation Vision du Réel explique les différences qu’il y aura avec l’édition précédente:

Raymond Loretan
Président de la Fondation Vision du Réel
Raymond LoretanPrésident de la Fondation Vision du Réel

 

5.- le film

Au total, seulement 143 films ont été présélectionnés parmi les 3000 inscrits. Dans ce lot figurent des longs, des moyens et des courts métrages, il en faut pour tous les gouts. Toutes ces œuvres en devenir seront disponibles via le site du festival sur la plateforme Shift dans le cas ou les salles de cinéma resteraient fermées le 14 avril prochain. Raymond Loretan, le Président de la Fondation Vision du Réel détaille la marche à suivre pour pouvoir tout regarder depuis chez soi:

Raymond Loretan
Président de la Fondation Vision du Réel
Raymond LoretanPrésident de la Fondation Vision du Réel

 

Plusieurs prix seront décernés durant cette dizaine, notamment le prix pour la compétition internationale du long métrage, le prix burning light ou encore le prix pour la compétition nationale avec un film sur le projet des Vernets à Genève. L’invité d’honneur de cette 52e édition est l’écrivain Emmanuel Carrère.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Arts de la rue en petits formats à la Plage des Six Pompes

Publié

le

Le festival des arts de rue revient cet été. Il proposera de plus petites performances dans près d'une dizaine de lieux différents à La Chaux-de-Fonds (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

L'équipe de la Plage des Six Pompes a repensé le festival des arts de la rue pour qu'il soit compatible avec les exigences sanitaires. Ainsi est née l'idée "d'éclater" les lieux de jeux à travers La Chaux-de-Fonds avec la création du projet"Atolls".

L'année 2021 signe le retour à des "petites formes d'arts de rue" pour le festival, qui a dû se réinventer en raison du coronavirus. Après une annulation en 2020, le festival peut proposer cette année 42 spectacles d'arts de la rue ainsi que des performances de groupes de musiques actuelles, ont annoncé mercredi les organisateurs.

L'édition Atolls 2021 se déroulera durant sept jours, répartis sur deux week-ends à partir du 30 juillet. Le festival sera composé de quatre atolls permanents, dont le collège Numa-Droz de La Chaux-de-Fonds. Ils seront accompagnés de quatre autres atolls éphémères. Dans la majorité des lieux, le public pourra assister chaque jour à un choix de 3 à 5 spectacles différents. Les places seront limitées et un système de réservation mis en place.

L'année 2021 est aussi celle du jonglage, du cirque "et de plein de magnifiques propositions, toutes plus pêchues les unes que les autres", se réjouit le festival dans un communiqué. Des équilibristes, marionnettistes, et des comédiens racontant des histoires animées participeront au festival. Celui-ci s'exportera en partie, avec le "Six Pompes Summer Tour" qui prévoit des spectacles dans 11 villes-étapes suisses à travers l'été.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Fête de la musique: Le public genevois a apprécié retrouver des artistes sur scène

Publié

le

Photo KEYSTONE/Martial Trezzini

La Fête de la musique, à Genève, a non seulement dû adapter son dispositif aux mesures sanitaires liées à l'épidémie de Covid-19, mais a aussi dû faire face à quelques orages entre jeudi et dimanche. Malgré tout, la manifestation s'est déroulée sans incident.

Les événements proposés, soit près de 240 concerts, ont rencontré un grand succès, a indiqué, dimanche, la Ville de Genève, qui met sur pied ce rendez-vous musical. L'édition 2020 de la Fête de la Musique avait été annulée à cause du coronavirus. Cette année, la municipalité a fait le pari de l'organiser, en s'adaptant.

Ainsi, afin d'éviter la concentration des concerts et du public, la manifestation s'est tenue dans cinq quartiers, sur les deux rives. De nouveaux lieux extérieurs et intérieurs, hors périmètre habituel, ont été expérimentés. Les jauges étaient de 300 personnes à l'extérieur et de 100 personnes à l'intérieur.

Les spectateurs devaient être assis et porter un masque. Malgré ces conditions extraordinaires, le public, sevré de spectacles pendant de longs mois, a répondu présent. Par ailleurs, les artistes ont été plus nombreux à se lancer dans des concerts de rue spontanés. Les ateliers proposés aux enfants n'ont pas désempli.

La fête a débuté jeudi sous les orages. Elle s'est terminée de la même façon dimanche., à cause d'un ciel pluvieux. Quelques spectacles ont été annulés à la suite des intempéries. Si Genève a organisé une Fête de la musique, les villes de Lausanne et de Neuchâtel y ont renoncé, en raison des contraintes sanitaires.

Avec ATS Keystone

Continuer la lecture

Culture

Sidi Larbi Cherkaoui va diriger le ballet du Grand Théâtre de Genève

Publié

le

EPA/JOCHEN LUEBKE
Le chorégraphe et danseur Sidi Larbi Cherkaoui dirigera le ballet du Grand Théâtre de Genève à partir de juin 2022. Cet artiste belgo-marocain âgé de 45 ans succédera à Philippe Cohen qui partira à la retraite après 19 ans passés à la tête du ballet.
Aviel Cahn, directeur général du Grand Théâtre de Genève, a présenté jeudi à la presse sa nouvelle recrue qui est une "figure phare de la danse". Il voulait un artiste et un créateur capable de "jouer tous les vocabulaires de la danse". Le choix s'est porté sur Sidi Larbi Cherkaoui pour donner écho au dialogue interculturel et à l'ouverture sur la cité voulus par l'institution.
Un moment émouvant pour Sidi Larbi Cherkaoui:
Sidi Larbi Cherkaoui
Futur directeur du ballet du Grand Théâtre de Genève
Sidi Larbi CherkaouiFutur directeur du ballet du Grand Théâtre de Genève

Autre atout majeur du Belgo-Marocain: son carnet d'adresses très fourni qui permettra des collaborations intéressantes, selon M.Cahn qui a connu Sidi Larbi Cherkaoui quand il dirigeait l’Opéra des Flandres. Le nouveau directeur a un contrat d'une durée de cinq ans. Cet infatigable voyageur, qui a pris du recul pendant la pandémie, s'installera à Genève, a-t-il assuré jeudi.

Des tournées

Sidi Larbi Cherkaoui a déjà collaboré à plusieurs reprises avec le Grand Théâtre de Genève. Il a monté "Loin" en 2005 et 2008, "Fall" en octobre 2019 et "Pelléas et Mélisande" en janvier dernier. Il se réjouit de travailler avec une compagnie qui s'investit et travaille en profondeur, a-t-il relevé. L'artiste belgo-marocain mise sur la continuité et a "très envie de poursuivre les tournées".

Sidi Larbi Cherkaoui est réputé pour mettre en valeur les questions d'identité, du rapport à l'autre et du genre dans un langage physiquement exigeant. Il compte plus d'une cinquantaine de chorégraphies à son actif, dont le "Boléro" à l'Opéra national de Paris et "Sutra" avec des moines Shaolin, à l'aise autant sur les scènes classiques que contemporaines.

Et il compte bien continuer sur cette lancée.

Sidi Larbi Cherkaoui
Sidi Larbi Cherkaoui

Homéopathie

Le ballet du Grand Théâtre de Genève est composé de 22 artistes. Le futur directeur ne compte pas amener de changement radical à son arrivée. Il préfère les modifications homéopathiques, a-t-il relevé. Le ballet propose deux créations chorégraphiques par saison. "Casse-Noisette" de Jeroen Verbruggen et "Tristan & Isolde" de Joëlle Bouvier sont à l'affiche de la prochaine saison.

Laurie Selli avec ATS

Continuer la lecture

Culture

Le Grand Prix du design pour Julia Born, Peter Knapp et Sarah Owens

Publié

le

Peter Knapp, Courrèges, collection "Space Age", Paris, printemps-été 1965. (© Peter Knapp/Office fédéral de la culture)

Le Grand Prix suisse de design 2021 est décerné à trois personnalités hors pair. L'Office fédéral de la culture a choisi de distinguer la graphiste Julia Born, le photographe et directeur artistique Peter Knapp et la conférencière et chercheuse Sarah Owens.

La Zurichoise Julia Born, 46 ans, axe son travail sur la conception éditoriale pour des institutions culturelles comme la Kunsthalle de Bâle, le Guggenheim Museum de New York ou la documenta 14 de Kassel et d'Athènes. Elle enseigne également le graphisme à l'Ecole cantonale d'art de Lausanne (ECAL) et à la Gerrit Rietveld Academie d'Amsterdam.

Selon Aude Lehmann, membre de la Commission fédérale du design et lauréate à trois reprises du Grand Prix suisse du design, Julia Born a réussi à "donner à ses projets une signature unique sans jamais s'y laisser enfermer", peut-on lire lundi dans un communiqué de l'Office fédéral de la culture. Dans son travail, "Julia Born est l’une des rares qui ne suit pas, mais qui mène", poursuit la membre du jury, originaire de St-Imier BE.

Un Suisse à Paris

Le photographe et directeur artistique Peter Knapp, 90 ans, qui vit entre Paris et Klosters GR, est reconnu pour "casser des codes qui semblent immuables avant d'en inventer de nouveaux". Selon la membre du jury Tatyana Franck, "la force de ses images révèle des évidences longtemps invisibles ou ignorées, qui s’imposent ensuite".

Peter Knapp arrive à Paris de sa Suisse natale en 1951, âgé de tout juste 20 ans. Directeur artistique du magazine de mode "Elle" de 1959 à 1966 puis de 1974 à 1977, il a rompu avec la peinture pour se consacrer principalement à la photographie de mode.

Pendant 20 ans, il a entretenu une étroite collaboration avec le créateur de mode André Courrèges, pour lequel il a travaillé en tant que photographe. Inspiré par le cinéma, il a joué avec le mouvement et l’espace extérieur.

Ses images ont contribué à façonner l’ère de la libération et de la redécouverte des femmes. Dans les années 1970, il a été photographe indépendant pour des publications de renom telles que Vogue, Sunday Times Magazine et Stern.

Inclusif et inspirant

Avec Sarah Owens, 44 ans, l'Office fédéral de la culture récompense "une formatrice et une chercheuse en design généreuse et engagée", selon les termes de la membre du jury Vera Sacchetti. "Par son travail, elle forme les prochaines générations de designers et nourrit le discours intellectuel sur le design en Suisse, à l’intérieur comme à l’extérieur du monde académique."

Sarah Owens a donné des cours dans diverses universités du Royaume-Uni avant d’entamer il y a plus d’une dizaine d’années une carrière académique à l’Université des arts de Zurich (ZHdK) où elle est actuellement professeure et responsable du domaine communication visuelle. Elle co-organise également le Black Film Festival à Zurich.

Depuis 2007, le Grand Prix suisse de design, doté de 40’000 francs par lauréat, distingue l’oeuvre de designers renommés qui attestent au plan suisse et international de la qualité et de l’importance du design helvétique.

Une exposition, consacrée à ce Grand Prix suisse de design, se déroulera en même temps que Art Basel et Design Miami/Basel. Elle présentera quelques-uns des travaux des lauréates et du lauréat au Centre des Congrès de Bâle du 20 au 26 septembre (entrée libre). La publication qui accompagne le Grand Prix suisse de design 2021 paraîtra à cette occasion.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

L’OSR a retrouvé la scène et son public (Vidéo)

Publié

le

Photo KEYSTONE/Martial Trezzini

L'Orchestre de la Suisse romande s’est produit mercredi soir au Victoria Hall à Genève pour un premier concert-test dédié à Beethoven

Au total, 373 personnes ont assisté au spectacle alors que la jauge maximale des lieux était fixée à 600, personnel compris. Le public devait soit être complètement vacciné, soit guéri, soit avoir été testé négatif.

Les 52 musiciens ont eu droit à une belle ovation pour leur reprise. 

Avec Keystone ATS.

Continuer la lecture