Rejoignez-nous

Suisse

Pollens: une saison 2022 de tous les superlatifs

Publié

,

le

Pour mettre toutes les chances de leur côté, aha! Centre d'Allergie Suisse recommande aux personnes allergiques de profiter de la pause pollinique qui s'annonce pour commencer une désensibilisation (ou immunothérapie allergénique). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

L'année 2022 a été noire pour les allergiques: les journées sans pollen ont en effet été rares dès janvier. Pour tenter de se prémunir lors de la prochaine saison, aha! Centre d’'Allergie Suisse recommande d'entamer une désensibilisation dès l'automne.

Avec 20 à 30 jours d'avance, l'envol des pollens de noisetiers fut exceptionnellement précoce sur le Plateau, rappelle lundi aha! Centre d'Allergie Suisse, dont la ligne d'urgence a été fortement sollicitée dès janvier.

"Sa saison fut forte à très forte dans la plupart des stations de mesure", faisant partie des saisons les plus importantes de la période de comparaison de 1991 à 2020, résume la biométéorologue Regula Gehrig de MétéoSuisse.

Les pollens d'aulnes et de bouleaux qui ont suivi étaient également abondants. Ceux de bouleaux, notamment, ont connu 13 voire 16 jours avec une charge pollinique plus élevée que la moyenne. Ils ont été pratiquement directement remplacés par ceux des graminées, également à l'avance par rapport à la moyenne, avec de hautes concentrations dans l'air surtout en mai.

Suisse alémanique plus touchée

Les personnes souffrant du rhume des foins furent vraiment mises à rude épreuve à partir de la fin avril au Tessin et du début mai sur le versant nord des Alpes, où des concentrations très élevées furent mesurées entre 6 et 21 jours selon les stations. Plus souvent que la moyenne donc. Les concentrations polliniques étaient généralement plus élevées en Suisse alémanique comparé à la Suisse romande et au Valais.

Désensibilisation recommandée

Pour mettre toutes les chances de leur côté, aha! Centre d'Allergie Suisse recommande aux personnes allergiques de profiter de la pause pollinique qui s'annonce pour commencer une désensibilisation (ou immunothérapie allergénique). Au cours de ce traitement, le corps est lentement habitué aux allergènes, afin qu'il n'y réagisse finalement presque plus.

"Les troubles liés au rhume des foins sont ainsi diminués de 75 à 80% et la consommation de médicaments peut être nettement réduite", explique Roxane Guillod, responsable suppléante des services spécialisés du centre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

ABB: Accelleron fait ses premiers pas en Bourse

Publié

le

Accelleron développe des turbocompresseurs utilisés dans une grande variété d'industries, notamment celle du transport maritime (archives). (© KEYSTONE/EPA/YURI KOCHETKOV)

Accelleron, une émanation du groupe d'ingénierie ABB, a fait ses premiers pas à la Bourse suisse ce lundi après que le processus de séparation de son ancienne maison-mère a été complété.

Un peu avant 15h00, l'action Accelleron était stable par rapport à son prix de départ, à 18,00 francs. Quelque 94,5 millions de titres Accelleron ont été émis au total lors du processus de scission.

Avec un cours d'ouverture à 18 francs par action, la capitalisation boursière d'Accelleron Industries s'élevait à 1,7 milliard.

Le producteur de turbocompresseurs, en tant que société indépendante, se concentre maintenant sur la mise en oeuvre de sa stratégie de croissance. Basé à Baden, Accelleron est présent dans 50 pays, rappelle le communiqué.

L'ancienne unité d'ABB est active notamment dans les secteurs de la marine, de l'énergie et des rails.

"Aujourd'hui, nous avons atteint une étape historique pour Accelleron. (...) Je suis confiant que nous sommes bien positionnés pour tirer profit des grandes tendances mondiales et enregistrerons de solides résultats pour nos actionnaires", a indiqué Oliver Riemenschneider, président du groupe.

L'an passé, Accelleron a généré un chiffre d'affaires de 756 millions de dollars (746,3 millions de francs) et s'attend à une croissance de l'ordre de 6% en 2022. La marge opérationnelle brute (Ebitda) est prévue à environ 24%.

Lors d'une journée pour les investisseurs tenue en septembre, cette entité qui emploie 2300 personnes au niveau mondial, dont 800 en Suisse, a dit viser une croissance à moyen terme de 2 à 4% par an hors acquisitions, notamment grâce à la demande liée à la transition énergétique, les turbocompresseurs permettant de réduire la consommation de carburant et émissions de CO2 des moteurs à combustion.

Des acquisitions complémentaires sont également à l'ordre du jour. Les responsables promettent notamment une politique de versement de 50 à 70% du bénéfice net comptable sous forme de dividende.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Credit Suisse continue de creuser son trou en Bourse

Publié

le

Le cours des couvertures de défaillance ("Credit Swap Default", CDS) sur cinq ans pour Credit Suisse s'est envolé à 250 points de base, contre 60 points au début de l'année, signe de la nervosité grandissante des marchés. (archives) (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

L'action Credit Suisse a brièvement atteint lundi un nouveau plus bas historique, tirée à la baisse par les craintes des investisseurs de voir le numéro deux bancaire helvétique sombrer.

La banque a réitéré la date du 27 octobre pour annoncer sa refonte, mais elle pourrait bien être obligée à sortir du bois plus tôt que prévu.

A 10h36, le titre Credit Suisse chutait de 9,1% à 3,615 francs, dans un indice SMI en repli de 1,31%. La nominative se reprenait quelque peu après avoir enfoncé un nouveau plancher à 3,581 francs, un cours historiquement bas. Depuis le début de l'année, l'action a plongé de plus de 56%.

Vendredi soir, la banque avait tenté de rassurer ses employés, face aux nombreux déboires. "Nous sommes en train de restructurer Credit Suisse à long terme pour un avenir durable - avec un potentiel important de création de valeur", avait martelé le nouveau directeur général Ulrich Körner dans un document interne à l'attention de ses employés, consulté par l'agence AWP.

Le dirigeant, qui avait répété que les détails de la transformation de la banque aux deux voiles seront dévoilés le 27 octobre, a aussi souligné que le groupe se trouvait "à un moment critique". L'établissement se trouve néanmoins "en bonne voie" avec son projet de transformation et bénéficie toujours d'un niveau de fonds propres et de liquidités "solides".

Les marchés ne l'ont cependant pas entendu de cette oreille, comme l'a expliqué Ipek Ozkardeskaya. L'analyste senior de Swissquote a rappelé que le cours des couvertures de défaillance ("Credit Swap Default", CDS) sur cinq ans pour Credit Suisse s'était envolé à 250 points de base, contre 60 points au début de l'année, signe de la nervosité grandissante des marchés.

Un miracle

"Cela signifie que le marché prend fortement en compte une défaillance de l'une des plus grandes banques suisses", a souligné Mme Ozkardeskaya. "Est-ce que cela est possible? Oui, c'est possible, mais cela est très incertain", Credit Suisse faisant partie des établissements dits systémiques et donc soumis à de rigoureuses exigences de fonds propres et de liquidités.

Soit la banque parvient à se redresser, ce qui équivaut à "un miracle", soit elle se fait racheter par un concurrent ou sauver par la Confédération, a énuméré l'analyste.

Kian Abouhossein de JP Morgan est cependant plus confiant, rappelant qu'à la fin du deuxième trimestre la banque affichait un niveau suffisant de fonds propres et de liquidités, avec un ratio de fonds propres "durs" (CET1) à 13,5% et un niveau de couverture des liquidités de 191%. Credit Suisse compte ainsi 727 milliards de francs d'actifs, dont 159 milliards en numéraire.

La situation semble néanmoins tendue à la Paradeplatz, le Financial Times ayant rapporté que la direction de Credit Suisse a passé le weekend à tenter de rassurer ses gros clients et investisseurs sur sa stabilité financière. La banque aurait réfuté de récents articles de presse sur une éventuelle augmentation de capital, a ajouté le journal britannique, citant un cadre de la banque.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Préoccupées par l'énergie, les entreprises renforcent leurs stocks

Publié

le

Les entreprises suisses, préoccupées par la forte hausse des prix de l'énergie, ont renforcé leurs stocks afin de se préparer aux éventuels arrêts de production qui pourraient arriver au cours des six prochains mois. (archives) (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les entreprises suisses, préoccupées par la forte hausse des prix de l'énergie, ont renforcé leurs stocks afin de se préparer aux éventuels arrêts de production qui pourraient arriver au cours des six prochains mois.

L'indice PMI des directeurs d'achat pour l'industrie a grappillé en septembre 0,7 point sur un mois à 57,1 points, mais a chuté de 10,4 points en comparaison annuelle, écrit Credit Suisse dans son relevé mensuel préparé en collaboration avec procure.ch.

Malgré cette timide progression mensuelle, la tendance baissière et le ralentissement des activités industrielles reste de vigueur, relève le communiqué.

Au cours du mois sous revue, la production a augmenté, les carnets de commandes sont bien remplis et les entreprises continuent à recruter. Cependant, la flambée des prix de l'énergie reste un défi pour nombre d'entreprises.

Craintes d'interruption de production

Presque un tiers des firmes interrogées craint que des interruptions de production puissent survenir en raison des fortes avancées des prix de l'énergie au cours des six prochains mois. Environ 36% des sociétés sondées anticipent aussi de devoir recourir au chômage partiel.

Les fortes incertitudes amènent ainsi les entreprises à renforcer leurs stocks.

Au niveau des services, l'indice PMI a cédé 4,6 points à 52,3 points tout en restant dans la zone de croissance. Il s'est contracté de 8,6 points sur un an. La progression des prix a quelque peu décéléré et les effectifs des entreprises sont restés plus ou moins stables, explique le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

L'inflation recule enfin en septembre grâce aux carburants

Publié

le

L'inflation a reculé au mois de septembre en Suisse comparé à août, une première en un peu plus d'un an. Sur une base annuelle, le renchérissement des prix a ralenti sa progression. (© KEYSTONE/DPA/HENDRIK SCHMIDT)

L'inflation a marqué une légère détente en septembre après des mois de progression. Le recul des prix à la consommation en Suisse s'explique notamment par une décrue des tarifs pour les carburants, mais d'autres postes de dépenses ont flambé.

L'indice des prix à la consommation (CPI) a reculé de 0,2% en septembre par rapport au mois précédent pour s'établir à 104,6 points, a indiqué lundi l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans un communiqué.

Il s'agit du premier repli mensuel depuis juillet 2021, date à laquelle le CPI avait reculé de 0,1%. Depuis, cet indicateur n'avait cessé de croître.

Comparé à septembre 2021, l'inflation a progressé de 3,3% pendant le mois sous revue, après une hausse de 3,5% sur un an en août, un record depuis 1993.

L'accélération des prix à la consommation est moins importante qu'anticipée par les analystes interrogés par l'agence AWP. Ces derniers attendaient une évolution entre 0,0% et +0,3% sur un mois et de +3,4% à +3,8% sur un an.

La détente au niveau des prix est principalement à mettre sur le compte d'une baisse des tarifs des carburants, l'essence (-6,1%), le diesel (-2,2%) et le mazout (-7,3%) baissant par rapport à août. Sur un an, ces produits pétroliers ont cependant respectivement augmenté de 19%, 30,3% et 68,1%.

Vers de nouvelles hausses des taux

La parahôtellerie (-12,% sur un mois et -12,9% sur un an) a également enregistré une baisse des prix, ainsi que le transport aérien (-10,5% sur un mois, +26,2% sur un an).

Côté chauffage, les copeaux de bois ont par contre vu leur prix s'envoler autant sur une base mensuelle (+10,7%) qu'annuelle (+80,7%).

Malgré le ralentissement observé en septembre, l'inflation reste toujours au-dessus de l'objectif de stabilité des prix prôné par la Banque nationale suisse (BNS) et qui se situe entre 0% et 2%.

Pour cette année, l'institut d'émission table sur un taux de 2,0% et de 2,4% en 2023. Face à la flambée des prix, la banque centrale n'a pas exclu de nouvelles hausses du taux directeur.

L'accélération des prix en Suisse reste cependant nettement inférieure comparé à l'étranger. L'inflation a ainsi bondi à 10% en septembre dans la zone euro, alors qu'elle a ralenti à 6,2% aux Etats-Unis en août.

La force du franc protège en effet partiellement contre une accélération trop importante des prix grâce au pouvoir d'achat que confère la devise helvétique pour des achats à l'étranger, notamment pour les produits énergétiques.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Culture

Plus de 15'000 visiteurs aux portes ouvertes des transports publics

Publié

le

Lors des festivités du week-end autour des 175 ans du rail en Suisse romande, un train ICN des CFF a été baptisé du nom de "Auguste et Jacques Piccard". (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les portes ouvertes des transports publics ont attiré plus de 15'000 visiteurs dans toute la Suisse romande, à l’occasion des 175 ans du chemin de fer. Quatorze entreprises et associations ont ouvert leurs portes au public durant le week-end.

Les nombreuses attractions autour du jubilé s’adressaient aussi bien aux simples curieux qu’aux passionnés du rail et des transports publics. Point fort du week-end, un train ICN des CFF a été baptisé du nom de "Auguste et Jacques Piccard", en l’honneur de la famille de pionniers, indiquent dimanche les CFF dans un communiqué.

De la Chaux-de-Fonds à Martigny, les entreprises de transports publics ont captivé et diverti petits et grands. Du côté du rail, les visites du chantier de la gare de Fribourg ont été prises d’assaut, de même que la toute nouvelle gare de Renens.

Dans les ateliers industriels d’Yverdon, simulateurs, ateliers métiers, démonstrations techniques et visites de trains en cours de modernisation ont attiré la foule. L’eau - qui fait tourner les turbines fournissant au total 20% du courant de traction des trains - était aussi à l’honneur à la centrale hydroélectrique CFF de Vernayaz (VS), .

Les 175 ans des transports publics seront encore présents en tant qu’hôte d’honneur à la Foire du Valais jusqu’au 9 octobre 2022, précise le communiqué. Plusieurs entreprises romandes s'y succéderont pour se présenter au public.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture