Rejoignez-nous

A la une

Une initiative contre la 5G lancée

Publié

,

le

Une manifestation contre la 5G a rassemblé quelques milliers de personnes à Berne en septembre dernier; la Chancellerie fédérale a donné son feu vert au lancement d'une initiative populaire contre le développement de la technologie en Suisse (archive (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

L’introduction de la technologie de communication mobile 5G en Suisse suscite de nombreuses craintes. Ses opposants ont lancé une initiative populaire limitant l’extension du réseau. Ils ont jusqu’au 15 avril 2021 pour récolter les 100’000 signatures nécessaires.

La Chancellerie a donné son feu vert à l’initiative fédérale « Pour une téléphonie mobile respectueuse de la santé et économe en énergie », indique mardi la Feuille fédérale. Le texte demande que les valeurs limites, fixées par l’ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant, ne soient pas relevées, pas même en raison de nouvelles méthodes de mesure.

La desserte en téléphonie mobile et Internet serait séparée entre espace extérieur et intérieur. Ainsi, la puissance des émetteurs devrait être abaissée pour que les émissions n’entrent pas dans un bâtiment. A l’intérieur, les données seraient transmises par câbles à fibre optique ou par câbles coaxiaux, et non pas par ondes électromagnétiques.

Places réservées dans les transports

D’autres mesures préconisent d’équiper les transports publics de sièges interdisant l’utilisation d’appareils électroniques. Les locaux des bâtiments publics tels que jardins d’enfants, écoles, hôpitaux ou EMS devraient être aménagés afin d’éviter tout rayonnement électromagnétique.

Les opérateurs qui envisagent d’installer de nouvelles antennes ou d’augmenter la puissance de celles existantes devraient obtenir l’accord écrit des habitants du quartier dans un rayon de 400 mètres. Les personnes électrosensibles auraient accès gratuitement à des centres de conseil.

Réseau en cours d’extension

Malgré les nombreuses oppositions contre la 5G, les opérateurs ont commencé à déployer leur réseau en vue d’une couverture quasiment intégrale du territoire helvétique. Pourtant plusieurs cantons romands ont pris des mesures par précaution.

Genève, Vaud et le Jura ont décrété un moratoire dans l’attente des conclusions d’un rapport de l’Office fédéral de l’environnement sur la question. Fribourg a décidé début juin de soumettre l’implantation d’antennes à l’octroi d’un permis de construire. Neuchâtel veut appliquer le principe de précaution, quant au Grand Conseil valaisan, il a refusé d’introduire un moratoire.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A la une

Geneva Lux aura lieu en janvier 2020 cette année

Publié

le

Le festival des lumières genevois se tiendra du 24 janvier au 2 février. Jusqu’ici les Genevois et les touristes ont pu admirer les créations lumineuses durant la période des Fêtes mais la Ville de Genève a voulu replacer l’événement dans une période plus creuse. Le Conseiller administratif chargé de l’environnement urbain, Guillaume Barazzone.

Guillaume Barazzone Conseiller administratif chargé de l'environnement urbain - Ville de Genève

En tout 32 œuvres seront présentées durant le Geneva lux. Les 6 nouvelles œuvres promettent d’être assez impressionnantes. La durée a été réduite à 10 jours plutôt qu’un mois, pour des raisons artistiques. Guillaume Barazzone:

Guillaume Barazzone Conseiller administratif chargé de l'environnement urbain - Ville de Genève

Le mois de janvier a également convenu aux partenaires privés, qui sont nombreux. Geneva Lux se décline sur différents espaces urbains.

Guillaume Barazzone Conseiller administratif chargé de l'environnement urbain

Un vrai festival des lumières comme il en existe ailleurs. A Morat ou à Lyon, selon Guillaume Barazzone.

 

Continuer la lecture

A la une

Lancy soutient les rénovations énergétiques de son bâti

Publié

le

Économiser jusqu’à 4500 tonnes de pétrole par an en rénovant ses immeubles, c’est l’objectif de « Lancy rénove », le programme que met en place la Ville de Lancy en partenariat avec les Services industriels genevois et le Canton de Genève.

Une séance d’information avait lieu ce mardi avec les propriétaires et les régisseurs des immeubles construits entre 1950 et 1990 et dont la surface est supérieure à 500 m2. Lancy, comme toutes les cités périphériques genevoises, compte beaucoup d’immeubles de la période 50-60. Qui sont particulièrement gourmands, comme le rappelle le Conseiller d’Etat chargé du département du territoire, Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers  Conseiller d'Etat chargé du département du territoire

Un guichet unique facilitera les démarches. Des «Assistants en maîtrise d’ouvrage énergie» viendront aider les propriétaires pour les questions de subventionnement et d’autorisations. Les locataires eux, seront accompagnés des « Assistants à maîtrise d’usage » (AMU). Le bâti à Genève représente 47% des émissions de CO2, d’où l’importance de rénover.

Après un premier projet pilote à Onex en 2016-2107, c’est au tour de Lancy de se lancer dans la rénovation d’immeubles. Une nécessité pour le Conseiller administratif chargé de l’aménagement du territoire, Damien Bonfanti.

Damien Bonfanti Conseiller adminstratif à Lancy

Les Rentes genevoises rénovent actuellement un immeuble au chemin des Bossons pour 14 millions de francs. A la rénovation énergétique, les Rentes ont ajouté, pour amortir l’investissement, une surélévation de deux étages. Le canton a accordé une subvention de 600’000 francs pour les travaux. Les travaux sont facilités par la présence d’un assistant en maîtrise d’usage (AMU), mais ils sont toujours une épreuve pour les locataires. Isabelle Jacobi Pilowsky, membre de la direction des Rentes genevoises.

Isabelle Jacobi Pilowsky Membre de la direction des Rentes genevoises

La consolation: ils devraient voir leur loyer baisser. Isabelle Jacobi Pilowsky

Isabelle Jacobi Pilowsky Membre de la direction des Rentes genevoises

Si les fondations immobilières et les coopératives jouent le jeu, la Ville de Lancy pourrait rejeter 12 mille tonnes de CO 2 en moins chaque année.

 

Continuer la lecture

A la une

La grève des femmes revit à l’occasion des Créatives

Publié

le

Photo: KEYSTONE

Le festival féminin et féministe les Créatives démarre ce mardi à Genève. Cette 15e édition propose plus de 60 événements jusqu’au 25 novembre, dont une exposition qui remet en lumière un événement majeur de cette année: la grève des femmes du 14 juin.

Ce mardi 12 novembre débute la 15e édition des Créatives à Genève. Le festival féminin et féministe propose cette année à nouveau des événements, pièces de théâtre, concerts, films ou encore performances, dans 40 lieux de représentations. Et au programme, une exposition qui revient sur un des événements majeurs de cette année : la grève des femmes du 14 juin. Intitulée « Maintenir la flamme du 14 juin », elle replonge le visiteur dans l’événement à travers des photos, mais également des textes, de la documentation et des vidéos. Kaya Pawlowska, membre du collectif genevois de la Grève des femmes et co-organisatrice de l’exposition.

Kaya Pawlowska Co-organisatrice de l'exposition

L’objectif n’est pas simplement de se replonger dans la grève, comme l’explique Kaya Pawlowska.

Kaya Pawlowska Co-organisatrice de l'exposition

L’envie des organisatrices est donc de faire perdurer le mouvement dans la durée, après cette manifestation qui avait réuni un demi-million de personnes en Suisse. Kaya Pawlowska.

Kaya Pawlowska Co-organisatrice de l'exposition

L’exposition « Maintenir la flamme du 14 juin » a lieu au théâtre St-Gervais du 12 au 25 novembre. Le vernissage a lieu ce mardi soir à 19h.

Toute la programmation du festival sur : www.lescreatives.ch.

Continuer la lecture

A la une

La Ville de Genève affiche zéro tolérance face au sexisme

Publié

le

« Objectif zéro sexisme dans ma ville », c’est le nom de la campagne lancée par Genève en marge de la journée internationale de l’élimination des violences faites aux femmes, le 25 novembre. Au programme : des affiches, des tables rondes et des Work shops. Cette campagne fait partie du plan d’action lancé par la Ville au printemps. Il couvre 5 axes prioritaires qui vont de la prévention à la sensibilisation en passant par la formation du personnel de la ville.

Les 200 policiers municipaux reçoivent actuellement une sensibilisation pour mieux accueillir les victimes de harcèlement et de sexisme. Une formation indispensable, selon la chargée de projet au 2ème observatoire, un institut de recherche sur les rapports de genre, Alexandra Cincin.

Alexandra Cincin Chargée de projet au 2ème observatoire

La sensibilisation permet aussi de déconstruire les idées reçues. Alexandra Cincin.

Alexandra Cinicin Chargée de projet au 2ème observatoire

Pour la Maire de Genève, Sandrine Salerno, il est indispensable que chaque personne se sente bien dans l’espace public.

Sandrine Salerno Maire de Genève

Côté sport et culture, le département va signer des conventions avec les centres sportifs et les lieux culturels subventionnés pour favoriser l’égalité homme femme et être attentif au sexisme.

Continuer la lecture

A la une

Genève tire un bilan positif de son dispositif anti-radicalisation

Publié

le

keystone

« Gardez le lien », c’est le nom du dispositif mis en place à Genève en 2016 pour prévenir la radicalisation et l’extrémisme. Après trois ans d’existence, il a fait ses preuves. Il a permis de repérer 126 situations de radicalisations et 101 situations ont pu être approfondies. 74 demandes venaient du canton de Genève et 27 d’autres cantons, Vaud, Fribourg et Valais notamment.

Les proches inquiets, la famille élargie et les amis sont ceux qui ont alerté le plus souvent le dispositif mais aussi le Département de l’instruction publique et le secteur du social et de la jeunesse. Ce sont des jeunes entre 12 et 24 ans pour la plupart et ils sont souvent en rupture. D’où l’importance de leur offrir un suivi individuel. Thierry Apothéloz, le Conseiller d’Etat chargé de la cohésion sociale.

Thierry Apothéloz  Conseiller d'Etat chargé de la cohésion sociale

La porte d’entrée du dispositif, c’est Rhizome, un pôle de prévention des radicalités, religieuses et idéologiques situé avenue de la Paix. Géraldine Casutt, sociologue des religions.

Géraldine Casutt sociologue des religions - Rhizome

Le but est de voir s’il y a un lien de causalité entre le comportement et les idées.

Géraldine Casutt sociologue des religions

Parmi les personnes repérées, 38 étaient des femmes et 65 des hommes. Les situations de radicalisations ne sont pas toujours claires et Rhizome mène une enquête auprès du réseau. Géraldine Casutt

Géraldine Casutt sociologue des religions - Rhizome

Le dispositif vise à redonner au jeune une perspective, qu’elle soit sociale, scolaire ou professionnelle. Rhizome assure un suivi des personnes.

Géraldine Casutt sociologue des religions - Rhizome

Sur les 126 situations, 10% des cas ont été dénoncés à la police. Depuis 2016, Genève n’a connu aucun départ pour cause de radicalisation islamiste.

 

 

Continuer la lecture