Rejoignez-nous

Economie

Swatch: EM Microelectronic fait face à une forte demande

Publié

,

le

Le fabricant de semi-conducteurs EM Microelectronic, filiale du groupe Swatch, enregistre une forte demande pour ses produits, dans un contexte marqué par une pénurie globale de composants microélectroniques. (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le fabricant de semi-conducteurs EM Microelectronic, filiale du groupe Swatch, enregistre une forte demande pour ses produits, dans un contexte marqué par une pénurie globale de composants microélectroniques en raison de la relance économique en cours.

"Nous avons enregistré une très forte hausse de plus de 50% des commandes au premier semestre. Pour 2022, nous avons un carnet de commandes excédant déjà largement ce que notre fabrique permet de produire", a indiqué le directeur général Michel Willemin dans un entretien à L'Agefi.

"Nos clients commandent même déjà pour 2023. Pareille ruée sur les semi-conducteurs est du jamais vu", a fait remarquer le responsable, ajoutant que la demande était particulièrement soutenue dans le domaine des périphériques informatiques.

Des investissements de 30 millions

Pour augmenter la production de l'entreprise, le groupe Swatch a investi 30 millions de francs dans sa filiale neuchâteloise comptant environ 700 collaborateurs, relate l'article publié mercredi.

La pandémie de coronavirus a permis à EM Microelectronic de gagner de nouveaux clients, entre autres européens. "Certains grands acteurs de la microélectronique ont simplement cessé de livrer certains clients, qui se sont dirigés sur des produits d'EM", a souligné le dirigeant de l'entreprise qui compte notamment Logitech parmi sa clientèle.

La société produit chaque année plus d'un milliard de micropuces.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Plus de places pour les vélos dans les trains dès 2022

Publié

le

Les CFF offriront plus de places pour les vélos dans les trains dès 2022 (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les CFF développent leur offre pour les cyclistes. Dès 2022 et jusqu'en 2025, plus de 400 places supplémentaires pour vélos seront créées dans les trains grandes lignes. Le système de réservation sera lui amélioré en 2023.

Depuis les nouvelles conditions de réservation sur le réseau IC en mars, 169'000 réservations ont été effectuées, indiquent les CFF mercredi. La compagnie ferroviaire s'attend à ce que la demande continue d'augmenter.

Dès la prochaine saison des deux-roues, davantage d'espace pour les vélos sera proposé sur les trains circulant à travers le Lötschberg en direction du Valais. Il y aura sept à neuf places supplémentaires dans certains trains très prisés des cyclistes. D'autres offres seront améliorées comme des capacités à bord des trains de nuit pour Amsterdam et Berlin.

L'obligation de réserver sur les grandes lignes a suscité les critiques de plusieurs organisations. Les CFF vont toutefois maintenir ce système tant que la demande de places de vélos sera supérieure à l'offre durant le week-end. Toutefois, le système de réservation doit être amélioré et un nouveau sera mis en place pour la saison 2023.

Mesures urgentes, selon l'ATE et Pro Velo

L'Association Transports et Environnement (ATE) et Pro Velo saluent un pas dans la bonne direction. Mais elles souhaiteraient davantage d'efforts pour augmenter les capacités pour les vélos dans les trains. Le mauvais temps de l'été 2021 a entraîné une baisse de la demande et "contribué à rendre les problèmes moins évidents cette année".

Concernant l'application pour la réservation, les deux associations la jugent compliquée et propre à décourager de nombreux clients. Elles ont reçu de nombreux retours négatifs. Les CFF doivent donc mettre "les bouchées doubles" pour fournir à la clientèle des moyens techniques à la hauteur, selon la conseillère nationale Delphine Klopfenstein Broggini (Verts/GE), vice-présidente de Pro Velo, citée dans le communiqué.

Cette année, les CFF ont vendu 7% de cartes journalières vélos et 6% de passeports vélos de plus que l’année précédente. Le dimanche 18 juillet 2021 a constitué une journée record avec un total de 2537 réservations.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Météo: le 162 ne répondra plus dès le 1er novembre

Publié

le

Le numéro court 162 était encore sollicité par à peine 350'000 personnes en 2020, contre plus de 7 millions 20 ans plus tôt. Le Web et les app' sont apparus entretemps (image d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Composer le 162 sur son téléphone ne donnera plus la météo dès le 1er novembre. Par manque d'intérêt des usagers et pour répondre à l'évolution des technologies, MétéoSuisse a décidé d'interrompre son service sur ce numéro court.

La loi l'aurait de toute façon obligé à mettre fin aux prévisions météorologiques par téléphone à fin 2022 au plus tard, écrit MétéoSuisse sur son blog. Pour être maintenus, les numéros courts doivent être sollicités par un large public, plusieurs millions au moins par an.

Or depuis au moins un lustre, ce plancher n'est plus atteint. L'an dernier, à peine 350'000 appels ont été dénombrés sur le 162. Un intérêt en chute libre, sachant que le numéro répondait encore à plus de 7 millions d'appels au passage du millénaire. Et à titre de comparaison, le site Internet de MétéoSuisse a enregistré 56 millions de consultations et son application 710 millions en 2020.

Les chiffres sont éloquents. Si on les compare aux coûts de fonctionnement relativement élevés du service téléphonique, il est juste de mettre un terme à ce dernier dès la fin de ce mois, précise MétéoSuisse.

Depuis plus de 30 ans, il suffisait d'appeler le 162 pour écouter les prévisions météo. Avant qu'ils ne contribuent à sa disparition, les téléphones portables, qui ont commencé à se répandre, ont permis à ce numéro d'être l'un des premiers moyens de consulter les informations météorologiques les plus récentes partout et à tout moment. Chacun pouvait ainsi s'informer facilement sur le temps et les dangers prévus.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Temenos aiguise l'appétit du suédois EQT

Publié

le

Temenos a été par le passé la cible de nombreuses rumeurs de reprise qui n'ont finalement pas abouti (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Temenos aurait capté l'attention d'EQT. La société suédoise d'investissements évalue une potentielle acquisition du développeur genevois de logiciels bancaires, croit savoir Bloomberg. Contactés par AWP, Temenos et EQT n'ont pas souhaité commenter des "spéculations".

Les investisseurs semblaient enthousiasmés par cette nouvelle. Vers 11h00, l'action Temenos prenait 8,7% à 133,50 francs, dans un SLI en recul de 0,30%. A ce cours, la capitalisation boursière du groupe genevois s'approchait des 10 milliards de francs.

En cas de succès de l'opération, cette acquisition serait la plus importante pour une entreprise cotée en Europe en 2021, selon les calculs de Bloomberg. L'information dévoilée mercredi par l'agence américaine se base sur des sources dites proches du dossier.

Pour la Banque cantonale de Zurich (ZKB), l'affaire manque de clarté à ce stade. L'analyste Andreas Müller rappelle que Temenos a été par le passé la cible de nombreuses rumeurs de reprise qui n'ont finalement pas abouti.

Il est fort probable que le fonds suédois soit intéressé par les revenus récurrents - donc stables - du groupe genevois. Sur la base de ces recettes, l'action est relativement chère, avec un ratio de 21x, note la ZKB. Par rapport aux autres développeurs de logiciels bancaires, Temenos dispose d'une faible part de revenus récurrents, de 53%.

L'établissement cantonal estime que la juste valeur de l'action est de 138 francs, ce qui veut dire que le titre est légèrement sous-évalué. La recommandation "pondérer au marché" reste de mise.

EQT est surtout connu en Suisse pour avoir racheté en 2016 les activités de services aux voyagistes du groupe Kuoni, désormais séparées en deux entités, le prestataire de services de visas VFS Global et Kuoni Global Travel Services.

Spécialisée dans le capital-investissement et le capital-risque, la société présente une masse sous gestion de 70 milliards d'euros (74,5 milliards de francs) répartis dans 27 véhicules de placement. Les entreprises en portefeuille représentent 29 milliards d'euros de recettes et sont localisées en Europe, en Asie-Pacifique et sur le continent américain.

Le fonds suédois - allié à l'américain Hellman & Friedman - se démène actuellement pour reprendre Zooplus. Les deux partenaires ont relevé mi-octobre leur offre d'achat, proposant un total de 3,3 milliards d'euros pour cette plateforme allemande de vente en ligne de produits animaliers.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Les panneaux d'affichage des CFF partiellement hors-service

Publié

le

A la place des horaires sur les panneaux, les voyageurs étaient invités, en quatre langues, à se référer à l'affichage imprimé jaune. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Une partie des panneaux d'affichage des CFF sont tombés en panne dans toute la Suisse mercredi matin. Seuls ceux d'ancienne génération ont toutefois été affectés. A 09h30, le problème était résolu, dû à un "dysfonctionnement technique", selon les CFF.

Une porte-parole de l'ex-régie fédérale a confirmé à Keystone-ATS le dérangement, rapporté par le Blick. En plus des panneaux d'affichage sur les voies, les moniteurs généraux sont également tombés en panne. A la place des informations sur le départ des trains, les voyageurs pouvaient lire un texte en quatre langues les renvoyant aux panneaux imprimés jaunes, a précisé la porte-parole.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Ikea Suisse accélère sa croissance grâce au commerce en ligne

Publié

le

Entre septembre 2020 et fin août 2021, Ikea Suisse a généré un chiffre d'affaires de 1,23 milliard de francs, soit 7% de mieux que lors de l'exercice 2019/20 (archives). (© KEYSTONE/ALEXANDRA WEY)

Ikea Suisse a accéléré sa croissance sur l'exercice décalé 2020/21, malgré la crise sanitaire. Si les ventes stationnaires ont stagné, celles réalisées en ligne ont à nouveau bondi, représentant près d'un quart des revenus de la filiale du géant de l'ameublement.

Entre septembre 2020 et fin août 2021, l'entreprise a généré un chiffre d'affaires de 1,23 milliard de francs, soit 7% de mieux que lors de l'exercice 2019/20. Cette croissance - dont le rythme a décuplé sur un an - est à mettre au crédit avant tout des ventes en ligne, qui ont contribué aux recettes à hauteur de 23,3%, contre 14,7% un an plus tôt et 9,1% avant la crise.

"Après avoir répondu à la demande qu'avec difficulté en 2020 après le premier confinement, nous avons mieux maîtrisé la situation en 2021", a assuré la directrice générale (CEO) Jessica Anderen, citée dans un communiqué. Cela s'est manifesté notamment par la stabilisation des délais de livraison à 3-4 jours, contre près de 30 jours lors du verrouillage du printemps 2020.

L'engouement qu'ont connu les ventes en ligne et le changement de comportement dont il témoigne ont incité Ikea à renforcer son offre de services, notamment en inaugurant en août un Home Service Point à la gare centrale de Zurich, permettant aux clients de planifier et commander des produits. La nouvelle application Ikea Shopping, lancée en mars dernier, a déjà été téléchargée plus de 250'000 fois.

Fort de sa performance, Ikea Suisse, qui a déjà relevé en cours d'année son salaire minimal à 4000 francs, va gratifier ses collaborateurs en leur versant en plus de leur 13e salaire un bonus équivalent peu ou prou à un salaire mensuel.

Au chapitre environnemental, la direction de l'entreprise a réaffirmé son ambition de décarboner intégralement son service de livraison aux clients à l'horizon 2025, et d'atteindre la neutralité carbone à l'échelle de l'entreprise d'ici 2030.

Au vu des difficultés d'approvisionnement globales, Ikea entend également augmenter l'offre de produits fabriqués localement. Actuellement, 70% des articles vendus en Suisse sont produits en Europe.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture