Rejoignez-nous

Actualité

UNIGE: les humains pas tous égaux face au coronavirus

Publié

,

le

Les populations du globe ne disposent pas toutes d’une immunité identique pour se défendre contre le coronavirus. Une étude internationale avec participation genevoise a fait la comparaison et identifié les variants génétiques potentiellement les plus efficaces.

Des scientifiques de l’Université de Genève (UNIGE), en collaboration avec l’Institut Max Planck de Jéna (Allemagne) et l’Université d’Adélaïde (Australie), se sont penchés sur les gènes dits HLA, responsables du système immunitaire adaptatif. Ils ont la particularité de différer souvent entre individus.

Ces gènes produisent des molécules HLA (Human Leukocyte Antigen, ou antigènes des leucocytes humains) qui se placent à la surface des cellules. Lorsqu’un virus infecte un organisme, les protéines de l’envahisseur sont d’abord découpées en petits fragments appelés peptides.

Les molécules HLA se lient ensuite à ces fragments et les exposent à la surface des cellules, déclenchant ainsi une cascade de réactions immunitaires destinées à éliminer le virus.

« Nous avons cherché à identifier, parmi les quelque 450 molécules HLA les plus communes dans des centaines de populations à travers le monde, celles qui se lient le plus fortement aux peptides du nouveau coronavirus », explique Alicia Sanchez-Mazas, professeure à l’Unité d’anthropologie de l’UNIGE, citée mercredi dans un communiqué de cette dernière.

Classification des molécules HLA

Plus de 7000 peptides peuvent être dérivés de l’ensemble des protéines virales du coronavirus. La chercheuse et son équipe internationale ont utilisé des outils bioinformatiques permettant de prédire des forces de liaison entre les molécules HLA et les peptides sur la base de leurs propriétés physico-chimiques. Des modèles statistiques ont ensuite été utilisés pour comparer les fréquences de ces variants dans les différentes populations humaines.

En classant les 450 molécules HLA selon leur capacité plus ou moins forte à lier les peptides du coronavirus, l’étude fournit un inventaire de référence essentiel pour identifier les susceptibilités ou résistances génétiques plus ou moins grandes des individus face au virus. Elle montre également que la fréquence de ces variants HLA diffère de manière significative d’une population à l’autre.

« Il ne faut cependant pas en tirer des conclusions trop hâtives. Les molécules HLA contribuent à la réponse immunitaire mais elles ne sont de loin pas les seuls éléments permettant de prédire une résistance efficace ou non à un virus », souligne José Manuel Nunes, de l’UNIGE, co-auteur de la publication.

Molécules « généralistes »

Dans la même étude, les auteurs ont aussi analysé les liaisons HLA-peptides pour la totalité des protéines de 6 autres virus à potentiel pandémique (2 autres coronavirus, 3 virus influenza de la grippe et le virus HIV-1 du sida).

Il en ressort que de nombreux variants HLA sont capables de se lier fortement aux peptides de l’ensemble des 7 virus étudiés. D’autres font de même pour tous les virus de type respiratoire (coronavirus et influenza). Cela signifie donc qu’il existe de nombreuses molécules HLA « généralistes », efficaces contre de nombreux virus différents.

Une suite logique à cette étude sera de déterminer quels sont précisément les peptides du coronavirus qui sont le plus fortement liés aux molécules HLA. Ce sont en effet ces peptides qui auront les plus fortes chances de déclencher une réaction immunitaire efficace. Leur identification sera une information essentielle pour le développement d’un vaccin. Ces travaux sont publiés dans la revue HLA.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Covid-19: le port du masque largement respecté

Publié

le

C’était la grande crainte de ce lundi. Est-ce que l’obligation de porter un masque sera respectée? Et bien oui. La majorité des usagers des transports publics portait un masque ce lundi, pour le premier jour de l’obligation décrétée par le Conseil fédéral.

Cette mesure doit permettre de freiner l’augmentation du nombre de cas de coronavirus reparti à la hausse en Suisse, même si l’OFSP n’a annoncé que 47 nouveaux cas lundi, contre 70 dimanche et 97 samedi. Lundi matin, pratiquement tout le monde s’est protégé les voies respiratoires à l’intérieur des bus et trains, ont constaté des journalistes de l’agence d’information Keystone-ATS.

L’obligation concerne les personnes de 12 ans et plus dans tous les trains, trams, bus, remontées mécaniques, téléphériques et bateaux de Suisse, a décidé mercredi dernier le Conseil fédéral. Pas d’amende prévue, mais toute personne refusant de porter le masque doit quitter le moyen de transport au prochain arrêt.

Visages à l’air libre sur les quais

Le port du masque était quasiment systématique en gare de Lausanne. Si quelques visages apparaissaient encore à l’air libre sur les quais, ils étaient presque tous couverts au moment de monter dans les wagons. Sur la ligne Yverdon – Lausanne, par exemple, plus de 90% des pendulaires portaient le masque vers 08h00.

Tous les visages étaient aussi quasiment masqués dans le m2 à Lausanne. Les Transports publics lausannois (tl) en proposaient gratuitement à l’entrée de la station à la gare. Le port du masque était aussi très bien respecté au débarcadère à Ouchy, à l’arrivée des utilisateurs des bateaux de la CGN.

A Genève aussi, le port obligatoire du masque dans les transports publics étaient globalement respecté. Une grande majorité des passagers voyageaient avec le visage protégé, a fait savoir la porte-parole des Transports publics genevois (TPG) Isabel Pereira. Les contrôleurs sensibilisaient les usagers sans masque sur le fait que la prochaine fois, ils risquaient de devoir descendre du véhicule. Les sanctions sont du ressort de la police.

Rares exceptions

Dans le canton de Neuchâtel, moins d’un passager par bus était dépourvu de masques. Les voyageurs qui prenaient le train, ou en sortaient, en gare de Neuchâtel étaient aussi pratiquement tous masqués.

En Valais, la grande majorité des voyageurs étaient masqués. A Sion, de nombreux voyageurs ont maintenu la protection jusqu’au passage sous-voie qui mène à la place de la gare où les pendulaires qui prennent les bus postaux étaient tout aussi couverts. Dans les cabines de Télé Anzère, les passagers portaient eux aussi des masques.

La mesure était également très largement respectée outre-Sarine. Dans les transports publics bernois, presque tous les passagers portaient un masque. Certains se protégeaient avec des foulards. Des passagers dépourvus de masque représentaient l’exception à Zurich, Lucerne, Winterthur, Saint-Gall et Coire.

Les entreprises de transports publics ont dit leur satisfaction face à l’attitude des usagers, même si le travail des contrôleurs est devenu plus difficile pour vérifier les titres de transport. « Ils ont toutefois pris l’habitude depuis plusieurs mois. De plus, ils se fixent surtout sur les yeux et les sourcils pour comparer un visage avec une photo sur un abonnement », a expliqué le porte-parole des CFF.

Coût critiqué

Le coût de la protection exigée par le Conseil fédéral fait grincer des dents. Le Parti du travail a exigé dans un communiqué la distribution gratuite des masques.

Dans une lettre ouverte adressée à la Conférence des directrices et directeurs cantonaux des affaires sociales et à l’Office fédéral des affaires sociales (OFAS), Avenir50plus a demandé que les personnes à l’aide sociale ou bénéficiant des prestations complémentaires disposent d’une somme forfaitaire mensuelle pour acheter des masques.

Les Jurassiens devaient également porter depuis ce lundi le masque pour se rendre dans tous les commerces du canton. La mesure a été décidée pour une durée de deux mois. Moins radical, Vaud imposera le port du masque dès mercredi au personnel de vente et aux clients lorsque plus de dix personnes se trouvent dans un magasin.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Le célèbre musicien Ennio Morricone est décédé

Publié

le

Le compositeur italien Ennio Morricone, réputé dans le monde entier pour ses musiques de films, est décédé dans la nuit de dimanche à lundi, indiquent les médias italiens. Il était âgé de 91 ans.

Ennio Morricone, lauréat d’un Oscar en 2016, est décédé dans une clinique de la capitale italienne. Il y était hospitalisé à la suite d’une chute ayant provoqué une fracture du fémur, selon la même source.

Le « maestro » italien « s’est éteint à l’aube du 6 juillet avec le réconfort de la foi », indique un communiqué de l’avocat et ami de la famille Giorgio Assuma, cité par les médias. Il est resté « pleinement lucide et d’une grande dignité jusqu’au dernier moment », affirme le communiqué.

« Adieu maestro et merci pour les émotions que tu nous a offertes », a réagi sur Twitter Roberto Speranza, ministre de la Santé. Ennio Morricone a créé plus de 500 musiques pour le cinéma, avec des mélodies aussi légendaires que celle du film « Le bon, la brute et le truand » (1966).

Avec Keystone/ATS.

Continuer la lecture

Affaire Maudet

Pierre Maudet exclu du PLR: « un vote qui envoie un signal clair »

Publié

le

Bertrand Reich, président du PLR, ce lundi 6 juillet 2020 a Genève. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Le comité directeur du PLR Genève a décidé d’exclure lundi matin le conseiller d’Etat Pierre Maudet du parti. Vingt-deux voix se sont prononcées en faveur de l’exclusion, une personne s’est abstenue et une autre s’est prononcée contre, « un vote qui envoie un signal clair », a déclaré le président du PLR Genève Bertrand Reich.

Le vote s’est déroulé au terme d’une heure et demie de discussions, a indiqué le président du PLR Genève Bertrand Reich. qui d’un choix « clair et lourd ».

Bertrand Reich Président du PLR Genève

 

Bétrand Reich garanti que toutes les discussions   ont eu lieu dans un climat sain, prenant en compte toutes les hypothèses possibles avant que le vote ne soit entamé.

Bertrand Reich Président du PLR Genève

 

Exclusion immédiate

« La décision d’exclusion entre en vigueur maintenant », a relevé B.Reich. Si une assemblée générale du parti est convoquée, il faudra alors attendre qu’elle se prononce sur la question avant d’éventuellement réintégrer le magistrat au sein du PLR. P.Maudet, qui a affirmé qu’il ne démissionnerait qu’en cas de condamnation, exercera sa fonction en tant qu’indépendant.

B.Reich a déclaré avoir de l’incompréhension vis-à-vis de Pierre Maudet. Il a reconnu ses qualités politiques, sa capacité de travail, son activité durant la crise sanitaire. Il lui a reproché toutefois d’être centré sur son destin à lui et « de ne pas s’intéresser au sort du parti qui lui a permis d’être là ».

« Sans le PLR, Pierre Maudet n’existerait pas », a encore insisté B.Reich. Le conseiller d’Etat ne semble d’ailleurs plus disposer de beaucoup d’appuis au sein de la formation politique qui l’a vu grandir. Pour l’affirmer, le président du PLR s’est référé aux nombreux messages que lui a envoyés la base du parti. Un président qui ne craint d’ailleurs pas de démission en masse suite à la décision prise.

Bertrand Reich Président du PLR Genève

 

Recours possible

Pierre Maudet, qui se débat dans les filets de la justice depuis bientôt deux ans, a maintenant la possibilité de s’opposer à cette exclusion du comité directeur en appelant à l’assemblée générale du PLR Genève et en tentant de retourner la situation auprès de celle-ci. Il a trente jours pour le faire.

Le conseiller d’Etat avait prévenu en fin de semaine dernière qu’il ne se rendrait pas à la réunion de lundi matin. « Mon droit à être entendu est un leurre », avait-il dit, affirmant qu’il ne participerait pas « à ce procès politique ».

Impensable

Du côté du comité directeur du PLR, la vision est tout autre. Il est impensable d’avoir un conseiller d’Etat impliqué dans un procès pénal, a estimé B.Reich. Ce dernier faisait référence à l’intention du Ministère public genevois de renvoyer le magistrat en jugement pour acceptation d’avantages.

Une autre procédure devant la justice a aussi pesé sur le vote. P.Maudet a effet affiché sa volonté de s’associer à une plainte déposée par son fidèle lieutenant Simon Brandt pour abus d’autorité. Le conseiller municipal, soupçonné de violation de secrets de fonction, avait été arrêté et auditionné en décembre dernier.

« P.Maudet a le droit de se défendre, je l’y encourage », a souligné B.Reich. « Mais le conseiller d’Etat a aussi le devoir de préserver les institutions ». Il peut accuser la justice d’errements, la police d’abus, le procureur général de partialité, mais « il doit le faire en tant que citoyen », a souligné le président du PLR.

 

Une escapade qui coûte cher

L’affaire « Maudet« , qui plombe la vie politique genevoise depuis bientôt deux ans, s’est à nouveau emballée la semaine dernière, lorsque le Ministère public a déclaré son intention de renvoyer le conseiller d’Etat devant un tribunal, le soupçonnant d’acceptation d’avantages.

Le voyage controversé du magistrat à Abu Dhabi en novembre 2015 est la principale charge qui pèse sur les épaules du magistrat. En revanche, le volet portant sur le financement des activités politiques de Pierre Maudet, et notamment des fonds versés par le groupe hôtelier Manotel, devrait faire l’objet d’un classement.

Continuer la lecture

Coronavirus

N’oubliez pas votre masque, dans les transports !

Publié

le

Les usagers des transports publics doivent désormais porter un masque pour leur déplacement. Cette mesure, entrée en vigueur lundi, doit permettre de freiner l’augmentation des cas de coronavirus repartis à la hausse en Suisse.

L’obligation concerne les personnes de 12 ans et plus dans tous les trains, trams, bus, remontées mécaniques, téléphériques et bateaux de Suisse, a décidé mercredi dernier le Conseil fédéral. Pas d’amende prévue, mais toute personne refusant de porter le masque doit quitter le moyen de transport au prochain arrêt.

Lundi matin, cette nouvelle règle était très largement respectée dans les transports publics à Berne, a constaté l’agence Keystone-ATS. On ne rencontrait pratiquement pas de personnes sans masques à l’intérieur des bus et trains régionaux.

Depuis l’assouplissement des mesures de confinement, la fréquentation des transports publics a pris l’ascenseur et il est souvent difficile d’y respecter la distance prescrite. Le port du masque y était déjà vivement recommandé aux heures de pointe, mais cette prescription n’était guère suivie par les usagers.

Les Jurassiens doivent également porter depuis ce lundi le masque pour se rendre dans tous les commerces du canton. La mesure a été décidée pour une durée de deux mois. Moins radical, Vaud imposera le port du masque dès mercredi au personnel de vente et aux clients lorsque plus de dix personnes se trouvent dans un magasin.

Voyageurs en quarantaine

Depuis mi-juin, le nouveau coronavirus a connu une recrudescence en Suisse après l’arrivée de personnes infectées en provenance de l’étranger. A partir de lundi, toute personne franchissant la frontière depuis certaines régions à risque doit se mettre en quarantaine durant dix jours. L’Office fédéral de la santé publique tient une liste des régions en question, qu’il actualisera régulièrement.

Les personnes concernées seront informées dans les avions, les autocars et aux frontières. Une fois entrées en Suisse, elles doivent s’annoncer auprès des autorités cantonales.

Suite aux assouplissements successifs le nombre de cas est reparti à la hausse en Suisse. Il n’y a toutefois pas de raison de paniquer à ce stade, selon le Conseil fédéral. L’augmentation du nombre de tests explique aussi la hausse du nombre de cas, même si on constate un relâchement dans certaines situations.

Note:

Continuer la lecture

Actualité

Gardienne tuée par un tigre à Zurich: Un accident pour la police

Publié

le

Le zoo rouvrira lundi à l'exception du parc à fauves. (©KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Au lendemain du drame qui a frappé le zoo de Zurich, la police privilégie la thèse de l’accident. Une gardienne s’est fait mortellement blesser samedi par un tigre de Sibérie. Le fauve ne sera pas euthanasié.

La police poursuit ses investigations. Les premiers éléments de l’enquête indiquent qu’il s’agit d’un accident, selon un communiqué de la police publié dimanche. Reste encore à éclaircir les circonstances de l’attaque. La tigresse s’en est prise à la gardienne dans un secteur où elle n’aurait pas dû avoir accès.

Les tigres du zoo de Zurich sont soignés en effet sans contacts directs avec l’homme. Gardiens et animaux ne doivent en principe jamais se retrouver ensemble dans un même local. Le lieu de l’accident est toujours fermé pour les besoins de l’enquête.

Les interrogatoires des collaborateurs sont toujours en cours. La police recherche en outre des visiteurs qui se seraient trouvés à proximité de l’enclos des tigres samedi entre 13h00 et 13h30.

Messages de condoléances

Sur les réseaux sociaux, des centaines de personnes ont exprimé leurs condoléances au zoo et à la famille de la gardienne. Plusieurs ont demandé que tigresse ne soit pas endormie.

Samuel Furrer, expert des fauves à la Protection suisse des animaux (PSA), a expliqué dans plusieurs journaux dominicaux que le comportement de la tigresse avait été naturel. Il n’est pas rare qu’elle s’attaque à des intrus sur son territoire. L’Association des jardins zoologiques de Suisse alémanique a mis en garde contre toute conclusion hâtive.

Plus de fauves au zoo

Le zoo est resté fermé dimanche par respect pour la famille de la défunte. L’incident de samedi est des plus tragiques, a indiqué le parc zoologique dimanche. Le tigre de l’Amour est cependant un animal sauvage qui a ses propres instincts de défense du territoire. Irina aura donc la vie sauve. Le zoo rouvrira ses portes lundi à l’exception du parc de fauves.

L’organisation pour une Ethique dans le traitement des animaux (PETA) plaide pour la fin de la détention de grands prédateurs dans les zoos, a-t-elle indiqué dimanche dans un communiqué.

Rien que dans l’espace germanophone, une douzaine de cas d’accidents mortels ou de fuites d’animaux hors de leur cage ont été recensés ces dernières années. Les tigres et les lions souffrent de leur enfermement dans des espaces trop petits.

Blessures fatales

Samedi, l’un des deux tigres du zoo de Zurich a attaqué une gardienne de 55 ans. C’est un visiteur qui a donné l’alarme. Malgré l’intervention d’une équipe de gardiens, l’employée a succombé à ses blessures sur les lieux de l’attaque. La victime est une employée de longue date du zoo.

La tigresse Irina a été placée dans un local séparé après l’accident. Agée de cinq ans, elle a été déménagée l’été dernier au zoo de Zurich en provenance du Danemark.

Continuer la lecture