Rejoignez-nous

Actualité

Taxis genevois en colère contre le cabotage

Publié

,

le

Des chauffeurs des taxis genevois ont débuté jeudi une action de protestation à Genève Aéroport. Ils dénoncent la présence illégale de navettes étrangères transportant les touristes vers les stations de ski. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les chauffeurs de taxis genevois sont fâchés. Interrompant leurs courses jeudi à Genève Aéroport, ils ont dénoncé le laxisme des autorités face aux transporteurs illégaux étrangers effectuant des courses vers les stations de ski. Le mouvement sera reconduit vendredi.

Dès 8h00, une centaine de taxis se sont relayés pour occuper à tour de rôle les parkings de l’aéroport. Ce mouvement a été décidé par la base, a expliqué son porte-parole Mohammed Gharbi. Les chauffeurs protestent contre le cabotage intensif effectué à l’aéroport par des véhicules sans autorisation provenant de France, Lituanie, Hongrie, Estonie ou autres pays.

Concurrence déloyale

« C’est du travail au noir, » a souligné Salvador Perez, président de la Société coopérative de concessionnaires indépendants de taxis. Ces transporteurs acheminent des milliers de personnes vers les stations vaudoises, valaisannes ou françaises, sans payer ni TVA, ni charges sociales, et sans tachygraphe. Ils proposent une course vers Chamonix (F) à 35 euros, des tarifs que les taxis suisses ne peuvent pas concurrencer.

Les protestataires estiment que ni l’Etat, ni la direction de l’aéroport ne respectent la loi et les accords avec les milieux professionnels. Les plus de 1200 taxis genevois paient pourtant chacun une taxe annuelle de 1400 francs pour que des contrôles soient effectués, a expliqué M.Gharbi.

Sans compter la taxe aéroportuaire de 1,50 franc à chaque entrée en station. Elle renchérit artificiellement le prix des taxis au détriment de leurs passagers, tandis que les transporteurs illégaux chargent impunément des passagers.

Pas seulement Genève

Taxi à Verbier (VS), Frédéric Delarze est l’un des chauffeurs valaisans venus soutenir ses collègues genevois. « On nous pique notre boulot et les contrôles sont ultralimités », s’est-il insurgé.

Une compagnie dont le siège est en Croatie, avec numéro de téléphone autrichien dont les véhicules circulent avec des plaques allemandes, demande 260 euros pour un transfert vers Verbier, alors que le prix officiel est de 500 euros. « Avec nos charges, il est impossible de ramer. La problématique est la même pour les stations vaudoises et à l’aéroport de Zurich pour les stations grisonnes », a-t-il souligné.

Contrôle nécessaire

Les taxis genevois ont demandé une rencontre avec la direction de l’aéroport. Ils veulent qu’un contrôle permanent soit organisé par le biais d’une police des taxis, ainsi que par l’Office cantonal de l’inspection et des relations du travail (OCCIRT). L’information a été transmise au conseiller d’Etat Mauro Poggia, ministre en charge de l’OCCIRT.

De son côté, Genève Aéroport aimerait privilégier une rencontre formelle permettant de discuter avec tous les partenaires impliqués, a expliqué sa porte-parole Madeleine von Holzen. « Tout le monde a intérêt à ce que les transports se fassent dans le respect de la loi », a-t-elle souligné.

Une réalité

Pendant la manifestation des taxis, deux minivans, l’un immatriculé en Estonie et l’autre en Lettonie, ont pris en charge des passagers. Des couples, qui avaient du matériel de ski, ont pris place à l’arrière des véhicules dans des parkings situés un peu à l’écart de la zone d’arrivée, a constaté un journaliste de Keystone-ATS.

Du côté des passagers de l’aéroport souhaitant prendre un taxi, certains ont fait part de leur mauvaise humeur . « C’est n’importe quoi », a râlé une passagère. Les voyageurs arrivant à Cointrin avaient la possibilité d’obtenir, comme d’ordinaire, un billet gratuit de transports publics pour aller en ville.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Gare des Eaux-Vives: entre soulagement et espérance

Publié

le

Ils ont duré longtemps et ont parfois été très gênants pour les habitants du quartier et pour les commerçants. Plusieurs années de chantier aux abords de la gare des Eaux-Vives pour faire émerger l’édifice, inauguré aujourd’hui. Ce côté du quartier accueillera des restaurants, des commerces, un théâtre et même une piscine, pour devenir une véritable ville dans la ville. 

Le chantier est encore en cours en ce jour d’inauguration. De nombreux ouvriers continuent de s’affairer, dans et autour de la gare des Eaux-Vives. Le bâtiment, lui, est pratiquement terminé. Comme dans les autres gares du Léman Express, la structure est essentiellement réalisée en verre, ainsi la lumière pénètre allègrement dans la station.

Autour de la gare, de nombreux immeubles ont été construits. Aussi, c’est la morphologie de l’endroit qui a véritablement changé. La petite gare abandonnée d’avant et la butte avec sa rampe de Skateboard ont disparu. Désormais, trône cette nouvelle gare flambant neuve qui, à terme, devrait voir transiter jusqu’à 50’000 voyageurs et pendulaires par jours d’après les estimations.

Commerçants positifs

Parmi ceux qui ont été les plus touchés par ces travaux, les commerçants directement à proximité de la gare. C’est le cas du Café-restaurant des Voyageurs, dont la terrasse a longtemps été entourée par des grillages de chantier. C’est une période difficile qui se termine, la fréquentation du restaurant a globalement été plus basse qu’à l’accoutumée pendant cette période. En cause également, les bruits des machines et la poussière. C’est ce qu’explique Camille, serveuse, qui n’en reste pas moins optimiste.

Camille  Serveuse au Café des voyageurs

Pour elle, la gare est réussie, même si elle « cache la vue ». Seul point négatif: le manque de verdure.

Camille  Serveuse au Café des voyageurs

Avec l’arrivée de nouveaux restaurants, c’est la concurrence qui s’accroit dans le quartier. Mais une nouvelle gare est surtout synonyme d’une augmentation des passages. Et le restaurant a confiance dans la cuisine de son chef.

Camille  Serveuse au Café des voyageurs

« Bien sympathique »

Du côté des habitants du quartier, la plupart se réjouit de la mise en service du Léman Express dimanche. Pour Philippe, un retraité qui habite aux Eaux-Vives et qui est venu faire un tour de cette nouvelle gare et de ses alentours, l’ensemble est plutôt joli. Pourtant, il regrette tout de même qu’il n’y ait pas davantage de couleurs.

Philippe  Habitant du quartier à la retraite

« Plutôt deux fois qu’une ». C’est comme ça que Philippe répond lorsqu’on lui demande s’il empruntera le CEVA. Pour lui, le train urbain est bien conçu. Il rappelle que pour aller encourager le Servette FC, le stade de Genève ne sera plus qu’à sept minutes de la gare des Eaux-Vives.

Philippe  Habitant du quartier à la retraite

Devant les craintes de certains genevois, notamment concernant l’insécurité, Philippe se veut rassurant. Lui n’a pas peur et il estime que nous appartenons tous au Grand Genève, suisses et français:

Philippe  Habitant du quartier à la retraite

 

Plus d’informations sur le site internet du Léman Express.

 

Continuer la lecture

Actualité

Deux Suisses sur le podium du prix Radio Lac au CHI de Genève

Publié

le

Julien Epeillard sur Jalanta lors de la remise du prix Radio Lac [Photo Radio Lac]

Le prix Radio Lac s’est tenu jeudi au Concours hippique international de Genève. Le Français Julien Epaillard s’impose devant deux Suisses, Bryan Balsiger et Beat Mändli. 

Les 59 participants se sont élancés sur le parcours comptant 11 obstacles compris entre 1m30 et 1m40, un parcours relativement linéaire, qui, étant le premier prix international du CHI. Ce prix a surtout permis aux cavaliers et chevaux de prendre connaissance de la piste et s’échauffer sur les obstacles. La performance de temps n’était donc pas forcément le premier objectif pour certains cavaliers.

Ce n’était pourtant pas le cas du Brésilien Rodrigo Pessoa, au palmarès impressionnant, qui a été le premier à imposer un temps serré à sa concurrence avec 54 secondes et 9 centièmes.

Epaillard à la découverte de sa jument

C’était sans compter sur les cavaliers aux couleurs de la Suisse. Beat Mändli se place sur la troisième marche au terme de 52 secondes et 84 centièmes d’épreuve et le Neuchâtelois Bryan Balsinger en seconde place pour 52 secondes et 48 centièmes.

Au final, c’est le Français Julien Epaillard sur Jalanta, une jument qu’il n’a pas en main depuis longtemps. Il a surpris le public et les commentateurs avec la prise d’une option qu’il est le seule a avoir tenté.

Cela lui a valu un temps impressionnant de 51 secondes et 23 centièmes,  et une belle première place pour le prix Radio Lac.

Julien Epaillard au micro de Manon Christen après sa victoire au prix Radio Lac.

Continuer la lecture

Actualité

Léman Express: la réaction des élus suisses

Publié

le

C’est vers 14 h 30 cet après-midi que les deux rames du Léman express se sont rejointes à la gare des Eaux-vives à Genève. L’une française, qui venait de la Roche-sur-Foron et l’autre suisse, en provenance de Coppet. L’inauguration du RER genevois a réuni les élus des deux côtés de la frontière.

Du voyage, la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, le Conseiller d’Etat genevois Serge Dal Busco et la Présidente du Conseil d’Etat vaudois, Nuria Gorrite pour le côté helvétique. Et du côté français, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Vauquiez, l’Ambassadeur de France et Christian Dupessey, le maire d’Annemasse.

Le Léman express comme un trait d’union pour la région franco-valdo genevoise. La réaction de la ministre suisse des transports, Simonetta Sommaruga.

Simonetta Sommaruga Conseillère fédérale chargée des transports

Pour le Conseiller d’Etat genevois chargé des infrastructures, Serge Dal Busco le Léman Express tombe à point nommé.

Serge Dal Busco Conseiller d'Etat genevois chargé des infrastructures

Une rame du Léman express équivaut à 400 voitures sur la route. Le canton de Vaud espère décharger 12% du trafic sur l’autoroute entre Lausanne et Genève. Nuria Gorrite, Présidente du Conseil d’Etat vaudois.

Nuria Gorrite Présidente du Conseil d'Etat vaudois

Le début officiel du trafic s’effectuera ce dimanche 15 décembre sauf si la grève des cheminots français vient perturber le lancement du Léman express.

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Budget 2020 de l’Etat : 412 postes au coeur du débat

Publié

le

(Photo: KEYSTONE)

A Genève, le budget 2020 sera au centre des débats ce soir au Grand Conseil. Et en particulier les 412 postes prévus par le Conseil des Etat et biffés par la Commission des finances.

Le débat risque d’être houleux. Le Grand Conseil genevois se penche dès ce jeudi sur le budget 2020. Alors que le Conseil d’Etat a prévu un budget en fort déficit – 590 millions de francs – c’est principalement la question des 412 postes supplémentaires ou non qui va occuper les députés. Car si le Conseil d’Etat proposait 412 postes de plus, la Commission des finances, elle, a préféré les sabrer. Une décision inadmissible pour le socialiste Romain De Sainte Marie. Ces postes représentent en effet 35 millions de francs, selon la Commission des finances. Pour Romain De Sainte Marie, il s’agit d’une part dérisoire sur l’ensemble du budget.

Romain De Sainte Marie Député PS

En effet, la Commission des finances explique avoir préféré de ne pas accepter ces postes supplémentaires en raison de trois objets soumis à votation durant l’année 2019. Le député PLR Yvan Zweifel.

Yvan Zweifel  Député PLR

Dans le domaine de l’enseignement par exemple, 196 postes supplémentaires seraient nécessaires, selon le DIP. Les élèves sont en constante augmentation : 1000 de plus en moyenne chaque année. Mais pour le député MCG François Baertschi, les finances en le permettent tout simplement pas.

François Baertschi Député MCG

Les enseignements ne sont pas les seuls préoccupés par la question du manque d’effectifs. Au Service de protection de l’adulte par exemple, la situation est jugée très critique et ce, depuis un bon nombre d’années déjà. Romain De Sainte Marie.

Romain De Sainte Marie Député PS

Jeudi 5 décembre, le Cartel intersyndical et 800 employés de l’Etat sont descendus dans la rue pour manifester contre ce budget 2020. Une nouvelle manifestation est prévue ce jeudi devant le Grand Conseil.

Continuer la lecture

Actualité

Le Salon du livre change de date et de directrice

Publié

le

Le Salon du livre de Genève dont les dates ont été décalées en automne a nommé une nouvelle directrice à sa tête, Natacha Bayard (photo prétexte). (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Pour la première fois, le Salon du livre de Genève aura lieu du 28 octobre au 1er novembre 2020 à Palexpo. Une nouvelle directrice a été nommée, Natacha Bayard. Elle en prendra la tête à fin janvier 2020.

La nouvelle directrice succédera à Laurence Brenner. Diplômée de l’Ecole Hôtelière de Lausanne, Natacha Bayard a une expérience significative en marketing dans le domaine des salons et des congrès, expliquent les organisateurs jeudi dans un communiqué.

Pour la première fois en 2020, le salon du livre de Genève se tiendra en automne, rappellent-ils. La manifestation présentera ses nouveautés dans une période qui concentre un grand nombre de parutions de nouveaux livres, tous genres confondus.

Ce changement de calendrier a été rendu possible grâce à une demande de remaniement de dates de la Fondation de la Haute Horlogerie. Elle organise l’événement Watches & Wonders – ex Salon International de la Haute Horlogerie – fin avril.

Source: KEYSTONE-ATS

Continuer la lecture