Rejoignez-nous

Suisse

La Suisse compte 130 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

,

le

Plus de 29'000 personnes ont été hospitalisées en Suisse en raison du Covid-19 depuis février 2020 (image d'illustration). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

La Suisse compte mardi 130 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Un décès de plus a été enregistré et treize malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 17'132 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 0,76%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 3069, soit 35,5 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,53.

Les patients Covid-19 occupent 7,80% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 68,60%.

Au total 6'731'891 doses de vaccin ont été administrées et 2'648'104 personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 7'276'575 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 2'099'715 personnes vaccinées.

Quant aux variants du coronavirus, 18'107 cas ont été attribués au variant Alpha (B.1.1.7), 249 au variant Beta (B.1.351), 21 au variant Gamma (P.1) et 17 au variant Delta (B.1.617.2).

Depuis le début de la pandémie, 702'124 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 8'157'861 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'329 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 29'054.

Le pays dénombre par ailleurs 2473 personnes en isolement et 4521 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 2584 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Les milieux publicitaires et du tabac contre "trop" de restrictions

Publié

le

Interdire aux mineurs l'accès à la publicité pour le tabac: projet controversé. (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les cigarettiers et les milieux de la publicité rejettent le projet de révision de la loi sur les produits du tabac qui souhaite interdire toute publicité pour le tabac susceptible d'atteindre les mineurs. L'UDC et le Centre jugent aussi que le texte va trop loin.

Le projet déboucherait sur une interdiction totale de la publicité, en violation de la liberté du commerce et de l'industrie, dénoncent la faîtière de la communication commerciale KS/CS Communication, la Société générale d'affichage (SGA), l'association AWS Publicité extérieure Suisse et Swiss Tobacco.

Le projet du Conseil fédéral - qui touche également la publicité pour les cigarettes électroniques - est en revanche salué par Santé publique suisse, l'Association suisse pour la prévention du tabagisme, la faîtière alémanique "Fachverband Sucht" et les partis de gauche. Ils estiment qu'il prévoit une interdiction certes large, mais pas absolue de la publicité pour les produits du tabac.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Le pessimisme s'installe dans la communauté financière (CS CFA)

Publié

le

A l'instar de l'économie réelle, la finance aussi montre des signes de fébrilité à l'approche de la fin de l'année. (archive) (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Les analystes financiers restent majoritairement pessimistes quant à l'évolution de la conjoncture pour les prochains mois. Le baromètre établi par Credit Suisse et la faîtière CFA a encore chuté de 4,4 points en novembre pour s'établir à -57,5.

Deux tiers des experts sondés anticipent une détérioration de la situation économique au cours des six prochains mois, tant en Suisse qu'au niveau global. Alors que le marasme perdure depuis le mois d'avril, dans le sillage de l'éclatement de la guerre en Ukraine, l'inquiétude déteint sur les perspectives du marché du travail.

Plus d'un analyste sur deux (54%) table désormais sur une hausse du chômage en Suisse, ce qui représente une hausse de 24 points du sous-indice correspondant, indiquent les auteurs de l'étude publiée lundi.

Les expectatives en matière d'inflation à court terme se sont encore tassées en novembre, suivant la tendance observée depuis juillet, mais la plupart des experts interrogés jugent toujours improbable que la Banque nationale suisse (BNS) ou ses pendants européen (BCE) et américain (Fed) abaissent leurs taux d'intérêt au cours des six prochains mois.

Concernant le taux de change euro/franc, la juste valeur se situe toujours en dessous de la parité pour 57% des sondés, et deux sur cinq s'attendent à une poursuite de l'appréciation de la devise helvétique, malgré un léger relâchement de la pression haussière à mesure que le différentiel de taux se réduit entre la Suisse et la zone euro.

Dans ce contexte, les analystes se veulent plus circonspects par rapport à l'évolution des marchés boursiers, même si plus de la moitié (54%) les estiment correctement évalués. Malgré son renchérissement, l'or en revanche apparaît comme sous-évalué par près d'un expert sur trois, 3% le qualifiant même de "nettement sous-évalué".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Perspectives toujours moroses pour l'économie suisse, selon le KOF

Publié

le

Le secteur de la restauration notamment a vu ses perspectives se dégrader en novembre. (archive) (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La morosité sera de mise pour l'économie suisse ces prochains mois, estime le Centre de recherches conjoncturelles KOF de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (Epfz).

Le baromètre de l'institut a subi en novembre un cinquième repli mensuel consécutif, s'établissant à 89,5 points, soit 1,4 de moins qu'en octobre. Il se présente ainsi pour un septième mois d'affilée en deçà de sa moyenne à long terme.

L'évolution défavorable de l'indicateur reflète pour l'essentiel une dégradation des faisceaux d'indices pour le secteur des autres services, écrit mercredi le KOF. Les chercheurs zurichois constatent également un repli pour l'hôtellerie-restauration et la consommation privée, alors que la demande étrangère enregistre une tendance légèrement favorable.

Les économistes sondés par AWP avaient anticipé des valeurs entre 89,0 et 92,0 points pour le mois sous revue.

Selon les experts du KOF, le tableau reste mitigé pour l'industrie manufacturière et la construction, les indicateurs relatifs à l'évaluation des capacités de production, des stocks et de la situation concurrentielle contribuant en premier lieu à une évolution globalement défavorable.

En revanche, les indices portant sur l'évaluation de la situation des produits intermédiaires, des obstacles à la production et du carnet de commandes relaient des signaux positifs.

Dans l'industrie manufacturière, la métallurgie affiche les indicateurs les plus alarmants, suivie par les secteurs du bois et du papier ainsi que de la construction de machines et de véhicules. L'industrie textile fait en revanche part de signaux nettement plus favorables. La branche des équipements électriques et électroniques présente une évolution stable par rapport au mois précédent.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

Biodiversité: la Suisse est la lanterne rouge de l'Europe

Publié

le

Le chat sauvage, ou chat forestier, figure parmi les espèces menacées d'extinction en Suisse. (© KEYSTONE/PRO NATURA/FABRICE CAHEZ)

Depuis dix ans, la Suisse n'assume plus son obligation de mieux protéger les espèces animales et végétales prioritaires à l'international, constate la Convention de Berne. Seul 1,4% de ce qui serait nécessaire a été fait, ce qui en fait la lanterne rouge de l'Europe.

En matière de zones protégées, la Suisse expose ainsi aussi ses espèces prioritaires à un risque d'extinction, indique le bilan des progrès réalisés par le réseau paneuropéen d’aires protégées "Emeraude", relayé mercredi par Birdlife et Pro Natura.

Il y a dix ans, certains progrès dans la mise en place de ce réseau, qui vise à conserver les espèces animales et végétales ainsi que les habitats menacés, étaient visibles en Suisse également. Mais alors que le réseau "Emeraude" ne cesse de s'étendre dans toute l'Europe, le processus est arrêté en Suisse.

Zéro progrès

Alors qu'en 2012 la Convention de Berne du Conseil de l'Europe avait reconnu 37 sites "Emeraude suisses", l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) avait pourtant clairement relevé que "l'évaluation de la convention montre également que d'autres sites devaient encore être recensés et soumis à la convention pour garantir la protection des espèces et milieux naturels en Suisse".

En effet, seules quelques espèces sont suffisamment couvertes par les sites annoncés et aucun habitat ne l’est. Jusqu'à présent, les désignations supplémentaires nécessaires n'ont juste jamais eu lieu, alors que le réseau "Emeraude" aurait dû être mis en place d'ici à 2020. Un délai fixé par la Convention de Berne que la Suisse avait d'ailleurs elle-même suggéré à l'époque.

Berne se défausse sur les cantons

Au cours des deux dernières années, aucun effort n'a été visible en Suisse pour protéger les 140 espèces animales et végétales et les 43 habitats identifiés au niveau européen, pour lesquels la Suisse porte une responsabilité particulière. Selon les déclarations du Conseil fédéral au Parlement, la Confédération a simplement transféré toute la responsabilité du réseau paneuropéen aux cantons.

La Suisse a obtenu une dernière chance: d'ici 2030, elle doit non seulement avoir mis en place le réseau "Emeraude", mais aussi avoir élaboré et mis en ½uvre les plans de gestion nécessaires. Si elle n'avance pas rapidement, elle manquera également ce nouvel engagement et exposera ses propres espèces et habitats menacés à des risques encore plus élevés, pointent les ONG écologistes.

Une exploitation agricole ou sylvicole adaptée est tout à fait autorisée dans les sites "Emeraude" à condition qu'elle ne mette pas en danger les objectifs de protection, soulignent Birdlife et Pro Natura. Avec la protection de la biodiversité, il s'agit aussi de garantir des services écosystémiques importants pour l'être humain et l'économie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Budget: le Covid-19 coûte encore des centaines de millions à l'Etat

Publié

le

Le National a accepté tous les crédits Covid-19 demandés par le gouvernement. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

La pandémie de coronavirus coûte encore des centaines de millions de francs à la Confédération. Le National a tacitement accepté mercredi tous les crédits dans le budget 2023.

Contrairement aux années précédentes, les dépenses liées au Covid-19 sont à nouveau portées au budget ordinaire. Le budget 2023 prévoit 180 millions pour les tests de dépistage, soit 1,4 milliard de moins qu'en 2022, et 230 millions pour les vaccins (-320 millions par rapport à 2020). Le soutien pour la culture et le sport n'étant pas renouvelé, la Confédération économisera 230 millions.

Six millions de francs sont en outre destinés aux frais de vaccination. Ce montant sert à couvrir les frais de pharmacie non couverts par l'assurance de base, a expliqué Anna Giacometti (PLR/GR) pour la commission.

Demandes de la gauche refusées

Les députés ont par ailleurs refusé deux demandes de la gauche. Celle-ci voulait 330'000 francs de plus pour la Croix-Rouge suisse, ainsi que 300 millions de moins pour l'armement. "Je doute qu'acheter plus de matériel militaire favorisera la paix", a pointé Sarah Wyss (PS/BS).

"On n'a fait qu'affaiblir l'armée, maintenant il faut la renforcer et la guerre en Ukraine nous l'a fait comprendre", a rétorqué Pirmin Schwander (UDC/SZ). "Vous avez déjà approuvé les montants dans le message sur l'armée", a rappelé le grand argentier Ueli Maurer.

Déficit qui se creuse

Le budget 2023 présenté par le Conseil fédéral prévoit 81,3 milliards de francs de recettes et 86,2 milliards de dépenses. Le déficit de financement, qui inclut la réserve de 4 milliards pour Axpo, se monte à quelque 4,8 milliards.

Il se creuse encore plus. Les députés ont déjà débloqué 360'000 francs de plus pour améliorer la situation éthique dans le sport. Ils ont aussi alloué 650'000 francs supplémentaires pour les championnats du monde de relais organisés en 2024 à Lausanne.

Le National a encore réaffecté à Innosuisse 35 millions de francs prévus initialement pour le programme Horizon Europe. Il a aussi approuvé le transfert de 50 millions au Fonds national suisse de la recherche scientifique.

En revanche, la Chambre du peuple a refusé des augmentations de dépenses pour l'aide humanitaire, pour le programme Erasmus+ et pour soutenir l'économie circulaire. Elle a aussi balayé des demandes de coupes venant de l'UDC dans le domaine de l'énergie, de la migration, de la culture et de la famille.

Variole du singe

Dans le second supplément au budget 2022, la Chambre du peuple a encore rejeté, par 136 voix contre 53, une proposition de Mike Egger (UDC/SG) qui voulait réduire l'enveloppe pour les vaccins contre la variole du singe. L'Etat n'a pas comme rôle d'être un commerçant de médicaments, a argué le St-Gallois.

"Nous devons être du côté de la population qui veut un vaccin pour se protéger", a opposé Michel Matter (PVL/GE). C'est "regrettable" mais seul un mandat de la Confédération permet d'acheter ces vaccins, a relevé Peter Schilliger (PLR/LU).

Les débats reprendront jeudi matin, sur les thèmes de l'agriculture, de la promotion économique et des impôts.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture