Rejoignez-nous

Actualité

Violents incendies en Californie, des milliers d'évacuations

Publié

,

le

La région de Los Angeles, avec ses 18 millions d'habitants, était en alerte rouge jusqu'à vendredi soir. (©KEYSTONE/AP San Jose Mercury News/KARL MONDON)

Les pompiers luttaient contre plusieurs incendies en Californie vendredi. L'un d'entre eux, particulièrement violent près de Los Angeles, menace des milliers d'habitations et a déjà forcé les autorités à exiger l'évacuation d'environ 50'000 personnes.

La région de Los Angeles, avec ses 18 millions d'habitants, était en alerte rouge jusqu'à vendredi soir, avec des conditions météo propices aux incendies.

"Les températures, dans les 30 degrés, avec une humidité basse, vont se combiner à des vents pouvant atteindre 100 km/h pour créer des conditions favorables à un comportement extrême du feu et une propagation rapide", ont tweeté les services météo.

Les autorités locales ont fait du porte-à-porte à Santa Clarita, ville située à 50 kilomètres de Los Angeles, pour avertir les habitants de l'arrivée des flammes et leur demander de partir, rapportent les médias locaux.

"Nous savons que les gens veulent rester mais vraiment, cela ne fait rien à part nous faire du mal à vous et à nous", a mis en garde Sky Cornell, un représentant des pompiers du comté de Los Angeles.

Déjà 4000 hectares en fumée

Le brasier, nommé Tick Fire, n'était contenu qu'à 10% vendredi soir, et avait déjà fait partir en fumée 4000 hectares, selon les autorités locales. Toutes les écoles de la région ont fermé leurs portes vendredi à cause de la progression du feu, ainsi qu'une autoroute très fréquentée.

Selon les autorités, le feu a réduit en cendres au moins six maisons. Dix mille bâtiments sont menacés par les flammes et le Cal Fire, le service des pompiers californien, a mobilisé plus de 1300 soldats du feu assistés de bombardiers d'eau et d'hélicoptères pour lutter contre cet incendie qui s'est déclaré jeudi après-midi.

"Zone de guerre"

A des centaines de kilomètres plus au nord, le "Kincade Fire" dévore la région viticole du comté de Sonoma près de San Francisco. Le gouverneur de l'Etat, Gavin Newsom, s'y est rendu, assurant à des journalistes qu'il ressemblait "à une zone de guerre".

Plus d'un millier de pompiers luttaient toujours contre cet incendie contenu vendredi soir à 5% et qui a déjà ravagé près de 24'000 hectares de végétation et détruit une cinquantaine de bâtiments. Ces hommes et femmes, appuyés par une dizaine de bombardiers d'eau et une centaine de camions de pompiers, continuaient à tenter de circonscrire ce feu qui a démarré mercredi.

Les autorités ont fait évacuer l'ensemble des habitants de la petite ville de Geyserville et la région de vignobles qui la bordent, dont un appartenant au célèbre réalisateur américain Francis Ford Coppola. Des témoignages ont fait état de plusieurs maisons détruites par les flammes mais aucun bilan officiel n'était pour l'instant disponible.

De nombreux habitants de Geyserville ont à peine eu le temps de rassembler quelques affaires avant de voir les flammes déferler. "On pensait que le feu était à trois kilomètres, mais on n'avait pas pris en compte le vent. En fait, l'incendie avançant à une vingtaine de km/h", a expliqué au Los Angeles Times Dwight Monson, 68 ans.

Causes encore indéterminées

Les autorités locales n'ont pas encore déterminé l'origine du sinistre, mais le fournisseur d'électricité PG&E a fait état d'un incident sur l'une de ses lignes près du point d'origine du "Kincade Fire", seulement sept minutes avant le départ des flammes, relevaient jeudi soir des médias locaux.

C'est un incident sur une ligne du même genre qui avait, selon les conclusions de l'enquête, provoqué le "Camp Fire" qui avait ravagé début novembre 2018 la petite ville de Paradise, dans le nord de la Californie, faisant 86 morts et plusieurs dizaines de milliers de déplacés.

PG&E, qui s'est déclarée en faillite il y a quelques mois, a décidé par précaution de couper l'électricité à quelque 180'000 clients du nord de la Californie jeudi. Et le fournisseur a prévenu vendredi que des millions d'autres personnes dans le nord et le centre de l'Etat pourraient être préventivement privées d'électricité.

Par ailleurs, d'importants incendies se sont déclarés également en Basse-Californie, au Mexique, notamment dans la région de Tecate, frontalière avec les Etats-Unis. Selon un premier bilan vendredi soir, ils ont déjà fait trois morts et détruit plus de 150 maisons.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Le gouvernement travailliste veut moderniser la Chambre des Lords

Publié

le

Charles III a prononcé mercredi le "discours du roi", lors d'une cérémonie solennelle où il a dévoilé le premier programme législatif d'un gouvernement travailliste en 15 ans. (© KEYSTONE/AP/Henry Nicholls)

Le nouveau gouvernement travailliste britannique veut supprimer la centaine de membres héréditaires de la Chambre des Lords, a-t-il annoncé mercredi.

"Des mesures pour moderniser la Constitution seront introduites, comprenant une réforme de la Chambre des Lords pour supprimer le droit des pairs héréditaires de siéger et voter" à la chambre haute du Parlement, a déclaré mercredi le roi Charles III lors du traditionnel discours du trône, qui présentait le programme législatif du gouvernement de Keir Starmer.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'inflation britannique se maintient à 2% en juin

Publié

le

Les hausses de prix le mois dernier ont toutefois été plus soutenues que les attentes des économistes, qui tablaient sur un léger ralentissement de l'inflation à 1,9%. EPA/ANDY RAIN (© KEYSTONE/EPA/ANDY RAIN)

L'inflation britannique s'est maintenue à 2% sur un an en juin, après avoir retrouvé le mois précédent pour la première fois depuis près de trois ans l'objectif de la Banque d'Angleterre, a annoncé mercredi l'Office national des statistiques (ONS).

Le secteur de l'habillement et des chaussures a tiré les prix vers le bas en juin, "avec des soldes généralisées réduisant leurs coûts" mais a contrario les tarifs dans l'hôtellerie-restauration "ont fortement augmenté", a détaillé sur le réseau X Grant Fitzner, économiste en chef de l'ONS.

Les hausses de prix le mois dernier ont toutefois été plus soutenues que les attentes des économistes, qui tablaient sur un léger ralentissement de l'inflation à 1,9%.

L'inflation avait grimpé jusqu'à plus de 11% fin 2022, générant une forte crise du pouvoir d'achat au Royaume-Uni. Dans sa lutte contre ces hausses de prix, la Banque d'Angleterre maintient depuis des mois son taux directeur à son plus haut niveau depuis 2008.

Un taux directeur élevé se traduit pour les particuliers comme les entreprises britanniques par une flambée des coûts du crédit, notamment immobilier.

La nouvelle d'une inflation plus faible, qui pourrait inciter la Banque d'Angleterre à desserrer dès le mois prochain son étau sur l'économie, est bienvenue pour le nouveau gouvernement travaillistes, qui a fait de la relance de la croissance sa priorité.

"Il est encourageant que l'inflation a atteint l'objectif" de 2% visé par la Banque d'Angleterre, a ainsi réagi mercredi Darren Jones, secrétaire en chef du Trésor britannique.

"Mais nous savons que pour les familles britanniques, les prix restent élevés", a-t-il ajouté, "c'est pourquoi ce gouvernement prend maintenant des décisions difficiles pour réparer les fondations" de l'économie britannique, a-t-il ajouté.

Charles III doit prononcer mercredi le "discours du roi", cérémonie solennelle où il dévoilera le premier programme législatif en 15 ans d'un gouvernement travailliste, après l'écrasante victoire du Labour sur les conservateurs aux élections du 4 juillet.

Mais "la période de lune de miel pourrait ne pas durer" pour le nouveau gouvernement travailliste, estime Yael Selfin économiste chez KPMG, qui prévient que l'inflation pourrait remonter "à un sommet de 3% avant la fin de l'année, sous l'effet d'une augmentation attendue des factures d'énergie domestiques en octobre".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Santé

Un implant en hydrogel pour prévenir l'endométriose

Publié

le

L'implant en hydrogel développé par l'Empa et l'EPFZ pourrait aider les femmes souffrant d'endométriose (photo symbolique). (© KEYSTONE/DPA/ANNETTE RIEDL)

Des scientifiques de l'EPF de Zurich et de l'Empa ont développé un implant en hydrogel qui peut contribuer à prévenir l'endométriose, une maladie qui touche de nombreuses femmes. Cette innovation fait également office de contraceptif.

Environ 10% des femmes souffrent d'endométriose. Les causes exactes de cette maladie ne sont pas encore claires. L'hypothèse est que, pendant les règles, le sang remonte le long des trompes de Fallope et pénètre dans la cavité abdominale. Ce sang contient des cellules de la muqueuse utérine (endomètre) qui se déposent dans la cavité abdominale et peuvent provoquer des inflammations, des douleurs et la formation de tissu cicatriciel.

Les scientifiques présentent dans la revue Advanced Material un implant en hydrogel capable d'occlure avec succès les trompes de Fallope et d'empêcher ainsi les menstruations rétrogrades.

"Nous avons découvert que l'implant devait être constitué d'un gel extrêmement mou qui n'ait pas d'impact sur les tissus et qui ne soit pas traité et rejeté comme un corps étranger", explique Alexandre Anthis, premier auteur de l'étude, cité mercredi dans un communiqué de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) et du Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (Empa).

L'avantage des hydrogels est qu'ils gonflent au contact d'un liquide. Ainsi, ce nouvel implant mesure au départ environ deux millimètres de long. Mais une fois implanté dans les trompes de Fallope via une procédure non chirurgicale utilisant un hystéroscope - un instrument permettant d'inspecter la cavité utérine - l'implant gonfle pour atteindre plus du double de sa taille d'origine.

Nombreuses inconnues sur le long terme

L'hydrogel agit alors comme une barrière contre les spermatozoïdes et le sang. L'implant peut être détruit tout aussi facilement et rapidement, soit avec une lumière UV, soit avec une solution spéciale, de sorte que les patientes n'aient pas à subir une opération invasive et risquée si elles décident d'inverser la procédure.

Selon M. Anthis, l'un des plus grands défis a été de trouver le bon équilibre entre stabilité et dégradabilité. Des expériences ex-vivo ont d'abord été menées sur des trompes de Fallope humaines et animales qui avaient par exemple été retirées dans le cadre du traitement d'un cancer de l'ovaire.

Ensuite, les scientifiques ont testé leur innovation sur un porc vivant. Après trois semaines, l'implant d'hydrogel était toujours en place et ne présentait aucun signe de réaction à un corps étranger. Un brevet a été déposé.

Il est difficile de dire comment l'implant d'hydrogel se comportera à long terme une fois en place dans les trompes de Fallope, en particulier lorsque les receveuses se livrent à des activités physiques intenses comme le sport.

En outre, on ne sait pas encore si le blocage des trompes de Fallope suffit à lui seul à prévenir l'endométriose, nuancent les auteurs. Jusqu'à présent, très peu de recherches ont été menées au point de rencontre entre la science des matériaux, l'ingénierie des procédés et la gynécologie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Les promoteurs de "Sarco" veulent l'utiliser d'ici fin 2024

Publié

le

"The Last Resort" veut mettre en service la capsule "Sarco" d'ici à la fin de l'année en Suisse (archives). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

L'organisation "The Last Resort" a confirmé mercredi aux médias qu'elle entendait bien mettre en service la capsule d'aide au suicide "Sarco" en Suisse. Elle n'a annoncé toutefois ni de date ni de lieu.

Face aux journalistes réunis à Zurich, Fiona Stewart, membre fondatrice de l'organisation a indiqué qu'elle s'attendait à ce que la mini-cabine soit utilisée pour la première fois d'ici à la fin de l'année. Toute précision supplémentaire serait un "manque de respect" pour la personne y faisant appel, a-t-elle ajouté.

Les avocats de l'organisation sont en contact avec plusieurs cantons, souligne cette dernière, sans préciser lesquels. "The Last Resort" n'a cependant aucun doute juridique, souligne Mme Stewart.

Lundi, le médecin cantonal valaisan a interdit l'utilisation de la capsule d'aide au suicide sur le territoire du canton. La NZZ am Sonntag avait annoncé qu'elle devait y être mise en service cette semaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Chine: le taux de chômage des jeunes a baissé en juin, selon Pékin

Publié

le

Pour l'ensemble de la population active, le taux de chômage s'est affiché à 5% le mois dernier. (Chinatopix via AP) (© KEYSTONE/AP)

Le taux de chômage des jeunes en Chine, une priorité pour Pékin, a reflué en juin, selon des chiffres officiels publiés mercredi au moment où les dirigeants chinois réunis à huis clos cherchent des solutions pour revigorer la croissance.

Le taux de chômage chez les 16-24 ans a baissé en juin (13,2%), a indiqué le Bureau national des statistiques (BNS).

Ce taux, qui était bien plus élevé en mai (14,2%), n'inclut désormais plus les étudiants depuis une refonte de cet indicateur en début d'année.

Le taux avait atteint l'an dernier des sommets (21,3%), avant que les autorités ne suspendent la publication des chiffres, officiellement pour revoir leur méthodologie. Les étudiants ne sont désormais plus comptabilisés.

Chez les 25-29 ans, le taux de chômage s'est établi à 6,4% en juin, là aussi en baisse par rapport au mois précédent (6,6%).

Pour l'ensemble de la population active, le taux de chômage s'est affiché à 5% le mois dernier.

Ce chiffre est un reflet incomplet de la conjoncture car il n'est calculé que pour les villes. Il exclut des millions de travailleurs migrants dans les zones rurales, particulièrement vulnérables au ralentissement économique.

La Chine est en proie à une crise inédite de son vaste secteur immobilier, conjuguée à une consommation toujours faible et un taux de chômage élevé chez les jeunes, tandis que les tensions géopolitiques avec Washington et l'Union européenne menacent son commerce extérieur.

Un an et demi après la levée des restrictions sanitaires qui pénalisaient l'activité, la reprise post-Covid tant espérée a été brève et moins robuste qu'escompté.

Le président Xi Jinping avait appelé en mai à faire de la lutte contre le chômage des jeunes la "priorité absolue".

Le mois dernier, quelque 11,8 millions de diplômés se sont retrouvés sur le marché de l'emploi.

La Chine a publié en début de semaine des indicateurs économiques décevants pour le deuxième trimestre, suggérant un ralentissement de la croissance et une consommation toujours en berne.

Depuis lundi et jusqu'à jeudi, les dirigeants chinois dont le président Xi Jinping sont réunis à huis clos à Pékin pour une réunion politique cruciale pour l'économie.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture