Rejoignez-nous

Suisse

Les hôpitaux universitaires ont atteint leurs limites

Publié

,

le

Les directeurs des cinq hôpitaux universitaires de Suisse ont fait le bilan d'une année marquée par le coronavirus devant la presse. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Avec la pandémie de coronavirus, les cinq hôpitaux universitaires de Suisse ont atteint les limites de leurs ressources, aussi bien humaines que financières, ont-ils indiqué jeudi. Ils ont toutefois joué un rôle central pour garder la pandémie sous contrôle.

"Sans les hôpitaux universitaires et leur savoir-faire, en particulier pour les patients nécessitant des soins intensifs, la pandémie du Covid-19 n'aurait pas été gérable", estiment les cinq hôpitaux dans un communiqué. Sous pression, ils ont été en mesure de réagir rapidement et de prendre les précautions adéquates.

Les directeurs des cinq établissements, l'Hôpital de l'Île à Berne, le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), l’Hôpital universitaire de Bâle (USB), les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et l'Hôpital universitaire de Zurich (USZ) étaient réunis devant la presse à Berne.

Ils ont fait le bilan d'une année marquée par le coronavirus, alors qu'avec la vaccination, "une lueur d'espoir" pointe à l'horizon, a souligné Uwe E. Jocham, directeur de l'Hôpital de l'Île. Il s'est dit fier de la contribution de ces hôpitaux durant la crise. "Nos hôpitaux universitaires ont sauvé des vies durant la crise et il n'y avait pas d'autres options", a abondé Bertrand Levrat, directeur des HUG.

Capacités de soins intensifs étendues

En 2020, les cinq hôpitaux universitaires ont pris en charge un total de 8153 patients Covid en soins stationnaires, soit environ 40% des 19'500 cas pris en charge en Suisse, contre 20% en temps normal. Et 1295 patients ont été admis en unités de soins intensifs, dont 922 ont été placés sous assistance respiratoire.

Les seuls HUG ont accueilli plus de la moitié de ces hospitalisations, avec 4078 patients. Le canton a été durant une période l’une des régions les plus touchées d’Europe. Au pic de la crise, les HUG avaient plus de 608 patients Covid hospitalisés en même temps, a souligné M. Levrat.

Les capacités de soins intensifs existantes dans les hôpitaux universitaires sont passées de 228 à 378 lits, soit une augmentation d'environ 65%. En novembre 2020, c'est jusqu'à 208 lits qui étaient occupés par les seuls patients Covid-19. Sans l'expansion des capacités, il n'y aurait eu pratiquement plus de marge de manoeuvre.

Collaboration intensive

Les cinq hôpitaux universitaires ont étroitement collaboré, notamment pour le transfert des patients. Les cinq directeurs ont salué la qualité de cette coopération qui a permis de faire face aux défis posés par cette situation extraordinaire sans que le système de santé ne subisse de graves perturbations.

"Si nous n'avions pas eu cette coopération, nous n’aurions pas pu supporter toutes les charges d’un hôpital universitaire", a souligné le directeur général du CHUV Philippe Eckert. Des patients du CHUV ont notamment été transférés vers la Suisse allemande. Cela a permis de garder des capacités pour les autres patients, notamment pour les opérations électives, même si celles-ci ont pris un retard que le CHUV n'aura probablement pas rattrapé d'ici la fin de cette année.

Les cinq hôpitaux ont également été un pilier important de la stratégie de vaccination en créant des centres ad hoc. Ils ont par ailleurs permis de faire avancer la connaissance sur le virus, avec 232 projets de recherche lancés sur le Covid-19 en 2020.

Plus de 200 millions de perte

La crise du coronavirus a alourdi significativement la charge des hôpitaux universitaires dont les coûts ne sont pas couverts par l'assurance maladie obligatoire. La perte de revenus totale dans le domaine stationnaire en 2020 s’élève ainsi à 202 millions de francs, auxquels s’ajoutent les dépenses en personnel et celles liées à l’achat de matériel spécifique au Covid pour plus de 340 millions de francs.

Les cantons ont contribué à hauteur de 357 millions de francs pour amortir la perte de revenus et les dépenses supplémentaires. Malgré ces aides, la perte se monte au final à 86 millions de francs. Des pertes qui seront, à Genève et sur Vaud, prises en charge par le canton. M. Levrat a appelé à ce que le canton ne doive pas couvrir seul les pertes, mais à ce que les assurances maladie participent aussi.

Les cinq hôpitaux universitaires regrettent que le système de remboursement actuel attribue une pondération beaucoup trop faible aux réserves de capacité. Celles-ci ont pourtant prouvé qu'elles étaient indispensables en temps de crise, même si après un an de pandémie, le personnel est à bout et se sent épuisé, précise le communiqué.

Il est ainsi impératif que les systèmes de financement instaurent une considération séparée pour les hôpitaux universitaires afin qu'ils puissent continuer à être garants de soins de qualité.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Le tourisme en Suisse toujours pénalisé par la pandémie en 2021

Publié

le

En 2021, les touristes étrangers ont dépensé 10,1 milliards de francs à l'occasion de leurs séjours en Suisse, en hausse de 5,5%. (archives) (© KEYSTONE/AP/JAMEY KEATEN)

Les dépenses des Suisses en voyage à l'étranger en 2021 dépassent de peu celles des touristes étrangers en Suisse. Si l'activité a clairement rebondi par rapport à 2020, les chiffres finaux sont encore très loin de ceux de 2019.

En 2021, la population suisse a dépensé 10,7 milliards de francs lors de voyages à l'étranger, en progression de 13,4% par rapport à 2020, indique mardi l'Office fédéral de la statistique (OFS). De leur côté, les touristes étrangers ont dépensé 10,1 milliards de francs à l'occasion de leurs séjours en Suisse, en hausse de 5,5%.

Au final, la balance touristique s'est inscrite à -605 millions de francs, après -290 millions en 2020.

Par rapport à 2019, soit avant la pandémie, les dépenses des Suisses à l'étranger s'inscrivent en baisse de 43,9% et celles des touristes étrangers en Suisse de 43,0%.

C'est à partir d'avril 2021 que les touristes étrangers ont commencé à revenir de manière conséquente, constate l'OFS. Les séjours hôteliers et les séjours d'études ont connu une embellie, alors que les séjours hospitaliers ont continué à souffrir de la pandémie. Enfin, grâce à la baisse du recours au chômage partiel, les travailleurs frontaliers ont davantage dépensé en Suisse.

Les Suisses quant à eux ont recommencé à voyager à l'étranger, mais sur un éventail de destinations plus limité que par le passé. En revanche, le tourisme d'achat dans les zones frontalières, ralenti en début d'année par les fermetures de frontières, s'est ensuite fermement redressé.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Davantage de mineurs jugés en 2021, moins à cause des drogues

Publié

le

Beaucoup de jeunes ont été jugés pour des voyages sans titre de transport valable (image symbolique). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les jugements de mineurs pour une infraction au Code pénal ont augmenté l'an dernier. Les infractions à la loi sur la circulation routière sont également à la hausse. En revanche, les jugements pour consommation de stupéfiants ont nettement diminué.

Au total, 20'902 jugements ont été prononcés l'an dernier en application du droit pénal des mineurs, indique mardi l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans un communiqué. Cela représente une hausse de 7,5% par rapport à 2020.

L'an dernier, 8579 mineurs ont été jugés pour une infraction au Code pénal, soit une hausse de 6,4% sur un an. La tendance est à la hausse depuis 2018, relève l'OFS. Depuis cette date, les jugements en la matière n'ont pas cessé d'augmenter, même si le nombre de condamnations n'a plus jamais atteint le pic de 2010.

Hausse des violences

La tendance est la même pour les seules infractions de violence, avec une hausse de 37,2% des jugements prononcés entre 2018 et 2021 (+2,4% par rapport à 2020). Augmentent également les infractions contre le patrimoine (+23,1% depuis 2018), ainsi que celles contre les autorités publiques (+66,5%).

Les infractions contre l'intégrité sexuelle ont doublé en trois ans, passant de 419 en 2018 à 837 l'an dernier. Les faux dans les certificats (-47,7%) représentent l'une des rares catégories à afficher une tendance à la baisse ces trois dernières années.

Avec 4458 jugements l'an dernier, les infractions à la loi sur la circulation routière sont en hausse de 15,4%. Les cas simples ont augmenté de 27,7%, alors que les violations graves ont bondi de 51,1%. Il s'agit majoritairement d'excès de vitesse.

A l'inverse, le nombre de jugements en rapport avec la loi sur les stupéfiants a chuté de 22,6% en 2021, pour passer à 3541. Une baisse graduelle (-39,2%) est observée depuis 2017, remarque l'OFS, principalement due au recul des jugements pour consommation.

Par ailleurs, 8726 jugements ont été prononcés pour différentes lois fédérales annexes. La plupart concernent la loi sur les armes, la loi sur les étrangers et la loi sur le transport de voyageurs. Cette dernière, en hausse de 30% sur un an, totalise 51% des cas. Il s'agit dans la plupart des cas de voyages sans titre de transport valable.

Une majorité de réprimandes

Parmi les jugements prononcés, 7332 contiennent des réprimandes, soit 35% du total. La prestation personnelle (devoir participer à un cours ou effectuer un travail d'intérêt général) est la sanction prononcée dans 30,8% des cas.

Les amendes et les privations de liberté, qui ne peuvent être infligées qu'à partir de 15 ans, ont été prononcées dans respectivement 27,5% et 4,4% des cas. Le reste des jugements concerne les mesures seules et les exemptions de peine (2,3%).

Au cours de l'année 2021, 1038 mineurs ont été placés hors de leur famille. La durée moyenne d'un tel placement a été de 162 jours. Avec 225 jours, les placements ouverts après jugement représentent la durée moyenne la plus longue.

Par ailleurs, 402 jeunes ont été touchés par une ou plusieurs mesures de protection ordonnées à titre provisionnel. Parmi eux, 109 ont été placés en observation stationnaire, 270 en placement ouvert et 132 en placement fermé.

Parmi les 271 mineurs concernés par des mesures prononcées à l'issue d'un jugement, 221 ont été placés en institutions ouvertes, 58 en institution fermée et 32 en placement pour des motifs disciplinaires. Au total, 248 délinquants juvéniles ont accompli une peine privative de liberté.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Credit Suisse concentre ses efforts sur sa transformation

Publié

le

Credit Suisse entend poursuivre ses efforts de transformation pour l'année en cours, malgré des conditions de marché difficile. (archives) (© KEYSTONE/WALTER BIERI)

Credit Suisse entend poursuivre ses efforts de transformation pour l'année en cours, malgré des conditions de marché difficiles.

L'établissement a confirmé son objectif d'économies de 200 millions de francs pour 2023 dans un document présenté mardi à l'occasion de sa journée des investisseurs. A moyen terme, des réductions de coûts supplémentaires de 400 millions sont visées.

Dans son "Investor Deep Dive", la banque aux deux voiles indique en outre poursuivre sa transformation numérique, afin de garantir la mise en place d'une "organisation robuste, évolutive et agile". Le numéro deux bancaire helvétique, qui a une nouvelle fois répété que 2022 serait une "année de transition", va faire le point sur sa stratégie dans la gestion des risques, la conformité, la technologie et les opérations, ainsi que la gestion de fortune.

Les économies visées reflètent la transition vers un modèle d'entreprise plus centralisé. Celles réalisées en 2022 devraient se refléter dans les chiffres du dernier trimestre. La direction de Credit Suisse veut réduire les doublons et créer des synergies, mais aussi automatiser un "grand nombre" de tâches actuellement exécutées manuellement.

L'établissement souligne les efforts consentis dans la gestion du risque, soulignant la hausse de 15% du budget 2022 par rapport à 2020, alors que les effectifs affectés à la conformité ont enflé de 500 unités ces trois dernières années à environ 2500 personnes.

Gestion de fortune dopée aux taux

Dans la division nouvellement formée de la gestion de fortune, Credit Suisse espère compenser en partie les investissements par un modèle d'affaires plus efficace. Le relèvement des taux d'intérêts devrait par ailleurs se traduire par plus de 800 millions de francs de recettes supplémentaires.

Malgré des annonces sans grande surprise, la "plongée profonde" avait l'heur de plaire aux investisseurs. A 10h20, la nominative Credit Suisse prenait 1,3% à 5,814 francs, ce qui lui valait de figurer aux avant-postes d'un SMI en repli de 0,05%.

Fortement ébranlé par la débâcle du fonds spéculatif Archegos et la liquidation des fonds Greensill, Credit Suisse avait bouclé 2021 dans le rouge. Et l'année en cours a débuté de la même manière, avec une perte nette de 273 millions de francs au premier trimestre, et un nouveau débours attendu pour le second.

A cela s'ajoutent les déconvenues judiciaires en série, avec pas plus tard qu'hier la condamnation à une amende ferme de 2 millions de francs par le Tribunal pénal fédéral (TPF) dans un procès pour blanchiment d'argent.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Livia Leu participe au troisième entretien exploratoire à Bruxelles

Publié

le

Livia Leu rencontrera Juraj Nociar, chef de cabinet du vice-président de la Commission européenne Maros Sefcovic, "pour un troisième entretien exploratoire sur l'approche par paquet", écrit le DFAE. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

La secrétaire d'Etat Livia Leu se rendra à nouveau à Bruxelles jeudi pour des entretiens exploratoires. C'est ce qu'a confirmé lundi le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Mme Leu rencontrera Juraj Nociar, chef de cabinet du vice-président de la Commission européenne Maros Sefcovic, "pour un troisième entretien exploratoire sur l'approche par paquet", écrit le DFAE, interrogé par l'agence de presse Keystone-ATS. "Des divergences subsistent après deux tours exploratoires", poursuit-il.

Cette troisième rencontre aura lieu après un échange de lettres entre Berne et Bruxelles. Début mai, la Commission européenne avait envoyé à Mme Leu une lettre contenant des questions auxquelles elle souhaitait obtenir une réponse écrite. A l'époque, la secrétaire d'Etat avait déclaré à la radio SRF que le Conseil fédéral avait clairement indiqué qu'il n'y aurait pas d'accord-cadre institutionnel 2.0. Elle avait en outre confirmé que les positions étaient encore très éloignées.

Début juin, la réponse de la secrétaire d'Etat à Bruxelles a été rendue publique par le "Nebelspalter". Elle y prenait position sur les différentes questions et plaidait pour une prochaine rencontre dans les meilleurs délais.

Selon le DFAE, cette phase exploratoire doit permettre de "sonder s'il existe une base suffisante pour entamer des négociations". A l'avenir, le Conseil fédéral ne souhaite plus négocier uniquement sur les questions institutionnelles non résolues, mais également sur de nouveaux accords sectoriels, par exemple sur l'électricité ou la santé.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

De faux sourds sont à la recherche de dons frauduleux

Publié

le

Les personnes sourdes et malentendantes ne mendient pas dans la rue, mais luttent pour leur intégration sociale, souligne la FSS: "Comme tous les autres habitants de Suisse, elles veulent pouvoir suivre une formation et exercer un travail". (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Cet été encore, de faux sourds mendient de l'argent en organisant des collectes dans la rue, dans les transports publics ou sur les terrasses des restaurants. La Fédération suisse des sourds met la population en garde contre ce type d'escroquerie.

L'arnaque est toujours la même, écrit lundi la Fédération suisse des sourds (FSS). Des personnes peu scrupuleuses font signer une pétition en donnant l'impression qu'il s'agit d'une bonne cause, mais l'argent donné ne profite ni à la Fédération des sourds ni à d'autres institutions soutenant cette catégorie de population.

Les personnes sourdes et malentendantes ne mendient pas dans la rue, mais luttent pour leur intégration sociale, souligne la FSS: "Comme tous les autres habitants de Suisse, elles veulent pouvoir suivre une formation et exercer un travail".

Règles strictes

En tant qu'organisation certifiée digne de confiance par la fondation Zewo à Zurich, la Fédération suisse des sourds suit, selon ses propres dires, des règles strictes pour la collecte de fonds.

Lors des collectes dans l'espace public, la FSS travaille ainsi exclusivement avec une agence spécialisée qui emploie du personnel entendant, répondant de manière compétente aux questions des passants et n'acceptant jamais d'argent liquide pour des raisons de sécurité.

Les stands sont toujours bien reconnaissables et disposent de toutes les autorisations nécessaires. Les personnes qui y travaillent portent des vêtements avec le logo officiel de la Fédération suisse des sourds.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture