Rejoignez-nous

Suisse

Casper Ruud: Gstaad après Genève

Publié

,

le

Personne n'aura battu Casper Ruud cette année en Suisse. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Casper Ruud est bien le roi du tennis en Suisse. Titré à Genève et à Gstaad, le Norvégien aura gagné cette année les deux tournois ATP Tour organisés sur le sol helvétique.

Dans l'Oberland, Casper Ruud (ATP 14) s'est imposé 6-3 6-2 en finale face à Hugo Gaton (ATP 155). Malgré toute sa malice, le Français a été désarmé face au coup droit du Norvégien. Sans forcer outre mesure son talent, le compagnon d'entraînement de Rafael Nadal a cueilli le quatrième titre de sa carrière, son deuxième en l'espace d'une semaine puisqu'il s'était imposé à Bastad dimanche dernier. Il vise désormais un improbable tripé dès ce mercredi à Kitzbühel où il est classé tête de série no 1.

A défaut d'offrir un véritable suspense, cette finale a proposé des points magnifiques en raison de l'opposition de style. Hugo Simon s'est efforcé de varier au maximum son jeu pour troubler la sérénité d'un Casper Ruud qui s'affirme à 22 ans comme l'un des joueurs les plus redoutables du Circuit sur terre battue. Formé désormais à la dure école de la Rafael Nadal Academy, il peut nourrir les plus grandes ambitions. Son coup droit, qui peut être léthal à tout moment, est devenueune arme contre laquelle il devient de plus en plus dur de trouver la parade.

Malgré l'élimination des cinq joueurs suisses en lice au premier tour, cette édition 2021 du Swiss Open fut très belle. Le public est venu en nombre dans l'Oberland pour admirer la puissance de Casper Ruud mais aussi le tennis presque "vintage" de Hugo Gaston qui avait fait le désespoir de Stan Wawrinka l'an dernier à Roland-Garros. Le jeu proposé par le Français est un véritable délice pour les spectateurs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Aucun grand gagnant au tirage de mercredi. (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto mercredi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 4, 7, 12, 19, 21 et 35. Le numéro chance était le 6, le rePLAY le 02 et le Joker le 437974.

Lors du prochain tirage mercredi prochain, 5,1 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Une vague de faillites déferle sur la Suisse

Publié

le

Les ouvertures de procédures de faillites ont augmenté de 40% au premier semestre. Les secteurs de l'hôtellerie et de la restauration ainsi que de l'agriculture sont en revanche largement épargnés. (archives) (© KEYSTONE/PETRA OROSZ)

Une déferlante de faillites de sociétés s'abat sur la Suisse. Les ouvertures de procédures ont augmenté de 40% au premier semestre 2022 par rapport à la même période en 2021.

Par rapport à la moyenne d'avant la pandémie, soit les exercices 2018 et 2019, l'augmentation est de 10%, indique mercredi l'Union suisse des créanciers Creditreform.

Au total, 3390 faillites d'entreprises ont été dénombrées sur les six premiers mois de l'année. Le secteur des services a été particulièrement touché, avec une hausse de 40% par rapport à avant la pandémie. Creditreform explique ce chiffre par le nombre important de sociétés créées avant la crise. Nombre d'entre elles ont survécu grâce aux aides de l'Etat pendant la pandémie, mais sont rattrapées par la réalité du marché.

Facteurs d'incertitudes

Les secteurs de l'hôtellerie et de la restauration ainsi que de l'agriculture sont en revanche largement épargnés.

La progression de l'inflation qui pèse sur le pouvoir d'achat des ménages, les problèmes d'approvisionnement, la hausse des prix de l'énergie, la guerre en Ukraine et l'affaiblissement de l'euro sont autant de facteurs d'inquiétude pour les entrepreneurs, indique le communiqué. Le spectre d'une nouvelle mutation du coronavirus à l'automne est également à prendre en considération.

Compte tenu du recul de 9% de la consommation des ménages, Creditreform émet l'hypothèse que dans ce contexte d'explosion du nombre de faillites, les offices des poursuites et faillites fassent traîner les procédures contre les particuliers.

Au chapitre des créations d'entreprises, 25'445 nouvelles sociétés ont été inscrites dans les différents registres du commerce, ce qui correspond à un recul de 3,8% sur un an. Le nombre de radiations est quant à lui est comparable à celui de l'an dernier, toutes raisons confondues.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

L'avenir au coeur de la 75e édition du Festival de Locarno

Publié

le

C'est avec une assise financière renforcée que le Festival du film de Locarno a présenté le programme de sa 75e édition mercredi. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

La programmation de la 75e édition du Festival du Film de Locarno se penche, avec des dizaines de premières mondiales, sur la façon de "relever les défis qui se proposent à nous à l'avenir", selon les organisateurs. Ceux-ci l'ont dévoilée mercredi devant la presse.

Dix-sept films de onze pays, dont dix premières mondiales, seront projetés sur la Piazza Grande. La sélection de films de cette édition 2022 s'ouvrira le 3 août avec "Bullet Train" du réalisateur américain David Leitch. Cette production, dans laquelle le spectateur pourra voir entre autres Brad Pitt et Sandra Bullock, sera "un succès" selon le directeur artistique du festival Giona Nazzaro.

Le célèbre cinéma en plein air de Locarno, qui peut accueillir 8000 spectateurs, diffusera également la coproduction belgo-suisse "Last Dance" ou "Where the Crawdads Sing", adaptation cinématographique du roman à succès de Delia Owens, dont le titre en français est "Là où chantent les écrevisses".

En guise de film de clôture, le documentaire helvético-allemand "Alles über Martin Suter. Ausser die Wahrheit" sera présenté en première mondiale au public. Son auteur, le cinéaste André Schäfer donne ainsi vie aux romans de l'écrivain zurichois par le biais d'inserts fictionnels.

Oeuvres du monde entier

D'autres productions seront également présentées dans les sections de compétition. Dans le Corso internazionale, le public pourra découvrir "De Noche los Gatos Son Pardos" du réalisateur suisse Valentin Merz. Dans le Concorso Cineasti del presente, on trouve des oeuvres des Etats-Unis ("A Perfect Day for Caribou" de Jeff Rutherford), de Norvège ("Sister, What Grows Where Land Is Sick ?" de Franciska Eliassen) ou encore d'Ukraine ("How Is Katia ?" de Christina Tynkevych).

Les spectateurs pourront aussi découvrir, dans la section Pardi di domani, 40 autres premières mondiales dans différentes sous-catégories. Une série a par ailleurs été mise sur pied pour cette 75e édition.

Sous le titre "Postcards from the Future", onze personnalités renommées du cinéma international et national, dont le réalisateur suisse Fredi M. Murer, ont réalisé des courts métrages qui seront projetés chaque soir sur la Piazza Grande.

Programme basé sur l'avenir

Les nombreux films à l'affiche du Festival du film de Locarno mettent en avant des thèmes de notre époque, mais aussi les défis à relever en vue de l'avenir. Au-delà des projections classiques, le spectateur pourra aborder ces thématiques sous différentes formes. Par exemple le "24-Stunden-Talk", une discussion au long cours sur le rôle du cinéma à l'avenir, diffusée en streaming et organisée par l'Università della Svizzera italiana.

L'avenir est aussi au coeur des initiatives Pardo Verde WWF et Green Film Fund. Toutes deux visent à sensibiliser le public à l'action verte et à signaler l'engagement écologique du festival tessinois. Pour Marco Solari, président de la manifestation, le devoir de celle-ci est d'aider un tout petit peu" à faire du monde un endroit meilleur, aujourd'hui et à l'avenir.

Si la notion d'avenir occupe une place centrale dans cette édition 2022, le présent n'est pas laissé de côté. Les cinéphiles pourront notamment découvrir le film "Porlogos", la dernière ½uvre de Mantas Kvedaravičjus présentée en première mondiale. Un film poignant dans le contexte actuel sachant que le réalisateur lituanien a perdu la vie lors de la guerre contre l'Ukraine qu'il voulait documenter avec ses propres images.

Bonne santé financière

"Les contributions de sponsoring ont augmenté de 40% par rapport à 2019", a déclaré Raphaël Brunschwig, directeur opérationnel du festival à Berne. "L'arrivée de nouveaux partenariats de renom et le maintien des anciens sont un signe de confiance", a ajouté Marco Solari.

Néanmoins, si l'événement est plus fort qu'avant la pandémie, c'est aussi grâce à la "main protectrice de la politique" et à une "force intérieure incroyable", a expliqué M. Solari en parlant de l'équipe. "Il y a une volonté indomptable de défier toute concurrence et de conserver notre position de festival mondial".

Pour y arriver, la manifestation tessinoise mise notamment sur la confrontation avec des thèmes d'actualité comme la guerre en Europe, la démocratie en danger, mais aussi la mise en perspective, l'assimilation et la promotion de débats entre les représentants du monde du cinéma et le public. Il n'y a rien de mal à ce qu'un "soupçon de mélancolie plane sur le festif" en des temps comme ceux-ci a expliqué le président du festival.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Le bitcoin défend bec et ongles la marque des 20'000 dollars

Publié

le

Selon le site spécialisé CoinGecko, la valeur de marché de l'ensemble des cryptodevises s'élève à 942 milliards de dollars, soit 4 milliards de moins qu'une semaine plus tôt. (KEYSTONE/DPA/Nicolas Armer) (© KEYSTONE/DPA/NICOLAS ARMER)

Le cours du bitcoin peine à se trouver une direction. Depuis des jours, il oscille autour de la marque symbolique des 20'000 dollars. A en croire les experts, les perspectives de récession de l'économie mondiale mettent à rude épreuve le moral des entrepreneurs crypto

Mercredi à l'approche de la mi-journée, la reine des monnaies virtuelles s'échangeait autour de 20'200 dollars sur la plateforme luxembourgeoise Bitstamp, quasiment stable par rapport à son niveau d'il y a une semaine. Pendant ce laps de temps, le cours a évolué dans une fourchette comprise entre 18'600 et 20'900 dollars.

Le marché se montre plutôt pessimiste quant à l'évolution future de la cryptodevise de référence. Une analyse de la société d'investissement CoinShares, spécialisée dans cette catégorie d'actifs, révèle que le flux de capitaux dans les "Short Bitcoin ETF" (produits de placement misant sur une dépréciation) a atteint un niveau record.

Rien que la semaine dernière, quelque 51 millions de dollars ont été placés dans de tels véhicules, ce qui tend à démontrer, à en croire les observateurs du marché, que les investisseurs institutionnels ne croient pas à un redressement rapide du cours. A court terme, il faut donc s'attendre à voir persister la volatilité et l'incertitude, entend-on dire dans les milieux crypto.

Les principaux rivaux du bitcoin s'en tiraient mieux que leur "grand frère" après avoir été encore plus malmenés que ce dernier au cours des dernières semaines. C'est le cas notamment du solana, utilisé pour de nouvelles applications dans le domaine de la finance décentralisée (DeFi) ou encore des jetons non fongibles (NFT), qui affiche une progression de 2% en rythme hebdomadaire.

La part de la principale monnaie cryptographique s'est également érodée. Alors qu'à mi-juin, elle se montait encore à plus de 48%, elle ne représente actuellement plus que 43%.

Selon le site spécialisé CoinGecko, la valeur de marché de l'ensemble des cryptodevises s'élève à 942 milliards de dollars, soit 4 milliards de moins qu'une semaine plus tôt.

sta/an/buc/al

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

Le nombre d'interruptions de grossesse reste stable

Publié

le

Le taux d'interruption de grossesse reste stable en Suisse. (Image. d'archives) (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Quelque 11'000 grossesses ont été interrompues l'année dernière en Suisse. Le taux de 6,7 IVG pour 1000 femmes est donc resté pratiquement inchangé par rapport à 2020. Nonante-cinq pourcents des avortements ont eu lieu avant la douzième semaine de grossesse.

En 2020, le taux était de 6,8 IVG pour 1000 femmes âgées de 15 à 44 ans, rappelle mercredi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

En 2021, 10'869 interruptions de grossesse ont été pratiquées sur des femmes résidant en Suisse. Chez les femmes âgées de 15 à 19 ans, l'OFS a enregistré 745 IVG, ce qui correspond à un taux de 3,7 pour 1000 femmes de cette catégorie d'âge, contre 3,5 en 2020.

Les interruptions de grossesse des femmes de plus de 30 ans ont augmenté au cours des dix dernières années. En 2010, 45% des femmes ayant subi une IVG avaient plus de 30 ans, en 2020 et 2021, leur proportion était de 52%. La proportion de femmes âgées de 25 à 30 ans a peu évolué depuis 2010 (23%).

Alors que les avortements chez les femmes de moins de 25 ans représentaient 33% des cas en 2010, cette proportion est tombée à 25% en 2020 et 2021. La part de celles âgées de 15 à 19 ans a elle baissé de 9% en 2010 à 7% en 2021.

Plus d'avortement médicamenteux

Par rapport à 2020, les avortements médicamenteux ont augmenté. Au niveau national, ils représentent 80% des cas, contre 20% pour les chirurgicaux. L'augmentation des interruptions médicamenteuses depuis 2019 a pu être observée dans tous les cantons.

Des différences ont toutefois été remarquées: alors qu'en 2021, 60% des IVG étaient médicamenteuses dans les cantons de Fribourg et de Genève, elles représentaient plus de 90% à Bâle-Ville, dans le Jura, à Neuchâtel, à Soleure, à Nidwald et à Uri.

La proportion d'avortements pratiqués avant la douzième semaine de grossesse, par analogie avec le régime du délai, est restée stable au fil des ans, avec de faibles différences entre les cantons. En 2021, 77% ont même eu lieu avant la huitième semaine. Les interruptions après la douzième semaine sont restées inchangées depuis 2007, avec 5%.

Différences cantonales

Dans certains cantons, le taux d’interruptions de grossesse était supérieur à la moyenne suisse. C'est à Genève qu'il a atteint la valeur la plus élevée, avec 10,1 avortements pour 1000 femmes, suivi de Vaud avec 9,1. Les valeurs n'ont cependant guère changé par rapport à l'année précédente.

Une augmentation des taux a été observée à Neuchâtel (de 7,4 à 8,8) et à Zurich (de 7,4 à 8). En revanche, le taux a baissé de 9,1 à 7 à Bâle-Ville, de 7,2 à 5,8 à Bâle-Campagne et de 8 à 6,1 à Schaffhouse.

Dans l'Espace Mittelland (BE, FR, SO, NE, JU), le taux d’IVG (6,3) était inférieur à la moyenne nationale. La Suisse orientale (SG, TG, AI, AR, SH, GR, GL) et la Suisse du Nord-Ouest (BS, BL) avec 5,6, la Suisse centrale (NW, OW, LU, UR, SZ, ZG) avec 5,2 et le Tessin avec 4,3 ont enregistré des taux inférieurs à la moyenne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture