Rejoignez-nous

Actualité

Un rassemblement genevois demande la libération de Julian Assange

Publié

,

le

KEYSTONE/Martial Trezzini

Une manifestation de plusieurs collectifs, menée par Solidarité sans frontières, s’est déroulée ce jeudi à Genève en faveur de la libération de Julian Assange, emprisonné à Londres. Les manifestants jugent sa détention illégale et demandent à ce que la Suisse lui octroie le droit d’asile.

Une soixantaine de personnes se sont retrouvées ce jeudi aux alentours de midi sur la Place des Nations pour demander la libération de Julian Assange. Des dizaines d'associations et des partis de gauche ont fait état de leur préoccupation sur le sort réservé au fondateur de Wikileaks, actuellement emprisonné à Londres. Les manifestants estiment que sa détention est illégale et espèrent que la Suisse prenne position sur le sujet. Mais selon eux, la situation évolue malgré tout grâce aux nombreuses mobilisations. Les explications d'Ariane Tripet, collaboratrice chez Solidarité sans frontières.

Ariane TripetCollaboratrice chez Solidarité sans frontières

Les manifestants demandent également à ce que Julian Assange soit transféré en lieu sûr et demandent à la Suisse de prendre ses responsabilités en lui accordant le droit d’asile. Les partis de gauche souhaitent également qu'une législation soit mise en oeuvre afin de mieux protéger les lanceurs d'alerte. Pour Pierre Bayenet, député d'Ensemble à gauche au Grand Conseil, la Suisse doit encore faire beaucoup à ce sujet.

Pierre BayenetDéputé d'Ensemble à gauche au Grand Conseil

Défendre la liberté d'expression

L'une des grandes revendications des manifestants est la défense de la liberté d'expression et la liberté de la presse. Ils estiment que ces droits fondamentaux ont été bafoués. Selon eux, Julian Assange a fait son travail de journaliste en publiant ces documents et considèrent que le public a le droit d'être informé. C'est le cas de Luis, Madeleine et Raffaele venus apporter leur soutien au fondateur de Wikileaks.

Luis, Madeleine et Raffaele

Un état de santé alarmant

Au-delà du sort de Julian Assange, son état de santé préoccupe également les manifestants. Maintenu à l’isolement et dans un état de santé inquiétant, le journaliste attend dans une prison de haute sécurité près de Londres qu’une demande d’extradition formulée par les Etats-Unis soit examinée en février prochain. Le rapporteur de l’ONU sur la torture, Nils Melzer, a déclaré début novembre qu’Assange montrait tous les signes d’une torture psychologique prolongée et qu’il risquait de mourir en prison.

Pour rappel, Julian Assange a révélé des crimes de guerre en Irak et en Afghanistan, a diffusé des documents certifiants des abus des droits humains et démontré des affaires de corruption. Devant la menace d'une extradition vers les Etats-Unis où il fait l'objet de poursuites judiciaires, il se réfugie à l’ambassade d’Equateur à Londres qui lui accorde le droit d’asile entre 2012 et 2019. Le président équatorien met fin à son droit d’asile en avril 2019. La police britannique pénètre alors dans l'ambassade équatorienne, où il est arrêté. S'il est extradé en février 2020, il encourt une peine de 175 ans de prison aux Etats-Unis.

Politique

Pompes à chaleur: plus besoin en principe de permis de construire

Publié

le

Dans le canton de Vaud, la procédure d'installation des pompes à chaleur a été simplifiée (photo prétexte). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La révision des règlements pour l'installation de pompes à chaleur sur le territoire vaudois, suspendue à la suite d’un recours, a été validée par la Cour constitutionnelle (CCST). Désormais, dans la majorité des cas, installer un tel système de chauffage n'est plus soumis à une demande de permis de construire. Une simple annonce à la commune est suffisante.

Aucun recours n'ayant été déposé au Tribunal fédéral, la révision peut donc désormais déployer ses effets, a annoncé le canton lundi. Le nouvel article 68c dispense d'autorisation de construire l'installation d'une pompe à chaleur (air/air ou air/eau) pour la production de chauffage et d'eau chaude sanitaire dans des bâtiments existants.

C'est également le cas à l'extérieur d'un bâtiment existant, pour autant que la pompe à chaleur envisagée s'intègre au bâti, n'excède pas un volume de 2m3, ne porte pas atteinte à d'autres intérêts prépondérants et ne cause pas de bruit excessif pour le voisinage, précise le communiqué.

En outre, à une altitude de plus de 1000 mètres, seuls les bâtiments disposant du label Minergie ou étiquette CECB C peuvent être dispensés. Les pompes à chaleur sol/eau ne sont pas concernées par cette nouvelle procédure.

Aval des communes

Concernant la procédure, l'installation d'une pompe à chaleur doit simplement être annoncée à la commune concernée, ce qui permet de faciliter et d’accélérer le remplacement des chauffages à énergie fossile. Il appartient aux autorités communales d'accorder ou non une dispense d’autorisation de construire. Si les conditions d’une dispense ne sont pas réunies, le projet reste soumis à une procédure de demande de permis de construire, détaille encore le canton.

La révision des règlements d'application de la loi sur l'aménagement du territoire et les constructions (RLATC) et de la loi sur l'énergie (RLVLEne) avait été adoptée en juin 2023 par le Conseil d'Etat. Bloquée par un recours, elle a été validée par la CCST dans son arrêt du 12 janvier 2024.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Ferme inhabitée détruite par le feu à Cheseaux-sur-Lausanne

Publié

le

Une ferme inhabitée a été entièrement détruite par les flammes dimanche soir à Cheseaux-sur-Lausanne (photo prétexte). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Une ferme inhabitée a été la proie des flammes dimanche soir à Cheseaux-sur-Lausanne. Le bâtiment a été entièrement détruit. Les pompiers ont pu circonscrire le sinistre avant qu’il ne se propage aux autres habitations voisines. Aucun blessé n’est à déplorer.

Peu avant 22h30, un témoin a signalé à la centrale vaudoise de police qu’une ferme voisine, située dans le centre-ville de Cheseaux-sur-Lausanne, était la proie des flammes. Sur place, les secours n’ont pu que constater que le toit était entièrement en feu, a communiqué la police cantonale lundi.

Les sapeurs ont priorisé leurs efforts sur la protection des habitations voisines pour ensuite éteindre le feu lui-même. La ferme était inhabitée et inoccupée, mais contenait du matériel agricole et de la vieille paille.

La route d’Yverdon, la rue des Pâquis, le centre de Cheseaux-sur-Lausanne et la ligne du LEB ont été fermés au trafic pour les besoins de l’intervention. Le Ministère public a ouvert une enquête. Les causes du sinistre ne sont pour l’instant pas connues.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Les réclamations auprès de M. Prix ont encore augmenté en 2023

Publié

le

Comme l'an passé, M. Prix aura en 2024 les tarifs des ex-régies dans son viseur (archives). (© KEYSTONE/MARCEL BIERI)

L'inflation a légèrement fléchi en 2023, mais pas la grogne. L'année passée, Monsieur Prix a traité 2775 réclamations de citoyens (+407 sur un an). Son intervention auprès de La Poste a permis de réduire d'environ 40% les hausses tarifaires prévues.

En 2023, plus de 20% des réclamations adressées au surveillant des prix portaient sur les tarifs de l'énergie, selon le rapport annuel publié lundi. Les prix du secteur de la santé (13,4%), des transports publics (5,5%) et des denrées alimentaires (5%) complètent le palmarès des contestations.

Stefan Meierhans a émis 260 recommandations sur des projets de modification de tarifs par les autorités, dont la moitié portait sur les taxes sur l’eau, les eaux usées et les déchets. Outre la Poste, son intervention auprès de l'Alliance Swiss Pass a évité une hausse "de prix disproportionnée" pour les détenteurs d’un AG de 2e classe.

En 2024, M. Prix aura les entreprises proches de l’Etat dans son viseur. Il passera aussi sous sa loupe la TVA, rehaussée au 1er janvier.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

TX Group pourrait regrouper son immobilier dans une société

Publié

le

Le groupe avait annoncé en décembre 2022 vouloir réfléchir à sa stratégie immobilière pour les années à venir. (KEYSTONE/Ennio Leanza) (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

TX Group continue d'évaluer l'avenir de son portefeuille immobilier, estimant lundi qu'une étape supplémentaire a été franchie. Le groupe de médias pourrait regrouper ses biens immobiliers dans une société et examine des coopérations avec des partenaires spécialisés.

TX Group a lancé des négociations dans ce sens, mais rien ne permet actuellement de savoir si la transaction se concrétisera. Le groupe zurichois détient trois imprimeries dévolues à la presse, à Bussigny, Berne et Zurich, et qui souffrent depuis des années en raison de la baisse des volumes. L'évolution des capacités doit être revue en permanence, souligne l'entreprise éditrice notamment des quotidiens 24 Heures et Tribune de Genève, indique un communiqué.

Le groupe avait annoncé en décembre 2022 vouloir réfléchir à sa stratégie immobilière pour les années à venir.

Le communiqué du jour intervient au lendemain d'un article publié par la NZZ am Sonntag. Le journal dominical a évoqué la fermeture pure et simple des trois imprimeries susmentionnées d'ici quelques années, se basant sur un document interne que l'hebdomadaire a pu consulter. Le dernier site d'impression de TX Group pourrait ainsi cesser ses activités en 2032, selon l'article.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Temenos forme un comité d'enquête

Publié

le

Hindenburg Research avait dévoilé fin février, en amont des résultats annuels de Temenos, "une enquête de quatre mois impliquant des entretiens avec 25 anciens employés dont des dirigeants et qui révèle des traces de bénéfices manipulés et d'irrégularités comptables majeures". (KEYSTONE/M. Trezzini) (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'éditeur de logiciels bancaires Temenos a annoncé lundi la création d'un comité d'enquête afin d'examiner les allégations soulevées dans le rapport récemment publié par Hindenburg Research.

La société spécialisée dans la comptabilité judiciaire Alvarez & Marsal, le conseiller suisse Schellenberg Wittmer et le conseiller américain Sullivan & Cromwell ont été sélectionnés pour assister le comité spécial, indique un communiqué.

"Il est de notre devoir fiduciaire de procéder à un examen approfondi et solide de toutes les allégations soulevées. C'est pourquoi nous avons désigné des tiers indépendants de premier plan pour nous assister," déclare Thibault de Tersant, président non exécutif du conseil d'administration et du comité spécial.

Hindenburg Research avait dévoilé fin février, en amont des résultats annuels de Temenos, "une enquête de quatre mois impliquant des entretiens avec 25 anciens employés dont des dirigeants et qui révèle des traces de bénéfices manipulés et d'irrégularités comptables majeures". Ce à quoi, le conseil d'administration de Temenos avait rejeté "fondamentalement" les allégations formulées, évoquant des "inexactitudes factuelles et des erreurs analytiques, en plus d'allégations fausses et trompeuses".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture