Rejoignez-nous

A la une

Vandalisme aux Bastions : le Mur des réformateurs est nettoyé

Publié

,

le

Vers 13h30, les équipes d’entretien ont procédé au nettoyage à l’eau propulsée à haute pression des dégradations à la peinture sur le Mur des réformateurs.

 

Les couleurs vives utilisées font inévitablement penser au drapeau arc-en-ciel, symbole LGBTIQ. Cet acte de vandalisme évoque la récente Geneva Pride et notamment la soirée du 6 Juillet qui s’était déroulée de manière festive et responsable. L’organisation de la Geneva Pride s’est rapidement désolidarisée de cette dégradation. Au Parc des Bastions, les Genevois regrettent cet acte extrême. Perplexes, ils attendent les résultats de l’enquête de police.

 

Elisabeth Une promeneuse genevoise

Un sentiment d’écoeurement partagé par toutes les générations.

Camille une adolescente genevoise

Le chantier de nettoyage est évaluée à 10 000 à 15 000 francs selon la Tribune de Genève

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A la une

École inclusive à Genève: un environnement scolaire adapté à chaque enfant

Publié

le

Entourer davantage les élèves pour favoriser leur apprentissage, c’est le but des équipes pluridisciplinaires mises en place par le Département de l’instruction publique à Genève. Elles sont présentes dans 21 établissements primaires et elles font partie du dispositif de l’école inclusive.

Le but du dispositif inclusif est d’offrir à chaque enfant l’environnement scolaire le plus adapté à ses particularités individuelles, quel que soit son handicap, son talent, son origine ou ses conditions de vie.

L’équipe pluridisciplinaire basée dans les écoles primaires du Mail et de Carl Vogt dans le quartier Plainpalais fait partie de ce dispositif. Elle se compose d’une infirmière, d’une psychologue, d’une logopédiste, d’un enseignant spécialisé. Mais aussi d’une éducatrice sociale en milieu scolaire. Valérie Wohlhauser.

Valérie Wohlhauser éducatrice sociale en milieu scolaire

Il s’agit d’aider les enseignants et les parents. Si un enfant ne se sent pas bien à l’école, il va moins bien travailler. Tout est lié pour la travailleuse sociale en milieu scolaire.

Valérie Wohlhauser éducatrice sociale en milieu scolaire

Pour aider les parents et les enseignants, Valérie Wohlhauser s’appuie sur le réseau.

Valérie Wohlhauser éducatrice sociale en milieu scolaire

Collaboration avec les enseignants

Le travail de l’éducatrice se fait en concertation avec le corps enseignant:

Valérie Wohlhauser éducatrice sociale en milieu scolaire

Plusieurs moyens sont imaginés pour intervenir auprès des enfants. Valérie Wholhauser intervient notamment lors de conflits, par le biais du jeu coopératif.

Valérie Wohlhauser éducatrice sociale en milieu scolaire

Une société en mutation

Les équipes disciplinaires constituent une aide précieuse pour les enseignants. La Conseillère d’État chargée de l’instruction publique, Anne Emery-Torracinta le rappelait à la rentrée: de plus en plus d’enfants ont des problèmes de comportement et cela dès le plus jeune âge.

Anne Emery-Torracinta Conseillère d'Etat chargée du Département de l'instruction publique

Les parents sont plus isolés qu’auparavant, selon la Conseillère d’Etat.

Anne Emery-Torracinta Conseillère d'Etat chargée du Département de l'instruction publique

 

 

Continuer la lecture

A la une

Genève bat des records d’ensoleillement et de sécheresse

Publié

le

Cette première quinzaine de septembre s’illustre par un ensoleillement maximal et un manque de pluie record.

Le plein de soleil : Excédent de +65%

Ce mardi quasiment sans nuage permettra de bénéficier de plus de 10 heures d’ensoleillement au bout du lac. Les jours se suivent et se ressemblent. La station météo de Cointrin (station officielle de Genève) totalise plus de 105 heures de soleil depuis le 1er septembre, quasiment le double des moyennes saisonnières de ces trente dernières années.

Une sécheresse inédite depuis 23 ans

Depuis le début du mois, il n’est tombé que 3,5 mm de pluie sur la cité de Calvin, c’est à dire 3 litres et demi d’eau par mètre carré. Ces infimes quantités de pluies avoisinent à peine 2% de ce qu’il tombe habituellement à Genève durant la première quinzaine de septembre. Il faut remonter en 1996, pour retrouver une sécheresse aussi marquée lors de la première quinzaine de septembre à Genève.

Mais pas de records de températures…

Avant une chute importante du thermomètre dès demain, la situation estivale de cette première quinzaine de septembre prend des allures inhabituelles. Hier le thermomètre s’est hissé jusqu’à 30 degrés à Sion (VS) et 28,7 degrés à Genève. Il ne s’agit pas toutefois d’un record puisque l’an dernier à la même époque, le thermomètre de la station météo de Cointrin culminait à 31°4 le 12 septembre.

Continuer la lecture

A la une

Genève éclaire l’énigme Jeanne Calment

Publié

le

Jeanne Calment avait fêté son 122e anniversaire le 20 février 1997 en Arles (archives). (©KEYSTONE/EPA/GEORGES GOBET)

La controverse sur le record de longévité de la Française Jeanne Calment, officiellement décédée à 122 ans en 1997, a rebondi lundi : une étude franco-suisse réfute l’hypothèse d’une supercherie avancée par des chercheurs russes. Ces derniers maintiennent leur version.

Cependant selon le médecin François Herrmann, gériatre aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et spécialiste de l’épidémiologie des personnes âgées, il s’agit d’une « théorie du complot ». Son confrère français, le démographe Jean-Marie Robine, directeur de recherche à l’Inserm et à l’Ecole pratique des hautes études rend les mêmes conclusions.

L’idée que la Française n’était pas Jeanne mais sa fille unique Yvonne Calment et que celle-ci se serait substituée à elle en 1934 est « sans fondement », affirment les auteurs de l’étude, basée sur de nouveaux documents et des modèles mathématiques, publiée lundi dans le « Journal of Gerontology ».

« Pas sérieuse »

Les tenants russes de la supercherie ont cependant maintenu leur version. Ils ont affirmé à l’AFP qu’ils allaient rapidement répondre « point par point » à la publication franco-suisse afin de prouver qu’elle « n’est pas sérieuse » et comporte de nombreuses « lacunes et erreurs ».

Fin 2018, le gérontologue Valeri Novosselov et le mathématicien Nikolaï Zak avaient créé la surprise en affirmant que la vieille dame décédée en 1997 était en fait Yvonne Calment, la fille de Jeanne, morte selon eux à « seulement » 99 ans. Yvonne aurait vécu 63 ans sous l’identité de sa mère afin d’éviter de payer des droits de succession.

Lundi, M. Novosselov a accusé les chercheurs français et suisses d' »induire en erreur la communauté scientifique mondiale et le monde entier afin de ne pas désavouer leur travail précédent ». Et d' »ignorer des faits qui ne les arrangent pas », comme le fait que « trois symptômes cliniques de l’état physique » de Mme Calment « n’ont été visibles que 20 ou 25 ans après la date où ils auraient dû apparaître ».

Documents exhumés

Les auteurs de l’étude publiée lundi, de leur côté, ont exhumé plusieurs documents pour infirmer la théorie russe, dont un article paru dans la presse locale en 1934 à Arles – où vivait Jeanne Calment – attestant qu’une « foule particulièrement nombreuse » avait assisté aux obsèques de sa fille Yvonne, décédée à l’âge de 36 ans.

Difficile d’imaginer que ces nombreux témoins n’aient rien remarqué, « à moins d’accepter l’idée de la complicité de dizaines de personnes » dans cette fraude. Les chercheurs ont aussi retrouvé des documents attestant qu’Yvonne était malade depuis plusieurs années, mais aucun accréditant l’idée que Jeanne l’ait été avant 1934.

En outre, un acte notarié datant de 1926 montre que Nicolas Calment, le père de Jeanne, avait légué tous ses biens à ses enfants avant son décès, ce qui met à mal la thèse selon laquelle Yvonne aurait voulu éviter de payer deux fois des droits de succession.

« Tous les documents trouvés vont à l’encontre de la thèse russe », assure Jean-Marie Robine, qui a lui-même rencontré plusieurs fois la doyenne de l’humanité et explique son record de longévité par « un mélange de bon patrimoine génétique et de chance ».

Une chance sur dix millions

L’étude publiée lundi s’attaque également à un autre argument des chercheurs russes, qui estimaient statistiquement impossible qu’un être humain puisse vivre 122 ans.

En étudiant la longévité de toutes les personnes nées en France en 1875 et en 1903, les chercheurs ont calculé qu’un centenaire avait une chance sur dix millions d’atteindre 122 ans. « Une probabilité certes mince, mais qui est loin de faire de Mme Calment une impossibilité statistique ».

« Considérant que l’humanité a accumulé au moins de huit à dix millions de centenaires depuis les années 1700, l’existence d’une personne de 122 ans autour de la fin des années 1900 est quelque chose de plausible », soulignent-ils.

D’ailleurs, étant donné que la planète pourrait abriter 25 millions de centenaires en 2100, « la découverte d’une autre personne âgée de 122 ans (et même probablement un peu plus âgée) apparaît aussi comme quelque chose de raisonnable dans les années à venir », selon eux.

Continuer la lecture

A la une

Une peinture géante investit le gazon de deux parcs à Genève

Publié

le

« Beyond walls », comprenez Au-delà des murs, c’est le nom du projet que l’artiste Saype a installé à Genève. Deux peintures sur herbe géante au parc des Bastions et au parc La Grange. La ville de Genève a mis à disposition deux de ses parcs pour l’artiste français, installé à Bulle, qui était, il y a deux ans, à la perle du lac. Deux mains qui s’entrelacent comme un appel à ne pas se replier sur soi.

Saype artiste français vivant à Bulle

Après Paris et Andorre c’est au tour de Genève d’accueillir l’œuvre éphémère 100 % biodégradable de l’artiste Saype. Le dessin se compose de matériau complètement naturel. Pour Saype, seule l’entraide permettra au monde de faire face aux défis qui l’attendent.

Saype

Cette fois-ci, ce sont des fonds privés qui ont financé les peintures. Genève a mis à disposition ses parcs. En tant que ville de Paix, « Beyond Walls » a toute sa place selon le Conseiller administratif chargé de l’environnement urbain, Guillaume Barazzone.

Guillaume Barazzone Conseiller municipal chargé de l'environnement en Ville de Genève

L’oeuvre éphémère de Saype dure environ deux semaines. Elle sera ensuite reproduite à Berlin puis continuera son périple à travers le monde.

 

 

 

 

Continuer la lecture

A la une

Genève: une motion veut revoir la planification arborée du canton

Publié

le

Une motion veut conserver les vieux arbres dans les futurs nouveaux quartiers de Genève. Intitulée «Préservons nos arbres pour nos enfants», elle demande au Grand Conseil de revoir toute la planification arborée du canton.

Récemment l’abattage d’arbres centenaires dans le quartier des Allières au-dessus de la Gare des Eaux-vives a suscité une vive indignation. A l’heure du réchauffement climatique, il est nécessaire de conserver de grands arbres pour lutter contre les îlots de chaleur et laisser de la place à la végétation. C’est l’avis de Christina Meissner, députée démocrate-chrétienne au Grand Conseil, auteure de la motion déposée mardi dernier.

Christina Meissner Députée démocrate-chrétienne au Grand Conseil

L’opération aura un coût pour le canton. La motion demande de réfléchir à un mécanisme pour inciter les propriétaires et les promoteurs à construire autrement.

Christina Meissner Députée démocrate-chrétienne au Grand Conseil

Autre problème soulevé par la députée démocrate chrétienne, l’accès aux services d’urgence qui, souvent, ne permet pas de conserver les arbres.

Christina Meissner Députée démocrate-chrétienne au Grand Conseil

La règlementation, devenue très stricte, exige que l’accès soit possible des 4 côtés de l’immeuble. La députée PDC espère que sa motion sera adoptée avant la fin de l’année.

 

 

 

Continuer la lecture