Rejoignez-nous

Economie

De nombreux employés ne voient pas d'utilité à leur travail

Publié

,

le

Un employé sur cinq ne voit pas d'utilité sociale à son travail (photo symbolique). (© KEYSTONE/MARTIN RUETSCHI)

De nombreux employés ne voient pas d'utilité sociale à leur travail, selon une étude de l'Université de Zurich (UZH). C'est particulièrement le cas dans les secteurs de la finance, de la vente et du management.

L'anthropologue américain David Graeber, décédé en 2020, avait théorisé la chose avec son livre "Bullshit jobs" (2018), dans lequel il dénonçait les "jobs à la con" sans la moindre utilité sociale objective. Il soulignait que c'était plus fréquent dans certains secteurs économiques.

D'autres études en revanche estimaient que la profession en elle-même a peu d'importance et que ce sont bien plus les mauvaises conditions de travail et un sentiment d'aliénation qui seraient à l'origine de ce ressenti.

Sociologue à l'UZH, Simon Walo a voulu en avoir le coeur net. Il a analysé les données d'un sondage mené en 2015 portant sur 1811 personnes aux Etats-Unis actives dans 21 professions différentes.

Un sur cinq

Les questions portaient notamment sur leur sentiment de "fournir une contribution positive à la société" ou "d'exercer un travail utile". Résultat: 19% des travailleurs, tous métiers confondus, ont répondu "jamais" ou "rarement".

Le chercheur a ensuite comparé les données d'employés bénéficiant de conditions de travail similaires et constaté qu'il y a bel et bien des différences imputables à la branche professionnelle. En accord avec la théorie de Graeber, ce sont les travailleurs des secteurs de la finance et de la vente qui ont donné le plus de réponses négatives.

En moyenne, ces derniers répondaient deux fois plus souvent que les autres qu'ils considéraient leur job comme socialement inutile. C'était également le cas chez les managers et les employés de bureau (1,6 et 1,9 fois plus souvent).

Première preuve statistique

Selon Simon Walo, cité dans un communiqué de l'UZH, cette étude est la première à fournir une preuve statistique que le champ professionnel peut aussi être déterminant. "Les données originelles présentées par Graeber étaient principalement de nature qualitative, ce qui rendait difficile une évaluation de l'ampleur du problème", note le chercheur.

Cette nouvelle étude montre également que la part des employés jugeant leur job inutile est plus élevée dans le privé que dans le secteur public ou dans des organisations à but non lucratif. Elle confirme aussi que les conditions de travail, l'aliénation ou encore les interactions sociales peuvent avoir une influence. Ces travaux sont publiés dans la revue Work, Employment and Society.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

HSBC: le directeur financier devient le prochain directeur général

Publié

le

Le géant bancaire britannique HSBC a désigné son directeur financier Georges Elhedery comme directeur général à partir de septembre, selon un document déposé mercredi auprès de la Bourse de Hong Kong.(KEYSTONE/DPA/Rolf Vennenbernd) (© KEYSTONE/DPA/ROLF VENNENBERND)

Le géant bancaire britannique HSBC a désigné son directeur financier Georges Elhedery comme directeur général à partir de septembre, selon un document déposé mercredi auprès de la Bourse de Hong Kong.

"Je suis ravi de confirmer Georges en tant que prochain directeur général du groupe HSBC", a indiqué le président du groupe Mark Tucker, dans un communiqué à la bourse de Hong Kong.

"Nous avons hâte de travailler avec lui à la tête d'HSBC dans la prochaine phase de développement et de croissance", a-t-il ajouté.

Né au Liban, Georges Elhedery a ingénieur polytechnicien, également formé à l'Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique (Ensae).

Il a rejoint HSBC en 2005, après une vaste expérience dans le trading à Londres, Paris et Tokyo, et est devenu le directeur financier du groupe en janvier 2023.

De 2016 à 2019, il a dirigé les opérations de la banque au Proche-Orient, en Afrique du Nord et en Turquie.

M. Elhedery prendra ses fonctions le 2 septembre, en remplacement de Noel Quinn, qui a annoncé en avril à 62 ans, son départ surprise après 37 ans de carrière à HSBC.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Economie

Morgan Stanley profite de la hausse des marchés au 2ème trimestre

Publié

le

A fin juin, les actifs sous gestion atteignaient 7200 milliards de dollars. (EPA/JUSTIN LANE) (© KEYSTONE/EPA/JUSTIN LANE)

La banque d'affaires américaine Morgan Stanley a profité, à l'instar de ses grandes concurrentes, de la hausse des marchés financiers et de la reprise des transactions, ce qui lui a permis de dépasser les attentes des analystes au deuxième trimestre.

Entre avril et juin, l'établissement bancaire a réalisé un chiffre d'affaires de 15,02 milliards de dollars (+12% sur un an) et un bénéfice net de 2,94 milliards de dollars (+44%), a-t-il annoncé mardi dans un communiqué.

Rapporté par action et à données comparables - référence pour les marchés -, le bénéfice net s'établit à 1,82 dollar (+47%), quand le consensus des analystes de Factset attendait 1,65 dollar.

Ted Pick, tout nouveau patron de la banque, a salué dans un communiqué un "autre trimestre solide dans un contexte d'amélioration des marchés de capitaux" qui a contribué à la hausse des commissions perçues dans tous les segments d'activité.

Malgré cela, l'action Morgan Stanley chutait de 2,82% dans les échanges électroniques avant l'ouverture de la Bourse de New York.

A fin juin, les actifs sous gestion atteignaient 7200 milliards de dollars.

Dans la gestion de fortune, en particulier, le chiffre d'affaires a atteint un record grâce aux flux des opérations - qui ont dopé les commissions - et à la hausse des marchés. Il a atteint 6,8 milliards de dollars.

Si les revenus nets d'intérêts (NII) ont baissé, à 1,80 milliard contre 2,15 milliards un an plus tôt, cela est dû au "redéploiement de liquidités par les clients dans un environnement de taux d'intérêts plus élevés", a souligné Morgan Stanley.

De son côté, la banque d'investissement bénéficie d'une hausse des émissions de titres depuis un an, que ce soit pour des introductions en Bourse, des conversions ou des placements privés, ainsi que des opérations de fusions-acquisitions finalisées.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Economie

Bank of America fait un peu mieux qu'attendu au deuxième trimestre

Publié

le

La banque a par ailleurs engrangé des gains en hausse dans la plupart de ses activités, dopée par des marchés actions dynamiques. (AP Photo/Michael Dwyer, File) (© KEYSTONE/AP/MICHAEL DWYER)

Bank of America, la deuxième plus grande banque des Etats-Unis par la taille des actifs, a fait un peu mieux qu'attendu au deuxième trimestre, soutenue par des marchés mondiaux dynamiques.

Sur la période, la banque a généré 25,4 milliards de dollars (+1%) de chiffre d'affaires (22,7 milliards de francs), légèrement au dessus du consensus des analystes interrogés par Bloomberg.

Le bénéfice net ressort en recul à 6,9 milliards de dollars (-6,7% sur un an). Rapporté par action - référence pour les marchés -, il s'établit à 0,83 dollar, là aussi en repli (-5,6%) mais légèrement supérieur aux attentes du marché.

Au deuxième trimestre, les revenus nets d'intérêts (c'est-à-dire la différence entre les intérêts perçus sur les prêts consentis aux clients et les intérêts versés aux épargnants et aux créanciers), une donnée particulièrement scrutée par les investisseurs, ont en effet baissé de 3% à 13,7 milliards de dollars. Mais la banque prévoit que les revenus nets d'intérêt progresseront pour atteindre 14,5 milliards de dollars au quatrième trimestre 2024.

La banque a par ailleurs engrangé des gains en hausse dans la plupart de ses activités, dopée par des marchés actions dynamiques.

"Notre activité sur les marchés mondiaux a réalisé son neuvième trimestre consécutif de croissance (...), avec des rendements à deux chiffres", s'est félicité Brian Moynihan, le PDG de Bank of America, cité dans le communiqué.

Au deuxième trimestre, les revenus dans cette division ont atteint 5,5 milliards de dollars, une progression de 12% sur un an.

La branche gestion du patrimoine a également vu son chiffre d'affaires croître de 6% à 5,6 milliards de dollars, là aussi portée par les marchés haussiers.

Dans la banque de détail, le chiffre d'affaires a en revanche reculé de 3% à 10,2 milliards de dollars. La progression du nombre de clients n'a pas permis de compenser des dépôts moins importants.

Dans les échanges électroniques avant l'ouverture de la Bourse de New York, aux alentours de 11H25 GMT, le titre de Bank of America s'appréciait de plus de 2% à 42,70 dollars.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Economie

Le financement des jeunes pousses suisses reste à un bas niveau

Publié

le

Les sociétés de biotechnologies ont réussi à lever des fonds conséquents (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le financement des jeunes pousses en Suisse est resté à un bas niveau au premier semestre 2024. Le capital-risque investi a fondu de 9,5% à 1,1 milliard de francs, selon l'étude Swiss Venture Capital Report diffusé mardi.

Les rondes de financements ont également diminué, de 10,4% à 138 opérations sur les six premiers de l'année, indique l'étude Swiss Venture Capital Report réalisée par startup.ch en collaboration avec l'Association Suisse des Investisseurs en Capital et de Financement (Seca).

Même si les chiffres sont similaires à ceux de l'année précédente, l'analyse des investissements par secteur et par degré de maturité des jeunes pousses montre de nettes différences par rapport à l'année précédente. Alors que les sociétés de certains secteurs ou domaines tels que l'Intelligence artificielle (IA) et la production et le stockage d'énergie convainquent les investisseurs, les investissements à un stade avancé sont rares.

Le montant investi dans les jeunes pousses actives dans les technologies financières (Fintech) et dans les technologies de l'informatique et de la communication (TIC) a diminué de plus de 40% par rapport à l'année précédente. Le boom des TIC de 2019 est définitivement terminé, selon le communiqué.

Cependant, certains signes positifs ont également été observés, comme une augmentation dans le secteur biotechnologique. Les sociétés de biotechnologie ont réussi à attirer plus de 400 millions de francs, soit le troisième montant le plus élevé jamais atteint.

L'étude montre également que les investisseurs disposent de fonds libres pour investir. La grande majorité s'attend à ce que le nombre d'opportunités d'investissement qui s'offrent à eux et le nombre d'investissements augmentent au cours des 12 prochains mois.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Goldman Sachs fait plus que doubler ses résultats au 2e trimestre

Publié

le

La banque d'affaires americaine Goldman Sachs a atteint un niveau record d'actifs sous gestion au deuxième trimestre (archives). (© KEYSTONE/AP/Peter Morgan)

La banque d'affaires américaine Goldman Sachs a annoncé lundi un bénéfice net plus que doublé au deuxième trimestre, profitant de l'évolution des marchés financiers ainsi que de l'activité dans le secteur des fusions-acquisitions.

Elle a dégagé un produit d'exploitation de 12,73 milliards de dollars (11,4 milliards de francs), contre 10,89 milliards un an plus tôt, et son bénéfice net ressort à 2,89 milliards, contre 1,07 milliard au deuxième trimestre de l'année précédente.

Rapporté par action et à données comparables -référence pour les marchés-, le bénéfice net s'établit à 8,62 dollars quand le consensus des analystes de Factset attendait 8,36 dollars.

Evoquant les performances du groupe sur le premier semestre, son patron David Solomon a souligné dans un communiqué la "forte croissance sur un an" dans les branches Global banking and markets (fusions-acquisitions, entrées en Bourse, levées de capitaux) et Gestion d'actifs et gestion de fortune.

La première a vu son chiffre d'affaires progresser de 14% sur un an à 8,18 milliards de dollars tandis que celui de la seconde a bondi de 27% par rapport à la même période de l'année précédente, à 3,88 milliards de dollars.

Le groupe affirme dans son communiqué s'être placé au premier rang des opérations de fusion et acquisition annoncées et finalisées depuis le début de l'année dans le monde entier.

Le niveau des actifs sous gestion atteignait un record de 2930 milliards de dollars à fin juin, soit 86 milliards de plus récoltés au cours du deuxième trimestre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture