Rejoignez-nous

Economie

L'économie helvétique blindée face au tumulte mondial (étude)

Publié

,

le

Selon les économistes de Credit Suisse, la perte de pouvoir d'achat devrait rester dans l'ensemble "limitée" en 2022 malgré l'inflation, au vu de la bonne tenue du marché du travail. (archives) (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

L'économie suisse se montre résistante face à un environnement difficile, entre les préoccupations liées à la guerre en Ukraine, une inflation galopante et une crise internationale de la dette qui se profile à l'horizon 2025.

A l'occasion de la publication mardi du moniteur suisse pour le deuxième trimestre 2022, les économistes de Credit Suisse ont maintenu inchangée à 2,5% leur prédiction de croissance du produit intérieur brut (PIB) helvétique pour l'année en cours.

Selon eux, la dynamique positive résultant de la levée des mesures anti-Covid continue de marquer l'activité économique, alors que les consommateurs restent enclins à acheter au vu de la "sécurité élevée de l'emploi individuel" et malgré la situation préoccupante en Ukraine.

"La hausse de l'inflation ne diminue pas le pouvoir d'achat dans notre pays", assurent les experts de la banque aux deux voiles. Et de relever qu'à la faveur de la croissance de l'emploi et d'un transfert vers des postes mieux rémunérés, la somme des salaires versés a augmenté de 3,9% au premier trimestre, alors que le renchérissement a été de 2,1%.

Le taux d'inflation devrait se maintenir au-dessus de 2,0% jusqu'à la fin de l'année pour atteindre une moyenne de 2,3%, croient savoir les auteurs de l'étude. Au vu de la hausse attendue de 1,7% pour l'emploi et de 0,8% pour les salaires, la perte de pouvoir d'achat pour l'ensemble des acteurs économiques devrait toutefois rester "limitée".

Les difficultés d'approvisionnement incitent par ailleurs les entreprises à étoffer leurs projets d'investissement. Se basant sur le dernier indice mensuel des directeurs d'achat (PMI), Credit Suisse rappelle que quatre sondés sur cinq ne s'attendent pas à un retour à la normale avant l'année prochaine, et près de deux sur trois craignent une chute de la production au cours des six prochains mois.

Crise de la dette en vue

Revenant sur la thématique du changement de cap attendu en matière de politique monétaire et de son impact sur les finances publiques les économistes de la banque aux deux voiles signalent qu'après la récession induite par la pandémie et les programmes de soutien en milliards, la dette publique a atteint un niveau record.

Ils se veulent cependant rassurants, affirmant que "les durées résiduelles élevées garantissent que les coûts de refinancement n'augmenteront que lentement, même en cas de hausse marquée des taux directeurs", et qu'à l'heure actuelle, la dette publique n'empêche pas les banques centrales de resserrer leur politique monétaire.

A plus long terme en revanche, la situation risque de se détériorer en raison du renversement de tendance qui se dessine pour le différentiel entre les taux d'intérêt et la croissance. Cela devrait être le cas aux Etats-Unis dès 2027, et en Espagne et en France l'année suivante. L'Italie sera confrontée dès mi-2025 au dilemme entre une consolidation nécessaire et une austérité nuisible pour la croissance.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

UBS: offre de désengagement des fonds Supply Chain

Publié

le

L'opération doit rester sans effets notables sur les résultats d'UBS ou sur le niveau de ses fonds propres durs. (archive) (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

UBS présente lundi une offre de désengagement des fonds Supply Chain de Credit Suisse, liés à la société d'affacturage britannique Greensill, qui a déposé le bilan au printemps 2021.

La proposition comprend le remboursement aux détenteurs de parts de 90% de la valeur nette d'inventaire desdits fonds en date du 25 février 2021, déduction faite des remboursements déjà effectués.

Au dernier pointage il y a tout juste un an, le numéro deux bancaire helvétique racheté depuis par le numéro un annonçait un septième versement aux investisseurs du fonds Greensill, portant la remboursement total à 7 milliards de dollars. Feu la banque aux deux voiles assurait avoir alors récupéré 7,4 milliards, sur les 10 milliards de fonds sous gestion au moment de leur suspension.

L'opération doit rester sans effets notables sur les résultats d'UBS ou sur le niveau de ses fonds propres durs, du fait notamment des provisions constituées par le groupe bancaire aux trois clés au moment du rachat de son dauphin déchu au printemps 2023. UBS AG prévoit d'inscrire une provision de 0,9 milliard de dollars au deuxième trimestre sur une base consolidée.

Les Supply Chain Finance Funds feront désormais partie de la banque de défaisance d'UBS,

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Le code postal fête ses 60 ans en Suisse

Publié

le

De 1000 Lausanne à 9658 Wildhaus: les numéros postaux d’acheminement de La Poste existent depuis 60 ans (photo d'illustation). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le 26 juin 1964, la Suisse a introduit les codes postaux. Elle est le troisième pays après l'Allemagne (1961) et les Etats-Unis (1963) à avoir décidé d'utiliser un numéro devant le nom de la localité. La réflexion a démarré pendant la Seconde Guerre mondiale.

En 1941, la Poste du Reich allemand a introduit un code à deux chiffres pour faire face au grand nombre de lettres traitées par la poste de campagne et au manque de connaissances géographiques du personnel, rappelle la Poste suisse à l'occasion de ce jubilé.

La véritable percée du numéro postal a lieu au début des années 1960 lorsque les machines de tri semi-automatiques adoptées par les services postaux s'imposent et augmentent les capacités de tri de 50%. Les premiers pays qui les adoptent sont l’Allemagne et les Etats-Unis et la Suisse en 1964. La plupart des pays ont ensuite suivi.

Chiffres pas hasardeux

Les quatre chiffres du numéro postal ont une signification bien précise. Le premier chiffre renvoie à la région et il est assigné d’ouest en est par la Poste. Lausanne a reçu le plus petit numéro postal d’acheminement, le 1000.

Le deuxième chiffre précise la localisation régionale. Par exemple, 90xx est affecté à la ville de Saint-Gall et à ses environs jusqu’Appenzell, 94xx comprend Rorschach, la vallée du Rhin et la Principauté de Liechtenstein, et la région de Wil porte le numéro 95xx.

Le troisième chiffre indique le trajet ferroviaire via lequel le courrier est transporté. Etant donné que le transport des lettres et des colis se fait désormais aussi par la route, ce chiffre n’a plus d’importance aujourd'hui.

Enfin, le quatrième chiffre indique la localité exacte. La valeur la plus élevée affectée à une localité se trouve dans le Toggenburg: 9658 Wildhaus.

Aussi pour les entreprises

Il y a en Suisse 4385 numéros postaux d’acheminement assignés à des lieux de domicile, des cases postales et des entreprises. La Poste a ainsi son propre numéro postal, le 3030 Berne.

L’enclave allemande de Büsingen dispose aussi de deux numéros postaux d’acheminement, un suisse et un allemand. En revanche, l'enclave italienne de Campione d’Italia a perdu son numéro postal suisse. Depuis janvier 2020, Campione fait partie du territoire douanier européen pour lequel seul le numéro postal italien est valable.

Des NPA temporaires

Il existe encore d'autres cas particuliers. Par exemple, la localité de "La Cibourg" possède trois NPA différents car elle s’étend sur trois communes et deux cantons. Il arrive aussi que des lieux très excentrés disposent d’un numéro postal: par exemple 3801 Jungfraujoch pour les trois ménages et 3823 Eigergletscher pour un ménage.

Certains numéros postaux peuvent aussi être attribués temporairement. Le camp fédéral du Mouvement Scout de Suisse en 2022 dans le Haut-Valais s'est ainsi vu attribuer le "3990 Ulrichen CaFé" pour les milliers de colis, de lettres et de cartes postales envoyés. Depuis, le numéro a été désactivé.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Poste: les délais d'acheminement seront assouplis

Publié

le

La Poste ne distribuera plus le courrier A systématiquement dans les délais (photo d'illustration). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La Poste doit avoir plus de flexibilité dans la distribution. Le Conseil fédéral propose que seulement 90% des lettres et paquets soient livrés à temps. Le géant jaune ne sera plus tenu non plus d'aller vers toutes les maisons habitées à l'année.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Poste: les délais d'acheminement seront assouplis

Publié

le

La Poste ne distribuera plus le courrier A systématiquement dans les délais (photo d'illustration). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La Poste doit avoir plus de flexibilité dans la distribution. Le Conseil fédéral propose que seulement 90% des lettres et paquets soient livrés à temps. Le géant jaune ne sera plus tenu non plus d'aller vers toutes les maisons habitées à l'année.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Tesco profite au 1er trimestre du relâchement de l'inflation

Publié

le

Les ventes dans les supermarchés Tesco ont progressé outre-Manche (archives). (© KEYSTONE/EPA/MARK MARLOW)

Tesco, la première chaîne britannique de supermarchés, a enregistré une hausse d'environ 3% de ses ventes au premier trimestre, aidée par le repli de l'inflation, et maintient ses prévisions pour le reste de l'année, d'après un communiqué vendredi.

Les ventes du groupe ont atteint 15,6 milliards de livres (17,8 milliards de francs) au premier trimestre, à périmètre comparable, dopées par la filiale de banque, même si les ventes en supermarchés, coeur d'activité du groupe, progressent plus modestement (+3% environ).

"Nous avons continué de bâtir une dynamique pour notre entreprise, avec une forte croissance des volumes à travers le Royaume-Uni, l'Irlande et l'Europe centrale, soutenu par le reflux de l'inflation", commente Ken Murphy, directeur général du groupe de distribution.

De 11% environ à son pic fin 2022, l'inflation est retombée à 2,3% au Royaume-Uni en avril, tempérant la crise du pouvoir d'achat.

"Après un autre trimestre robuste, nous sommes heureux de réitérer notre prévision pour l'année entière, avec une tendance des ventes en ligne avec nos attentes et une activité bien positionnée pour les mois à venir", ajoute M. Murphy.

Le groupe dit attendre pour l'exercice 2024/25 un bénéfice opérationnel d'au moins 2,8 milliards de livres (3,2 milliards de francs au cours du jour).

"La position apparemment indétrônable du plus gros détaillant d'épicerie au Royaume-Uni est réaffirmée" estime Richard Hunter, analyste de Interactive Investors.

La part de marché globale du groupe de 27,6% est équivalente à celle de ses deux plus proches rivaux (Sainsbury et Asda) réunis" malgré un environnement concurrentiel "impitoyable".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture