Rejoignez-nous

Actualité

Soigné d’un cancer, cet ado tourne un clip au CHUV

Publié

,

le

En 2011, les parents de Guillaume apprennent le cancer de leur fils, alors âgé de 8 ans. Il sera soigné pendant plusieurs mois dans le service d’oncologie du CHUV. Aujourd’hui, Guillaume Jeanrenaud, 16 ans, retourne dans le service d’oncologie du CHUV en tant qu’artiste.

Durant la phase de traitement, l’Association suisse Make A Wish (dont Guillaume est aujourd’hui ambassadeur) lui permet de réaliser son rêve : rencontrer les coaches de l’émission The Voice dont Garou, Mika, ou Florent Pagny.

De cette douloureuse épreuve qu’est la maladie, Guillaume en a tiré une chanson dont il est l’auteur « Marche avec moi », Guillaume est en passe de réaliser un deuxième rêve : tourner son clip vidéo dans le lieu qui l’a accueilli. Le jeune homme s’amuse de ces derniers repérages. Les infirmiers du service se réjouissaient de le revoir même si cette fois là, il n’avait pas pris rendez-vous pour une consultation.

Guillaume Jeanrenaud Artiste musical

 

 

Actualité

Le vote par correspondance dévoile ses faiblesses

Publié

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

La Cour des comptes a présenté ce matin son audit sur le vote par correspondance. Elle constate notamment des faiblesses dans la traçabilité du matériel électoral, un encadrement du personnel auxiliaire insuffisant et des locaux du Service de votations (SVE) vétustes et inadaptés. Cet audit a été mené dans le cadre des allégations de deux collaboratrices auxiliaires du SVE qui avaient saisi la Cour au sujet de potentiels dysfonctionnements en février 2019.

« Il faut améliorer le processus de vote par correspondance ». C’est le résultat de l’audit réalisé sur le Service des votations (SVE) par la Cour des compte qui a présenté ses conclusions à la presse ce jeudi. Pour rappel, la Cour des comptes a mené un audit de légalité et de gestion suite aux allégations de deux auxiliaires en février 2019 au sujet de pratiques litigieuses au Service des votations. Dans son bilan, la Cour des comptes a pointé de nombreuses faiblesses au sein de ce service. Les explications de Sophie Forster Carbonnier, magistrate à la Cour des comptes.

Sophie Forster Carbonnier Magistrate à la Cour des comptes

La magistrate a par ailleurs précisé que la Cour des comptes n’a pas mené d’audit de fraude car cet aspect est d’ores et déjà couvert par les investigations du Ministère public. La Cour s’est concentrée sur le traitement du vote par correspondance dans les locaux de Service des votations, soit une masse de 450’000 bulletins à traiter en 2019.

Retrouver de la sérénité

Cette affaire sensible a causé des dégâts d’image sur le SVE. Les soupçons de fraude écartés, les résultats de l’audit vont permettre au Service des votations de retrouver un climat de travail plus serein après une année difficile. Les explications de Michèle Righetti, chancelière d’Etat.

Michèle Righetti Chancelière d’Etat

 

Douze recommandations 

Suite aux résultats de l’audit, la Cour des comptes a émis douze recommandations à l’égard de la Chancellerie, du SVE et de la Commission électorale centrale (CEC). Parmi elles, un meilleur encadrement ainsi qu’une meilleure formation du personnel auxiliaire. Autre recommandation, la mise en place d’un système d’information qui permet de suivre tout au long du processus du vote par correspondance le matériel de vote.

Des mesures doivent également être prises sans délai pour rendre conformes les locaux actuels du SVE notamment aux normes de sécurité en matière d’incendie. De plus, faute de place, le service doit stocker le matériel de vote dans les couloirs lorsque les bulletins de vote arrivent. La Chancelière d’Etat Michèle Righetti a d’ores et déjà contacté l’Office cantonal du bâtiment pour un futur déménagement du Service des votations dans des locaux plus grands et adaptés à leur mission.

Pour rappel, les deux auxiliaires à l’origine de l’affaire ainsi qu’un troisième dont les agissements avaient été dénoncés ne sont plus appelés à travailler au SVE, le temps que les différentes responsabilités soient établies.

Continuer la lecture

Actualité

Le téléjournal de la RTS quittera Genève

Publié

le

La RTS a tranché: son téléjournal se fera sur le site de l'EPFL dès 2025 et non plus dans la tour genevoise (archives). (©Keystone/LAURENT GILLIERON)

Une page va se tourner à la RTS. Le téléjournal ne se fera plus dans la tour RTS à Genève. Le « 19h30 » va être transféré à Ecublens (VD) sur le site de l’EPFL en 2025, a indiqué jeudi dans un communiqué la Radio-Télévision Suisse.

Le conseil d’administration de la SSR avait validé mi-décembre le crédit pour la construction d’un nouveau centre « transmédia » sur le site de l’EPFL, d’un montant de 120 millions de francs. Cette construction est nécessaire en raison du vieillissement des bâtiments de La Sallaz pour la radio à Lausanne, de Meyrin (GE) ainsi que du studio TV du quai Ansermet à Genève. Le transfert du secteur Actualité n’avait, lui, pas encore été tranché.

« La RTS ouvrira en 2025 son nouveau centre de production lausannois sur le campus de l’EPFL, dans lequel seront regroupées des activités radio-TV-digitales, dont les rédactions de l’actualité et le téléjournal. La décision de regrouper les ‘news’ s’inscrit dans le processus de convergence des médias initiée il y a dix ans avec la création de la RTS, annonce le communiqué.

Cette évolution confirme la présence de la RTS dans toute la Suisse romande, avec deux sites principaux. Elle « répond à la nécessité de produire toujours plus de contenus digitaux, de manière complémentaire à la radio et à la TV, ce qui nécessite d’organiser les activités éditoriales par domaines de programme produisant pour l’ensemble des vecteurs (radio-TV-digital) », explique la RTS.

Renforcer les rédactions régionales

« Le regroupement de l’actualité sur un même site, un peu plus au cœur de la Suisse romande, permet de dégager des moyens pour produire davantage de contenus d’information et renforcer notre présence dans tous les cantons romands », affirme Pascal Crittin, directeur de la RTS, cité dans le communiqué.

En plus de l’actualité, le nouveau bâtiment sur le campus de l’EPFL abritera les activités actuellement localisées dans le bâtiment de La Sallaz (radio) et les cars de reportage. Les studios cantonaux seront pour leur part tous maintenus. Les synergies créées par le regroupement de l’actualité permettront de dégager des moyens pour renforcer les rédactions régionales, selon la RTS.

Toujours présente à Genève

Genève, avec le bâtiment emblématique de la Tour, restera un site de production important pour la RTS, assure-t-elle. La plupart des magazines d’informations resteront produits dans la cité de Calvin, en synergie avec les autres magazines de société.

Trois développements sont en cours de réalisation et garantiront une forte présence à Genève, annonce en outre la RTS. Un nouveau studio « info Genève » sera créé dans la tour et inauguré en octobre 2020. Il offrira des conditions d’accueil et de duplex aux personnalités présentes à Genève et permettra notamment une couverture renforcée de l’actualité genevoise.

Deux nouveaux pôles de production sont créés en parallèle. Pour le premier, il s’agit de « Genève Vision », le pôle médias sur la Genève internationale, dont les premières productions sont lancées actuellement.

Pour le second, il s’agit d’un pôle de création digitale que la RTS propose de développer en partenariat avec la branche, les milieux culturels, les hautes écoles, la Ville et le Canton de Genève. Plusieurs partenaires potentiels ont déjà manifesté leur intérêt. Ce pôle permettra de « positionner Genève dans le domaine de la création digitale », indique la RTS.

Eviter au maximum des licenciements

Ce vaste projet se développera en concertation avec les équipes professionnelles, d’ici à 2025. Des solutions sont et seront recherchées pour limiter au maximum la réduction de places de travail à Genève. La RTS répond ainsi aux inquiétudes des autorités genevoises, explique-t-elle.

Canton et ville ont d’ailleurs aussitôt réagi. Ils « prennent acte des engagements de la RTS et seront attentifs à ce que ces promesses se traduisent en actes concrets », écrivent-ils. La perspective du déménagement à Lausanne avait suscité une levée de boucliers dans le landerneau genevois l’an dernier.

Continuer la lecture

Genève

Premier cas de Covid-19 confirmé à Genève, Watches & Wonders Geneva reporté

Publié

le

Un deuxième cas de coronavirus a été confirmé en Suisse. Un informaticien de 28 ans de retour de Milan a été diagnostiqué positif à Covid-19 mercredi soir à Genève. Il a été hospitalisé aux HUG. Son entourage privé et professionnel a été mis en quarantaine à domicile.

L’homme, informaticien dans une institution du canton, est rentré il y a trois jours de Milan, a déclaré jeudi Laurent Paoliello, porte-parole du Département de la sécurité, de l’emploi et de la santé (DSES). Suite à l’apparition de symptômes grippaux et conformément aux protocoles de sécurité mis en place, l’homme a contacté le médecin de son entreprise à son retour.

Suite à une anamnèse par téléphone, le médecin a décidé de pratiquer un test de dépistage. Il s’est déroulé dans des conditions de protection du personnel optimales. Les résultats positifs sont tombés mercredi soir. L’homme, qui présente des symptômes légers, a été hospitalisé préventivement aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Au vu de ce résultat, une enquête d’entourage a été effectuée. Le parcours du jeune homme a pu être reconstitué. Les personnes ayant été en contact avec lui les deux derniers jours avant l’apparition des symptômes, soit une quinzaine dans son entourage professionnel et privé, ont été confinées en quarantaine à leur domicile.

L’hospitalisation du patient et la mise en quarantaine des contacts rapprochés vise à garantir l’absence de propagation de la maladie. De leur côté, les HUG ont pris toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des autres patients et de leurs visiteurs, ainsi que des soignants, précise le DSES.

Le salon de l’horlogerie de Genève annulé

Le salon horloger Watches & Wonders Geneva (ex-SIHH) reporte son édition 2020, qui était prévue du 25 au 29 avril, en raison de la propagation du coronavirus, indique jeudi la Fondation de la haute horlogerie (FHH), organisatrice de la manifestation.

« Compte tenu des derniers développements concernant la propagation mondiale du Covid-19, il est de la responsabilité de la Fondation de la Haute Horlogerie d’anticiper les risques que des voyages et d’importants regroupements internationaux pourraient engendrer dans les semaines à venir », précise le communiqué. La protection des clients, médias, partenaires et équipes de la FHH justifie l’annulation du salon et des activités qui étaient prévues dans la ville de Genève.

La Fondation travaille déjà à la préparation de l’édition de 2021. Ce salon regroupe une trentaine de marques horlogères, dont celles du groupe Richemont comme Cartier, IWC et Vacheron Constantin mais aussi quelques maisons indépendantes.

Quant à la foire horlogère et joaillière Baselworld, elle s’en tient actuellement à sa décision de maintenir la manifestation planifiée du 30 avril au 5 mai à Bâle, comme annoncé la semaine dernière.

Deux cas dans les Grisons

Deux cas de coronavirus ont été détectés et confirmés dans les Grisons. Les personnes concernées en présentent les symptômes. Elles se trouvent toutefois en bonne santé et ont été prises en charge à l’hôpital, indiquent jeudi les autorités cantonales.

Le canton des Grisons collabore étroitement avec l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Cela porte à 4 cas confirmés en Suisse au total précise, l’OFSP.

Continuer la lecture

Tennis

Stan Wawrinka se qualifie pour les quarts de finale à Acapulco

Publié

le

[Keystone/AP Photo/Rebecca Blackwell]

Stan Wawrinka (ATP 16) jouera les quarts de finale à Acapulco. Tête de série no 3 du tableau, le Vaudois a dominé l’Espagnol Pedro Martinez (ATP 113) 6-4 6-4 en 1h30′ au 2e tour. Il se frottera à Grigor Dimitrov (ATP 22) jeudi soir.

Auteur de 35 aces dans un 1er tour où il avait sauvé neuf balles de break sur neuf face à Frances Tiafoe, Stanislas Wawrinka ne s’est pas montré aussi percutant sur sa mise en jeu face à Pedro Martinez. Il a, ainsi, perdu à deux reprises son engagement, la deuxième alors qu’il servait pour le gain du match à 6-4 5-3.

Le Vaudois, qui a gagné 90% des points derrière sa première balle mais seulement 33% derrière la seconde, a néanmoins maîtrisé son sujet. Il a su serrer sa garde pour éviter toute mauvaise surprise, même s’il aurait également pu remporter plus aisément un premier set dans lequel il a manqué deux balles de double break à 4-1.

Stan Wawrinka retrouvera jeudi soir un adversaire qu’il connaît parfaitement. Il mène ainsi 7-4 dans son face-à-face avec Grigor Dimitrov, qui a écarté deux balles de match face à Adrian Mannarino (ATP 42) mercredi. Un sixième succès d’affilée face au Bulgare devrait lui permettre de se frotter à Rafael Nadal en demi-finale.

Continuer la lecture

Actualité

Une veste emojis pour les cyclistes

Publié

le

Photo : Ford

Le monde de demain : on sait enfin à quoi servent les émojis… 

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

C’est le constructeur américain Ford qui a eu l’idée d’une « veste emojis », vous savez ces petits smiley jaunes qui sourient, pleurent ou font des clins d’œil… Ils auraient des vertus apaisantes sur la route. En tout cas, ils faciliteraient la communication entre cyclistes et automobilistes.

L’idée est née dans le cadre d’une campagne de sensibilisation : ils ont lancé une application qui vous plonge dans la peau d’un cycliste sur la route. La particularité, c’est que le cycliste en question porte un prototype de veste sur laquelle s’affichent des émojis.

Des diodes lumineuses  ont été intégrées dans le dos de la veste et permettent donc d’afficher 6 types d’expressions et de messages : un smiley heureux, mécontent ou neutre, un clignotant gauche ou droite et un panneau danger en cas de coup de frein ou d’obstacle à proximité.

Le tout sans lâcher le guidon puisque tout est contrôlé grâce à une petite télécommande placée directement sur le guidon du vélo.

Est-ce que le projet a des chances d’être commercialisé ? 

Ford précise que la veste n’en est, pour l’instant, qu’au stade de « démonstration de faisabilité », c’est-à-dire qu’il faut d’abord vérifier la viabilité du concept avant de le développer, éventuellement, à plus grande échelle.

Il s’agit donc pour l’heure d’une création « unique en son genre » qui n’est pas disponible à l’achat mais certains se plaisent à rêver de la voir sortir avec tous les émojis possibles, dont l’un des derniers nés à venir en 2020 : l’émojis fondue avec drapeau suisse.

Continuer la lecture