Rejoignez-nous

Actualité

Vers un nouveau dispositif de protection des mineurs

Publié

,

le

A Genève, le DIP veut réformer le dispositif de protection des mineurs. La réflexion se base sur quatre axes principaux, dont un plus grand soutien aux parents lors d’un divorce, afin de trouver un consensus avant toute décision judiciaire et cela dans l’intérêt de l’enfant.

La révision de ce dispositif fait partie des objectifs de législature du Conseil d’Etat, a indiqué mardi devant les médias Anne Emery-Torracinta, en charge du Département de l’instruction publique, de la formation et de la jeunesse (DIP). « La protection de l’enfant incombe d’abord aux parents. L’action de l’Etat n’est que subsidiaire et vise à aider les parents », a souligné la magistrate.

Pour l’Etat, le risque existe toujours d’en faire trop ou pas assez: « C’est inhérent à la mission. L’important, c’est de limiter les risques. » Le Service de protection des mineurs (SPMi) a suivi 7288 jeunes en 2019, dont 645 ont été placés dans des familles d’accueil ou des foyers. « Avec un taux de moins de 10%, le placement relève de l’exception », a commenté Mme Emery-Torracinta.

Compte tenu de l’augmentation du nombre de divorces et de séparations conflictuelles, le SPMi ainsi que le nouveau Service d’évaluation et d’accompagnement à la séparation parentale sont davantage sollicités par la justice pour des suivis. Mais ils ont plus de difficulté à intervenir, le conflit étant installé.

Anne Emery-Torracinta Conseillère d'Etat en charge du DIP et de la jeunesse

Solutions pacifiques

Face à ces constats, quatre axes de travail ont été définis. Le premier consiste à transformer les approches en matière de soutien à la séparation parentale. En 2020, la réflexion portera sur l’instauration du modèle dit « de Cochem », que l’on trouve à Bâle et, sous forme de projet pilote, à Monthey (VS) et qui vise à éviter que l’enfant ne devienne l’enjeu d’un conflit entre parents lors d’une séparation.

Anne Emery-Torracinta Conseillère d'Etat en charge du DIP et de la jeunesse

Cette approche mise sur la collaboration des autorités judiciaires, avocats, protection des mineurs et service de consultation pour amener les parents à trouver des solutions pacifiques. Un plan d’action sera proposé à la fin de l’année, pour une mise en oeuvre en 2021.

Révision du SPMi

Le second axe de travail vise à améliorer la qualité de l’évaluation de l’enfant en danger. Les critères seront revus pour répondre à l’évolution de la société. En parallèle, une analyse approfondie des « clauses péril », qui consistent à enlever en urgence la garde aux parents pour maltraitance grave, sera menée. Le nombre de mineurs concernés est passé de 22 en 2017 à 38 en 2019.

Le DIP veut aussi adapter l’offre du dispositif de protection, en particulier concernant la fin d’un placement. Il veut aussi lutter contre les hospitalisations dites « sociales », en décentralisant les places d’urgence. « L’hôpital coûte cher et n’est pas un lieu de vie adéquat pour les enfants », a relevé la magistrate. Enfin, la création d’un comité externe d’éthique est envisagée.

Le dernier axe de travail concerne le SPMi, qui a connu plusieurs directeurs ces dernières années et dont le personnel est surchargé. La révision des missions, de la gouvernance et du fonctionnement de ce service doit permettre au personnel d’être plus présent sur le terrain.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

National League: Genève-Servette également en quarantaine préventive

Publié

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

C’est l’hécatombe en National League! Après Zoug et Langnau, qui devaient s’affronter le soir même, Genève-Servette a annoncé à son tour s’être placé en quarantaine préventive vendredi.

Les Grenat, dont un joueur a été testé positif au Covid-19, devaient se mesurer à Lausanne vendredi soir. Tous les joueurs et membres du staff du GSHC vont se soumettre à un test, dont les résultats pourraient bien contraindre le médecin cantonal à officialiser cette mesure.

Les hommes du coach Pat Emond sont supposés affronter Lugano dimanche lors de la dernière journée prévue avant une pause réservée initialement à l’équipe nationale. Pas moins de six des douze équipes de National League se retrouvent en quarantaine avant cette pause, et deux autres (Fribourg-Gottéron et Lugano) viennent tout juste de renouer avec la compétition…

Continuer la lecture

Actualité

Genève: les réserves des caisses maladies doivent couvrir les coûts

Publié

le

KEYSTONE/Gaetan Bally

Le canton de Genève demande que les réserves des assurances-maladie financent les frais de santé extraordinaires liés au Covid-19. Excerçant son droit d’initiative cantonal, le Grand Conseil a adopté vendredi une résolution demandant à l’Assemblée fédérale d’intervenir dans ce ce sens.

Les coûts seraient pris en charge par une dissolution partielle des réserves des assurances-maladie, estimées à 10 milliards de francs pour 8 millions d’habitants, comme l’a relevé le député MCG Christian Flury. La résolution demande aussi que les Chambres fédérales réclament un gel ou une baisse des primes maladie pour les années 2022 et 2023.

Comme l’a rappelé le PDC Bertrand Buchs, ces réserves sont constituées pour faire face à une situation exceptionnelle, dont une pandémie. « Et lorsque c’est le cas, les assureurs disent ‘non, ce n’est pas à nous de payer’. Ces réserves rapportent beaucoup d’argent aux caisses, elles sont placées en bourse », a-t-il critiqué.

Continuer la lecture

Actualité

Le conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet annonce sa démission 

Publié

le

Le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet annonce sa démission. Il sera candidat à sa propre succession (archives ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le conseiller d’Etat Pierre Maudet a annoncé jeudi sa démission du gouvernement genevois. Il sera candidat à sa propre succession. La perte de son département a été l’humiliation de trop.

La saga Pierre Maudet continue ! Après avoir perdu son les clés de son département, le conseiller d’Etat Pierre Maudet a annoncé ce jeudi sa démission du gouvernement genevois. Il sera par ailleurs candidat à sa propre succession et s’en remet au verdict des électeurs. La perte de son département a été l’humiliation de trop pour le politicien. Le magistrat a indiqué qu’il restera en poste jusqu’à la tenue de l’élection, qui pourrait intervenir d’ici mars 2021. Il présentera formellement sa démission en début de semaine prochaine. Pierre Maudet a déclaré que désormais il se sent libre.

Pierre Maudet Conseiller d'Etat en charge du développement économique

 

« Une exécution politique »

Pour rappel, mercredi, le Conseil d’Etat genevois a retiré le Département du développement économique à Pierre Maudet . Un rapport intermédiaire a été remis à l’exécutif, faisant état de problèmes de management et relationnels au sein de la Direction générale du développement économique, de la recherche et de l’innovation (DG-DERI). Un fort taux d’absentéisme avait conduit à lancer cette analyse. Pour le magistrat c’est «un coup monté», « une exécution politique». Il qualifie également la décision du Conseil d’Etat «d’injuste». Selon le conseiller d’Etat, seul le peuple peut décider du sort d’un élu d’un exécutif, et non ses collègues, raison pour laquelle il se présente à sa propre succession. Le conseiller d’Etat a également déploré le fait que son droit d’être entendu dans cette affaire ait été bafoué.

Quel futur?

Une fois sa démission présentée, Pierre Maudet ne vas pas rester inactif jusqu’à l’élection. Il a déclaré qu’il continuerait à écumer le terrain pour aller à la rencontre des genevois et des genevoises. Il devra également préparer sa campagne électorale. Les précisions de Pierre Maudet.

Pierre Maudet Conseiller d'Etat en charge du développement économique

Candidat à sa propre succession, quels sont les plans de Pierre Maudet s’il n’est pas réelu?  Ecoutez la réponse du magistrat.

Pierre Maudet Conseiller d'Etat en charge du développement économique

Le magistrat sans collaborateurs a déménagé son bureau à la Jonction, loin de la Vieille-Ville où il avait ses quartiers.

Continuer la lecture

Actualité

Genève modifie ses règles suite aux annonces du Conseil fédéral

Publié

le

Le Canton de Genève aligne ses mesures sur celles du Conseil fédéral. La limite de cinq personnes dans l’espace public et privé demeure néanmoins. Sur le front des hospitalisations, elles continuent d’augmenter, comme les contaminations. 

La situation sur le front du Covid ne cesse d’empirer à Genève. Plus de 420 personnes sont hospitalisées ce jeudi dont une cinquantaine aux soins aigus. Plus de 1000 ont été diagnostiquées positives aujourd’hui. L’âge des personnes hospitalisées ne serait pas si élevé selon la Médecin cantonale genevoise Aglaé Tardin.

Aglaé Tardin Médecin cantonale genevoise

Entraînements sports collectifs 

Suite aux annonces du Conseil fédéral de mercredi le Conseil d’état genevois a modifié certaines de ses règles. En matière de sport collectif et de contact, les entraînements pour les enfants de moins de 12 ans peuvent reprendre mais pas les compétitions. Le Conseiller d’Etat chargé des sports Thierry Apothéloz.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat chargé du sport

Pour les jeunes de moins de 16 ans le sport sans contact est possible avec une distance entre les personnes. Avec une jauge maximale à 15 personnes. Les cours d’éducation physique sont maintenus à l’école.

Port du masque

Le port du masque est obligatoire à l’extérieur dans les lieux fréquentés, comme les rues basses à Genève. Le masque devient aussi obligatoire au cycle d’orientation. Une boîte de 50 masques va être distribuées aux élèves. Le télétravail est favorisé dans l’administration. La règle des deux jours par semaine au bureau minimum tombe.

Cinq personnes maximum

La limite de 5 personnes dans un même lieu qu’il soit public ou privé demeure à Genève. Les restaurants ferment à 23 heures comme cela était déjà prévu par le Canton, mais la limite de personnes à table change, elle est désormais de 4 personnes au lieu de 5.  Les buffets dans les restaurants sont interdits, les cafétéria vont donc devoir s’organiser pour servir les personnes à table. La livraison à domicile peut se faire après 23 heures. Pour les collectes de données, la règle d’un nom minimum par table continue de s’appliquer. Les restaurateurs sont priés de faire parvenir leurs listes sur un fichier électronique lisible au service du médecin cantonal.

Jauge de 50 personnes

Les manifestations publiques sont limitées à 50 personnes. Une jauge qui met à mal la plupart des salles de spectacles. La culture souffre. Une situation que déplore le Conseiller d’Etat Thierry Apothéloz.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat chargé de la culture

Le Conseiller d’Etat souhaite qu’un statut d’artiste soit créé pour qu’il puisse toucher des aides.

Une jauge qui ne s’applique pas à l’exercice des droits politiques, les Conseils municipaux et autres réunions de partis pourront donc se tenir, avec un maximum de 50 personnes. Pour les services religieux, une clarification est attendue.

Ces nouvelles règles entrent en vigueur ce soir, 29 octobre, à minuit.

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Chaque année en Suisse 16’000 personnes sont victimes d’un AVC

Publié

le

KEYSTONE/Martial Trezzini

Ce jeudi a lieu la journée mondiale de l’AVC. L’affection touche chaque année 16’000 personnes en Suisse dont un tiers en meurent. L’Accident Vasculaire Cérébral est la troisième cause de mortalité en Suisse.

Toutes les demi-heures en Suisse, une personne est victime d’un AVC. Chaque année en Suisse ce sont 16’000 personnes qui sont victimes d’un Accident Vasculaire Cérébral. Un cinquième en meurent tandis qu’un tiers des personnes touchées en ressortent avec un handicap. Les conséquences d’une lésion cérébrale bouleversent la vie des personnes touchées et de leur famille. Il existe toutefois un certain nombre de signes qui peuvent alerter les personnes qu’elles sont victimes d’un AVC. Les précisions d’Anne-Claude Juillerat Van der Linden, présidente de FRAGILE Genève et neuropsychologue.

Anne-Claude Juillerat Van der Linden Présidente de Fragile Genève et neuropsychologue

L’Accident Vasculaire Cérébral est la troisième cause de mortalité en Suisse et la première cause de handicap chez l’adulte de plus de 65 ans

Prévention

Bien qu’un AVC puisse survenir à n’importe quel moment, il existe des facteurs génétiques qui peuvent augmenter le risque de faire un AVC. À l’inverse, il existe des habitudes de vie qui peuvent diminuer les risques d’AVC. Le détail avec Anne-Claude Juillerat Van der Linden.

Anne-Claude Juillerat Van der Linden Présidente de Fragile Genève et neuropsychologue

L’association FRAGILE Genève est l’une des onze associations régionales de FRAGILE Suisse qui s’occupe des personnes cérébrolésées et de leurs proches.

Continuer la lecture