Rejoignez-nous

Actualité

Trump et Kim Jong Un en Corée du Nord

Publié

,

le

Le président américain Donald Trump est entré à pied en Corée du Nord dimanche, pour quelques pas historiques avec le dirigeant de ce pays, Kim Jong Un. (©KEYSTONE/AP/SUSAN WALSH)

Donald Trump a quitté Séoul dimanche soir à bord d’Air Force One. Sa visite historique dans la péninsule coréenne l’a vu fouler le sol de la Corée du Nord, une première pour un président américain.

Le milliardaire est reparti pour Washington après avoir rencontré dans la journée le numéro un nord-coréen Kim Jong Un dans la Zone démilitarisée entre les deux Corées. Cette rencontre a permis de réamorcer les discussions sur le programme nucléaire de Pyongyang, un peu plus d’un an après leur premier sommet de Singapour et l’échec de celui de Hanoï en février dernier.

Les deux hommes se sont retrouvés, pour la troisième fois, dans un cadre emblématique: la Zone démilitarisée (DMZ) qui sépare les deux Corées depuis la fin de la guerre (1950-53), qui a vu s’affronter également la Chine et les Etats-Unis.

« Fier d’avoir franchi cette ligne »

Accompagné du numéro un nord-coréen vêtu de son traditionnel costume Mao anthracite, Donald Trump a franchi la ligne en béton qui matérialise la frontière. Il a marché brièvement en territoire nord-coréen avant de faire demi-tour.

Les deux hommes ont ensuite posé pour les photographes derrière la ligne de démarcation du village de Panmunjom, où fut signé l’armistice de 1953. « C’est un grand jour pour le monde », s’est félicité le président américain, se disant « fier d’avoir franchi cette ligne ». De son côté, Kim Jong Un a espéré « surmonter les obstacles » grâce à ses liens « merveilleux » avec M. Trump.

« Le fait que les deux pays, en dépit d’une longue relation d’hostilité, aient pu se serrer la main pour la paix à l’endroit qui symbolise la division (…) démontre que le présent est meilleur que le passé », a observé Kim Jong Un.

Kim Jong Un invité aux Etats-Unis

La veille, Donald Trump lui avait lancé sur Twitter une invitation surprise « juste pour lui serrer la main et lui dire bonjour ». Cette initiative est intervenue peu avant une rencontre très attendue avec le président chinois Xi Jinping portant sur la guerre commerciale, en marge du sommet du G20 au Japon.

Après un entretien d’environ 45 minutes côté Sud, M. Trump a ensuite raccompagné Kim Jong Un vers son pays, cette fois en compagnie du président sud-coréen Moon Jae-in. Prenant la parole devant les journalistes, le président américian a annoncé qu’il avait invité M. Kim à se rendre aux Etats-Unis, mais sans préciser de date. « Cela se fera un jour ou l’autre », a-t-il simplement remarqué.

A plus court terme, le milliardaire a annoncé que des négociateurs des deux pays reprendraient leurs discussions « d’ici deux à trois semaines » à propos du programme nucléaire de Pyongyang.

Redémarrer les négociations

La question de la dénucléarisation de la Corée du Nord continue de bloquer le processus de détente. L’administration Trump exige que Pyongyang renonce définitivement à son programme nucléaire avant d’envisager une levée des sanctions internationales, ce que le Nord refuse.

La rencontre de Panmunjom ne suffira probablement pas à régler le délicat dossier nucléaire nord-coréen, remarquent les analystes. Mais le symbole est important pour deux pays qui se menaçaient mutuellement d’annihilation il y a encore un an et demi.

La rencontre a « le potentiel de redémarrer les négociations », observe David Kim, analyste au Stimson Centre, un centre de réflexion de Washington, soulignant toutefois que les nouvelles discussions en préparation seront « cruciales ». « Ce qu’il faut, c’est du contenu, pas du théâtre », selon l’analyste.

A l’exception de George Bush père, tous les présidents américains ont effectué une visite chargée de symbole sur la DMZ. Donald Trump aurait dû sacrifier à la tradition lors d’une première visite en Corée du Sud en 2017, mais le brouillard avait empêché son hélicoptère d’atterrir.

Source : ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Natation: Flavie Capozzi a gagné son pari!

Publié

le

Entourée par son père, sa micro-nutritionniste, son médecin et bon nombre de ses proches, Flavie Capozzi fête son arrivée aux Bains des Pâquis.

La Nyonnaise devient la première femme à avoir traversé le Lac Léman à la nage dans le sens de la longueur sur une distance de près de 75 km entre Le Bouveret et Genève. Plusieurs centaines de personnes ont fêté son arrivée aux Bains des Pâquis samedi après-midi.

Plus de 30 heures dans les eaux lémaniques, dont près d’une demi-douzaine par une fraîche nuit d’été, n’ont en rien entamé la bonne humeur de Flavie Capozzi : parfaitement préparée, elle ne semblait nullement avoir puisé dans ses réserves pour accomplir cet exploit. Seule surprise pour la nageuse de Gland, le nombre de personnes venues l’accueillir, l’applaudir et fêter sa performance avec elle…

Flavie Capozzi Première nageuse à avoir traverser le Léman dans sa longueur

 

 

Pour gagner son pari, Flavie Capozzi a été suivie par un médecin et une micro-nutritionniste : Carine Bucher. Leur point commun : elles sont toutes deux membres du club de triathlon de Nyon, ce qui les a naturellement mené à collaborer au cours des douze mois qui ont précédé la traversée du Léman !

Carine Bucher Micro-nutritionniste - Trélex

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Les Genevois ont adopté leur nouvelle plage

Publié

le

La nouvelle plage des Eaux-Vives a des airs de bords de mer en plein-centre ville de Genève. (©KEYSTONE/MAGALI GIRARDIN)

Ouverte partiellement depuis deux mois, la nouvelle plage des Eaux-Vives à Genève a très rapidement conquis le public. Lors des belles journées d’été, le site a attiré près de 3000 personnes. Les incivilités constatées au début n’ont pas duré.

« Comme prévu, le contrôle social a bien fonctionné, ce qui montre que la population s’est approprié les lieux et qu’elle entend que ceux-ci restent propres », relève Alexandre Wisard, directeur du service du lac, de la renaturation des cours d’eau et de la pêche. Les horaires des entreprises de nettoyage ont aussi été adaptés pour que la plage soit impeccable à 8h00.

Avec 3000 personnes par jour, la fréquentation est toutefois au-dessous des estimations qui tablaient sur 8000 personnes. Mais une partie de la plage n’est pas encore disponible en raison des travaux encore en cours. De plus, la pelouse encore fragile n’a pas été mise à disposition avant mi-juillet et les infrastructures sont provisoires, précise M.Wisard.

Il faudra attendre juin 2020 pour que tout soit terminé. Un restaurant et des cabanes de pêcheurs sont prévus. Il y aura aussi deux blocs sanitaires avec toilettes et douches. Les critiques sur le manque d’ombre sur la pelouse ont été entendues: deux bouquets d’arbres supplémentaires seront plantés et des tentures installées. La plage fermera comme prévu le 29 septembre pour terminer les travaux.

Oiseaux et poissons

La faune a également trouvé ses marques dans le jardin d’eau créé entre la plage, la route et le port. On y trouve notamment beaucoup de foulques et des grèbes. Des brochets, des carpes, des tanches et des silures ont aussi été observées dans ce plan d’eau où la roselière s’est très bien développée.

La nouvelle plage des Eaux-Vives a été ouverte au public le 22 juin juste avant la première vague de canicule. Cet espace de détente et de baignade situé sur la rive gauche du lac offrira une fois achevé 400 mètres de plage. Il aura fallu une dizaine d’années pour concrétiser ce projet devisé à 67 millions de francs. « Remblayer un lac n’est pas une mince affaire » conclut M.Wisard.

Source : ATS

Continuer la lecture

Actualité

Un accord entre l’AELE et le Mercosur.

Publié

le

Les négociations entre l'AELE et le Mercosur ont duré deux ans (archives). (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

L’AELE dont fait partie la Suisse et le marché commun du sud de l’Amérique du Sud Mercosur ont conclu un accord de libre-échange, a indiqué vendredi le Département fédéral de l’économie (DFER). Les négociations duraient depuis deux ans.

Le texte doit encore être ratifié, a précisé un porte-parole du DFER Urs Widmer à l’agence de presse Keystone-ATS. « Une autre grande victoire pour notre diplomatie d’ouverture commerciale », s’est félicité sur Twitter le président brésilien Jair Bolsonaro.

Il a souligné que l’Association européenne de libre-échange (AELE) est le neuvième acteur commercial mondial en importance. Outre la Suisse, la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein sont membres de l’AELE. Le Mercosur regroupe le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay.

260 millions de consommateurs

Le principal négociateur argentin, le secrétaire aux relations économiques Horacio Reyser, a qualifié l’accord avec l’AELE de « nouveau succès dans le processus d’intégration internationale de l’Argentine qui approfondit et organise notre lien historique avec le continent européen ».

Berne négociait un accord de libre-échange avec les Etats du Mercosur dans le cadre de l’AELE depuis juin 2017. Le marché commun sud-américain représente 260 millions de consommateurs vers lesquels lorgnent les industriels helvétiques depuis longtemps.

L’accord provoque en revanche des craintes chez les paysans suisses, le Mercosur comptant deux grands Etats agricoles, le Brésil et l’Argentine. Si l’accord doit permettre à l’industrie des machines et au secteur des services helvétiques d’exporter plus facilement, les pays d’Amérique du Sud vont pouvoir augmenter leurs ventes de viande en Suisse.

Accord UE-Mercosur

Ce traité commercial intervient un peu plus d’un mois après la conclusion d’un autre accord de libre-échange entre le bloc sud-américain et l’Union européenne. L’accord, un des plus vastes jamais conclu par Bruxelles avec plus de 770 millions de consommateurs et 18’000 milliards d’euros de PIB, doit encore être ratifié par les Etats membres de l’UE.

Il suscite également une inquiétude des agriculteurs européens, qui craignent une concurrence jugée déloyale.

En pleine polémique sur les incendies en Amazonie, la France a menacé vendredi de ne pas ratifier l’accord UE-Mercosur pour protester contre la gestion des incendies par le président brésilien. L’Irlande a aussi menacé de bloquer le texte si le Brésil ne réagissait pas en Amazonie.

Le ministre finlandais des finances, Mika Lintilä, a annoncé de son côté qu’il proposerait à ses homologues européens l’interdiction des importations de viande brésilienne.

L’Association européenne de libre-échange a été créée en 1960 par sept pays, dont la Suisse. Elle a accueilli ensuite plusieurs nouveaux membres, avant que la très grande majorité d’entre eux rejoigne l’UE. En 2018, l’AELE a exporté pour plus de 310 milliards d’euros et importé pour 255 milliards d’euros.

Exportations et importations sont en augmentation constante ces dernières années. Son principal partenaire économique est l’UE, qui absorbe plus de 62% des biens et services produits par l’AELE.

Source : ATS

Continuer la lecture

A la une

Des citoyens demandent l’arrêt du chantier des Allières

Publié

le

Ils étaient venus en nombre ce matin pour dire STOP au chantier du quartier des Allières qui prévoit la construction de plus de 600 logements dans le quartier des Eaux-Vives. L’abattage d’une vingtaine d’arbres centenaires, débuté lundi, fait bondir deux associations « Non à l’enlaidissement de Genève » et Sauvegarde Genève ».

Le Plan localisé de quartier date de 2013, et depuis deux ans, les associations se sont fortement mobilisées pour empêcher la démolition de la Maison du Jeu de l’Arc et le parc centenaire, sans succès. Malgré une pétition de 1500 signature et 4 recours. Ce matin, ils étaient venus en nombre pour dire leur colère. Ils demandent un moratoire sur le chantier. Le président de Sauvegarde Genève, Jean Hertzchuch.

Jean Hertzschuch Président Sauvegarde de Genève

Le président du Conseil d’Etat Antonio Hodgers dit comprendre la tristesse des citoyens mais indique que le PLQ a été approuvé avant qu’il n’arrive au gouvernement. Et pour lui il est impératif de construire des logements. Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat genevois

Les deux associations ont relevés le nombre importants de bureaux vacants à Genève. Des bureaux qui pourraient être transformés en logement, comme l’avait exigé le peuple dans une votation en 2015. Pas si simple répond le Président du Conseil d’Etat Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat genevois

Le MCG va déposer lundi une résolution au Grand Conseil pour réclamer un moratoire. Notez qu’aux Allières, plusieurs immeubles sont prévus ainsi qu’une tour de 11 étages.

 

 

Continuer la lecture

A la une

Le Festi’terroir pour faire découvrir les producteurs genevois

Publié

le

Vous connaissez le tofu genevois ? Eh bien vous pourrez le découvrir ce week-end à Genève à Festiterroir au parc des Bastions.  

Organisé par la Ville de Genève en collaboration avec l’office de promotion de l’agriculture genevoise, l’OPAGE et l’association BioGenève, Festi’terroir est dédié entièrement à l’agriculture de proximité.

Ce nouveau rendez-vous se concentre sur la vente directe et la production biologique. L’idée de Festiterroir : que la population rencontre les producteurs et les productrices genevois. Et justement, ce sera l’occasion de goûter un tofu entièrement bio fait à Jussy.  Grégoire Stocky, agriculteur à la ferme du Monniati.

Grégoire Stocky Agriculteur

L’agriculteur s’est lancé dans le tofu au printemps 2018. Il cultive également des légumes bio et des céréales, selon le label bio bourgeon, un label très exigeant qui n’autorise aucun pesticide dans les champs. Au parc des Bastions ce week-end, le public pourra profiter d’une restauration éclectique, déguster des bières artisanales et différentes sortes de pain. Un grand brunch est prévu le dimanche, sur inscription. Pour les plus jeunes, des ateliers ludiques sont prévus, autour des petits déjeuners et des goûters.

L’événement Festiterroir s’insère dans un programme plus large de la Ville appelé « L’Automne du Goût » qui vise à valoriser le patrimoine culinaire genevois et à sensibiliser les consommateurs à la qualité des aliments.  

Retrouvez toutes les info sur festiterroir

Continuer la lecture