Rejoignez-nous

Suisse Romande

Le Canton de Vaud appelle à une grande prudence en forêt

Publié

,

le

Le niveau de danger d'incendie en forêt est passé de 1 (faible) à 2 (limité), sur une échelle de 5 (marqué, fort, très fort). Il requiert déjà une "grande prudence". (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Face au manque marqué de précipitations, combiné à des températures élevées, le danger d'incendie de forêt dans le canton de Vaud est désormais fixé au niveau 2 (limité), sur 5. La situation requiert une "grande prudence" lors d'activités en plein air impliquant des feux en forêt et à proximité, avertit vendredi le gouvernement.

Les températures élevées en journée, associés à des épisodes venteux (bise et foehn), ont notamment contribué à assécher la litière forestière et à la rendre facilement inflammable. Sans précipitations significatives, le degré de danger est appelé à augmenter à court terme, indique le canton dans un communiqué.

Il est toujours possible de faire des feux en forêt et à proximité, mais uniquement sur les foyers officiellement désignés. La Direction générale de l’environnement (DGE) appelle la population à faire preuve d’une grande prudence et à se conformer aux consignes des autorités locales, certaines communes ayant en effet déjà interdit les feux sur leur territoire.

Les feux doivent être surveillés en permanence, gardés sous contrôle et complètement éteints avant d'être abandonnés. Il est également fortement recommandé d'utiliser des foyers fixes, situés sur une surface non inflammable, et de ne pas faire de feu à même le sol. Les allumettes et cigarettes doivent être soigneusement éteintes avant d'être jetées dans une poubelle, recommande encore le canton.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Bastian Baker prête sa voix pour les Minions 2

Publié

le

C'est l’une des sorties les plus attendues de l’année : les Minions reviennent pour un 2e volet!

La particularité cette fois-ci: un romand voit son nom au générique. Il s’agit de Bastian Baker qui prête sa voix à Jean Claude, un superméchant qui mène la vie dure aux petits bonshommes jaunes. Le chanteur vaudois double ce personnage pour la version française et la version allemande. Dans la version originale, c’est Jean-Claude Van Damme qui prête sa voix à Jean-Claude!

L’enregistrement a eu lieu en avril 2021, une période marquée par la pandémie de Covid, rappelez-vous.

Bastian Baker nous explique comment cela s’est passé :

Bastian BakerLe chanteur vaudois prête sa voix pour les Minions 2

"Les Minions 2 : Il était une fois Gru" sort sur les écrans romands ce mercredi 6 juillet.

Crédit photo:  KEYSTONE Byline GIAN EHRENZELLER

Continuer la lecture

Suisse Romande

Le corps de l'homme disparu au large de Villeneuve a été retrouvé

Publié

le

Le corps de l'homme qui avait disparu au large de Villeneuve a été retrouvé (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le corps de l'homme qui avait disparu dans le lac Léman à proximité de Villeneuve (VD) a été retrouvé. Il a été récupéré au large de la réserve naturelle des Grangettes.

Ce Valaisan de 74 ans avait été victime d'un accident de baignade le 17 juin entre Villeneuve et Le Bouveret (VS). Il était descendu de son bateau pour nager et avait subitement coulé, rappelle mardi la police vaudoise dans un communiqué. Malgré les recherches, son corps n'avait pas été retrouvé jusqu'ici.

Une dizaine de personnes ont perdu la vie dans des piscines et cours d'eau en Suisse depuis la mi-juin.

La police vaudoise rappelle mardi les recommandations d'usage: ne pas se baigner avec l'estomac chargé ou à jeun, ne pas sauter dans l'eau sans se mouiller, ne pas nager seul sur de longues distances ou encore ne pas se baigner après avoir consommé de l'alcool ou des drogues.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Lausanne veut devenir une destination économique incontournable

Publié

le

La Ville de Lausanne veut renverser la vapeur et attirer beaucoup plus d'emplois du secteur privé (archives). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

La Ville de Lausanne veut dynamiser l'emploi sur son territoire. Si la capitale vaudoise souhaite continuer à s'appuyer sur ses atouts - santé, formation, sport et tourisme - qui ont encore un gros potentiel de croissance, elle compte aussi diversifier son tissu économique, notamment dans le secteur secondaire. La Municipalité crée un nouvel organe: l'Unité développement et promotion de la Ville de Lausanne.

Quatrième ville suisse en taille et nombre d'habitants, Lausanne n'occupe de loin pas ce classement sur le plan économique et de l'emploi. "Le constat est attristant, nous avons un taux de chômage plus élevé que le canton de Vaud qui a lui-même un taux plus haut que la moyenne suisse", a dit mardi devant la presse Pierre-Antoine Hildbrand, municipal lausannois en charge de l'économie, évoquant sans détour des "déficiences".

"Lausanne a raté certaines grandes étapes de développements économiques, a-t-il poursuivi. Le secteur bancaire n'a jamais pris l'ampleur de celui de Genève ou de Zurich, pareil pour celui de la pharma par rapport à Bâle. La ville n'a jamais eu une grande tradition industrielle", a rappelé M. Hildbrand. "Tout ça pèse sur la présence de sièges sociaux de grandes entreprises".

Pas assez d'emplois privés

"Nous avons un bassin d'emplois privés modestes en comparaison à la population. Le potentiel d'accroissement de l'emploi sur notre sol est énorme", a enchaîné le syndic Grégoire Junod. "Ces quinze dernières années, nous avons développé de nouveaux et grands sites de logements. C'est le bon timing de poser sur la table une stratégie visant à favoriser la création et l'implantation d'entreprises" sur le territoire lausannois, a-t-il expliqué.

La Municipalité à majorité rose-verte est régulièrement critiquée par la droite pour ne pas en faire assez sur le plan économique et surtout pour la création d'emplois. Mardi sur le site du Biopôle de Lausanne-Vennes, elle a clairement affiché son ambition: "valoriser Lausanne comme destination économique incontournable". M. Junod a promis d'en faire une des priorités du programme de législature 2021-2026.

"Si la Ville dispose de solides atouts, elle doit aujourd'hui mettre en place un projet ambitieux de valorisation du territoire et de ses acteurs, et se doter d'une organisation assurant le développement optimal des différents sites d'activités stratégiques", ont résumé les deux responsables. Lausanne va donc continuer de développer et renforcer ses domaines-clés qui constituent son "écosystème": la santé, la formation, le sport et le tourisme.

Rééquilibrage tertiaire-secondaire

Mais la Ville compte également miser sur la diversification de son tissu économique. Il faut tempérer un peu la très forte croissance du secteur tertiaire par rapport à celui du secondaire, qui a aussi un potentiel de croissance, a dit en substance le syndic lausannois. Il s'agira aussi de soigner la relation étroite au secteur privé.

Grégoire Junod a aussi affirmé vouloir "jouer à fond la carte de villes touristiques de deuxième niveau, en comparaison des grandes capitales européennes".

Fort de tous ces constats, la Municipalité a ainsi défini une vision stratégique reposant sur trois axes: le développement de six sites d'activités (Biopôle, Rasude et Pôle gare, Beaulieu, Plaines-du-Loup, Sévelin-Sébeillon-Provence et Vernand, Prés-de-Vidy), la valorisation de Lausanne comme destination économique et touristique, ainsi que la connaissance des acteurs et des flux économiques qu'ils génèrent.

Pour mettre en ½uvre cette stratégie, la Municipalité crée une toute nouvelle entité, l'Unité développement et promotion de la Ville de Lausanne. Elle sera composée de cinq personnes et dirigée par le conseiller stratégique à la syndicature, Fabrice Bernard. C'est elle qui définira la vision stratégique, élaborera, mettra en oeuvre et conduira le plan d'action sur la période 2023-2026.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Vaudoise rachète la société de financement neocredit.ch

Publié

le

La Vaudoise devient l'unique actionnaire de neocredit.ch (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le groupe Vaudoise Assurances est devenu l'unique actionnaire de neocredit.ch, une société de financement participatif à destination des petites et moyennes entreprises, a annoncé mardi l'entreprise lausannoise. Les détails financiers n'ont pas été précisés.

Lancée en 2019, neocredit.ch a pour mission de mettre en relation les PME, désireuses d'emprunter de l'argent, et les prêteurs privés ou professionnels, à la recherche de placements attractifs.

Vaudoise avait cofondé l'entreprise avec Credit.fr, à qui elle vient donc de racheter les parts. Credit.fr appartient à Tikehau Capital et se dénomme désormais Holdco Homming.

La plateforme neocredit.ch a connu une forte croissance de ses affaires en 2021 et poursuit sur cette lancée en 2022, selon l'assureur, sans préciser de chiffre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Culture

Château d'Aigle: triple exposition sur les étiquettes de vin

Publié

le

Triple exposition au château d'Aigle sur les étiquettes de vin (Image prétexte). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Château d'Aigle accueille jusqu'au 23 avril trois expositions consacrées aux étiquettes de vin. "La BD fait son vin" permet de découvrir le lien entre une vingtaine de créateurs de bandes dessinées et le fruit de la vigne.

Zep, Cosey, Derib, Bertschy, Juillard, Bilal ou encore Hugo Pratt ont tous créé des étiquettes pour des festivals de BD, pour des librairies spécialisées, pour des galeries d’art ou pour des amis. Parfois en reprenant une case d'un de leurs albums, parfois en dessinant l'un de leurs personnages dans une nouvelle situation.

Certains ont privilégié une création entièrement nouvelle, une manière de dévoiler une autre facette de leur talent, explique lundi le musée dans un communiqué. Bertschy a ainsi dessiné l'affiche du festival, cette fois-ci sans Nelson, son célèbre diablotin.

La deuxième exposition a pour titre "Je déguste et je décolle, 40 ans de Réserve de la Confrérie de l'étiquette". Cette association de collectionneurs d'étiquettes demande chaque année à un dessinateur de presse d'illustrer la cuvée réservée à ses membres. Barrigue, Burki, Chapatte et dix-sept autres illustrateurs ont joué le jeu.

Enfin, année du passage du Tour de France à Aigle oblige, le vélo est mis à l'honneur. La troisième exposition s'intéresse au cyclisme au travers des étiquettes de vin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture