Rejoignez-nous

Suisse

Guy Parmelin appelle à "cultiver un monde résilient"

Publié

,

le

"Il faut retrouver le sens de l'anticipation et la conscience qu'il y a toujours des coups du sort", a relevé Guy Parmelin devant l'ONU (archives). (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Dans une allocution devant l'Assemblée générale des Nations Unies à New York, Guy Parmelin a appelé mardi à "cultiver un monde résilient comme sa propre vigne". Il faut tirer des leçons de la pandémie de coronavirus pour anticiper la prochaine crise.

Le président de la Confédération, qui rappelle avoir été vigneron, compare dans son discours la pandémie de Covid-19 à la grêle ou au gel qui peut soudainement ravager les vignes: elle est imprévue et déstabilisante. Elle est une catastrophe humaine, sociale et économique, dont les effets se font également ressentir sur la paix et la sécurité internationales.

"Les leçons à tirer de ces développements nous font réaliser qu'il faut anticiper les prochaines crises, nous préparer à y faire face et faire preuve de solidarité afin de bâtir un monde résilient", a souligné Guy Parmelin devant l'ONU.

"Retrouver le sens de l'anticipation"

Trop souvent, nous nous laissons emporter par des visions à court terme et la perspective de gains rapides. "Il faut retrouver le sens de l'anticipation et la conscience qu'il y a toujours des coups du sort", a-t-il relevé.

A ce titre, il faut donc se préparer aux risques et investir dans la prévention. "La recherche, l’éducation et la formation professionnelle, tout particulièrement celle des filles et des femmes, doivent être au centre afin de développer l’accès au savoir, de promouvoir l'innovation et de rendre l'action possible".

Lorsqu'une crise touche des régions entières, voire la planète, la solidarité doit être mondiale et les solutions communes, a noté Guy Parmelin. "Les Nations Unies sont le lieu où les connaissances et les ressources sont mises en commun. L'organisation elle-même est une leçon tirée des crises passées".

Le président de la Confédération a donc appelé à continuer de défendre un multilatéralisme fondé sur des règles. La Suisse oeuvre pour une ONU efficace et soutient les réformes visant à améliorer la prévention des conflits. "Vingt ans après avoir rejoint les Nations Unies, nous sommes prêts à contribuer aux travaux du Conseil de sécurité pour la période 2023-24". La Suisse sera vraisemblablement élue en juin prochain au Conseil de sécurité, organe le plus puissant de l'ONU.

Cinq priorités pour la Suisse

Face aux nombreux défis mondiaux, comme les tendances protectionnistes, le bouleversement du climat, les rivalités entre puissances ou les conflits armés, la Suisse insiste sur cinq points. Il s'agit tout d'abord de garantir que la vaccination soit accessible à tous dans le monde.

Il faut par ailleurs renforcer la résilience des chaînes de valeur internationales, sans recourir à des mesures protectionnistes menaçant la reprise économique mondiale, a déclaré le Vaudois. En outre, l'évolution technologique et la numérisation offrent des solutions à de nombreux défis. Il faut donc développer des approches technologiques innovantes, tout en s'impliquant pour l'application du droit international dans le cyberespace et en luttant contre la cybercriminalité.

Quatrièmement, Guy Parmelin appelle les pays à prendre le changement climatique au sérieux, en visant la neutralité climatique au plus tard d'ici 2050. Enfin, dans un monde polarisé, il souligne l'importance de revenir au dialogue. Il rappelle à ce titre le rôle de la Genève internationale.

"Inspirons-nous de l'½uvre éphémère "World in Progress" de l’artiste Saype actuellement exposée sur la pelouse nord. Prenons exemple sur ces deux enfants, qui construisent le monde tel qu'ils l’ont imaginé. Et cultivons ce monde qui est le nôtre comme j'ai appris à prendre soin de ma vigne", a conclu le Vaudois.

Avec le chef du Département des affaires étrangères Ignazio Cassis, M.Parmelin représente la Suisse jusqu'à mercredi à l'Assemblée générale à New York

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Personne ne devine la bonne combinaison de l'Euro Millions

Publié

le

Pas de gagnant à l'Euro MIllions vendredi. La cagnotte s'élève à 84 millions de francs. (archives) (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions vendredi soir. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 2 9 13 19 et 38, ainsi que les étoiles 2 et 6.

Lors du prochain tirage mardi, 84 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Servette a fait le job à Nyon

Publié

le

Un match tout en maîtrise pour le Servette FC. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Première équipe de Super League en lice lors des 32es de finale de la Coupe de Suisse, le Servette FC a fait le job. Les Grenat se sont imposés 4-1 à Nyon.

Face à une formation de Promotion League qui a remporté ses deux premiers matches de championnat, le Servette FC a témoigné de l'application voulue. Les joueurs d'Alain Geiger ont plié l'affaire avant la demi-heure grâce à des réussites d'Alexis Antunes (22e) et de Ronny Rodelin (25e). Menés 4-0, les Nyonnais ont sauvé l'honneur par Christian Gomis.

A Nyon, les Genevois ont rappelé par leur investissement que la Coupe de Suisse était bien un véritable objectif de la saison. Une épreuve qu'ils n'ont plus gagnée depuis 2001 et qui leur avait infligé la saison dernière une bien cruelle désillusion à Thoune. Des Thounois qui, pour leur part, se sont également imposés vendredi. La formation de Mauro Lustrinelli a gagné 4-0 à Bulle, néo-promu en Promotion League.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Daniel Bigham bat le record de l'heure à Granges

Publié

le

Daniel Bigham (à gauche) en lice avec l'équipe de poursuite de Grande-Bretagne. (© KEYSTONE/AP/John Walton)

Daniel Bigham a battu sur le vélodrome de Granges le record de l'heure. Le Britannique a parcouru 55,548 km.

Agé de 31 ans, Daniel Bigham a effacé des tablettes le Belge Victor Campenaerts, qui avait porté le record à 55,089 km à Aguascalientes au Mexique le 16 avril 2019. "Je me suis senti très bien, je n'ai jamais été aussi bien dans le rythme pendant un record de l'heure. Lors de la première demi-heure, j'étais devant mes prévisions, mais je me sentais bien. J'ai pris du plaisir, ce qui vient de se passer est assez époustouflant" a déclaré Daniel Bigham dans un communiqué d'Ineos Grenadiers, l'équipe où il officie en tant qu'ingénieur de la performance depuis début 2021.

"Nous nous sommes concentrés sur les bases, être compact, bien respirer et avoir une bonne position de tête. Je savais que si je pouvais contrôler ces trois aspects, alors le reste se mettrait naturellement en place: il faut ensuite simplement appuyer sur les pédales le plus fort possible" a-t-il ajouté.

Daniel Bigham avait déjà battu le record de l'heure britannique sur ce même vélodrome soleurois en 2021, parcourant 54,723 km pour effacer Bradley Wiggins, vainqueur du Tour de France 2012.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Ebola: deux traitements fortement recommandés par l'OMS

Publié

le

Plus d'une douzaine d'épidémies d'Ebola ont touché la RDC, dont la plus meurtrière a tué 2280 personnes en 2020. Le virus doit son nom à une rivière du nord de la RDC, près de laquelle la première épidémie a éclaté. (© KEYSTONE/EPA/STR)

Deux traitements existants réduisent considérablement la mortalité liée à la maladie à virus Ebola, a indiqué vendredi l'Organisation mondiale de la santé. Celle-ci recommande leur administration à toutes les personnes qui souffrent de cette fièvre hémorragique.

C'est la première fois que l'OMS fait des recommandations de traitements relatives à Ebola. Dans ses lignes directrices publiées vendredi, l'organisation fait une "recommandation forte pour le traitement par mAb114 ou par REGN-EB3" chez les patients atteints de la maladie à virus Ebola (MVE).

Elle fait cette même recommandation pour "les nouveau-nés dont l'atteinte par la maladie à virus Ebola n'est pas confirmée, âgés de 7 jours ou moins, nés de mères atteintes de MVE confirmée".

Le mAb114 est un anticorps monoclonal commercialisé sous la marque Ebanga et le REGN-EB3 est un cocktail de trois anticorps monoclonaux. Ces deux traitements ont été approuvés fin 2020 par l'Agence américaine des médicaments (FDA) et sont déjà utilisés pour traiter des malades d'Ebola.

"Les patients doivent recevoir les anticorps monoclonaux neutralisants recommandés dès que possible après la confirmation du diagnostic en laboratoire", a indiqué l'OMS dans un communiqué.

230 à 400 vies sauvées sur 1000

Les études ont montré que les deux traitements réduisent considérablement la mortalité liée à Ebola, a indiqué la responsable de l'équipe clinique à l'OMS, Janet Diaz, lors d'un point de presse à Genève. Ces traitements peuvent sauver entre 230 et 400 vies sur 1000 personnes infectées.

"L'OMS est prête à aider les pays, les fabricants et les partenaires pour améliorer l'accès à ces traitements, et à soutenir les efforts nationaux et mondiaux afin de les rendre plus abordables", a indiqué l'organisation.

Dans ses lignes directrices, l'OMS recommande en revanche de ne pas administrer le traitement ZMapp (à base d'anticorps monoclonaux) et l'antiviral remdesivir.

Maladie souvent mortelle

Le virus Ebola provoque une maladie souvent mortelle. La flambée qui a sévi entre 2013 et 2016 en Afrique de l'Ouest fut la plus importante depuis la découverte du virus en 1976 en République démocratique du Congo (RDC, à l'époque Zaïre), faisant plus de 11'300 morts.

Plus d'une douzaine d'épidémies ont touché la RDC, dont la plus meurtrière a tué 2280 personnes en 2020. Le virus doit son nom à une rivière du nord de la RDC, près de laquelle la première épidémie a éclaté.

Outre les traitements, des vaccins ont été mis au point ces dernières années et sont utilisés pour interrompre les chaînes de transmission.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

Economie

Andermatt Swiss Alps investit 170 millions à Sedrun

Publié

le

Andermatt Swiss Alps va construire dans la localité grisonne de Sedrun un nouveau complexe touristique de 1800 lits. (archives) (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Andermatt Swiss Alps (ASA) va construire dans la localité grisonne de Sedrun un nouveau complexe touristique de 1800 lits. Début août, sa filiale nouvellement créée Dieni Development a déposé une demande de permis de construire.

Le complexe comprendra plusieurs hôtels, des immeubles résidentiels, des commerces, des restaurants et des offres de loisirs, soit un total de 13 bâtiments, pour un montant d'investissement devisé à 170 millions de francs par la filiale du promoteur urano-cairote Orascom Development Holding (ODH), aux mains du financier égyptien Samih Sawiris.

Les 1800 lits supplémentaires devraient permettre d'étoffer l'offre du district de Surselva de plus de 20%, ont indiqué vendredi les responsables du groupe lors d'une conférence de presse virtuelle

Le fait que le projet ne soit réalisé que maintenant alors que le plan d'aménagement avait été approuvé il y a dix ans tient à l'évolution récente de la situation. "La conclusion de l'accord de coopération avec Vail Resorts a été le jalon qui nous a permis de nous asseoir ici aujourd'hui et de présenter le nouveau projet", a expliqué le directeur d'ASA, Raphael Krucker.

Renforcer les remontées mécaniques

En effet, l'afflux de touristes dans la région doit être accompagné par un développement approprié des installations de remontées mécaniques. Vail Resorts compte investir 110 millions de francs dans l'exploitant Andermatt-Sedrun Sport. "Grâce à ce montant, l'offre sera étoffée, par exemple dans le domaine de la restauration", a poursuivi le patron d'ASA.

Vail a acquis en août une participation majoritaire de 55% dans Andermatt-Sedrun Sport, dont ASA détient encore 40% du capital-actions. Les deux sociétés avaient alors convenu de développer la destination touristique grisonne.

Le permis de construire est attendu pour décembre. Le début des travaux est prévu en mai 2024, l'ouverture des hôtels et des appartements de vacances pour 2027.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture