Rejoignez-nous

Suisse Romande

Un zadiste a chuté dans un arbre – Manifestation à Lausanne

Publié

,

le

Les deux zadistes ont quitté les lieux pour un contrôle à l'hôpital, l'un après une chute de plusieurs mètres, retenu par ses cordes de sécurité. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L’évacuation de la Zad de la colline du Mormont s’est terminée samedi sur un accident. Un des deux militants encore perchés sur un arbre a fait une chute et s’est blessé. A Lausanne, quelque 800 personnes ont protesté contre la répression policière et judiciaire.

Un des activistes qui refusait d’évacuer, perché dans un arbre, a fait une chute de cinq à sept mètres vers 11h30. Il a été retenu par sa propre corde et a pu regagner lui-même le sol. Il « a spontanément déclaré aux personnes présentes avoir fait une mauvaise manipulation avec ses cordes », explique la police vaudoise dans un communiqué.

Selon les premiers contrôles, il souffrirait de blessures légères au visage. Il a été emmené à l’hôpital pour un contrôle plus approfondi.

Du personnel médical était présent sur le site. La chute a eu lieu juste après la fin d’un contact entre le médecin du détachement poste médical avancé (DPMA), la négociatrice de la police et les deux activistes qui se trouvaient dans l’arbre. Le procureur de service a été renseigné afin d’établir les circonstances de cet accident, précise la police.

L’autre zadiste, qui était encore sur place, est descendue peu après de l’arbre, a précisé la police. Cette jeune femme a également été transportée à l’hôpital pour un contrôle, selon la police.

Empêchés de dormir

Sur les réseaux sociaux, le collectif de la Zad de la Colline a accusé la police d’avoir « poussé notre héros à l’erreur ». « Cette personne est très expérimentée et son erreur ne peut être due qu’à l’absence de repos et à la saisie de son matériel (sac de couchage, gants, habits chauds) », écrivent les militants.

« La stratégie de la police était d’amener les deux personnes à l’inattention et à l’épuisement », accusent-ils. La nuit, il faisait 4 degrés: il y avait de la bise, l’arbre était éclairé et il y avait le bruit des générateurs, relèvent-ils.

Manifestation à Lausanne

« On les empêchait de dormir. On l’a vraiment poussé à bout. C’était terrifiant de le voir tomber à bout de forces », a témoigné un de ses amis, lors d’une manifestation qui s’est tenue en début d’après-midi à Lausanne. Quelque 800 personnes – 450 selon la police et un millier selon les organisateurs – y ont pris part.

« Les zadistes sont courageux. Les deux sur les arbres sont des héros. Je les admire. Le mouvement n’est pas près de s’arrêter », a déclaré le prix Nobel Jacques Dubochet.

Répression disproportionnée

Les manifestants, masqués, ont dénoncé une répression policière et judiciaire « totalement disproportionnée ». Plusieurs militants interpellés lors de l’évacuation – et qui n’ont pas décliné leur identité – auraient écopé de deux ou trois mois de prison ferme.

Les protestataires ont réclamé l’abandon de ces poursuites pénales. Ils ont rappelé que le béton, qu’Holcim produit en creusant peu à peu la colline du Mormont, est un « énorme problème écologique. La première cause d’émission de gaz à effet de serre en Suisse ».

Pas la dernière Zad

« C’est la première Zad de Suisse, pas la dernière. Nous allons bloquer les endroits qui posent problème », a lancé une militante de la Grève du climat. A l’image des Jeunes verts vaudois, certains s’en sont pris à la conseillère d’Etat en charge de la police, l’écologiste Béatrice Métraux, pour demander sa démission.

La manifestation s’est déroulée dans le calme, à l’exception de quelques pétards. Une fois le cortège dissout, un groupe d’une centaine de personnes s’est dirigé vers le CHUV puis le centre-ville, endommageant quelques panneaux d’affichage et taggant le mot Zad dans les rues. La police a interpellé « quelques personnes, qui sont en train d’être contrôlées », a indiqué le porte-parole de la police lausannoise.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Politique

Vaud: coup de pouce aux communes pour déployer leur Plan climat

Publié

le

Les communes vaudoises recevront un soutien pour mettre en oeuvre leur Plan climat. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le canton de Vaud a concocté une boîte à outils pour encourager les petites et moyennes communes à déployer un Plan climat. Une aide technique et financière, incluant fiches pratiques, formation, échanges et subventions, sera à leur disposition à partir de juin.

« Pour faire face aux défis climatiques, tous les acteurs doivent s’engager. La Confédération, les cantons, mais aussi les communes », a expliqué jeudi devant la presse la conseillère d’Etat Christelle Luisier. Et les attentes sur le terrain sont fortes.

Nombre de communes n’ont certes pas attendu pour se mettre en action. Sept villes, dont Lausanne, ont élaboré ou sont en train de préparer un Plan climat. Une dizaine d’autres y réfléchissent. Vaud entend favoriser cette « dynamique » en donnant « une impulsion supplémentaire », en particulier aux petites entités.

Du pragmatisme

Le canton a consulté les communes pour leur proposer des solutions pragmatiques qui répondent à leurs besoins, a expliqué Mme Luisier. Cette boîte à outils comprend une palette de prestations qui se déclinent en fonction de la taille et des besoins des 300 communes vaudoises, dont plus de la moitié ont moins de 1000 habitants.

Pour les villes, déjà bien outillées, le canton mettra sur pied des ateliers pour échanger sur les bonnes pratiques ou se partager les résultats d’avis de droit, par exemple. Ces réunions existent déjà, mais elles seront plus nombreuses dès le mois de juin.

Un modèle de Plan

Pour les petites et moyennes communes, le dispositif – baptisé Plan énergie et climat communal PECC – est plus étoffé. Il comprend un modèle de Plan climat, à adapter aux réalités locales, ainsi qu’un catalogue de fiches d’actions de compétence communale notamment sur la tenue de manifestations, l’éclairage public ou la construction.

L’aide ne sera pas que technique, mais aussi financière pour les communes qui n’ont pas de personnel dédié. « Nous voulons les encourager à recourir à une aide externe pour les seconder dans l’élaboration de leur Plan climat et assurer le suivi pendant quatre ans », explique Mme Luisier.

L’Etat déboursera jusqu’à 12’500 francs par cas, soit 50% des frais liés à un mandant externe. Une subvention « générale » qui ne se substitue pas aux subventions spécifiques pour des projets concrets, précise le canton.

Pour financer l’ensemble de ces mesures, le Conseil d’Etat sollicite du Grand Conseil un crédit de 2,4 millions de francs. Ce montant inclut également l’engagement par le canton d’un expert « climat et durabilité pour les communes ».

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

VIDEO – Les autotests anti-Covid, comment ça marche ?

Publié

le

Test rapide
Depuis le 7 avril, des autotests sont disponibles en pharmacie, avec une limite de 5 par personne. Malgré des problèmes d’approvisionnement, les Suisses sans symptômes sont incités à les utiliser afin de dissiper tout doute alors que la demande d’un retour à une forme de normalité se fait de plus en plus entendre.

Mais sont-ils simples à utiliser et quel bilan après le résultat? Benjamin Smadja et Laurie Selli ont testé les tests!

Les autotests ne doivent être utilisés que quand l’accès à un test antigénique n’est pas possible. Il n’est pas nécessaire de fournir plus de cinq autotests par mois, a indiqué Patrick Mathys, responsable de la section Gestion de crise et collaboration internationale à l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Les tests antigéniques rapides sont plus fiables que les autotests à faire chez soi. Et une personne qui obtient un résultat positif avec un autotest doit le faire confirmer par un test PCR, a précisé M. Mathys. Un autotest dont le résultat est négatif n’est pas une carte blanche pour ne plus respecter les gestes barrières.

Confirmation par test PCR nécessaire

Pour le président de la Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé, Lukas Engelberger, ces autotests ont le potentiel de changer fondamentalement la situation. Si tout le monde peut régulièrement effectuer un autotest dans sa salle de bain le matin, la charge sur les pharmacies et les centres de tests s’en verrait allégée, a-t-il indiqué à la Sonntagszeitung.

Depuis la mi-mars, la Confédération prend en charge les coûts de tous les tests, même s’il n’y a pas de symptômes présents. Son but est que 40% de la population soit testée chaque semaine.

Grosses arrivées mercredi et jeudi

Après des demandes répétées au groupe bâlois, Roche lui a indiqué qu’une grande quantité devrait arriver mercredi et jeudi, selon Mme Ruggli. « Après, ça devrait aller mieux », a-t-elle ajouté.

Selon Pharmasuisse, les pharmacies ont reçu huit millions de tests. Roche écrit pour sa part en avoir fourni neuf millions à des grossistes et des pharmacies. Vendredi, plus d’un demi-million ont été distribués aux clients en Suisse. La demande a donc été « en grande partie » satisfaite, selon l’entreprise.

Benjamin Smadja avec ATS

Continuer la lecture

Actualité

Marc Hirschi pour animer le Tour, mais pas de Primoz Roglic

Publié

le

Le rouleur champion du monde Filippo Ganna sera l'une des attractions du Tour de Romandie. (© KEYSTONE/AP LaPresse/FABIO FERRARI)

Annulé en 2020, le Tour de Romandie reprendra ses droits le mardi 27 avril à Oron-la-Ville pour se terminer le dimanche 2 mai à Fribourg avec contre-la-montre.

Double vainqueur en titre, Primoz Roglic sera absent. Mais la présence de Marc Hirschi est gage de spectacle.

Victime du coronavirus, l’épreuve romande n’avait pu avoir lieu l’an dernier. Pour sa 74e édition, les organisateurs ont conservé les mêmes villes-étapes que pour 2020. La montagne sera largement présente, pratiquement tous les jours dans les étapes en ligne, avec un dénivelé total de 12’500 mètres. Toutefois, les parcours ont souvent dû être modifiés pour diverses raisons.

Ainsi, l’étape Aigle – Martigny, qui devait servir de test pour les Championnat du monde 2020, annulés eux aussi, ne comportera plus l’ascension de la Petite Forclaz. Les côtes de Produit et de Chamoson, à parcourir quatre fois, la remplaceront. Les sprinters devront sans doute se contenter de l’étape d’Estavayer pour servir leurs desseins, mais celle-ci offrira tout de même une dénivellation de plus de 2000 m avec notamment deux montées à 15 km de l’arrivée.

L’étape-reine se disputera entre Sion et Thyon 2000, le samedi 1er mai. Ce sera la première fois de la saison que les coureurs friseront les 2000 m. Richard Chassot, le patron de l’épreuve, a précisé qu’il avait déjà mis au point un plan B en cas de mauvais temps. « L’an dernier, il neigeait à Thyon le jour où l’étape était prévue », a rappelé le Fribourgeois, qui garde ce plan B secret.

Le classement général prendra sa forme définitive avec le contre-la-montre de Fribourg. Le tracé de 16 km comportera la rude montée en pavés de la Lorette (17%) – sans spectateur – au début d’un parcours qui sera ensuite fait pour les rouleurs. « Je ne pense pas que le vainqueur final sera connu à Thyon », a souligné Richard Chassot. « On a fait du concentré d’efforts, on voulait une course dynamique », a-t-il ajouté à propos du parcours.

Un trio de rouleurs suisses

Vainqueur en 2018 et 2019, Primoz Roglic a renoncé à briguer la passe de trois après un début de saison chargé. Il vient de remporter le Tour du Pays basque. « Son absence est le seul bémol pour nous », a commenté Richard Chassot. La victoire est donc remise en jeu pour des coureurs comme le Colombien Miguel Lopez (Movistar), l’Australien Richie Porte et le Gallois Geraint Thomas (les deux Ineos), l’Allemand Lennard Kämna (Bora).

Côté suisse, Marc Hirschi, qui avait pris un peu de retard en raison de problèmes à la hanche, devrait se montrer particulièrement à l’aise avec le profil des étapes romandes. Stefan Küng et Sébastien Reichenbach seront de la partie chez Groupama. Le Thurgovien, champion d’Europe du contre-la-montre, livrera un duel épique au champion du monde italien, Filippo Ganna, à Oron et à Fribourg.

Un autre Thurgovien, Stefan Bissegger (EF Education First), se mêlera à la bataille du chrono. Dix Suisses au total sont annoncés partants pour l’heure, dont quatre au sein de la Groupama. L’expérimenté Mathias Frank devrait quant à lui être le leader d’une autre formation française, AG2R.

Les dix-neuf équipes du World Tour seront au départ. Les organisateurs ont réservé une invitation pour une vingtième équipe, dans l’idéal une sélection de Swiss-Cycling. La demande a été déposée en ce sens – également par les organisateurs du Tour de Suisse – et le Conseil du Cyclisme Professionnel doit rendre sa décision dans les jours à venir, mercredi déjà peut-être.

Tour de Romandie (27 avril au 2 mai). Parcours. Mardi 27 avril. 1re étape, prologue contre-la-montre à Oron-la-Ville (4 km). Mercredi 28 avril. 2e étape, Aigle – Martigny (168 km). Jeudi 29 avril. 3e étape, La Neuveville – St-Imier (165 km). Vendredi 30 avril, 4e étape: Estavayer – Estavayer (168 km). Samedi 1er mai. 5e étape, Sion – Thyon 2000 (161 km). Dimanche 2 mai. 6e étape, contre-la-montre à Fribourg (16,1 km).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Rolle (VD): du théâtre en extérieur covid-compatible

Publié

le

A Rolle, treize spectateurs assistent à une expérience théâtrale covid-compatible en extérieur. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Une expérience théâtrale à deux comédiens est proposée ce week-end par le Casino Théâtre de Rolle (VD). Le metteur en scène Adrien Gygax a adapté le projet du Français Samuel Sené C-Ω-N-T-α-C-T. Covid-compatible, il se joue en plein air devant 13 spectateurs.

C-Ω-N-T-α-C-T présente deux personnages dans un monde où la distanciation physique est devenue la norme. Il y est interdit de se serrer la main, s’embrasser, se bousculer, se caresser.

Les participants, qui ont auparavant téléchargé l’application correspondante, se munissent de leur propre smartphone et de leur casque audio, et choisissent la langue du spectacle (français, anglais ou italien), a expliqué Marie-Claire Mermoud, directrice du Casino Théâtre. Ce dernier coproduit le projet avec la compagnie Cie Citrons Verts, portée par Adrien Gygax.

Tranche de vie

A l’heure prévue, la bande-son commence pour chacun. Deux comédiens Yves Adam et Carole Schafroth parcourent l’espace public sur 300 à 400 mètres – ici les quais de Rolle. Les treize spectateurs, masqués comme il se doit, entendent et vivent alors la même histoire: une tranche de la vie des personnages.

Le public entend leurs pensées, mais aussi les dialogues préenregistrés. C’est ce mélange qui se révélera ironique autant que dramatique, entre la pensée dite ou tue.

La première suisse a eu lieu vendredi. Des représentations sont également prévues samedi et dimanche à raison de deux par jour. Affichant toutes complet, une supplémentaire a été ajouté dimanche à 11h30, a annoncé Mme Mermoud.

Créé à Paris

Cette déambulation poétique est une « re-création » par Adrien Gygax d’un spectacle du metteur en scène Samuel Sené. Le Français l’a mis sur pied en juin dernier à Paris, à la sortie du premier confinement, alors que les salles étaient encore fermées. Par la suite, son projet a été exporté au Liban, à Londres, Manchester, Bruxelles, Rome et bientôt Göteborg. « Il existe même une version en arabe », a relevé la directrice.

En Suisse, d’autres villes sont intéressées, à l’instar de Vevey et de Morges, note Mme Mermoud. Mais elles attendent les décisions du Conseil fédéral du 14 avril. A Neuchâtel, le Théâtre du Passage a d’ores et déjà prévu six représentations du 23 au 25 avril.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

QoQa: interdiction du travail de nuit confirmée

Publié

le

Le directeur de QoQa, Pascal Meyer, ne baisse pas les bras: après le rejet de son recours par le Tribunal fédéral, le site de vente en ligne revoit ses horaires (archives). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Le site de vente en ligne QoQa ne peut pas continuer à occuper du personnel durant la nuit et le dimanche. Le Tribunal fédéral a rejeté son recours contre le refus signifié en 2019 par le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO).

Le Tribunal fédéral a confirmé mercredi l’information publiée par QoQa sur son site. Le dispositif de l’arrêt a été envoyé aux parties mais l’argumentaire n’a pas été encore publié, indique le service de presse.

En mai 2019, QoQa Service SA, à Bussigny (VD), avait demandé au SECO de confirmer qu’elle n’était pas soumise à l’interdiction du travail de nuit et dominical. Dans le cas contraire, la société, qui met en ligne chaque jour des produits à prix cassé pour une durée de 24 heures, demandait qu’une autorisation lui soit délivrée.

Le SECO avait refusé cette demande en septembre 2019. Il estimait que la surveillance de la publication des offres la nuit ou le dimanche n’était pas indispensable au fonctionnement de QoQa. Il suffisait que la société mette en ligne ses ventes durant la journée et en dehors des dimanches pour que les interventions de nuit ou durant le week-end diminuent considérablement. Au final, le travail de nuit ou en fin de semaine était la conséquence d’un choix commercial de QoQa.

Sur son site, QoQa explique que, suite à la décision du Tribunal fédéral, ses ventes démarreront à 22h00 et non plus à 00h00. Ce nouveau dispositif, qui entre en vigueur dès jeudi, permettra au personnel de cesser le travail à 23h00. Pour les week-ends, QoQa va collaborer avec des indépendants.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture