Rejoignez-nous

Economie

La Finma reproche de "graves violations" au Credit Suisse

Publié

,

le

L'affaire des filatures au Credit Suisse avait notamment débouché sur le départ de divers cadres dirigeants, dont le directeur général de l'époque, Tidjane Thiam. (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

La Finma a tancé Credit Suisse dans l'affaire des filatures. La banque a commis de graves violations du droit de surveillance, selon l'autorité de surveillance des marchés, qui pointe "d'importants défauts en matière d'organisation en lien avec ce genre d'activités".

La Finma a prononcé des mesures à l'encontre de la banque. Elle a formulé un blâme à l'encontre de deux personnes et ouvert une procédure "d'enforcement" contre trois autres personnes, selon un communiqué publié mardi soir.

L'enquête a montré que la banque a planifié et en grande partie réalisé sept filatures entre 2016 et 2019. Dans deux de ces cas, des membres de la direction ont été suivis en Suisse. Les filatures ont aussi concerné des collaborateurs et des tiers à l'étranger. Les investigations de la Finma ont porté sur la manière dont la banque gérait et contrôlait les filatures susceptibles d'entraîner des risques juridiques et de réputation.

Activités pas documentées

La Finma a constaté des défauts organisationnels au sein de la banque, touchant tant les directives, le comportement d'une partie de la direction que la documentation, la manière de remédier à certains événements risqués et la communication interne. La banque procédait à des activités de filature impliquant de gros risques pour sa réputation alors que ces activités n'apparaissaient, même pas sommairement, ni dans les processus décisionnels formels et documentés, ni dans un environnement de contrôle approprié.

Selon la Finma, Credit Suisse ne disposait ainsi, dans le domaine de sécurité concerné, d'aucune organisation adéquate au sens de la loi sur les banques. Elle n'offrait pas non plus de garantie d'une activité irréprochable sur la période déterminante.

CS prend des mesures

Suite à cette affaire, Credit Suisse a pris diverses mesures organisationnelles et opérationnelles dans les domaines de la sécurité et des moyens de communication. Ces mesures doivent permettre de définir les compétences au niveau requis et de mettre au point des processus de décision et de surveillance clairs.

Selon la Finma, ces mesures sont "globalement appropriées" pour remédier à une grande partie des problèmes constatés. L'autorité a toutefois ordonné des mesures supplémentaires comme l'obligation d'élaborer un nouveau reporting interne qui permettra à la direction d'informer le conseil d'administration ou un de ses comités sur des thèmes importants touchant la gouvernance.

Départ de Tidjane Thiam

Par ailleurs, le cas échéant, les éventuelles filatures du plus haut niveau de direction comme le directeur général et le président du conseil d'administration, devront être approuvées. Cela permettra d'en attribuer la responsabilité de manière "claire, rapide et documentée". La Finma veut aussi que la banque prenne des mesures pour documenter de manière compréhensible la communication d'entreprise. Elle fera vérifier si les mesures ont été mises en oeuvre et si les lacunes ont été comblées.

Credit Suisse avait fait suivre son directeur Iqbal Khan avant son passage à l'UBS. L'ancien directeur du personnel Peter Goerke avait aussi été filé. L'affaire avait été rendue publique et avait débouché sur le départ de divers cadres dirigeants, dont le directeur général de l'époque, Tidjane Thiam.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Le secteur automobile suisse table sur un rebond en 2022

Publié

le

Le secteur automobile suisse, qui souffre de la pénurie de semi-conducteurs, ne devrait rebondir qu'au deuxième semestre 2022. (archives) (© KEYSTONE/AP dpa/FRANK RUMPENHORST)

Le secteur automobile suisse, qui souffre de la pénurie de semi-conducteurs, ne devrait rebondir qu'au deuxième semestre 2022, a averti mercredi Auto-Suisse. La faîtière ne s'attend pas à ce que la branche soit en mesure d'atteindre cette année ses objectifs de vente.

"2021 ne sera pas une bonne année pour l'automobile", a constaté un porte-parole de la fédération, cité dans un communiqué. Auto-Suisse avait espéré que le secteur vende 270'000 véhicules neufs en 2021, 11% de moins que la moyenne à long terme. "La demande est bien là", mais le manque de pièces électroniques qui freine la production automobile ne va pas permettre d'atteindre ce niveau, a-t-il regretté.

Le mois de décembre permettra de voir si le secteur pourra néanmoins enregistrer une petite progression annuelle. Mais la fédération ne table pas sur un rebond avant la deuxième partie de 2022.

L'électrique prisé

Au seul mois de novembre, les mises en circulation des voitures de tourisme neuves en Suisse et au Liechtenstein ont chuté de 17,6% sur un an, avec une baisse particulièrement marquée pour les moteurs essence (-31,2%) et diesel (-59,5%). A l'inverse, les véhicules hybrides (+11,5%) et surtout électriques (+63,5%) ont enregistré une forte demande.

Sur les 11 premiers mois de l'année, la branche a inscrit une petite progression de 3,2% à 207'377 unités, avec des tendances similaires au mois de novembre par type de moteur.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Bonne marche des affaires pour les PME, mais l'incertitude guette

Publié

le

Les PME helvétiques ont connu une embellie en novembre, essentiellement à la faveur du redressement des carnets de commandes. Mais les goulets d'étranglement se sont encore resserrés. (archives) (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Les petites et moyennes entreprises (PME) helvétiques ont connu une embellie en novembre, essentiellement à la faveur du redressement des carnets de commandes.

Mais les goulets d'étranglement se sont encore resserrés, ce qui, combiné à l'aggravation de la situation épidémiologique, affecte le moral des entreprises, signale Raiffeisen mercredi.

Pendant le mois sous revue, l'indice PMI PME compilé par la coopérative bancaire s'est repris à 55,3 points, après être glissé à 51,7 points en octobre, une amélioration de la marche des affaires à mettre au crédit en bonne partie à la bonne tenue des carnets de commandes.

Difficultés d'approvisionnement

Cette composante, qui a passé à 55,3 (49,2) points, "se situe à nouveau nettement dans la zone de croissance", indique Raiffeisen dans une note. Les entreprises interrogées ont en outre signalé un nouvel accroissement du volume de la production, alors que l'emploi et les stocks de marchandises ont baissé dans la même proportion qu'au mois précédent.

Plusieurs entreprises sondées ont rapporté une baisse des coûts d'acquisition engendrée par la faiblesse actuelle de l'euro, mais la plupart juge plus importants les inconvénients liés à l'appréciation du franc, qui freine les commandes en provenance de l'étranger.

Mais bien plus que le taux de change, ce sont actuellement les difficultés dans la chaîne d'approvisionnement d'étranglement et l'aggravation de la situation sur le front sanitaire qui sont les premiers facteurs d'inquiétude exprimés par les PME suisses.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

La reprise économique suisse a décéléré mais demeure robuste

Publié

le

L'économie suisse s'est redressée cette année, grâce à la levée des restrictions sanitaires mises en place pour contenir la pandémie de coronavirus, mais la remontée des contaminations a renforcé les incertitudes pour les prochains mois. (© KEYSTONE/WALTER BIERI)

L'économie suisse s'est redressée en 2021, grâce à la levée des restrictions sanitaires mises en place pour contenir la pandémie de coronavirus. Mais la remontée des contaminations au deuxième semestre a renforcé les incertitudes pour les prochains mois.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) prévoit mercredi une croissance du produit intérieur brut (PIB) helvétique de 2,9% pour 2021, de 3% en 2022 et de 2,1% en 2023.

En mai, elle tablait sur une avancée du PIB de 3,2% pour l'année en cours et 2,9% pour l'exercice suivant.

La levée ce printemps de la plupart des restrictions sanitaires a soutenu un fort rebond de l'économie au 2e trimestre 2021: les volumes des exportations, menées par les secteurs pharmaceutique et chimique, ont rapidement retrouvé des couleurs.

Mais il existe des signes que la croissance a quelque peu ralenti notamment au niveau du commerce de détail et des immatriculations de nouveaux véhicules, font remarquer les experts de l'OCDE.

Inflation contenue

Nonobstant cette décélération, le PIB devrait retrouver ses niveaux d'avant la crise d'ici la fin de l'année, prévoient les experts. Le taux de chômage devrait quant à lui demeurer supérieur à celui de 2019. Le nombre de personnes non actives a nettement diminué, tandis que le volume de postes vacants a progressé.

L'OCDE note également que l'inflation, après avoir été négative pendant presque une année, s'est maintenant étoffée en raison de la hausse des prix de l'énergie. Le renchérissement demeure cependant inférieur à la fourchette supérieure fixée par la Banque nationale suisse (BNS).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

L'inflation progresse en novembre pour atteindre 1,5%

Publié

le

Sur un an toutefois, l'indice des prix du logement et énergie a enflé de 2,7%, tandis que celui des restaurants et hôtels a pris 1,5%. (Archives) (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'inflation a atteint 1,5% sur un an en novembre, contre 1,2% en octobre, selon l'Office fédéral de la statistique (OFS). Sur un mois, l'indice des prix à la consommation est par contre resté stable, à 101,6 points, précise le compte-rendu périodique diffusé mercredi.

Le renchérissement a été bien plus marqué pour les produits importés. L'indice correspondant a en effet pris 4,1% sur un an, contre seulement +0,7% pour les produits indigènes.

Certains importants postes de dépenses ont particulièrement contribué au renchérissement: l'indice des prix du logement et énergie a enflé de 2,7%, tandis que celui des restaurants et hôtels a pris 1,5%. Dans le sous-indice transports, le renchérissement a également pris l'ascenseur sur un an, avec un rebond de 8% à 107,3 points.

À l'inverse, l'indice pour l'alimentation et les boissons non alcoolisées a reculé de 1,7% sur un an à 99,1 points, tandis que dans la santé, il s'est replié de 0,5% à 99,6 points.

Essence et diesel augmentent

Parmi les produits et services ayant le plus contribué à l'inflation sur un an, on retrouve l'essence et le diesel, avec des bonds respectivement de 30,3% et 25,7%, les loyers, avec une hausse de 1,5% et le mazout, qui a vu son indice des prix bondir de 57,6%. Les transports aériens, avec une hausse de 23,3%, mais également les voitures d'occasion et le gaz (chacun +8,6%) ainsi que l'hôtellerie (+5,1%) ont aussi fortement contribué au renchérissement.

Par contre, des baisses de prix ont été constatées pour les médicaments, pour lesquels l'indice des prix s'est replié de 1,9% à 99,0 points ainsi que pour la communication réseau mobile, en baisse de 1,2% à 98,8 points.

L'inflation sous-jacente, c'est-à-dire hors produits frais et saisonniers, énergie et carburants, s'est inscrite à +0,1% sur un mois et +0,7% sur un an.

"La stabilité de l'indice par rapport au mois précédent résulte de tendances opposées qui se sont compensées dans l'ensemble", explique l'OFS. Alors que les prix des carburants et mazout ont augmenté, de même que les loyers du logement, les prix pour les nuitées hôtelières et ceux des légumes-fruits ont baissé.

L'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) de la Suisse s'est établi à 101,57 points en novembre (base 2015: 100). Cela correspond à un taux de variation de -0,1% par rapport au mois précédent et de +1,5% par rapport au même mois de l'année précédente.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Le taux de référence applicable aux contrats de bail reste inchangé

Publié

le

Les loyers sont fixés dans l'ensemble de la Suisse sur la base d'un taux d'intérêt de référence unique. (Archives) (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le taux de référence applicable aux contrats de bail en Suisse est maintenu à 1,25%. Etant donné qu'il est resté inchangé par rapport au trimestre précédent, il ne donne pas droit à de nouvelles prétentions de diminution ou de hausse de loyer.

Au 30 septembre 2021, jour de référence, le taux d'intérêt moyen se situait à 1,21%, contre 1,23% à l'issue du trimestre précédent, précise l'OFL. Le taux d'intérêt de référence déterminant pour les loyers reste donc à 1,25%, selon les règles de l'arrondi commercial et demeure à un niveau inchangé depuis le 3 mars 2020, a précisé mercredi l'Office fédéral du logement (OFL) dans son relevé trimestriel.

La présentation du prochain taux de référence est prévue pour le 1er mars 2022. Depuis le 10 septembre 2008, les loyers sont fixés dans l'ensemble de la Suisse sur la base d'un taux d'intérêt de référence unique. Il a remplacé les taux pour les hypothèques à taux variable valables jusqu'alors dans chaque canton.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture