Rejoignez-nous

Suisse

Le carnaval n'est pas forcément amusant pour les chiens

Publié

,

le

Déguiser les chiens, une mauvaise idée pour l'association Quatre pattes (archives). (© KEYSTONE/TI-PRESS/GABRIELE PUTZU)

A l’approche des festivités de carnaval, l'association Quatre pattes donne des conseils aux propriétaires de chiens. Emmener son animal de compagnie au cortège l'expose au stress et aux blessures.

"Si cela peut être amusant pour les humains, cela ne l’est pas du tout pour les animaux de compagnie. Les chiens et le carnaval ne font pas bon ménage", alerte mercredi dans un communiqué la branche suisse de cette organisation mondiale de protection des animaux.

C’est un fait, nos compagnons à quatre pattes ont une ouïe sensible. Ainsi, les canidés peuvent entendre des fréquences allant de 15 à 50'000 hertz comprenant des sons particulièrement graves (infrasons) et aigus (ultrasons), relève Quatre pattes.

Ne pas déguiser les chiens!

Un spectre auditif bien plus large que celui de l’oreille humaine, qui perçoit les fréquences à partir de 20 hertz et jusqu’à 16'000 à 20'000 hertz selon l’âge. L’ambiance sonore de la fête et ses traditionnels groupes de guggenmusik sont donc des facteurs particulièrement stressants pour les animaux, met en garde l'organisation.

Quatre pattes souligne en outre que les chiens participant à un cortège de carnaval sont exposés à des blessures comme des coups de pied, des coupures par éclats de verre ou encore des empoisonnements. Enfin, l’association déconseille fortement de déguiser les canidés ou de colorer leur pelage, même s’il s’agit d’une teinture spécialement conçue pour les animaux.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

La grève est provisoirement suspendue chez Vetropack

Publié

le

La grève durait depuis vendredi dernier chez Vetropack. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La grève est provisoirement suspendue chez Vetropack à St-Prex (VD). Les employés de la verrerie, qui sera fermée fin août, ont obtenu de leur direction des garanties sur les négociations du plan social.

"Les négociations débutent réellement", annoncent jeudi les syndicats Unia et Syna. Ils ajoutent que la direction "a enfin fait un pas" vers le personnel et que si elle n'a "pas encore entendu" l'ensemble des revendications, elle a "au moins débuté des négociations."

Dans leur communiqué, les syndicats précisent qu'un calendrier de négociations a été établi pour les deux prochaines semaines. Quant à la grève, qui durait depuis vendredi dernier, elle est suspendue pour une semaine.

De son côté, Vetropack a réagi en disant son "soulagement" et en expliquant que l'entreprise pouvait à nouveau livrer ses clients depuis St-Prex.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Alain Soral arrêté à Lausanne pour des propos présumés antisémites

Publié

le

Le Tribunal fédéral (TF) avait confirmé en avril dernier la condamnation d'Alain Soral en deuxième instance pour discrimination et incitation à la haine en raison de l'orientation sexuelle (archives). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Le polémiste franco-suisse d'extrême droite Alain Soral a été arrêté à son domicile à Lausanne mercredi, a indiqué à Keystone-ATS le Ministère public vaudois, confirmant une information du Blick. L'essayiste a été entendu sur des propos présumés antisémites.

"Le Ministère public confirme avoir ouvert une procédure pénale, sous l'autorité du procureur général, à la suite de la réception, en date du 8 mars 2024, d'une dénonciation de la CICAD pour antisémitisme visant M. Soral, puis d'une demande de délégation de poursuite pénale des autorités françaises relative à des propos tenus par l'intéressé", écrit jeudi le Ministère public dans sa réponse.

"Dans le cadre de l'enquête en cours, M. Soral a été interpellé le mercredi 29 mai et son domicile perquisitionné. Il a ensuite été auditionné par la police en qualité de prévenu, puis libéré. Il est rappelé que M. Soral bénéficie à ce stade de la présomption d’innocence", poursuit l'instance judiciaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Migros concentre son système d'approvisionnement

Publié

le

Un groupe d'achats communs sera mis en place dès l'année prochaine au sein de la Fédération des coopératives Migros (FCM). (archive) (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Migros, Denner, Migrolino et Migros Online souhaitent centraliser une partie de leur approvisionnement dès 2025. Objectif: réduire le coût des marchandises et proposer de meilleurs prix aux clients.

Un groupe d'achats communs sera mis en place dès l'année prochaine au sein de la Fédération des coopératives Migros (FCM), a indiqué lundi le géant orange dans un communiqué. La nouvelle unité organisationnelle va centraliser les activités d'approvisionnement auprès des fournisseurs de l'ensemble du groupe.

En regroupant ses volumes d'achat, Migros entend améliorer les conditions de ses fournisseurs et réduire le coût des marchandises à moyen et long terme. Les clients devraient profiter de cette réorganisation sous la forme de réductions de prix, selon le communiqué.

À partir de l'année prochaine, Migros et Denner collaboreront également plus étroitement dans la gestion des appels d'offres et des achats pour les marques propres. À cette fin, un système central de gestion des achats et des appels d'offres sera mis en place dans le nouveau groupe d'achats, grâce auquel des catégories de produits communs seront également achetées à l'avenir.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Vaud adapte son plan d'action aux évolutions du terrain

Publié

le

Le dispositif inclut la répression, mais aussi la thérapie, la réduction des risques et la prévention (Image prétexte). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN)

L'Etat de Vaud adapte son dispositif en matière de lutte contre la consommation et le trafic de drogues. L'arrivée en Europe de cocaïne pure à très bas prix pose de nouveaux défis de maintien de l'ordre et de prise en charge socio-sanitaire.

Trois ans après le lancement de sa stratégie de lutte contre le deal de rue et la consommation de drogue, le canton tire un bilan intermédiaire "positif". La plupart des mesures du plan d'action ont été introduites, explique-t-il jeudi dans un communiqué.

Contrôle des substances

Le Drug Checking, soit le projet-pilote d'analyse des substances des drogues directement sur les lieux de fêtes, a été introduit "avec succès" et sera poursuivi. Pour la plupart des consommateurs, il a permis d'offrir un premier contact avec des professionnels de la prévention, souligne le canton.

Le projet Monitorstup, basé notamment sur le Drug Checking, a permis d'avoir une vision plus complète de l'ensemble des produits circulant sur le territoire vaudois. Il a confirmé la présence de la kétamine, un analgésique pour cheval, de plus en plus utilisé dans le milieu festif et qui présente des risques pour la santé.

Les mesures du plan d'action, lancé en 2021, ont conduit à une meilleure coordination entre les différents acteurs, un élément essentiel de la stratégie des quatre piliers, qui comprend la prévention, la thérapie, la réduction des risques et la répression. L'objectif est notamment de repérer plus rapidement les situations à risques parmi les jeunes.

Nouvelles pistes

Mais l'évolution du marché et des modes de consommation amène les autorités à adapter leur dispositif et à proposer de nouvelles pistes d'action. En 2023, la situation a "fortement évolué" dans le canton avec l'arrivée de cocaïne "très pure à des prix très bas", expliquent les autorités.

Les scènes de consommation dans l'espace public posent de nouveaux défis de maintien de l'ordre et de prise en charge. Le canton a ainsi renforcé sa coordination avec les acteurs régionaux ainsi que son dispositif, à Lausanne notamment avec une équipe mobile du CHUV.

La police poursuit son travail de terrain et des développements sont en cours pour intensifier les renvois de trafiquants incarcérés en fin de peine, annonce le communiqué. Le canton prépare de nouvelles mesures pour renforcer la coordination locale, améliorer la prise en charge socio-sanitaire et réduire les impacts sur l'espace public.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Comment retracer le passé alimentaire d'une région

Publié

le

Coupe longitudinale de la fouille de la "poubelle des mamans", dans le village d'Edioungou au Sénégal. Ossements, poteries, coquilles et bouteille en verre sont visibles. (© Pauline Debels/UNIGE)

Grâce à une nouvelle approche multidisciplinaire, des scientifiques genevois et français ont retracé les pratiques alimentaires d’un village sénégalais. Cette méthode, présentée dans la revue PLOS One servira à d’autres fouilles archéologiques.

L’alimentation n’est pas qu’un simple besoin biologique. Véritable marqueur culturel et identitaire, elle regroupe de très nombreuses pratiques qui permettent de "lire" une région, un pays ou un groupe social.

Mais retracer les habitudes alimentaires d’une communauté, sans le recours aux sources orales ou écrites, est un défi à la fois historique et méthodologique. Une équipe d’archéologues et de chimistes de l’Université de Genève (UNIGE) et du CNRS français l’a relevé en déployant un important dispositif dans le village sénégalais d’Edioungou, en Basse-Casamance.

Cette localité de 300 âmes abrite un dépotoir, aujourd’hui abandonné, appelé la "poubelle des Mamans". Utilisé par les familles d’un quartier tout au long du XXe siècle, le site renferme de nombreux vestiges liés au passé alimentaire de la région.

"Nous avons creusé centimètre par centimètre en suivant les strates archéologiques. Cela nous a permis de récupérer des restes, souvent très dégradés, de poteries, d’ossements, de coquilles, de tissus et de certains aliments", indique Pauline Debels, co-première auteure de l’étude, citée dans un communiqué de l'UNIGE.

Faire dialoguer les disciplines

Pour analyser ces vestiges d’origines très diverses, l’équipe a développé une approche combinant plusieurs disciplines dont l’archéozoologie (l’étude des ossements d’animaux dans un contexte archéologique), la carpologie (l’étude des restes de graines et de fruits), la micro-botanique, la céramologie et la chimie des résidus organiques.

Cette méthode a permis d’identifier plusieurs produits animaux et végétaux, autrefois consommés par le village, piégés dans les sédiments ou les parois des récipients céramiques. Elle a également permis aux scientifiques d’accéder aux modalités de transformation des aliments et à la fonction des récipients, d’après l’observation des traces d’usure sur les parois des poteries et de la distribution des concentrations de lipides le long de leur profil vertical.

Résultat: les poissons, les huîtres et le riz constituaient la base de l’alimentation, avec une composante d’animaux terrestres, porc et mets carnés, à l’occasion de fêtes. Les aliments salés et acides bouillis semblent avoir été privilégiés.

Vers l’étude de sites plus anciens

Globalement, ces travaux mettent en évidence une certaine continuité des pratiques alimentaires, avant une rupture nette survenue il y a deux à trois décennies. La mondialisation a introduit ou généralisé de nouveaux aliments et de nouveaux matériaux pour les contenants, comme le plastique et le métal, transformant profondément les pratiques alimentaires.

Cette étude, conduite dans le cadre d'un projet Sinergia du Fonds national suisse (FNS), constitue un premier test réussi pour l'approche combinée mise au point par les scientifiques. Elle pourra désormais être appliquée à des sites archéologiques plus anciens et à d’autres régions du monde.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture