Rejoignez-nous

Actualité

UNIGE: les humains pas tous égaux face au coronavirus

Publié

,

le

Les populations du globe ne disposent pas toutes d’une immunité identique pour se défendre contre le coronavirus. Une étude internationale avec participation genevoise a fait la comparaison et identifié les variants génétiques potentiellement les plus efficaces.

Des scientifiques de l’Université de Genève (UNIGE), en collaboration avec l’Institut Max Planck de Jéna (Allemagne) et l’Université d’Adélaïde (Australie), se sont penchés sur les gènes dits HLA, responsables du système immunitaire adaptatif. Ils ont la particularité de différer souvent entre individus.

Ces gènes produisent des molécules HLA (Human Leukocyte Antigen, ou antigènes des leucocytes humains) qui se placent à la surface des cellules. Lorsqu’un virus infecte un organisme, les protéines de l’envahisseur sont d’abord découpées en petits fragments appelés peptides.

Les molécules HLA se lient ensuite à ces fragments et les exposent à la surface des cellules, déclenchant ainsi une cascade de réactions immunitaires destinées à éliminer le virus.

"Nous avons cherché à identifier, parmi les quelque 450 molécules HLA les plus communes dans des centaines de populations à travers le monde, celles qui se lient le plus fortement aux peptides du nouveau coronavirus", explique Alicia Sanchez-Mazas, professeure à l’Unité d’anthropologie de l’UNIGE, citée mercredi dans un communiqué de cette dernière.

Classification des molécules HLA

Plus de 7000 peptides peuvent être dérivés de l’ensemble des protéines virales du coronavirus. La chercheuse et son équipe internationale ont utilisé des outils bioinformatiques permettant de prédire des forces de liaison entre les molécules HLA et les peptides sur la base de leurs propriétés physico-chimiques. Des modèles statistiques ont ensuite été utilisés pour comparer les fréquences de ces variants dans les différentes populations humaines.

En classant les 450 molécules HLA selon leur capacité plus ou moins forte à lier les peptides du coronavirus, l’étude fournit un inventaire de référence essentiel pour identifier les susceptibilités ou résistances génétiques plus ou moins grandes des individus face au virus. Elle montre également que la fréquence de ces variants HLA diffère de manière significative d’une population à l’autre.

"Il ne faut cependant pas en tirer des conclusions trop hâtives. Les molécules HLA contribuent à la réponse immunitaire mais elles ne sont de loin pas les seuls éléments permettant de prédire une résistance efficace ou non à un virus", souligne José Manuel Nunes, de l'UNIGE, co-auteur de la publication.

Molécules "généralistes"

Dans la même étude, les auteurs ont aussi analysé les liaisons HLA-peptides pour la totalité des protéines de 6 autres virus à potentiel pandémique (2 autres coronavirus, 3 virus influenza de la grippe et le virus HIV-1 du sida).

Il en ressort que de nombreux variants HLA sont capables de se lier fortement aux peptides de l’ensemble des 7 virus étudiés. D’autres font de même pour tous les virus de type respiratoire (coronavirus et influenza). Cela signifie donc qu’il existe de nombreuses molécules HLA "généralistes", efficaces contre de nombreux virus différents.

Une suite logique à cette étude sera de déterminer quels sont précisément les peptides du coronavirus qui sont le plus fortement liés aux molécules HLA. Ce sont en effet ces peptides qui auront les plus fortes chances de déclencher une réaction immunitaire efficace. Leur identification sera une information essentielle pour le développement d’un vaccin. Ces travaux sont publiés dans la revue HLA.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Santé

Sandoz: feu vert de la Commission européenne pour Wyost et Jubbonti

Publié

le

Un examen au scanner permet de mesurer la densité minérale osseuse, permettant le diagnostic de l'ostéoporose, une maladie qui fragilise les os et augmente le risque de fractures (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le géant des biosimilaires Sandoz a obtenu l'autorisation de la Commission européenne pour ses biosimilaires Wyost et Jubbonti utilisés respectivement dans le traitement des maladies osseuses liées au cancer et le traitement de l'ostéoporose.

Il s'agit de facteurs clés à moyen terme et leur homologation constitue une étape majeure dans l'avancement de croissance de Sandoz, rapporte un communiqué publié mercredi. Le lancement des nouveaux produits est prévu à partir de novembre 2025.

Depuis mars, ces traitements sont aussi les premiers et seuls biosimilaires approuvés par l'Autorité américaine du médicament (FDA) pour les médicaments d'Amgen, Prolia et Xgeva.

"Malgré la grande disponibilité des traitements, seule une minorité de patients à haut risque en reçoit actuellement, même après leur première fracture", déplore le groupe qui souligne que presque tous les types de cancer peuvent se propager aux os et provoquer des douleurs et des fractures.

Toujours selon Sandoz, le nombre de fractures en Europe augmentera de près de 25% par an jusqu'en 2034.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

International

Vietnam: To Lam confirmé comme nouveau président

Publié

le

To Lam marche à l'extérieur du bâtiment de l'Assemblée nationale à Hanoï. (© KEYSTONE/AP/Hau Dinh)

L'Assemblée nationale vietnamienne a confirmé mercredi la nomination du ministre de la Sécurité publique To Lam au poste de président du pays, après que son nom a été proposé par le parti communiste au pouvoir.

A bulletin secret, 472 des 473 députés vietnamiens ont approuvé ce choix, selon la télévision d'Etat, à l'issue de la démission forcée du président sortant dans le cadre d'une vaste campagne anticorruption.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Genève

Djokovic entame son Geneva Open mercredi

Publié

le

Novak Djokovic entre en lice mercredi dès 18h à Genève (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le public du Parc des Eaux-Vives s'apprête à vibrer mercredi.

Attraction de l'édition 2024 du Geneva Open, Novak Djokovic entrera en lice dès 18h avec un 8e de finale face à Yannick Hanfmann, tombeur d'Andy Murray au 1er tour.

Le no 1 mondial, en quête de repères et de confiance avant d'entamer Roland-Garros, affrontera pour la première fois l'Allemand de 32 ans. Il se méfiera d'un joueur qui ne pointe certes qu'au 85e joueur mondial, mais qui avait atteint les quarts de finale du Masters 1000 de Rome en 2023.

"Je suis là pour gagner des matches et passer de beaux moments avec le public et ma famille. Pour l'instant, c'est très bien parti", a lâché le Serbe mardi devant la presse. "Je me sens bien physiquement. Il n'y a pas meilleur entraînement pour moi que de jouer des matches en ce moment", a-t-il poursuivi.

Outre Novak Djokovic, Casper Ruud (ATP 2) et Taylor Fritz (ATP 7) joueront aussi leur premier match mercredi. Le Norvégien, sacré en 2021 et en 2022 à Genève, se frottera à Sebastian Ofner (ATP 45) aux alentours de 15h30. L'Américain affrontera quant à lui Alex Michelsen (ATP 65) vers 13h30, toujours sur le court central.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Une centaine de touristes évacués de Nouvelle-Calédonie

Publié

le

Des touristes ont embarqué sur un avion de l'armée australienne à Nouméa. (© KEYSTONE/AP/LAC Adam Abela)

Une centaine de touristes ont été évacués de Nouvelle-Calédonie, archipel français du Pacifique plongé dans une crise politique et sécuritaire depuis une semaine, a annoncé mercredi le représentant de l'Etat sur place.

L'Australie et la Nouvelle-Zélande ont commencé la veille, mardi, à procéder à de premiers vols d'évacuation de leurs ressortissants qui se sont retrouvés bloqués sur l'île au moment où ont éclaté lundi dernier de violentes émeutes qui ont conduit à la mort de six personnes, dont deux gendarmes.

"Une centaine de touristes ont déjà regagné leurs territoires grâce à des vols affrétés par leurs autorités", a dénombré mercredi le Haut-commissaire de la République Louis Le Franc dans un communiqué.

"Ces opérations se prolongeront jusqu'à la réouverture de l'aéroport international de La Tontouta", fermé au moins jusqu'à samedi, a-t-il précisé dans son communiqué.

Par ailleurs, la nuit de mardi à mercredi "a été plus calme que la précédente, malgré deux incendies dans l'agglomération de Nouméa", a écrit le Haut-commissaire.

Le président Emmanuel Macron est attendu jeudi en Nouvelle-Calédonie, où il a prévu d'installer une "mission" aux contours encore flous.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

La police de Los Angeles va enquêter sur la mort de Matthew Perry

Publié

le

Matthew Perry incarnait le personnage de Chandler dans la série Friends. (© KEYSTONE/AP Invision/BRIAN ACH)

La police de Los Angeles a annoncé mardi enquêter sur les circonstances de la mort de l'acteur Matthew Perry, acteur vedette de la série "Friends" décédé en octobre des "effets aigus" d'une prise de kétamine.

Agé de 54 ans, Matthew Perry a été retrouvé inconscient le 28 octobre par son assistant dans un jacuzzi à son domicile de Los Angeles.

Selon le rapport du bureau de médecine légale du comté de Los Angeles, celui qui incarnait "Chandler Bing" dans la sitcom "Friends" était décédé des "effets aigus" d'une prise de kétamine. Sa mort avait été déterminée comme étant un "accident", mais fait l'objet d'investigations.

Dans un communiqué, la police de Los Angeles indique ainsi "continuer son enquête sur les circonstances de la mort de Matthew Perry", avec l'aide de la police fédérale antidrogues (DEA) et de la police des postes américaines (USPIS), "sur la base du rapport de médecine légale".

La kétamine, anesthésiant parfois détourné à des fins stimulantes ou euphorisantes, était prise par l'acteur de manière supervisée dans le cadre de sessions de thérapie pour dépression.

La question de savoir comment Matthew Perry -- qui n'avait pas eu de session supervisée d'injection plusieurs jours avant sa mort -- s'est procuré la kétamine est désormais au coeur de l'enquête.

Matthew Perry luttait depuis des années contre son addiction aux analgésiques et à l'alcool. Dans ses mémoires publiés l'année dernière, il avait confié avoir suivi 65 séances de sevrage, dépensant plus de neuf millions de dollars.

Il avait aussi subi plusieurs opérations chirurgicales liées à ses problèmes d'addiction à la drogue, dont une intervention durant sept heures au niveau du colon en 2018, allant jusqu'à affirmer un jour: "Je devrais être mort".

Sa mort inattendue avait suscité une pluie d'hommages, allant de grandes figures de Hollywood au Premier ministre canadien Justin Trudeau.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture