Rejoignez-nous

Actualité

La chute du mur de Berlin vue par un historien genevois

Publié

,

le

Un pan de mur tombe, symbole de la réunification (KEYSTONE/AP Photo/Lionel Cironneau)

Le 9 novembre 2019 marquera les trente ans de l'anniversaire de la chute du mur de Berlin qui a eu lieu le 9 novembre 1989.

Evénement majeur du siècle dernier, cette réunification entre l'Allemagne de l'Est et l'Allemagne de l'Ouest ne signe pourtant pas la fin de la guerre froide pour l'Europe, et le rideau de fer érigé pendant plus de 28 ans laisse des marques encore aujourd'hui.

Ce récit, vu depuis les yeux du chroniqueur et historien Genevois Claude Bonard, nous plonge dans une euphorie de courte durée et une Europe encore bien fragile.

Claude Bonard, historien et membre de la société d'histoire de la Suisse Romande.

Claude BonardChroniqueur historien Genevois

Claude Bonard : "Je me trouvais dans cette magnifique ville de Lyon pour un voyage en amoureux avec ma femme, et je suis à l'hôtel, j'enclenche la télévision, et qu’est-ce que je vois, je vois ces scènes incroyables de population agglutinée devant ce mur avec des masses, des marteaux, des Volkspolizei de Berlin Est qui sont ébahis et qui sont juchés sur le haut du mur et regardent ça d’un air assez étonné, et puis tout d’un coup ces pans de murs qui s’effritent et qui commencent à tomber… Ces gens qui se jettent dans les bras les uns des autres, et puis cette cohorte de petites voitures de l’Allemagne de l’Est qui commencent à franchir les points de contrôles et les gens qui se ruent à Berlin Ouest, c’était l’euphorie, un euphorie qui n’a pas duré bien longtemps d’ailleurs.

L'euphorie de la chute du mur en 1989 (KEYSTONE/AP Photo/Lionel Cironneau, File)

On a eu ensuite ce qui a suivi avec la réunification de l’Allemagne plus tard, le plan d’aide de ce qui fut l’Allemagne de l’Ouest à l’Est, les rancœurs qui ont débouchés aujourd’hui sur l’arrivée de l’extrême droite dans les länders à la proximité de la frontière avec la Pologne, toute cette Allemagne de l’Est qui a très mal vécu le changement. On vivait peut-être mal mais on vivait et maintenant beaucoup de gens ont le sentiment d’être abandonnés, cette industrie qui ne tenait que par les subventions et portée à bout de bras par le gouvernement qui s’est effondré et ces usines qui n’étaient plus rentables, ces mines qu’il a fallu fermer… 

Bref, une situation chaotique, mais le jour même c’était l’euphorie, les musiciens qui viennent jouer au pied du mur, tout le monde qui s’embrasse. 

Et n’ayant pas pu être à Berlin, évidemment, n’ayant pas prévu cela en 89, je me suis dit qu’un an après en 1990, j’irai, jour pour jour, à Berlin. C’est la que j’ai été accueilli par cette ami officier britannique qui était encore avec son régiment. Les britanniques étaient encore à Berlin, tout comme les américains d’ailleurs à cette époque là. 

J’y ai trouvé un Berlin désert, le 9 novembre, le soir-même, à l’heure même où le mur tombait, il y avait un vent glacial à la place Brandebourg et des tréteaux de gens qui vendaient des vieux uniformes, des drapeaux d’Allemagne de l’Est, des casquettes, et ce n’étaient pas encore des copies à l’époque, c’était les vrais équipements. Des gens désabusés qui traînaient  autour d’un café bu furtivement dans un gobelet en plastique, mais pas de foule, pas de joie, pas de grands états-d’âme je dirais. Et c’était pour moi une grande surprise de voir la différence entre l’euphorie une année avant, et une année après. Alors vous alliez à Checkpoint Charlie, vous aviez les touristes qui mitraillaient, des gens qui faisaient enfiler aux touristes des uniformes russes, américains… 

On tournait dans le kitsch, dans le factice, et j’ai eu un très mauvais sentiment à ce moment-là. Je m’imaginais que la foule aurait été en liesse de nouveau pour marquer un an de la chute du mur."

Claude BonardChroniqueur historien Genevois

"Symboliquement, il a eu un retentissement énorme, surtout pour les générations qui l’avaient vu construire. Je me souviens d’avoir eu l’oreille collée à la radio en 1961 lorsqu’on annonçait que le mur commençait à être construit, à un moment donné il y a eu une situation très tendue à Berlin où les blindés américains se sont trouvés face aux troupe de l’Allemagne de l’Est. On se souvient tous de cette photo d’un grand photographe dont je n’ai hélas plus le nom, de ce "volkpo" avec sa mitraillette et son casque qui arrive à franchir le mur de briques pour se réfugier à l’Ouest.

Enfants, lors de la construction du mur (KEYSTONE/AP/Kreusch)

Je pense qu’après, la réunification de l’Allemagne a été beaucoup plus importante, mais que la manière, ce n’est pas une critique mais un constat,  dont cette absorption de l’Est dans l’Ouest a été faite a laissé des traces jusqu'à aujourd’hui. Les mentalités sont différentes, les systèmes éducatifs étaient différents, les gens, sociologiquement et culturellement étaient différents. Je ne veux pas tomber dans la caricature, c’est juste une image que je donne, mais je crois que cette “digestion” ne s’est pas encore terminée, et qu'à certains endroits d’Allemagne de l’Est on a une rancœur vis à vis de l’Ouest, et des gens qui sont peut-être désabusés, encore une fois, qui se sont senti laissés sur le bord de la route, qui n’ont pas pu tirer tous les bénéfices , ou qui s'attendaient à pouvoir vivre autrement et mieux que ce qu’ils imaginaient."

Coronavirus

La Suisse compte 29'142 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

654 personnes se trouvent actuellement aux soins intensifs. Les patients Covid-19 occupent 30,30% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 74,30%. (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La Suisse compte mardi 29'142 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 14 décès supplémentaires et 125 malades ont été hospitalisés.

Il y a sept jours, l'OFSP avait annoncé 24'602 cas, soit 4540 de moins. Le même jour, il dénombrait 16 décès et 129 hospitalisations supplémentaires.

654 personnes se trouvent actuellement aux soins intensifs. Les patients Covid-19 occupent 30,30% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 74,30%.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 76'619 tests ont été transmis. Le taux de positivité s'élève à 38%, contre 36,9% il y a une semaine. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,11.

Le variant Omicron représente 87,9% des cas de coronavirus séquencés ou examinés dans les laboratoires sur sept jours, avec un délai de deux semaines environ.

Selon l’OFSP, 163'150 personnes se trouvent actuellement en isolement après avoir été testées positives au coronavirus. Et 52'068 autres ayant eu des contacts avec des personnes infectées ont été placées en quarantaine.

Au total, 67,91% des Suisses ont déjà reçu deux doses de vaccin. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans, la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 77,27%, indique l'OFSP. Par ailleurs, 71,12% des personnes âgées de 65 ans et plus et 34,89% de la population ont déjà reçu une dose de rappel.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 351'443, soit 4035,24 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Depuis le début de la pandémie, 1'763'380 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 16'128'165 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 12'170 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 41'618.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

ZEFAL rappelle des bidons de vélo pour enfants

Publié

le

Il n'est pas exclu que la valve des bidons concernés se détache, engendrant ainsi un risque d'étouffement pour l'enfant. (© )

ZEFAL SA rappelle certains bidons de vélo pour enfants en raison d'un risque d'étouffement. Les consommateurs concernés sont priés de ne plus utiliser ces articles.

Il n'est pas exclu que la valve des bidons concernés se détache, engendrant ainsi un risque d'étouffement pour l'enfant, précise mardi le Bureau fédéral de la consommation.

Les gourdes concernées ont été vendues entre janvier 2017 et janvier 2022 sous différentes variétés d’impressions et de couleurs. Elles portent l'inscription "ZEFAL" sur leur fond.

Les consommateurs qui possèdent l'un des bidons concernés sont invités à ne plus l'utiliser et à le jeter immédiatement, ou à suivre les instructions de retour sous https://www.zefal.com/fr/cms/67/rappel-LittleZ

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Près d'une centaine d'armes de l'armée suisse a disparu en 2021

Publié

le

En 2021, parmi les 98 armes manquantes à l'appel, 82 ont été volées, selon les chiffres fournis par l'Armée suisse (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

En 2021, 98 armes à feu de l'armée suisse ont disparu, dont 76 fusils d'assaut. Les autres armes manquantes à l'appel sont des pistolets, la majorité du type 75. L'année précédente, le nombre d'armes perdues s'élevait à 70.

Parmi les 98 armes manquantes, 82 ont été volées, selon les chiffres fournis mardi par l'Armée suisse. Une autre a été détruite dans un incendie. L'origine de la disparition des 15 autres armes reste pour l'heure inconnue.

Les pertes d'armes ont de nouveau augmenté par rapport à 2020, mais restent en deçà du record de 2018 (107). Les raisons de cette hausse ne peuvent pas être clairement établies, selon Stefan Hofer, porte-parole de l'Armée suisse, qui invoque la mobilité accrue comme l'une des causes possibles.

L'an dernier, seules 15 armes ont été retrouvées, contre 22 en 2020. Un nombre nettement plus faible par rapport aux années précédentes, qui lui non plus ne s'explique pas. Selon le porte-parole, il n'est pas non plus possible d'établir un lien direct avec la pandémie.

Depuis 2009, l'armée a recensé au total 1036 armes manquantes. La plupart d'entre elles ont été rendues à l'armée par les polices cantonales, par exemple lorsqu'elles ont été retrouvées lors de leurs opérations ou remises à la police par des civils.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Drogue mortelle, le tabac ne doit pas atterrir chez les jeunes

Publié

le

Après les initiants, c'est au tour des politiciens de présenter leurs arguments pour l'initiative sur le tabac. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Produit addictif et néfaste, le tabac ne doit pas tomber entre les mains des jeunes. Un comité interpartis a plaidé mardi pour une restriction plus forte de la publicité, comme l'exige l'initiative sur le tabac soumise au peuple le 13 février.

"La raison d'être de la publicité est de conquérir de nouveaux consommateurs", a pointé le sénateur Hans Stöckli (PS/BE) devant les médias. Elle y parvient particulièrement bien auprès des jeunes, comme l'ont montré de nombreuses études, a complété Lilian Studer (PEV/AG). Le risque de se mettre à fumer augmente entre 30 et 46% lorsque les jeunes sont soumis à une publicité agressive.

Et ce d'autant plus que "la dépendance à la nicotine s'installe plus rapidement parmi la jeunesse", a rappelé Michel Matter (PVL/GE). Les publicistes ont donc investi de nouveaux espaces, comme Internet, les réseaux sociaux ou les festivals, où se trouvent les jeunes, a indiqué Jörg Mäder (PVL/ZH), également représentant à la Chambre du peuple.

Restrictions efficaces

A l'inverse, les restrictions publicitaires réduisent les incitations à fumer, a poursuivi Lilian Studer. Alors que la consommation de tabac stagne autour des 27% en Suisse, elle a baissé dans les pays ayant pris des mesures fortes.

La proportion de fumeurs a diminué de 6% au Royaume-Uni (entre 2011 et 2019) et en Irlande (entre 2013 et 2020), a donné en exemple la députée. En France, elle a baissé de 5% entre 2015 et 2019. Tous trois ont par exemple introduit le paquet neutre de cigarettes.

Pour Léonore Prochet (Vert-e-s/VD), la faiblesse des mesures suisses n'est pas un hasard. Le lobbyisme du tabac est extrêmement puissant. Membre de la commission de la santé publique, elle a tout de suite été approchée par ses représentants. Courriers et invitations à manger se sont multipliés. Lors de l'examen du contre-projet indirect à l'initiative, les parlementaires n'avaient donc pas que la protection de la santé des jeunes en tête.

S'il y a un consensus pour dire que la législation actuelle est obsolète, les moyens pour mieux les protéger diffèrent, a relevé Sidney Kamerzin (Centre/VS). Le contre-projet indirect, soutenu par le Conseil fédéral et le Parlement, veut interdire la publicité s'adressant aux jeunes. "L'initiative veut inverser ce mécanisme et autoriser la publicité adressée aux adultes."

Conséquences minimes

"La publication est omniprésente", a relevé Christina Bachmann-Roth, présidente des Femmes du Centre. Or les produits du tabac n'ont pas été conçus pour les enfants. Et de noter le conflit d'intérêts entre les investissements importants dans l'éducation des jeunes et les politiques laxistes en matière de publicité pour le tabac.

Parler de responsabilité individuelle des parents reviendrait à dire que la vaste majorité d'entre eux a échoué, a noté le médecin et élu PLR Jean-Daniel Schumacher. "Les parents n'ont pas le poids qu'on veut leur donner." En particulier pas à l'adolescence où les jeunes se distancient d'eux. "L'industrie du tabac vient alors les cueillir. Il faut empêcher ce processus."

La santé des enfants doit passer avant les intérêts de l'industrie du tabac, a plaidé Michel Matter. D'autant plus que les coûts générés par le tabagisme sont énormes. Quelque 9500 personnes décèdent des suites d'une maladie due au tabac chaque année en Suisse. Les coûts pour la santé s'élèvent à trois milliards de francs et à deux milliards pour l'économie.

"L'industrie du tabac est certes pourvoyeuse d'emplois. Mais 80% de la production est exportée", a encore souligné le conseiller national et médecin. "Les restrictions de la publicité auraient des conséquences minimes."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Plus de 200 millions de colis acheminés en un an, un record

Publié

le

L'augmentation du volume des colis est due au commerce en ligne. Ce dernier s’est en effet fortement développé sous l’impulsion des restrictions liées au coronavirus et du télétravail. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

La Poste a acheminé 202,1 millions de colis en 2021, un record dans l'histoire de l'entreprise et une hausse de 9,6% par rapport à 2020. Du côté des lettres, la baisse se poursuit avec 1,811 milliard de missives distribuées, soit 3,3% de moins que l'année précédente.

Pour assurer ses prestations, la Poste a créé, en 2021, 809 postes à plein temps supplémentaires dans le secteur logistique, précise mardi l'entreprise. Celle-ci salue "l’engagement exceptionnel" de ses collaborateurs "en ces temps difficiles".

L'augmentation du volume des colis est due au commerce en ligne. Ce dernier s’est en effet fortement développé sous l’impulsion des restrictions liées au coronavirus et du télétravail.

Le bond a été de 9,6% en comparaison avec la première année de pandémie (2020: 184,4 millions de colis). Par rapport à 2019, ce taux grimpe même à environ 35%. La dynamique est inverse du côté des lettres, dont le volume total a diminué d'environ 30% au cours des 10 dernières années.

Cette évolution conforte la Poste dans sa décision d’avoir regroupé sur le plan organisationnel le traitement des lettres et des colis début 2021. Ce regroupement au sein d’une même unité logistique préserve des emplois et assure une flexibilité en cette période extraordinaire, constate l'entreprise.

Doubler les capacités de tri

La Poste table également sur une augmentation du volume des colis à l’avenir. Pour y faire face, elle entend doubler les capacités de tri d’ici 2030. Concrètement, le géant jaune investira d’ici là environ 1,5 milliard de francs supplémentaires dans le développement de son infrastructure de tri et de distribution.

Cela implique notamment le développement et la modernisation des centres existants, mais aussi la construction de nouveaux centres colis régionaux. La Poste prévoit aussi de créer environ 1500 postes en plus d’ici 2030.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture