Rejoignez-nous

Actualité

Un camp aux USA pour avoir les clés de la création d’entreprise

Publié

,

le

Dix étudiants de l’EPFL ont participé au Silicon Valley Start-up camp, une semaine d’échanges, organisée par la BCV, à San Francisco, avec des patrons locaux, pour s’imprégner de cette culture entrepreneuriale.
Le journaliste Charles Super était  au voyage, voyage qu’il est venu raconter à Radio Lac matin.
Charles Super Journaliste Lfm

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Incertitudes au sujet de la valeur locative

Publié

le

Les propriétaires immobiliers pourraient ne plus être imposés sur la valeur locative de leur maison (archives). (©KEYSTONE/STIFTUNG WENDEPUNKT/STR)

La valeur locative doit être supprimée. La commission de l’économie du Conseil des Etats tient à réformer l’imposition de la propriété du logement en ce sens, mais elle peine à s’entendre sur les modalités. Cinq variantes seront mises en consultation à la mi-mars.

La commission a deux souhaits, a expliqué vendredi à la presse son président Pirmin Bischof (PDC/SO). Il s’agit d’abord de supprimer la valeur locative alors que toutes les tentatives en ce sens ont échoué ces vingt dernières années. La commission veut aussi freiner le fort taux d’endettement des ménages privés.

Les propriétaires qui vivent dans leur logement doivent pour l’instant déclarer sa valeur locative, soit le revenu qu’il serait possible de tirer d’une location. En échange, ils peuvent déduire du revenu imposable les frais d’entretien et les intérêts hypothécaires.

La commission s’était déjà mise d’accord en juillet sur les grandes lignes de sa réforme: la valeur locative ne sera abolie que pour les résidences principales, pas pour les résidences secondaires. Les propriétaires ne pourront plus défalquer les frais d’entretien de biens immobiliers.

Finie aussi, à l’échelon fédéral, la déduction des investissements servant à économiser l’énergie et à protéger l’environnement ainsi que des frais occasionnés par les travaux de restauration de monuments historiques. Les cantons resteront libres de continuer à prévoir ces déductions.

Déduction de la dette

Les esprits sont divisés sur la déductibilité des intérêts passifs privés, donc la dette des ménages. Après avoir demandé à l’administration d’étudier plusieurs variantes, elle préfère en soumettre cinq en consultation plutôt que de trancher.

Toutes sont plus strictes que le droit en vigueur qui permet non seulement de déduire les intérêts hypothécaires, mais aussi le rendement de la fortune mobilière (comme les placements) auquel s’ajoutent encore 50’000 francs.

Le plus simple et le plus logique serait de supprimer entièrement la déduction des intérêts passifs privés, a estimé le président de la commission. Cette variante apporterait 670 millions de recettes en plus pour la Confédération et 1,4 milliard pour les cantons pour un taux hypothécaire de 3,5%, mais elle aura du mal à s’imposer car les propriétaires immobiliers ne seraient pas les seuls à y perdre.

Une autre option est de limiter les déductions aux intérêts passifs jusqu’à concurrence du rendement imposable de la fortune immobilière. La troisième option y ajouterait un coup de pouce aux participations (déduction supplémentaire de 50’000 francs si quelqu’un détient au moins 10% du capital-action ou du capital social d’une société de capitaux ou d’une société coopérative).

Les deux dernières options ne distinguent pas fortune immobilière et mobilière. L’une prévoit que les intérêts passifs seraient déductibles jusqu’à concurrence de 80% du revenu imposable de la fortune, l’autre jusqu’à hauteur de 100%. Cette dernière variante rapporterait encore 30 millions de francs par an à la Confédération pour un taux hypothécaire de 3,5%.

Aide aux jeunes

La commission ne souhaite pas que les jeunes ménages ne puissent plus accéder à la propriété. L’acquisition d’un premier logement donnera droit durant dix ans à une déduction décroissante de maximum 10’000 francs pour les couples et 5’000 francs pour les personnes seules.

Selon M.Bischof, le projet favorisera surtout les propriétaires peu endettés. Il faut enfin en finir avec l’incitation à l’endettement des ménages privés, qui est à un niveau record en Europe, a-t-il plaidé.

Interrogé par Keystone-ats, le président de l’Association des propriétaires fonciers (HEV) Hans Egloff s’est réjoui que le projet avance. La suppression de la valeur locative est une revendication de longue date des propriétaires, a rappelé le conseiller national. L’association attend avec impatience l’avis des cantons, principaux touchés et veut étudier le projet avant de se prononcer sur la meilleure variante.

Refus du peuple

La commission espère que le Conseil des Etats pourra empoigner le dossier à la session d’hiver. Rien n’est joué. Le peuple a refusé en 2012 par 52,6% une initiative qui aurait permis aux retraités de ne plus payer la valeur locative. La suppression de cette valeur était aussi prévue dans le paquet fiscal torpillé dans les urnes en 2004.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

La mise à niveau de l’EPFL est légale

Publié

le

Le cours de mise à niveau organisé par l'EPFL pour les étudiants qui n'obtiennent pas une moyenne suffisante est légal, selon le Tribunal administratif fédéral (archives). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le cours de mise à niveau imposé par l’EPFL aux étudiants n’obtenant pas une moyenne de 3,5 au terme du premier semestre est conforme au droit. Le Tribunal administratif fédéral donne raison à l’école qui avait essuyé un échec devant la Commission de recours des EPF.

Dans son ordonnance sur le contrôle des études, l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) prévoit que le cours de mise à niveau (MAN) est organisé au deuxième semestre. Les étudiants de toutes les voies qui n’ont pas une moyenne suffisante y sont astreints. S’ils échouent à la MAN, ils sont exclus de l’école.

En juillet 2017, quelques étudiants ont recouru contre leur exclusion auprès de la Commission de recours des EPF. Selon eux, la MAN était contraire au droit car elle ne reposait sur aucune base légale formelle.

En outre, les recourants estimaient qu’une importance démesurée était accordée aux connaissances en mathématiques dans le cursus d’architecture. La MAN était ainsi arbitraire et aboutissait à une inégalité de traitement. La Commission de recours avait admis leurs arguments, estimant que le principe du cours aurait dû au moins figurer dans une loi telle que la loi sur les EPF.

Autonomie des EPF

L’EPFL a attaqué trois des décisions de la commission devant le Tribunal administratif fédéral (TAF). Dans des arrêts publiés vendredi, celui-ci constate que la loi sur les EPF prévoit que les deux écoles polytechniques de Lausanne et Zurich règlent elles-mêmes leurs formations. Elles peuvent déterminer à quelles conditions un examen ou un cours est réussi.

La MAN ne revêt donc pas le caractère d’un numerus clausus. Il vise au contraire à mettre au niveau exigé les connaissances des étudiants de l’école.

Dans un communiqué, l’institution se réjouit de la décision des juges de Saint-Gall. « La MAN permet de travailler spécifiquement avec les étudiants en difficulté, réagit Pierre Vandergheynst, vice-président pour l’éducation. Ce système les aide à acquérir à la fois les concepts manquants et les méthodes de travail pour bien réussir à l’EPFL. »

Les arrêts ne sont pas définitifs. Ils peuvent être attaqués devant le Tribunal fédéral. (arrêts A-2359/2018, A-2852/2018 et A-2863/2018 du 7 février 2019)

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

La grippe progresse en Suisse et sollicite fortement les HUG

Publié

le

La grippe est particulièrement virulente cette année en Suisse. A Genève, elle sollicite davantage le service des urgences des Hôpitaux universitaires.

Pas moins de 300 cas de grippe et 130 de virus respiratoire ont été recensés depuis le début de l’année aux Hôpitaux universitaires de Genève. Le virus respiratoire synciytial, connu aussi sous le nom de bronchiolite,  touche principalement les jeunes enfants et les personnes âgées. De nombreuses complications de type pneumonie ont aussi été constatées.

Les services des urgences sont davantage sollicités avec une augmentation de 10 à 20% de plus que l’année dernière. Les explications du Docteur Anne Iten, médecin adjoint au service de prévention et contrôle des infections aux HUG.

Docteur Anne Iten Médecin-adjoint au service de prévention et contrôle des infections aux HUG

Les HUG donnent un certain nombre de recommandations pour éviter les contaminations. Le détail avec le Docteur Anne Iten:

Docteur Anne Iten Médecin-adjoint au service de prévention et contrôle des infections aux HUG

Les cas de bronchiolites ou RSV, frappent les tout-petits. Il faut s’armer de patience aux urgences pédiatriques, un pic de 168 consultations a été constaté en un jour contre 80 en moyenne. Les conseils du médecin-adjoint.

Docteur Anne Iten Médecin-adjoint au service de prévention et contrôle des infections aux HUG

En entrant à l’hôpital, le masque est conseillé pour éviter de contaminer les malades.

Continuer la lecture

Le Club Sport

Anissa-Célia Toumi apporte son expérience à Genève Elite Basket

Publié

le

Anissa-Célia Toumi (n°12) et Genève Elite Basket, qualifiées-surprise pour la finale de la SBL-Cup fin janvier à Montreux (© Jonathan Picard/SwissBasketball).

Quatrième en championnat après et récente finaliste de la Coupe de la Ligue, Genève Elite bénéficie de l’expérience d’Anissa-Célia Toumi et de ses deux étrangers pour entourer les jeunes et talentueuses basketteuses issues de l’Académie.

Les joueuses d’expérience jouent un rôle essentiel dans l’actuelle réussite de Genève Elite. Outre les deux étrangères, l’Américaine Alexis Gassion, la Française Sabrina Palie (doyenne de l’équipe avec ses 37 ans), la Genevoise Anissa-Célia Toumi joue un rôle majeur dans la construction de l’équipe entraînée par Romain Petit. De retour dans le canton après un long périple qui l’a menée des bords du Léman à vivre une intense expérience américaine dans la trépidante ambiance entourant le monde de la sphère orange, elle a tiré le bilan intermédiaire d’une saison pour l’instant, très réussie, dans le cadre du Club Sport de Radio Lac.

Anissa-Célia Toumi Ailière forte de Genève Elite Basket

 

 

Photo: © Jonathan Picard/SwissBasketball (archives/DR).

Continuer la lecture

Actualité

Course à l’Exécutif en Ville de Genève: quelle stratégie pour l’Alternative?

Publié

le

En Ville de Genève, l’annonce du retrait de la verte Esther Alder, mardi, ouvre encore un peu plus le jeu pour les municipales de 2020. Si Rémy Pagani n’a pas encore annoncé sa décision, il devrait normalement, selon les statuts d’Ensemble à Gauche, renoncer à briguer un nouveau mandat. Si c’est le cas, le socialiste Sami Kanaan serait le seul sortant à se présenter pour conserver son siège. Autant d’éléments qui vont influencer la stratégie de l’Alternative le scrutin de 2020. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça bouge dès maintenant en coulisses.

Marie Prieur

C’est le moins que l’on puisse dire. C’est rare en effet qu’autant de sièges puissent être renouvelés. A titre de comparaison, en 2015, les cinq sortants rempilaient. A Gauche, cette configuration aiguise les appétits. Les Socialistes ont annoncé ce matin que quatre femmes sont candidates à la candidature au coté du sortant Sami Kanaan. Les Verts se pressent déjà au portillon. La Tribune de Genève listait ce matin pas moins de neuf personnes intéressées. Une configuration que l’on doit aussi au fait qu’il n’y a pas de successeur naturel. C’est aussi le cas pour remplacer la Socialiste Sandrine Salerno ou le PDC Guillaume Barazzone.

Quant à Ensemble à Gauche, il reste l’inconnu Rémy Pagani. Le magistrat a normalement fait son temps. Mais, il pourrait demander une dérogation. Il faudra pour ca qu’il réussisse à convaincre son groupe. Et ce n’est pas gagné. D’autant qu’a priori, le parti lui avait accordé une dérogation pour le double mandat de conseiller administratif et député pour qu’il puisse préparer sa reconversion au Grand Conseil.

Au delà des noms, les partis de l’alternative s’interroge aussi sur le nombre de candidats sur le ticket.

Le PS hésite entre 2 ou 3. Les écologistes pourraient s’appuyer sur la vague verte actuelle pour revendiquer une place plus importante sur un ticket commun. Ensemble à Gauche, tout comme le MCG d’ailleurs, doit soigner ses plaies au niveau du municipal pour espérer porter l’un des siens au Conseil administratif.

Enfin, en off, certains à gauche sont partisans d’un retour à un équilibre 2-3. A savoir deux sièges pour la droite contre un seul pour le moment. Ce qui serait plus représentatif des forces en présence au municipal. Bref, la foire d’empoigne et les tractations ne font que commencer.

@marie_prieur

Continuer la lecture