Rejoignez-nous

Actualité

Un partenariat public-privé pour rénover le BAC à Genève

Publié

,

le

CREDIT: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

La rénovation du Bâtiment d'art contemporain (BAC) de la Ville de Genève va bénéficier d'un partenariat public-privé. Un accord a été conclu un accord avec les fondations deux principaux occupants: le Mamco et le Centre d'art contemporain.

"Une étape décisive a été franchie", s'est réjoui mardi devant les médias Sami Kanaan, maire de la Ville de Genève et magistrat en charge de la Culture. Les travaux de rénovation et de réaménagement de ce bâtiment industriel sont estimés à 40 millions de francs, y compris un crédit d'étude de 2,4 millions voté en 2011.

Les partenaires privés doivent apporter 25 millions de francs. En tant que mécène, le banquier et collectionneur d'art Philippe Bertherat va financer 10 millions. La Fondation du Musée d'art moderne et contemporain (Mamco) qu'il préside et celle du Centre d'art contemporain s'engagent à trouver 15 millions. Le solde sera pris en charge par la Municipalité.

"Un lieu emblématique"

Pour M. Bertherat, la rénovation du BAC doit permettre d'en faire "un lieu emblématique de l'art contemporain en Suisse." Ouvert en 1994, le Mamco se déploie sur 3400 mètres carrés. Mais l'accueil du public est obsolète, et le bâtiment n'est pas adapté aux conditions d'exposition et de conservation des oeuvres ainsi qu'à celles de travail à cause des grandes variations de température en hiver et en été.

Un avis partagé par le nouveau président de la Fondation du Centre d'art contemporain, l'avocat Pierre Gillioz, qui succède au fiscaliste Xavier Oberson qui a négocié cet accord: "Nous sommes persuadé que la rénovation va permettre de nouvelles synergies entre les occupants."

Outre la rénovation de l'enveloppe thermique du bâtiment, le programme comprend la dépollution du site et le réaménagement des espaces intérieurs. Le lauréat du mandat d'études parallèles sera connu à la fin de l'année. La Ville de Genève prévoit de déposer une demande de crédit d'investissement à la fin de l'année 2023 et prévoit deux ans de travaux, en 2024 et 2025.

1100 m2 libérés

Le chantier sera facilité par le départ de deux occupants du BAC. L'Unité d'arts visuels de la Ville de Genève déménagera en octobre au Carré vert, à la Jonction, où elle disposera de 250 mètres carrés supplémentaires pour des projets de médiation et de présentation de la collection, a expliqué sa responsable Michèle Freiburghaus.

Les espaces d'exposition du Commun, qui permettent à la scène artistique locale de développer des projets, devraient, eux, être relogés dans d'anciens locaux de la Société d'instruments de physique (SIP), voisins du BAC. La Ville est en train de négocier avec son propriétaire, la Caisse de prévoyance de l'Etat de Genève. Le départ de ces deux institutions va libérer 1100 mètres carrés.

Quant à l'avenir du Centre de la photographie Genève au BAC, il est encore incertain. Son directeur Joerg Bader a indiqué qu'il entend mener une réflexion jusqu'en 2023 sur la définition d'un projet.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

PLUIE D'ETOILES FILANTES DANS LE CIEL ROMAND

Publié

le

KEYSTONE/EPA EFE/PEDRO PUENTE HOYOS

Cette nuit aura lieu le pic des Perséides, une nuée de météores qui croise la trajectoire de la Terre créant des étoiles filantes.

Et quand on dit "des étoiles filantes" ça veut dire beaucoup d'étoiles filantes! Elles seront des centaines plus ou moins visibles. Entre 22h00 et 04h00 du matin ce sont jusqu'à 100 étoiles filantes par heure que l'on pourra apercevoir. C'est à 3h00 que leur nombre sera à son apogée. Reste une question derrière la beauté du spectacle: d'où vient ce phénomène et pourquoi est-ce qu'il se produit chaque année à la même période? La réponse avec Eric Achkar, président de la société astronomique de Genève:

Eric Achkarprésident de la société astronomique de Genève

A noter que ce sera aussi une super lune ce soir. Une lune très lumineuse qui risque de gêner un peu l’observation. En effet, la luminosité risque d'éclipser les traces lumineuses les plus faibles et seules les étoiles filantes les plus brillantes seront visibles. Pour rendre l'expérience la plus concluante possible, il y a quelques conseils à mettre en place. Eric Achkar, président de la société astronomique de Genève:

Eric Achkarprésident de la société astronomique de Genève

A noter que pour limiter la pollution lumineuse, 130 communes de suisse romande vont couper la lumière dans les cantons de Vaud, Neuchâtel et les parties francophones des cantons de Fribourg et Valais.

Continuer la lecture

Suisse Romande

Vallée de Joux (VD): l'alerte à la pollution de l'air est levée

Publié

le

A la Vallée de Joux, l'alerte à la pollution de l'air a été levée (Photo prétexte). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'alerte est levée à la Vallée de Joux. Les gros incendies qui sont en cours dans le Jura français avaient provoqué jeudi soir un pic de pollution de l'air. Vendredi matin, les niveaux de particules fines restent partout inférieurs aux normes légales.

Suite à des incendies dans le Jura français, des fumées redescendent au niveau de la frontière suisse. ll n'y a actuellement pas de situation de pic de pollution, indique vendredi Alertswiss, l'application gérée par la Confédération et les cantons. Des fumées sont visibles, ajoute-t-elle.

Jeudi, les autorités avaient averti que le pic de pollution pouvait provoquer des inflammations des voies respiratoires et des effets négatifs sur le système cardiovasculaire. Elles avaient notamment recommandé de modérer les efforts physiques intenses et d'éviter les facteurs irritants, comme le tabac ou les solvants.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Le patron de l'usam pas opposé à des hausses de salaires

Publié

le

Fabio Regazzi appelle l'Etat à compenser lui aussi l'inflation (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Le président de l'Union suisse des arts et métiers, Fabio Regazzi, ne se dit pas opposé à des augmentations de salaire réclamées par les syndicats pour compenser l'inflation. Mais la question "doit être abordée au cas par cas", ajoute-t-il.

"Il y a des secteurs qui ont les moyens d'appliquer une hausse et qui le feront sans doute sur la base du partenariat social. Par contre, d'autres branches en difficulté n'ont simplement pas les moyens d'y arriver", indique M. Regazzi dans un entretien diffusé vendredi par la Tribune de Genève et 24 Heures.

Dans cette deuxième catégorie, il cite les secteurs fortement impactés par la crise du Covid-19 ou "qui se trouvent dans une période d'incertitude en raison de la guerre en Ukraine".

Levier fiscal

Alors que l'Union syndicale suisse a réclamé au début août des "augmentations de salaire urgentes et nécessaires", M. Regazzi reconnaît que les entreprises ont un rôle important à jouer pour compenser l'inflation, qui atteint 3,4%. "Mais elles ne peuvent pas constamment jouer les pompiers et augmenter les salaires à l'infini".

L'Etat doit "aussi faire un effort" avec le "levier fiscal, qui peut être actionné", estime le conseiller national (Centre/TI). "D'autres pistes méritent aussi d'être explorée", poursuit-il.

Mais selon lui, les aides doivent avant tout cibler la classe moyenne. "C'est celle qui souffre le plus, car elle n'a ni le patrimoine des classes les plus aisées ni les aides des classes les plus faibles".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Risques de pollution de l'air à la Vallée de Joux

Publié

le

Les incendies dans le Jura français provoquent à la Vallée de Joux (VD) un pic de pollution de l'air, qui pourrait entraîner des problèmes de santé, avertir Alertswiss. (photo sympbolique) (© KEYSTONE/FABRICE COFFRINI)

Les gros incendies qui sont en cours dans le Jura français provoquent à la Vallée de Joux un pic de pollution de l'air, qui pourrait entraîner des problèmes de santé. Les autorités appellent à la prudence.

Des fumées redescendent au niveau de la frontière suisse, dans le secteur de la vallée de Joux, indique jeudi soir Alertswiss, l'application gérée par la Confédération et les cantons. Le pic de pollution pourrait provoquer des inflammations des voies respiratoires et des effets négatifs sur le système cardiovasculaire.

Les autorités recommandent de modérer les efforts physiques intenses et d'éviter les autres facteurs irritants, comme le tabac ou les solvants. Il faut également limiter, dans la mesure du possible, l'aération prolongée du logement, éviter le port de lentilles en cas de gêne oculaire et consulter un médecin en cas d'aggravation de symptômes comme la toux, une gêne respiratoire, une gorge ou un nez irrité.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

La barre des 60'000 statuts S accordés en Suisse a été franchie

Publié

le

Des réfugiés jouent dans la cour de la maison qui les accueille à Gilly (VD). En tout, trois familles avec 25 enfants et cinq adultes sont accueillies dans ces lieux (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La barre des 60'000 statuts de protections S accordés à des réfugiés en provenance d'Ukraine a été franchie en Suisse. Jusqu'à jeudi, la Confédération en a octroyé exactement 60'056, un nombre en hausse de 122 par rapport à la veille.

Les demandes de statut S s'élèvent pour leur part à 62'142, en hausse de 116 par rapport à la veille, indique jeudi le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) sur Twitter.

Ce statut de protection spécial a été activé pour la première fois depuis sa création à la suite des guerres de Yougoslavie dans les années 1990. Visant à apporter la protection nécessaire aux personnes fuyant la guerre, il a aussi pour but de décharger le système normal de l'asile, en permettant aux demandeurs d'obtenir un permis "S" rapidement et sans devoir passer par une procédure d'asile classique.

Les plus nombreux à Zurich

Le droit de séjour est d'un an. Mais il peut être prolongé aussi longtemps que les personnes sont exposées à un danger grave. Les réfugiés peuvent également faire venir des membres de leur famille. En outre, si le gouvernement n’a pas levé la protection provisoire au bout de cinq ans, les bénéficiaires reçoivent une autorisation de séjour B. L'accès au marché du travail est immédiat, tout comme celui de l'école.

C'est le canton de Zurich qui accueille le plus de bénéficiaires du statut S, avec 10'925 personnes inscrites, selon les derniers chiffres du SEM datant du 9 août. Viennent ensuite Berne (7418) et Vaud (5511).

En Suisse romande, Genève arrive en seconde position derrière Vaud avec 3538 personnes accueillies. Les bénéficiaires du statut S sont 2132 dans le canton de Fribourg, 2045 en Valais, 1149 dans le canton de Neuchâtel et 463 dans le Jura.

Taux d'emploi de 10%

Sur les 33'645 personnes en âge de travailler, c'est-à-dire âgées de 18 à 64 ans, 3375 exercent un emploi. Cela représente un taux d'emploi de 10,03%. Les autorisations de travail délivrées sont en réalité plus nombreuses, car elles ne sont enregistrées qu'avec du retard, précise le SEM.

Ce taux peut paraître bas, mais il est beaucoup plus élevé que la normale. En général, environ 5% des requérants d'asile ont trouvé un emploi après six mois, a rappelé jeudi la secrétaire d'Etat aux migrations Christine Schraner Burgener dans la Matinale de la RTS. Et d'ajouter que bien sûr il serait souhaitable que ce taux soit plus élevé, relevant les bienfaits non seulement pour le moral des réfugiés mais aussi le système social.

Près d'un quart des réfugiés ukrainiens qui travaillent (24%) sont actifs dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration. Près d'un sur cinq (17%) travaille dans le secteur "Planification, conseil, informatique". L'agriculture et l'enseignement accueillent respectivement 8% et 7% des bénéficiaires d'un statut S.

Plus de 20'000 jeunes de moins de 18 ans

Interrogé sur le nombre d'enfants scolarisés, le SEM indique que, parmi les bénéficiaires du statut S, 17'263 ont entre 4 et 17 ans. Dans le détail, 12'648 enfants sont âgés de 4 à 13 ans, 2336 ont entre 14 et 15 ans et 2279 ont entre 16 et 17 ans. Il y a en outre 3162 bambins entre zéro et trois ans.

Le SEM rappelle que la scolarisation des enfants au bénéfice d'un statut S est de la responsabilité de la commune et du canton d'attribution, mais qu'en règle générale, elle se fait aussi rapidement que possible.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture