Rejoignez-nous

Suisse

Situation autour des lacs encore critique en Suisse

Publié

,

le

Comme d'autres ponts, le célèbre Pont de la chapelle, à Lucerne, est fermé depuis mercredi matin en raison du niveau dangereux de la Reuss. (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

De nouvelles précipitations se sont abattues sur la Suisse dans la nuit de mardi à mercredi. Le niveau du lac des Quatre-Cantons se trouve à un mètre au-dessus de la normale. Le trafic ferroviaire est lui interrompu par endroits, notamment dans le canton de Fribourg.

A 07h30, le lac des Quatre-Cantons atteignait un niveau de 434,70 mètres, soit 20 centimètres de plus que mardi soir et un mètre de plus que son niveau normal, indiquent les autorités lucernoises. Il passe ainsi au niveau 5 de danger d'inondations, soit le plus élevé.

Le niveau du lac de Bienne n'a lui non plus cessé de monter durant la nuit pour n'être mercredi matin qu'à cinq centimètres du seuil de crue. La situation n'est pas dramatique pour le moment. Néanmoins, la navigation de tous les bateaux est interdite depuis mercredi 07h00.

Autre lac sous haute surveillance, celui de Thoune (BE) a dépassé sa cote d'alerte de 5 centimètres. Les pompiers ont dû évacuer l'eau dans certaines caves. Mais l'organe régional de conduite a estimé que la situation n'était pas dramatique.

Plusieurs ponts sur la Reuss ont dû être fermés à Lucerne mercredi matin. De grandes flaques s'y étaient formées. Des barrages pneumatiques ont aussi été placés le long des rives du lac.

A Genève, la situation se détend du côté de l'Arve. Le débit du fleuve est descendu à 250 m3 par seconde mercredi matin, après avoir atteint 410 m3 par seconde mardi matin. En revanche, le niveau du Léman, lui, devrait continuer de monter jeudi et vendredi.

En Valais, malgré les fortes pluies de ces derniers jours, aucun évènement majeur n'a été enregistré. Après analyse, le canton a levé mercredi l'alerte d'intempéries mais reste attentif aux instabilités de terrain.

Au vu de la situation critique des lacs et cours d'eau, le président de Swisscamps Marcel Zysset, appellent les campeurs à rentrer chez eux et à revenir une fois les précipitations terminées.

Dégâts sur les lignes à haute tension

Du côté du trafic ferroviaire, les intempéries ont une nouvelle fois provoqué des dégâts en fin de soirée et dans la nuit de mardi à mercredi. Le trafic sur la ligne entre Chénens (FR) et Rosé (FR) est toujours interrompu.

Un éboulement de terre a déstabilisé mardi après-midi un poteau qui soutenait des câbles électriques en bordure de voie. Le trafic régional entre Fribourg et Romont a été supprimé et remplacé par des bus jusqu'à la fin des travaux, samedi soir.

Dans le canton du Jura, des bus de remplacement circulaient suite à la fermeture des tronçons entre St-Ursanne et Glovelier, sur la ligne Porrentruy-Delémont et entre Glovelier et Saignelégier, sur la ligne La Chaux de Fonds-Glovelier.

En Suisse alémanique, la ligne de trains entre Zurich-Seebach et Regensdorf-Watt est toujours obstruée par des arbres. Le trafic y est interrompu au moins jusqu'à la fin de la journée.

Une coulée de boue a coupé la ligne du Montreux-Oberland bernois (MOB) mardi après-midi sur les hauts de Montreux. Les trains ne circulent plus sur le tronçon entre Chernex et Chamby. Ils sont remplacés par des bus. Les perturbations sur la ligne Berne-Fribourg entre Flamatt et Thörishaus ont elles été levées vers 05h00. Les trains circulent à nouveau normalement.

Routes fermées

En raison d'un éboulement, la route du lac est fermée entre Cully (VD) et Rivaz (VD) jusqu'à nouvel avis, écrivait peu avant 23h00 sur son compte Twitter la police vaudoise. La fermeture de ce tronçon longeant le lac Léman devrait durer plusieurs jours. Les forces de l'ordre recommandent d'éviter le secteur et de respecter la signalisation.

En Suisse alémanique, une route s'est effondrée entre Rhodannenberg et Vorauen, dans le canton de Glaris. Celle-ci devrait néanmoins être rouverte aux véhicules de moins de 3,5 tonnes mercredi dès 13h00, et entièrement rouverte jeudi dès 05h00, selon Alert Swiss.

Sur les routes, les cols du Grimsel (BE) et du Susten (BE), qui avaient été fermés mardi en raison du risque de coulées de boue, ont été rouverts mercredi matin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Un nouvel appareil de l'EPFZ pour rendre les athlètes plus rapides

Publié

le

Géraldine Frey, étudiante à l'EPFZ et athlète, s'entraîne avec l'"Airshield". (© EPFZ / Alessandro Della Bella)

Une protection contre le vent développée par l'EPF de Zurich devrait permettre aux athlètes comme Mujinga Kambundji d'aller encore plus vite. Le dispositif, baptisé "Airshield", permet de s'entraîner presque sans résistance à l'air.

"Il m'aide à tirer les derniers pourcentages de mon entraînement", indique Mujinga Kambundji dans une vidéo publiée par l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ).

L'"Airshield" est une protection contre le vent sur roues en plexiglas. Il est tiré devant les coureurs par un kart. Le kart est piloté par un humain, mais la vitesse est réglée automatiquement par des capteurs.

Il est ainsi possible de réaliser un nouveau type d'entraînement à la survitesse, explique dans la vidéo la professeure Melanie Zeilinger, qui a participé au développement de ce dispositif.

Selon la haute école, les athlètes atteignent ainsi, même à l'entraînement, des vitesses de compétition qui ne sont normalement possibles que grâce à un taux d'adrénaline élevé.

"Cela nous apporte énormément, à nous les athlètes, et peut aussi faire progresser l'ensemble de l'athlétisme suisse", relève Géraldine Frey, étudiante à l'EPFZ et athlète. "Avec l'Airshield, on a un peu l'impression de voler", dit-elle.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Bientôt plus de 10% de l'électricité issu du solaire en Suisse

Publié

le

En 2024, l'énergie solaire devrait pour la première fois fournir plus de 10% des besoins annuels de la Suisse en électricité, selon Swissolar (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Cette année, l'énergie solaire fournira pour la première fois plus de 10% des besoins annuels de la Suisse en électricité. Cela représente plus que la centrale nucléaire de Beznau, indique vendredi Swissolar, l'association des professionnels de l'énergie solaire.

Depuis 2020, le marché suisse du photovoltaïque est en forte croissance avec des augmentations annuelles de plus de 40%, rappelle Swissolar. Et d'ajouter que la tendance a été renforcée en 2022 par la pénurie d'énergie, ce qui a entraîné une croissance de 58%.

En 2023 également, les prévisions ont été dépassées. La nouvelle puissance photovoltaïque installée a crû de 51% par rapport à l'année précédente pour atteindre 1641 mégawatts (MW). Swissolar avance ces chiffres en se basant sur la Statistique de l'énergie solaire de l'Office fédéral de l'énergie. L'énergie solaire a fourni 8,25% des besoins en électricité en 2023.

En tout, la production annuelle solaire s'est élevée à 4624 gigawattheures (GWh), soit environ la consommation annuelle de 1,4 million de foyers de quatre personnes ou 80% de la production annuelle des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Beznau, détaille Swissolar.

"Le développement du solaire fournit actuellement chaque année 2 à 3% de plus aux besoins en électricité de la Suisse. D'ici 2050, l'électricité solaire pourra couvrir 50% des besoins annuels malgré une consommation en hausse", souligne Matthias Egli, directeur de Swissolar, cité dans le communiqué. Ainsi, l'électricité solaire devient, avec l'énergie hydraulique, "le deuxième pilier de notre approvisionnement en électricité", conclut-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Certains poissons traitent leur progéniture avec moins de rigueur

Publié

le

Un cichlidé nettoyant les ½ufs d'une femelle reproductrice. (© Université de Berne/Markus Zöttl)

Les cichlidés pratiquent le népotisme. Lorsque des tâches ne sont pas bien effectuées, ces poissons sont plus indulgents avec leurs proches qu'avec ceux qui ne sont pas de la même famille. C'est ce que montre une étude bernoise publiée dans la revue iScience.

Les cichlidés africains, des poissons colorés de la famille des perches, vivent en groupes. Ils défendent ensemble leur territoire contre les concurrents et les prédateurs menaçants, ils creusent ensemble des grottes pour avoir un abri et se répartissent les soins à apporter aux larves.

Les membres paresseux du groupe sont punis par des attaques physiques, et si cela ne suffit pas, les récalcitrants sont chassés du groupe, ce qui réduit considérablement leur probabilité de survie.

Comme l'ont découvert des biologistes du comportement emmenés par Michael Taborsky, de l'Université de Berne, les cichlidés punissent nettement moins sévèrement leurs propres descendants s'ils ne participent pas à la vie du groupe.

Les scientifiques ont mené leur expérience à la station expérimentale d'éthologie Hasli de l'Université de Berne. Pour faire passer les poissons assistants pour des paresseux, ils les ont tenus à l'écart des alevins. Ils les ont donc empêchés d'accomplir correctement leurs tâches.

Comme le souligne Irene Garcia-Ruiz, première auteure de l'étude, citée dans un communiqué de l'alma mater bernoise, "c'est la première fois qu'une telle interaction entre contrôle social et intérêts partagés est mise en évidence de manière expérimentale dans un système social".

"Ce principe général joue très vraisemblablement un rôle important dans de nombreuses sociétés animales, jusque chez l'humain", conclut la chercheuse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Des vents à plus de 100 km/h dans le sud du Tessin

Publié

le

Les intempéries ont notamment provoqué des dégâts à Riva San Vitale, au bord du lac de Lugano. (© KEYSTONE/TI-PRESS/Francesca Agosta)

Un violent orage s'est abattu sur le Tessin tôt vendredi matin. Contrairement au dernier week-end de juin, les dégâts sont toutefois limités. A certains endroits, l'électricité a été coupée.

Des rafales à plus de 100 km/h ont été mesurées dans le sud du Tessin, indique MétéoSuisse sur X. Les environs de Lugano ainsi que le Mendrisiotto ont été particulièrement touchés.

A plusieurs endroits, les violentes rafales ont fait chuter des arbres sur les routes, a expliqué un porte-parole de la police cantonale tessinoise à Keystone-ATS. Et d'ajouter que pour l'instant il n'y a pas eu d'incidents graves et personne n'a été blessé.

Un arbre a notamment bloqué la bande d'arrêt d'urgence sur l'A2 entre Coldrerio et Mendrisio, a fait savoir le Touring Club Suisse (TCS) sur X.

A Riva San Vitale, au bord du lac de Lugano, des embarcadères ont été détruits, selon le média Ticino online. Des bateaux ont également été endommagés près de Lugano.

Selon la police, le village de Caneggio, dans le district de Mendrisio, était privé d'électricité depuis 06h00 et le village d'Arzo, sur la commune de Riva San Vitale, était aussi touché. A Meride et Sagno en revanche, la coupure de courant n'a duré qu'une quinzaine de minutes. Peu après 11h00, la radio télévision italophone (RSI) a annoncé que le courant avait été rétabli partout.

Depuis jeudi

Jeudi soir, des orages avaient déjà provoqué des coupures de courant à Fideris, dans le Prättigau (GR), ainsi que dans certaines parties d'Obersaxen (GR), dans la Surselva.

MétéoSuisse a mis en garde depuis jeudi contre de nouveaux orages violents. L'alerte vaut jusque dans la nuit de samedi à dimanche. Les risques de dommages sont les plus élevés au Tessin et dans la région de Bergell (GR).

Evacuations levées au Val Maggia

Bonne nouvelle sur le front des intempéries: les autorités ont levé l'ordre d'évacuation dans les zones dangereuses du Val Maggia dès samedi matin 6h00. Aucun nouvel événement ne justifie le maintien de cette mesure, a fait savoir vendredi soir l'état-major du commandement tessinois.

Des fermetures de route restent toutefois encore possibles dans la nuit de vendredi à samedi en fonction des conditions météo ou d'éventuelles crues. Le pont de Visletto à Cevio (TI) pourrait également être fermé en cas d'urgence.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

La Chaux-de-Fonds porte encore les stigmates de la tempête

Publié

le

Quand cela a été possible, les arbres ont uniquement été élagués. (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Un an après, la Chaux-de-Fonds porte encore les stigmates de la tempête du 24 juillet. Les traces les plus visibles concernent les arbres urbains, dont environ 2500 ont dû être abattus ou élagués. La Métropole horlogère a reçu au total 4,6 millions de francs de dons.

"Au niveau sécurité, on n'a rien à se reprocher car personne n'aurait pu imaginer une telle tempête sur une ville et pas au sommet d'une montagne. L'anémomètre s'est bloqué à 217 km/h. C'était complètement hors normes. Dans l'ensemble, la ville a bien résisté en regard de la violence des événements", a déclaré à Keystone-ATS Jean-Daniel Jeanneret, conseiller communal de La Chaux-de-Fonds.

Une année après, on "reste toujours anxieux face à la météo qui pourrait arriver. En hiver, on était habitué aux météos extrêmes, mais maintenant on a aussi de l'appréhension l'été", a ajouté celui qui était au front lors de cette catastrophe.

Ancien conservateur du patrimoine, Jean-Daniel Jeanneret a été très ému de voir le clocher du Temple des Eplatures, un élément historique, être balayé par la tempête. La pose d'une nouvelle structure sur le temple le 3 juillet était "très émouvante". Cela a été possible grâce à la générosité de certains donateurs et notamment celle de Léonard Gianadda, "qui s'est très rapidement manifesté et qui a versé un montant significatif".

Au total, la Ville de La Chaux-de-Fonds a reçu au 1er juin 4,6 millions de francs de promesses de dons ou d'argent versé sur les trois fonds ouverts par la Ville, en faveur des arbres, des parcs ou de la reconstruction. La Chaîne du bonheur a mis à disposition 200'000 francs et La Croix-Rouge également un certain montant. Cet argent est exclusivement à disposition des tiers qui font face à des coûts résiduels non remboursés par les assurances.

Environ 3,4 millions de francs sont dévolus aux arbres, grâce à 900 donateurs qui ont versé entre 10 francs et 700'000 francs, a expliqué Floriane Mamie, chancelière. Des collectivités publiques ont fait preuve de solidarité, comme celle de Genève qui a financé 400 nouveaux arbres ou Winthertour (ZH), avec une plantation prévue cet automne au Bois-du Petit Château.

Dégâts aux arbres: 5,25 millions

Les personnes ou entités qui ont donné de l'argent à l'association citoyenne "Des arbres pour rêver demain", créée quelques jours après la catastrophe, ne sont pas comptées dans ces chiffres. L'association, qui a récolté 1,25 million de dons, a versé le 21 juin 45'000 francs à la Ville pour financer deux plantations d'arbres, l'une à la piscine, l'autre au collège des Endroits.

Les dégâts aux arbres se chiffrent à 5,25 millions de francs. Les dommages causés aux bâtiments sont estimés à 117,15 millions, selon l'Etablissement cantonal d'assurance et de prévention (ECAP), avec 2989 sinistres déclarés. Les assureurs privés ont dû verser des dizaines de millions de francs, avant tout pour des véhicules.

"Encore un certain nombre des bâtiments touchés doivent faire l'objet de travaux de rénovation, même si la majorité a été remise en état. Les deux entreprises très fortement impactées au Crêt-du-Locle sont à bout touchant pour les travaux qui devraient se finir d'ici à la fin de l'été", a expliqué Jean-Daniel Jeanneret. Le travail sur les toits en ville devrait être résorbé d'ici à l'année prochaine.

A part celles subies par les victimes, les traces les plus visibles de la tempête touchent les arbres urbains où plus de 2500 ont été touchés. La canopée a subi une très forte diminution. Les principaux projets de replantation concernent le parc des Crétets et le parc Gallet ainsi que des cours d'école.

La forêt du Bois-Noir, rasée par la tempête, tout comme celle du Châpeau-Râblé fortement touchée, sont gérées différemment. La gestion forestière "est moins interventionniste que pour les arbres en ville", a expliqué le conseiller communal. La commune va aider aussi les particuliers à replanter les arbres fauchés. Par contre, l'argent récolté par "Des arbres pour rêver demain" ne servira qu'à des replantations dans l'espace public.

Par rapport aux arbres blessés, la Métropole horlogère a adopté la stratégie de couper uniquement certaines branches quand c'est possible. "On a freiné les ardeurs de quelques particuliers qui voulaient profiter de l'occasion pour abattre un arbre", a ajouté le conseiller communal.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture