Rejoignez-nous

Suisse

Médecins: le personnel étranger "loin de combler le manque"

Publié

,

le

En Suisse, un médecin étranger sur deux est originaire d'Allemagne et un peu moins d'un sur dix est italien. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le nombre de médecins augmente en Suisse, mais la dépendance à l'étranger ne diminue pas. La Fédération des médecins suisses (FMH) tire ce constat de la statistique médicale 2023, publiée mercredi. L'organisation s'inquiète pour les jeunes générations de soignants.

En 2023, la fédération recensait 41'100 médecins en activité, pour un total de 35'488 équivalents plein temps (EPT). Par rapport à 2022, cela représente une hausse de 2,3% des EPT. Mais ces chiffres en apparence réjouissants sont "loin de suffire à combler le manque de personnel qualifié", avertit l'association professionnelle des médecins.

Un peu plus de 40% des praticiens en Suisse sont d'origine étrangère. L'Allemagne est de loin le pays qui exporte le plus de médecins vers la Suisse, un médecin étranger sur deux (50,2%) étant d'origine allemande. L'Italie vient ensuite avec 9,5%, suivie de la France (7,1%) et de l'Autriche (6%).

"Les médecins formés en Suisse ne suffisent pas à couvrir les besoins", avertit la FMH dans son communiqué. Cette pénurie inquiète l'organisation s'agissant du manque de relève, un médecin en activité sur deux en Suisse étant âgé de 50 ans ou plus et un sur quatre, de 60 ans ou plus.

Augmenter le nombre de places en formation

Le manque de personnel affecte également la qualité de la formation post-universitaire et celle des soins. De plus, "en raison de la charge administrative élevée, les médecins n’ont pas suffisamment de temps à accorder aux patients", déplore la fédération.

Dans ces conditions, les cabinets sont de plus en plus nombreux à ne plus accepter de nouveaux patients et la pression sur le système de santé se répercute sur les jeunes professionnels. "Les longs délais d’attente et les fermetures de cabinets ne font qu’aggraver la situation déjà précaire. La charge de travail est élevée et les conditions de travail plus exigeantes", s'inquiète la FMH.

Les organisations médicales demandent d’augmenter le nombre de places de formation dans les universités et d'améliorer les conditions de travail en instaurant des modèles "modernes" et en réduisant le temps de travail, la bureaucratie et les tâches non médicales. Elles insistent aussi sur une numérisation "utile."

Une majorité des praticiens en cabinet

Une courte majorité (53,6%) des médecins exercent leur activité principale dans le secteur ambulatoire. Le secteur hospitalier compte pour 44,8% des professionnels en activité, le reste occupant des postes dans d'autres domaines, comme l'administration ou les assurances.

En moyenne, le taux d'activité est de 7,9 demi-journées par semaine en cabinet (une demi-journée comptant entre quatre et six heures) contre 9,4 dans le secteur hospitalier. Le nombre d'heures a en moyenne passablement diminué sur les dernières années, puisqu'il était de 9 demi-journées en 2013. Les femmes ont un taux légèrement plus bas (6,9 en ambulatoire et 8,9 en hôpital) mais sont plus représentées dans le secteur hospitalier (49,1%) que dans l'ambulatoire (44,7%).

La densité médicale en Suisse est comparable à celle des pays voisins. Pour 1000 habitants, on compte 4,6 médecins (ou 4 EPT), contre 5,4 en Autriche, 4,5 en Allemagne, 4,1 en Italie et 3,2 en France. La densité est cependant en dessous du seuil recommandé dans le domaine des soins de proximité.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Joli numéro d'Elise Chabbey, 3e à Villars-sur-Ollon

Publié

le

Elise Chabbey a terminé 3e de la 1re étape du TdS féminin (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Longtemps seule en tête, Elise Chabbey a dû se contenter de la 3e place dans la 1re étape du Tour de Suisse féminin.

La Genevoise a été reprise à 1,3 km de l'arrivée à Villars-sur-Ollon, où la victoire est revenue à Demi Vollering.

Principal atout helvétique en l'absence de la gagnante sortante Marlen Reusser (malade), Elise Chabbey a livré un superbe numéro sur les 58,6 km d'un parcours montagneux. Partie seule dans la première difficulté du jour, le Col de la Croix, elle a compté plus de 2'30'' d'avance sur les favorites de l'épreuve.

Mais la Genevoise n'a rien pu faire dans la longue ascension finale (8 km) lorsque la grande dame du peloton, Demi Vollering, a décidé de prendre les choses en main. Elle a d'ailleurs été lâchée juste après la jonction, Gaia Realini connaissant le même sort quelques mètres plus loin.

Grande favorite de ce Tour, Demi Vollering s'est imposée au final avec 22'' d'avance sur Gaia Realini (2e), 46'' sur Elise Chabbey et 58'' sur l'outsider Elisa Longo Borghini. Déjà victorieuse du Tour d'Espagne, du Tour du Pays basque et du Tour de Burgos cette année, la Néeerlandaise est donc bien partie pour signer un nouveau succès dans une course par étapes.

Coéquipière de Marlen Reusser chez la SD-Worx, Vollering aura l'occasion de creuser l'écart dimanche lors du contre-la-montre prévu sur 15,7 km entre Aigle et Villars-sur-Ollon. Les deux dernières étapes, Vevey-Champagne (125,6 km) et Champagne-Champagne (127,5 km) devraient à nouveau permettre à Elise Chabbey, 5e l'an dernier et 2e en 2021, de partir à l'attaque.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Les crocodiles sacrés "lausannois" arrivés à bon port à Agadir

Publié

le

Après quelques mésaventures, les seize jeunes crocodiles sacrés d'Aquatis sont finalement arrivés à bon port au Crocoparc d'Agadir. (© KEYSTONE/Valentin Flauraud)

Après avoir été bloqués à l'aéroport de Genève, les seize crocodiles sacrés d'Aquatis à Lausanne sont finalement arrivés à bon port au Crocoparc d'Agadir. Un soutien de dernière minute a été trouvé pour leur transport au Maroc.

"Ils sont là, dans leur enclos de réadaptation à l'extérieur, afin de s'habituer à l'intensité des températures et du rayonnement solaire. Ils vont super bien", s'est réjoui samedi Michel Ansermet, directeur d'Aquatis, joint par Keystone-ATS au Maroc.

Le voyage aurait dû se dérouler mercredi soir, mais alors que le zoologue était assis dans l'avion, il s'est aperçu que les caisses contenant les seize reptiles avaient été sorties de la soute. En cause, un défaut technique dans le chauffage de cette dernière.

"Or, avec une température de 5 degrés, les crocodiles auraient souffert d'un choc thermique en arrivant au Maroc où les températures dépassent les 30 degrés. J'ai dû stopper l'opération", décrit M. Ansermet. Les animaux ont passé la nuit au fret. Lors d'une séance de crise, il a été décidé de les ramener à Lausanne, car le même avion était prévu pour les prochains vols.

Plan B

"C'est alors que la solution B est tombée du ciel", poursuit le directeur. "Touché par la situation, un cargo privé a pris en main la situation et nous a amenés moi et les reptiles à destination. Nous sommes arrivés à Agadir vendredi à 3 heures du matin".

Installés dans des compartiments séparés, les jeunes crocos sacrés - "une espèce qui a bon caractère et qui est moins agressive que ses congénères du Nil"- n'ont pas souffert de ce contretemps. Ils peuvent rester des mois et des mois sans s'alimenter, a précisé le zoologue.

L'objectif de l'opération est la réintroduction de l'espèce au Maroc où elle a disparu depuis plus de 60 ans. Il s'agit d'une première sur le continent africain. "La population locale se montre très intéressée par le projet", note M. Ansermet.

Elevés à Aquatis, les crocodiles sacrés voyageurs mesurent entre 42 centimètres et 1,06 mètre pour les plus grands. Deux sont issus d'une portée de 2019, quatorze de celle de 2022. Ils achèveront leur croissance à Crocoparc, avant d'être relâchés dans la nature d'ici un an. Ce sera au sud du Maroc dans des gueltas, à savoir des trous d'eau dans le Sahara. Le spécialiste a d'ailleurs pu visiter samedi l'un des sites prévus.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le sport et le dessin de presse à l'honneur à Morges

Publié

le

La Maison du dessin de presse de Morges, ici lors de la rétrospective 2023, consacre sa nouvelle exposition au sport (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'été sera sportif à la Maison du dessin de presse à Morges. Du 22 juin au 16 septembre, elle expose près de 140 dessins d'une trentaine d'artistes de Suisse, de France et d'Allemagne.

Cette nouvelle exposition fait écho aux grandes manifestations de l'été (Euro en Allemagne, JO de Paris). Des rendez-vous qui sont régulièrement croqués par les dessinateurs de presse, tout comme les polémiques liées au sport et les stars du domaine.

Pour cette exposition, intitulée "Il va y avoir du sport!", plus de 700 dessins ont été envoyés, mais les responsables n'en ont retenu qu'une partie, écartant notamment les sports hivernaux (pas de saison) ou le tennis (une exposition a déjà été montée dans le passé autour de Roger Federer).

Soulcié à l'honneur

Les dessins ont été répartis en thématique: le football (avec ses stars, sa FIFA, ses supporters, ses travers), les JO de Paris, le cyclisme, le climat, les sports aquatiques ou encore les femmes dans le sport. Un espace spécifique a été réservé à l'invité d'honneur de cette exposition, Soulcié, dessinateur de presse à L'Equipe.

"Avec son ton enlevé propre à son univers, son style graphique souvent disproportionné, Soulcié séduit par un humour inspiré qui vise juste. Adepte de l'absurde, il reste très au fait de l'actualité et ne manque jamais sa cible", écrivent les responsables du musée morgien.

Auteur de BD à ses débuts, Soulcié s'est ensuite tourné vers le dessin de presse, suivant les traces de ses idoles Cabu, Pétillon, Willem et Gary Larson. Il a collaboré à de nombreuses publications telles que La Revue Dessinée, Télérama, Fluide Glacial ou Fakir. Il officie aussi à 28 minutes sur Arte. Il est entré en 2014 à L'Equipe où, deux fois par semaine, il croque l'actualité sportive.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Lausanne: chute d'un arbre - rue de la Borde fermée à la montée

Publié

le

Suite à la chute d'un arbre, la circulation a été perturbéee samedi à la place du Tunnel, au bas de la rue de la Borde (photo prétexte). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Un glissement de terrain a entraîné la chute d'un arbre vers la place du Tunnel en bas de la rue de la Borde à Lausanne. Les lignes aériennes des TL sont endommagées. Le trafic devrait être perturbé samedi toute la journée.

La rue de la Borde est fermée à la circulation dans le sens de la montée, a précisé Michel Gandillon, porte-parole de la police de Lausanne à Keystone-ATS. Des spécialistes des Services industriels, des TL et des sapeurs-pompiers sont à l'oeuvre sur le terrain.

Des déviations de trafic ont été mises en place. La police de Lausanne conseille d’éviter le secteur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Mobilité

La CITraP contre un moratoire sur l’extension du réseau ferroviaire

Publié

le

La Communauté d'intérêts pour les transports publics demande des corrections à l'offre révisée pour le trafic ferroviaire à longue distance pour 2035 (photo symbolique). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Communauté d'intérêts pour les transports publics (CITraP) Suisse est contre un moratoire général sur les projets d'extension du réseau ferroviaire. Elle réitère ses critiques à l'encontre du concept 2035, craignant des détériorations massives de l'horaire.

La CITraP rejette les demandes de moratoire général sur les projets d'extension telles qu'elles ont été esquissées par les médias ces derniers jours, écrit-elle samedi dans un communiqué. Un arrêt de l'extension du réseau ferroviaire nuirait aux transports publics et provoquerait "un tas de ruines".

Par ailleurs, la communauté d'intérêts réitère ses critiques à l'encontre du concept d'offre révisé de l'Office fédéral des transports (OFT) pour le trafic ferroviaire à longue distance pour 2035. Elle exige de rendre public l'état actuel des bases de planification afin qu'une évaluation globale soit possible, craignant des détériorations "qui ne sont pas présentées aujourd'hui de manière transparente sur la table".

Améliorations

Le groupe se réjouit que "de premières améliorations aient été apportées par rapport à la situation d'il y a un an". Mais dans plusieurs régions de Suisse, des détériorations subsistent pour la clientèle des transports publics, telles que des ruptures de correspondances et des allongements sensibles de la durée du trajet, souligne-t-il.

La CITraP juge particulièrement incompréhensible que les temps de parcours prolongés de l'horaire 2025 soient maintenus dans le projet d'offre révisé 2035, entre autres sur les lignes Berne – Genève et Bienne – Genève. Elle demande une correction. Idem pour la liaison Rail-Jet Zurich-Sargans-Innsbruck-Vienne qui, détournée via Saint-Gall, serait allongée de 30 minutes.

Côté trafic international, la CITraP demande des améliorations rapides, notamment vers les n½uds de correspondance importants comme Lyon et Munich.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture